Wozzeck (Keenlyside - Schwanewilms - Welser-Möst) Wien

Publié le 2 Avril 2013

Wozzeck01.jpgWozzeck (Alban Berg)
Représentation du 30 mars 2013
Wiener Staatsoper

Wozzeck Simon Keenlyside
Le Tambour Major Gary Lehman
Hauptmann Herwig Pecoraro
Le Docteur Wolfgang Bankl
Marie Anne Schwanewilms

Direction musicale Franz Welser-Möst
Mise en scène Adolf Dresen (1987)

                                                      Wozzeck (Simon Keenlyside) et Marie (Anne Schwanewilms)

Si l’on désire défendre un chef-d’œuvre comme celui de Wozzeck, ce n’est certainement pas en réanimant une production datant de 1987, coulée dans la toile de cire, que l’on pourra capter un public jeune, si celui-ci vient avec un manque d’habitude à la culture lyrique.

Il s’agit d’une illustration sans le moindre recul par rapport au texte, avec un matériau vieilli qui tire ce spectacle vers une vision enfantine. Certains artifices sont ridicules, comme la manière de faire déambuler sur place les interprètes, ou d’imaginer une lune rouge « qui saigne » sur l’horizon, alors qu’une lumière de clair de lune plonge au même instant depuis le zénith vers le couple de Wozzeck et Marie.

Wozzeck02.jpg   Marie (Anne Schwanewilms)

 

Les scènes intimes entre Marie et son enfant sont, elles, plus touchantes lorsqu’elles sont isolées sous les lueurs intérieures de la pièce, sur un simple lit ou devant un petit bureau, et l’aspiration progressive de Wozzeck vers les eaux troubles de l’étang conserve une part d’illusion bien mystérieuse.

Quand on connaît l’image un peu froide mais fragile d’Anne Schwanewilms, et sa belle chevelure rousse crêpée, telle qu’on peut l’admirer dans les rôles de la Maréchale ou d’Elsa von Brabant, la voir s’emparer ainsi d’un personnage de chair et de sang modifie notre regard sur elle, et la rend plus fascinante.

Elle chante le plus souvent dans la tessiture aigue, la plus pure et la mieux projetée pour sa voix, et passe à des expressions naturalistes chevillées au corps avec une brutalité qui, malgré tout, ne lui ôte en rien sa féminité aristocratique. Elle est un peu trop sophistiquée, ce qui crée un décalage supplémentaire avec Wozzeck, pour lequel Simon Keenlyside n’est que trop bien un habitué du rôle.

Wozzeck03.jpgJouer la maladresse, les blocages et l’humanité sans masque de ce soldat est comme une seconde nature pour lui. On est en empathie constante avec ce personnage dont l’inadaptation révèle aussi l’incompréhension et l’insensibilité de la société qui joue et danse autour de lui.

Vocalement, la poésie désabusée de son timbre réduit l’impact que pourraient avoir des intonations plus incisives, et c’est donc son jeu savamment incontrôlé qui s’impose en toute évidence.

Les rôles secondaires sont très bien tenus, mais aucun des protagonistes, ni même le Tambour Major, ne décrit de personnalité qui impressionne par sa stature ou son caractère.

                                                                                          Marie (Anne Schwanewilms)

En réalité, la plus grande réussite de la soirée repose dans les mains des musiciens et du chef. Franz Welser-Möst sculpte une œuvre d’une force rarement jouée avec un son aussi prodigieux de transparence et de finesse, une clarté d’harmonie des instruments à vents, des couleurs straussiennes qui respirent avec une ampleur comme jamais on en a entendu dans cette partition, mais également un tumulte sarcastique qui évoque les œuvres de Prokofiev.
Pris par une telle intensité puissante et théâtrale, on perçoit cependant la rupture avec le drame sur scène.

On n’écouterait que l’orchestre, si l’attente d’une expressivité visuelle qui s’accorde mieux avec un tel engagement musical ne se faisait trop sentir.

Commenter cet article

Friedmund 18/04/2013 22:52

Là aussi, je te précédais de quelques jours, avec un sentiment global partagé.
Mise en scène bêtement littérale et cinématographique, que n'aide pas l'absence de soutien aux chanteurs pour une reprise de répertoire; des premiers rangs d'orchestre, les tics surjoués de
Keenlyside finirent même par devenir exaspérants au fur et à mesure qu'avançait la soirée. Routine théâtrale viennoise si fréquente malheureusement.
Emerveillement constant par contre à entendre la direction de Welser-Möst qui donne tout à entendre de la partition mais en l'unifiant dans un lyrisme d'une plastique somptueuse, d'une parfaite
continuité. La musique de Berg sonne comme enchantée et n'en révèle que plus sournoisement toute sa force émotionnelle dévastatrice.
J'étais resté fâché avec Schwanewilms de son Elsa artificielle à Pleyel. Je n'en fus que plus séduit de ses ruptures de ton, de ses émotions troublées et troublantes. Vacuité des a priori : je n'en
attendais rien, elle m'a ému jusqu'aux larmes.
Keenlyside, somptueux vocalement, m'a paru assez fade en comparaison, trop lisse, trop absent, je ne saurais vraiment dire. Trouve t-on mieux aujourd'hui pour le rôle sur la scène lyrique ? Je ne
sais pas. Chante t-on mieux le rôle aujourd'hui ? Je ne crois pas. D'autres pourtant avec des matériaux moins nobles (Grundheber, Struckmann,Lafont...) m'ont fait à dire vrai bien plus forte
impression...
Pour Welser-Möst et Schwanewilms donc.
Avec un léger regret toutefois de ne pas avoir privilégié ce même soir le Fidelio que donnait encore Harnoncourt au Theater an der Wien.