Il Prigioniero (Luigi Dallapiccola) à l'Opéra Garnier

Publié le 19 Avril 2008

Le Prisonnier (Luigi Dallapiccola)
Représentation du 15 avril 2008 (Opéra Garnier)

 

La Madre Rosalind Plowright                       Il Prigioniero Evgeny Nikitin
Il Carceriere, Il Grande Inquisitore Chris Merritt

 

Direction musicale Lothar Zagrosek
Mise en scène Lluis Pasqual

 

Quelques jours seulement après avoir vu « Cabaret » de Bob Fosse, image de la vie indifférente à la montée du nazisme dans les années 30 et aux arrestations politiques, l’Ode à Napoléon d’Arnold  Schönberg pour récitant, piano et quatuor à Cordes nous replonge dans le climat oppressant du film. Surtout représenté de cette manière!

Dale Duessing, travesti en Lisa Minelli, récite son texte devant un rideau de l’Opéra Garnier qui se lève sur le rideau rouge du cabaret accentuant ainsi un sentiment de malaise.
Car il est impossible de ne pas songer aux dernières images du film reflétant les
spectateurs portant les brassards du parti national socialiste.

                                                                                       Lothar Zagrosek (l'Ode à Napoléon)

Et l’on repense alors que Luigi Dallapiccola fût (de son propre aveu) fasciné par le fascisme en Italie avant qu’il ne prenne conscience de son erreur en 1938, lors de la promulgation des lois antisémites, et adopte une attitude radicalement différente.

Il se consacra aussitôt à l'écriture de « Canti di prigionia » puis Il Prigioniero mis en scène

ici à Garnier dans une atmosphère répugnante. Un escalier serpente autour de la cage en rétrécissant pour aboutir sur le vide. Un fond étoilé se découvre quelquefois pour torturer encore plus d’espoir le prisonnier qui acceptera presque sans broncher l’injection létale.
Il y a bien sûr l’humanité d’ Evgeny  Nikitin, la froideur de Chris Merritt , mais qui peut faire mieux que Rosalind Plowright dans les rôles de cauchemars et nous remémorer ainsi la terrible marâtre de Jenufa au Châtelet en 2003 ?

Lothar Zagrosek s’éclate « à mort ! » dans cette partition agressive.
Après une heure glauque comme celle là, cela donne envie d’aller parler avec tout le monde.

   Chris Merritt (l'Inquisiteur)

Donc en résumé, nous avons abordé en moins d’un mois les thèmes de la glorification de la souffrance dans Parsifal, de la pauvreté de l’homme sans pouvoir économique dans Wozzeck, de l’homme sans liberté et de l’usage mauvais de la religion dans Il Prigioniero ;  avec quel esprit faut-il alors aborder le Barbier de Séville à présent ?

 

Commenter cet article

David 02/03/2009 10:17

Bonjour,

Je ne connais pas la source précise de cet aveu, mais cela est recoupé par différentes sources d'informations comme l'article de wikipedia sur Dallapiccola (version anglaise) ou bien l'article du monde qui présentait l'œuvre l'année dernière.

Cependant, il semble qu'il faille chercher dans "Qualche cenno sulla genesis de Il Prigionero", juin 1950, repris et traduit dans "Genèse des chants de prison et du prisonnier" 1992.

N'hésitez pas à vous procurer le programme réalisé par l'Opéra de Paris en vous rendant dans l'un des deux théâtres.

mylène 01/03/2009 16:17

bonjour,
Je sais que l'article est un peu ancien maintenant mais j'ai tilté sur une phrase. Dans le rapport de Dallapiccola au fascisme, vous ecrivez "Luigi Dallapiccola fût (de son propre aveu) fasciné par le fascisme en Italie avant qu’il ne prenne conscience de son erreur en 1938, lors de la promulgation des lois antisémites, et adopte une attitude radicalement différente." . Effectivement, la phase de rebellion est plus qu'utilisée pour justifier son engagement politique... mais par contre, si vous pouviez m'indiquer dans quel texte je peux trouver "l'aveu" de Dallapiccola quant à son attrait pour le fascisme, j'en serais très heureuse.

Merci d'avance,
Mylène.

Hannah 19/04/2008 23:12

Dans l'ode à Napoléon j'ai vu l'Ange Bleu au début et puis Nuit et Brouillard à la fin.

GENOVEVA 19/04/2008 21:49

Quelle belle analyse. Un peu de distraction va nous faire du bien.