Eclipse de soleil sur la Mongolie le 1er Août 2008

Publié le 24 Août 2008

Le 29 mars 2006, l’éclipse de soleil qui surplombait la Libye s’était achevée sur la pointe nord de la Mongolie au moment du coucher des deux astres.

Et bien un peu à la manière d’un passage de relais, la Mongolie est devenu la nouvelle destination pour observer l’éclipse de soleil du 01 août 2008.

L’éclipse n’est bien sûr qu’un prétexte, une motivation supplémentaire pour se rendre dans une région peu connue et compléter notre mémoire d'une nouvelle vision humaine.

 

E0108084b.jpg

Photomontage de l'éclipse de soleil du 01 août 2008. 10 minutes séparent chaque phase du chapelet.       La protubérance en bas à droite est visible partiellement faute d'une photo du 3ième contact.

La première vision a de quoi surprendre car une fois passé le spectacle des tristes blocs soviétiques que les nouvelles constructions de verre viennent petit à petit remplacer, une évidence s’impose : la population d’Ulan Bator est maintenant embarquée dans le flot de la société de consommation, le concert de klaxons ne s’arrête jamais, et même les enseignes françaises se distinguent parmi les affiches invitant à la célébration de Ghengis Khan, un guerrier ! Mais peut être ce culte traduit-il surtout l’attente d’une direction ?

Vient alors la seconde vision depuis un avion de ligne intérieure, celle des steppes vertes où s’éparpillent les yourtes, puis les dunes de sables avant d’atterrir à Khovd point d’entrée vers les steppes montagneuses de l’Altaï Mongol.

 

3107068b.jpg

Camp de yourtes au bord du Lac Noir (Khar Nuur), site de l'éclipse.

En remontant vers la province de Bayan-Olgiy, à l’extrême nord ouest, c’est vers un tout autre peuple que nous nous dirigeons.

Car pas moins de 100.000 Kazakhs à la culture nomade et de religion musulmane vivent ici.

Les visages des jeunes n’expriment que curiosité et sympathie, les enfants conduisent crânement leurs chevaux dés l’âge de 5 ans et tout respire le naturel, sans artifice.

 

3107069bCoucher de soleil sur les sommets de Chine, paysage que l'ombre de la Lune parcourera le lendemain.

Arrivés sur le camp de yourtes de Khar Nuur (le Lac Noir) à 100kms sud-ouest d’Olgiy, nous dénichons au coucher du soleil un site d’observation de l’éclipse depuis un petit col situé à 2600m.

L’horizon est dégagé sur 40 Kms à l’ouest vers les montagnes chinoises.

Lors de ce moment magnifique, deux très jeunes cavaliers s’approchent, s’arrêtent pour nous observer en silence, puis reprennent indifféremment leur balade.

 

0108072b.jpg

Jeunes cavaliers participant à une course de chevaux.

 

Le lendemain c’est jour de fête. Aux courses de chevaux succèdent les compétitions de tir à l’arc, pas sûr que l’éclipse ne suscite plus d’intérêt chez la population.

En fin de journée, le soleil surplombe l’horizon à une trentaine de degrés dégagé de toute nébulosité.

Le grand spectacle commence par la perte des premiers degrés de température, la variation de luminosité qui accroît étrangement les contrastes puis l’arrivée dramatique de l’ombre de la lune.

 

0108110b

Le diamant. ISO 100, Focale 432mm, vitesse 1/500s, ouverture 5.6 (Panasonic Lumix DMC-FZ8).

 

0108113b.jpg
Couronne solaire. ISO 100, Focale 432mm, vitesse 1/20s, ouverture 3.3 (Panasonic Lumix DMC-FZ8).

Au nord ouest, les sommets de plus de 3500m disparaissent, les nuages blancs s'assombrissent, le diamant scintille et l’élégante couronne solaire accompagnée de Mercure et Vénus surgit dans un ciel anthracite tandis que l’horizon s’illumine de couleurs dans toutes les directions.

De 28°C il ne reste plus que 20°C et même 17°C après la phase de totalité avant que la température ne commence à remonter une demie heure plus tard pour se stabiliser à 23°C et retomber avec le coucher du soleil.

 

0108114b.jpgPaysage et totalité. ISO 100, Focale 36mm, vitesse 1/6s, ouverture 3.2 (Panasonic Lumix DMC-FZ8).       Mercure surplombe la couronne solaire. La forme elliptique de l'ombre à l'horizon est nettement visible, le soleil n'étant qu'à une hauteur de 25°.

Afin de profiter de ces 2 minutes et des poussières, le temps dédié aux photographies est volontairement réduit. Ce moment a nécessité une préparation rigoureuse de la mise au point, une estimation précise des temps de poses et des ouvertures nécessaires pour ne pas avoir à réfléchir dans le feu de l’action.

Indubitablement, une éclipse au dessus d’un paysage grandiose quand le soleil et l’horizon sont dans le même champ de vision (25° ce soir là) est d’une force impressive supérieure à des conditions où le phénomène se produit vers midi, proche du zénith.

 

0408163b.jpgSpectaculaire coucher de soleil sur le lac Hoton.

Le plaisir de cet instant est accru par le fait que les statistiques météorologiques pour le lieu ont été contredites (55% de chance d’avoir un ciel couvert) et maintenant la suite du voyage va nous amener encore plus loin dans cette zone extrême de la Mongolie en longeant la frontière chinoise le long du lac Hoton jusqu’au glacier Potanin d’abord en Oaz (4x4 russes) puis à pied accompagnés de chevaux et chameaux.

 

 Souslik                                                                                    Gerboise mongole.

Les sousliks (écureuils terrestres) et gerboises mongoles avertissent leurs compagnons sur notre passage, les oiseaux migrateurs viennent parfois noircir le ciel du soir sur nos têtes, la nécessaire adaptation à cette nature sauvage s’opère.

Bien sûr il va falloir batailler avec les moustiques mais ce petit inconvénient s’oublie face à l’émotion d’un bain au milieu du lac Hoton (au moins 17°C malgré les 2000m d’altitude) où dans les ruisseaux vivifiants.

 

Edelweiss et Gentianes, flore de Mongolie adaptée à des altitudes de plus de 3000m.

Les Edelweiss abondent, la végétation s’enrichit à 3000m et jusqu'à l’arrivée au pied de cette extraordinaire langue glacière qui dévale au milieu des sommets de plus de 4000m.

 

0708172b.jpg

Le glacier Potanin.

 

En grimpant sur le flanc sud d’une falaise nous découvrons l’étendue de l’Altaï russe jusqu’au Belukha (4506m), heureusement sans personne pour nous demander notre visa.

Il nous faudra ensuite 3 jours pour quitter cette région qui peut connaître les conditions les plus difficiles pour retrouver Khovd puis rejoindre Ulan Bator.

     Le massif du Beluka vu depuis la frontière russe.

L’inconfort des pistes mongoles (ce qui n’est pas une surprise dans les endroits peu peuplés) suggère que la Mongolie est un pays qui se découvre à cheval.

Peu de chance qu’une éclipse soit la motivation principale pour revenir car la prochaine à s’y produire surviendra en août 2063 après deux éclipses annulaires en 2041 et 2057.

 

        Trajectoires des éclipses totales (bleu) et annulaires (rouge) sur la Mongolie au XXI ième siècle.

Quand à la réplique de cette éclipse, il suffira de se rendre dans le nord de l’Espagne le 12 août 2026 pour l’observer en soirée.

Le site de Sylvain Rivaud fournit d’autres photos et commentaires sur l’éclipse de Mongolie.

Rédigé par David

Publié dans #Astres, #Eclipse

Commenter cet article

David 29/08/2008 11:29

Oh! mais tu sais, pas besoin d'attendre 2063 pour aller dans ce coin, car la prochaine eclipse totale a lieu en Chine le 22 juillet 2009 et passe sur Shanghaï.
Durée en pleine ville : 5 minutes!

Sinon, information qui n'a rien à voir, Gerard Mortier et Nike Wagner (fille de Wieland Wagner) viennent de s'associer pour poser leur candidature à la direction du festival de Bayreuth.

http://www.nytimes.com/2008/08/27/arts/music/27bayr.html

palpatine 29/08/2008 08:33

Oh que c'est beau ! :) On survole cette partie de la Mongolie en avion, lorsque l'on se rend à Beijing, et je me souviens toujours de l'impression que ça donne vu d'en haut (et du besoin d'avoir un GPS que l'on ressent : c'est immense et assez monotone !). Il faudra que j'aille découvrir ce paysage de steppe un de ces quatre, tu me le rappellera en 2068 ? ;)

Sinon, pour Gengis Khan, c'est une bête question d'identité nationale :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gengis_Khan#Gengis_Khan_comme_symbole_de_la_Mongolie

(je ne sais pas si tu es déjà allé en République Tchèque, mais là bas c'est Smetana le héros -- et dans une moindre mesure Dvorak --, j'ai même trouvé du beurre Smetana, c'est dire jusqu'où l'on peut aller dans ces petits pays annexés puis relibérés...)

Geneviève 27/08/2008 12:54

Quel beau reportage..... tu m'as fait rêver avec tes photos et tes commentaires.