Soleil noir en Libye le 29 mars 2006

Publié le 25 Juin 2007


L1-copie-1.jpg

L’annonce à votre entourage proche que vous partez en Libye pour observer une éclipse engendre regards amusés et ironiques, parfois interloqués et tout de même quelques fois approbatifs.

Si le moteur interne de chaque membre du groupe est cette motivation intrinsèque qui nous porte à se diriger vers l’observation de phénomènes célestes, bien d’autres émotions sont en jeu : la prise de contact avec une autre réalité, la rencontre avec le passé, le choc des paysages et de notre imaginaire et enfin la vitalité des liens entre les individus.
 
Le club Eclipse créé par Thierry Midavaine s’accoutume à ces échappées et cette fois, une équipe de tournage de la société Armada nous accompagne alors qu’un groupe de trois italiens nous rejoint à la frontière libyenne. Un bus, puis Huit 4x4 sont alloués pour le transport.
Nous rejoignons le guide, les chauffeurs, les cuisiniers et bien sûr les deux policiers chargés de nous encadrer.
L2.jpg
 
Nous voiçi donc aux portes d’un territoire d’où sort une interminable colonne de camions vides.
Plus tard ils reviendront du voisin tunisien chargés de matériau de construction. Cependant nous ne verrons pas les flux de pétrole filer vers les pays fournisseurs en échange de ces biens. 
L4.jpg
Sabratha
 
En longeant la côte, les kilomètres de route entre désert et Méditerranée conduisent aux villes de Sabratha puis Leptis Magna. Elles témoignent de plus de 2500 ans d’histoire.
Dans leur conquête des côtes de l’Afrique du Nord initiée depuis les terres du Levant, les Phéniciens créèrent ces comptoirs que les Romains conquirent après la défaite définitive de Carthage.
L’empereur Septime Sévère naquit lui-même à Leptis et amplifia l’urbanisme développé par Hadrien.

L3.jpg
Leptis Magna
 
Mais savez vous que cette ville est beaucoup plus proche de Paris que vous ne l’imaginez ?
En 1686 le consul Claude Maire obtint le droit d’exporter ses colonnes de marbre rose et de cipolin vert.
Depuis cette époque, plusieurs centaines de ces fûts polychromes embellissent l’architecture de Versailles, Saint Germain des Près et la cathédrale de Rouen.
Heureusement ces cités sont maintenant préservées et la faible fréquentation y autorise des balades solitaires pour rêver à leur passé, aux représentations de théâtre face à la mer par exemple.
 
Par ailleurs, la civilisation latine ne perdura pas et les basiliques chrétiennes s’effacèrent devant l’arabisation du VIIIième siècle d’essence sémitique et donc identique à celle des Puniques.

L5.jpg
 
Arrivés à Tripoli nous nous envolons vers le sud Libyen.
De la ville universitaire de Sebbah, les pistes du désert s’ouvrent sur un océan de sable et de saisissements. Comment décrire ce processus de recomposition de soi révélé par le Sahara ?
En se couchant, le soleil livre une étendue de patine dorée, les emphases de la musique de Maurice Jarre ressurgissent alors avec le romantisme hollywoodien de Lawrence d’Arabie.

L6.jpg
Erg d’Ubari (Fezzan)
 
Les jours qui suivent illustrent tous les visages géologiques façonnés depuis le retrait de la mer il y a 65 millions d’années.
Les sédiments se sont déposés laissant le vent les transporter pour édifier les dunes du Fezzan, ou bien laissant l’érosion des roches modeler des paysages grandioses de plateaux que j’imagine battus par les eaux.

L7.jpg
 
Un matin, en sortant fraîchement de la tente pour profiter de 5 généreux degrés, le sol apparaît constellé de petites billes au relief allongé par les premiers rayons du jours. Comment expliquer ces formations ?

L8.jpg
Wan-an-Namus
 
Encore plus spectaculaire, l’approche du volcan de Wan-an-Namus s’achève par la traversée d’une couche de basalte noire que la rougeur des rayons du soir enjolive de couleur pourpre.
 
L9.jpg
Le jour tant attendu est arrivé.
Les éphémérides et le GPS sont les deux outils indispensables pour déterminer un lieu d’observation idéal sur la ligne de centralité.
Si nous sommes venus aussi loin, c’est que nous savons à l’avance que la durée de l’éclipse de soleil sera maximale ici (près de 4 minutes 10 secondes) et les conditions météorologiques très favorables.
 
Une fois le camp installé, l’attente se fait dans un décompte du temps savamment orchestré, rythmé par l’annonce des différents contacts : premier contact à 10h56, la lune glisse petit à petit devant le soleil jusqu’à 12h13 où subitement la lumière crépusculaire signe un arrêt net du vent et le jaillissement soudain de la couronne solaire.

L10.jpg
Couronne solaire
 
Cette auréole qui s’étend bien au-delà de notre étoile est trompeuse.
Sa nature est encore mal connue et est perçue pour l’instant comme la matérialisation d’une énergie expulsée qui ne peut se libérer directement en surface. Elle s’accumulerait alors dans l’atmosphère du soleil pour être enfin irradiée d’une intense lumière blanche par les couches de magnésium et calcium gazeux chauffées à plus de 2 millions de degrés !
Et pourtant il fait moins de 6000 degrés à la limite du disque.

L11.jpg
Protubérances et chromosphère au second contact
 
En réduisant le temps de pose, il est possible de découvrir la chromosphère, fine couche atmosphérique rouge qui témoigne de la présence d’hydrogène, premier élément à dissiper cette obscure énergie.

L12.jpg
Protubérances et chromosphère au troisième contact
 
Enfin les protubérances trahissent l’inimaginable puissance des remous internes du soleil.
A 12h17, la lune achève l’occultation totale de notre astre vital, tandis que la température continue sa chute (6° au total) et que le vent réapparaît.
 
Les émotions se détachent.

L13.jpg
 
Le lendemain soir, sur la route du retour, le croissant sélène de 1 jour vient sertir la lumière cendrée
Le scénario est décidemment trop bien écrit.

Rédigé par David

Publié dans #Astres, #Eclipse

Commenter cet article

alain munsch 26/06/2007 23:16

superbe! bravo images et com. au top