Publié le 30 Août 2017

TV-Web Septembre 2017 - Lyrique et Musique

Chaînes publiques

Dimanche 03 septembre 2017 sur France 3 à 00h25
Carmina Burana (Orff) - Orchestre national Bordeaux-Aquitaine

Bauer, Cencic, Noguera

Dimanche 03 septembre 2017 sur Arte à 12h30
Luciano Pavarotti - Une voix pour l'éternité

Dimanche 03 septembre 2017 sur Arte à 18h55
Luciano Pavarotti - Chanteur Populaire

Vendredi 08 septembre 2017 sur France 2 à 00h00
René Fleming - Nuits d'été de Schönbrunn

Dimanche 10 septembre 2017 sur France 3 à 00h25
Les caprices de Marianne (Sauguet) - dm Schnitzler - ms Thomas - Opéra de Reims

Markova, Laulan, Martin, Dubois, Dear

Dimanche 10 septembre 2017 sur Arte à 12h30
Maria Callas chante Tosca

Lundi 11 septembre 2017 sur Arte à 00h30
Wagner, Waltraud Meier

Lundi 11 septembre 2017 sur Arte à 01h25
Maria Callas chante Tosca - Acte II

Lundi 11 septembre 2017 sur France 3 à 02h00
La Damnation de Faust (Berlioz) - dm Philippe Jordan - ms Alvis Hermanis

Jonas Kaufmann, Sophie Koch, Bryn Terfel - Opéra National de Paris

Vendredi 15 septembre 2017 sur France 2 à 00h00
Alceste (Gluck) - dm Bolton - ms Warlikowski - Teatro Real de Madrid

Denoke, White, Groves

Dimanche 17 septembre 2017 sur France 3 à 00h30
Cecilia Bartoli chante à Versailles

Dimanche 17 septembre 2017 sur Arte à 12h30
Joyce DiDonato au Grand Teatre del Liceu

Lundi 18 septembre 2017 sur Arte à 01h15
Verdi, Puccini, Bizet, Bellini

Sondra Radvanovsky - dm Philippe Jordan - Opéra de Paris

Dimanche 24 septembre 2017 sur Arte à 12h30
Mythos Carmen

Lundi 25 septembre 2017 sur Arte à 00h20
Le Paradis et la Péri (Schumann)

Karg, Staples, Royal, Romberger, Goerne - dm Harding

Vendredi 29 septembre 2017 sur France 2 à 00h00
Alcina (Haendel) - dm Rousset - ms Audi

Piau, Beaumont, Noldus, Puertolas, Behle

Dimanche 01 octobre 2017 sur France 3 à 00h30
Carmen (Bizet) - dm Nanasi - ms Zeffirelli

Semenchuck, Lungu, Ventre, Alvarez


Mezzo et Mezzo HD

Vendredi 01 septembre 2017 sur Mezzo HD à 20h30
Don Giovanni de Mozart au Festival d'Aix-en-Provence

Samedi 02 septembre 2017 sur Mezzo à 20h30
Der Rosenkavalier de Strauss à Glyndebourne

Dimanche 03 septembre sur Mezzo HD à 20h30
Cavalleria Rusticana et Pagliacci au Met de New York

Mercredi 06 septembre 2017 sur Mezzo à 20h30
L'Enfant et les Sortilèges de Ravel au Festival de Glyndebourne

Vendredi 08 septembre 2017 sur Mezzo HD à 20h30
Joyce DiDonato chante La Donna del Lago de Rossini au Metropolitan Opera

Dimanche 10 septembre sur Mezzo HD à 20h30
Alcina de Haendel au Festival d'Aix en Provence

Mercredi 13 septembre 2017 sur Mezzo à 20h30
Così fan tutte de Mozart à l'Opéra National de Paris

Vendredi 15 septembre 2017 sur Mezzo HD à 20h30
Lady Macbeth de Chostakovitch à l'Opéra de Lyon

Samedi 16 septembre 2017 sur Mezzo à 20h30
Saul de Haendel au Festival de Glyndebourne

Dimanche 17 septembre sur Mezzo HD à 20h30
Joyce DiDonato chante La Donna del Lago de Rossini au Metropolitan Opera

Mercredi 20 septembre 2017 sur Mezzo à 20h30
Le Barbier de Séville de Rossini au Festival de Glyndebourne

Vendredi 22 septembre 2017 sur Mezzo HD à 20h30
Cavalleria Rusticana et Pagliacci au Met de New York

Dimanche 24 septembre sur Mezzo HD à 20h30
Lady Macbeth de Chostakovitch à l'Opéra de Lyon

Mardi 26 septembre sur Mezzo à 20h30
Dialogues des Carmélites de Francis Poulenc à l'Opéra de Bavière

Mercredi 27 septembre 2017 sur Mezzo à 20h30
Le Monstre du labyrinte de Jonathan Dove au Festival d'Aix

Vendredi 29 septembre 2017 sur Mezzo HD à 20h30
Alcina de Haendel au Festival d'Aix en Provence

Samedi 30 septembre 2017 sur Mezzo à 20h30
A définir ultérieurement

Web : Opéras en accès libre (cliquez sur les titres pour les liens directs avec les vidéos)

Sur Concert Arte, Medici.Tv et Br Klassik

Die Meistersinger von Nüremberg (Bayreuth) - ms Kosky

Elektra (Verbier) -dm Salonen

Salomé (Verbier) -dm Dutoit

La petite renarde rusée (Théâtre de la Monnaie) - ms  Coppens

Snegourotchka (Opéra de Paris) - ms Tcherniakov

La Création (Auditorium de la Seine Musicale) - ms La Fura Dels Baus

Le Couronnement de Poppée (Festival de Schwetzinger) - ms Claudio Cavina

Joyce DiDonato (Grand Theâtre du Liceu)

Les Indes Galantes - Chorégraphie Sidi Larbi Cherkaoui

Les Noces de Figaro (Grand Théâtre de Genève) - ms Tobias Richter

Figaro divorce (Grand Théâtre de Genève) - ms David Pountney

Le Barbier de Séville (Grand Théâtre de Genève) - ms Sam Browm

La Passion selon Saint-Marc - Une passion après Auschwitz de Michael Levinas

Roméo et Juliette et Le Château de Barbe-Bleue à Helsinski

Maria Callas - Tosca 1964 - Covent Garden

Maria Callas chante Tosca Acte II

Barbara Hannigan vue par Mathieu Amalric

Tosca (Opéra National de Norvège) - ma Calixto Bieito

Pavarotti, une voix pour l'éternité

Nabucco (Arènes de Vérone) - ms Arnaud Bernard

Operetka (Armel Festival Opera)

Pinocchio (Festival d'Aix-en-Provence) - ms Pommerat

Prima Donna (Rufus Wainwright)

The Rake'sProgress (Festival d'Aix-en-Provence) - ms Simon McBurney

Carmen (Festival d'Aix-en-Provence) - ms Dmitri Tcherniakov

Weisse Rose (Armel Festival Opera) - ms Anna Drescher

La Clémence de Titus (Festival de Salzbourg) - ms Sellars

 

Sur Operaplatform, Culturebox etc...

Aida (Chorégies d'Orange) depuis le 09 août 2017

L'ombre de Venceslao (Capitole de Toulouse) depuis le 06 août 2017

Les pêcheurs de perles (Auditorium du nouveau siècle) depuis le 05 août 2017

Les amants magnifiques (Opéra de Rennes) depuis le 04 août 2017

La clémence de Titus (Festival de Glyndebourne) depuis le 03 août 2017

Dans les coulisses du Festival d'Avignon depuis le 17 juillet 2017

Carmen (Opéra National de Paris) depuis le 16 juillet 2017

Le Concert de Paris (Champs-de-Mars) depuis le 14 juillet 2017

Erismena (Festival d'Aix en Provence) depuis le 12 juillet 2017

Rigoletto (Chorégies d'Orange) depuis le 11 juillet 2017

Don Giovanni (Festival d'Aix en Provence) depuis le 10 juillet 2017

Viva la Mamma (Opéra de Lyon) depuis le 08 juillet 2017

Otello (Opéra Royal de Wallonie) depuis le 25 juin 2017

 

Tannhäuser (Opéra de Monte-Carlo) jusqu'au 01 septembre 2017

Arsilda (Opéra de Bratislava) jusqu'au 14 septembre 2017

La Passion de Saint Matthieu (Manchester) le 17 septembre 2017

Lucrezia Borgia (Palau de les Arts Reina Sofia) jusqu'au 30 septembre 2017

 

L'écume des jours (opéra de Stuttgart) - jusqu'au 01 octobre 2017

La Foire de Sorotchintsi  (Komischen Oper Berlin) jusqu'au 01 octobre 2017

La Création (Sadler's Well Theatre - London) jusqu'au 15 octobre 2017

La Cenerentola (Opéra de Lille) jusqu'au 20 octobre 2017

Nabucco (Opera Royal de Wallonie) jusqu'au 27 octobre 2017

Le vin herbé (Opéra National du Pays de Galles) jusqu'au 27 octobre 2017

Semele (Badische Staatsteater Karlsruhe) jusqu'au 31 octobre 2017

Armino (Badische Staatsteater Karlsruhe) jusqu'au 31 octobre 2017

Alessandro (Opéra Royal de Versailles) jusqu'au 31 octobre 2017

Acis et Galatea (Opera Theatre Company de Dublin) jusqu'au 31 octobre 2017

Madame Butterfly (Teatro Real de Madrid) jusqu'au 31 octobre 2017

Sadko (Vlaanderen Oper-Gent) jusqu'au 31 octobre 2017

La Sonnambula (Victorian Opera) jusqu'au 31 octobre 2017

Tosca (Opéra National de Norvège) jusqu'au 31 octobre 2017

Fagerlund (Opéra National de Finlande) jusqu'au 31 octobre 2017

La Callisto (Opéra National du Rhin) jusqu'au 03 novembre 2017

Sémiramide (Opéra de Nancy) jusqu'au 11 novembre 2017

Alcione (Opéra Comique) jusqu'au 12 novembre 2017

Aquagranda de Filippo Perocco (Teatro La Fenice) jusqu'au 14 novembre 2017

Le Requiem de Mozart (Philharmonie de Paris) - dm René Jacobs - jusqu'au 26 novembre 2017

Don Giovanni (Opéra de Liège) jusqu'au 23 novembre 2017

Anna Bolena (Opéra Grand Avignon) jusqu'au 23 novembre 2017

L'Orfeo (La Fenice) jusqu'au 23 décembre 2017

Le retour d'Ulysse dans sa patrie (La Fenice) jusqu'au 24 décembre 2017

Le couronnement de Poppée (La Fenice) jusqu'au 25 décembre 2017

La Cenerentola (Palais Garnier) jusqu'au 26 décembre 2017

Le Vaisseau Fantôme (Teatro Real de Madrid) jusqu'au 27 décembre 2017

La Bohème (Festival d'Opéra en plein air) jusqu'au 29 décembre 2017

La Damnation de Faust (ms Ruggero Raimondi) jusqu'au 01 février 2018

Le retour d'Ulysse dans sa patrie (Théâtre des Champs-Elysées) jusqu'au 13 mars 2018

Jérusalem (Opéra Royal de Wallonie) jusqu'au 24 mars 2018

Le chant de la Terre (Festival de Saint-Denis) jusqu'au 09 juin 2018

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #TV Lyrique

Publié le 27 Août 2017

Eclipse totale de soleil du 21 août 2017 au Wyoming (Etats-Unis)
Circonstances de l’éclipse totale de soleil

L’éclipse de soleil qui vient de traverser 14 états des Etats-Unis d’Ouest en Est, des montagnes rocheuses jusqu’aux plaines centrales, est la réplique de l’éclipse qui frôla Paris en 1999. Elle correspond au 22ème passage d’une série d’éclipses dénommée Saros 145 qui comporte en tout 77 évènements.

Elle a plongé dans l’obscurité Salem et Albany (Oregon), Idaho Falls (Idaho), le parc du Grand Teton et Casper (Wyoming), Grand Island et Lincoln (Nebraska), Kansas City et St-Joseph (Kansas), Columbia (Missouri), Carbondale Marion (Illinois), Clarksville et Bowling Green (Kentucky), Nashville (Tennessee), Nantahala National Forest (Caroline du Nord), Chattahoochee National Forest (Georgie), Columbia, Greenville et Charleston (Caroline du Sud), ainsi qu’une fraction de quelques km2 du Montana et de l’Iowa.

Couronne solaire et Régulus - 11h39 -  DMC-FZ72 - F/5.6 - 1/13 s - Focale 137 mm - Iso 100

Couronne solaire et Régulus - 11h39 - DMC-FZ72 - F/5.6 - 1/13 s - Focale 137 mm - Iso 100

L’ombre a ainsi touché la côte ouest-Pacifique à 17h15 TU (10h15 heure locale) à 3900 km/h, atteint le parc du Grand Teton à 17h35 TU (11h35 heure locale) à 3000 km/h, survolé le nord de Kansas City à 18h06 TU (13h06 heure locale) à 2400 km/h et le nord de Charleston à 18h45 TU (14h45 heure locale) à 2400 km/h également, soit un parcours d’une heure et trente minutes sur le sol américain.

Elle s’est ensuite perdue en reprenant de la vitesse dans l’Océan Atlantique, ce qui a permis aux habitants de Bretagne de percevoir une éclipse partielle à 6 % au coucher du soleil.

De fait, en plein mois d’août, ce spectacle solaire a été admiré par plus de 12 millions d’Américains vivant sur la bande de totalité et des millions de touristes venus du monde entier. Fidèles à leur opportuniste image, les Américains ont à nouveau prouvé leur sens hors pair des affaires, et il n’était pas rare de trouver des chambres à 1000 ou 2000 dollars la nuit, la veille de l’éclipse, même dans les hôtels de modestes bourgades.

La bande de totalité entre l'Oregon et le Wyoming et le parcours Seattle-Riverton

La bande de totalité entre l'Oregon et le Wyoming et le parcours Seattle-Riverton

Cependant, afin d’assurer les meilleures conditions d’observation, il fallait faire un compromis entre l’ouest où les conditions météorologiques sont statistiquement les meilleures à cette période de l’année - mais où la durée de l’éclipse est limitée à 2 minutes - et l’est où la durée du phénomène peut atteindre 2mn 40s mais avec un risque de couverture nuageuse plus important.

C’est pourquoi les environs désertiques de Riverton, ville située dans la partie centrale du Wyoming, l’état le moins peuplé du pays, se sont imposés. Dans ce climat sec, 2 minutes et 20 secondes d’éclipse étaient prévues.

Le point de départ de ce périple sera Seattle, la capitale de l’état de Washington.

Le stratovolcan du Mont Rainier (4392m) vu depuis Seattle

Le stratovolcan du Mont Rainier (4392m) vu depuis Seattle

Vers Grand Coulee Dam

En quittant Seattle vers l’est, l’interstate 90 laisse de côté l’impressionnant et massif stratovolcan du Mont Rainier (4392m) qui domine la ville, pour traverser la chaîne sud des Cascades recouverte de denses forêts de conifères.

Passé Ellensburg, et une fois croisé le fleuve Columbia, une route s’écarte vers le nord-est et longe les canyons de Dry Falls, gouffre de plus de 5km de long creusé par d’anciennes chutes d’eaux, qui abritent Soap Lake et Lenore Lake, deux étendues d’eaux prisées des pêcheurs à la truite.

Ces deux lacs sont des extensions de la rivière Coulee qui descend l’ancien lit de la Columbia depuis le barrage de Grand Coulee, en contrebas d’un autre barrage, cette fois en remblais, North Dam.

 Dry Falls et Lenore Lake

Dry Falls et Lenore Lake

Grand Coulee Dam, mis en service le 01 juin 1942, fournit une puissance 6800 MW, soit trois fois plus que le célèbre barrage Hoover Dam construit 6 ans auparavant.

Destiné à irriguer la partie centrale de l’état de Washington, ce barrage joua un rôle fondamental pendant la Seconde Guerre mondiale afin de produire l’aluminium nécessaire à la fabrication des matériels de guerre.

Cette immense construction en béton a néanmoins entraîné le déplacement de plusieurs milliers d’habitants, dont des amérindiens d’origine, et bloque définitivement la remontée des saumons le long du fleuve Columbia.

En reprenant la route vers Spokane, les paysages monotones révèlent pourtant de très belles collines couvertes de blés dorés, qui donnent l’impression de voyager à travers d'étranges dunes de sable.

Grand Coulee Dam (1592 m de long et 168 m de haut)

Grand Coulee Dam (1592 m de long et 168 m de haut)

Les incendies de forêts du Montana

Une fois rejoint l’interstate 90, la route vers Missoula, seconde ville du Montana, s’assombrit au fur et à mesure qu’elle s’enfonce dans la forêt nationale de Lolo, forêt protégée qui bénéficie à la fois d’un climat continental et d’un climat océanique, ce qui contribue à la diversité de sa végétation.

Mais cet assombrissement est dû à l’avancement d’un immense incendie naturel démarré le 15 juillet 2017 et baptisé Lolo Peak Fire. Deux villages, Lolo et Florence, se préparent à leur évacuation, alors que plus de 140 km2 ont déjà brûlé.

Le soir, depuis Missoula, la ville de naissance de David Lynch, les fumées altèrent les couleurs du coucher du soleil qui se pare de teintes fuchsia extraordinairement inhabituelles.

Coucher de soleil vu depuis Missoula à travers la fumée de Lolo Peak Fire

Coucher de soleil vu depuis Missoula à travers la fumée de Lolo Peak Fire

Le Parc National Yellowstone et le Parc du Grand Teton

Le lendemain, en reprenant la route vers l’est, les sommets des Gallatin Range apparaissent au sud. C’est vers eux qu’une route plonge afin de rejoindre le Yellowstone National Park, célèbre symbole et sanctuaire situé dans la partie nord-ouest du Wyoming.

Le parc Yellowstone le long de Gibbon river

Le parc Yellowstone le long de Gibbon river

Ce parc résulte en effet de l’effondrement d’un des 20 super-volcans existant sur terre – il est l'un des rares qui pourraient créer un hiver volcanique en cas d’éruption – dont il ne reste plus qu'une vaste zone dépressionnaire appelée ‘Caldeira’. Et dans son sous-sol, la chambre magmatique, toujours active et présente, chauffe les eaux et les glaces qui remontent à la surface sous forme de fumerolles, sources d’eaux chaudes, geysers ou mares de boue.

Toutefois, il ne s’est pas réveillé depuis 640 000 ans.

Écureuil terrestre doré

Écureuil terrestre doré

Pour camper dans le parc, il est nécessaire de réserver à l’avance à cause de la forte demande, mais il est tout à fait possible de rejoindre à tout moment des campings situés à l’extérieur du parc, le long de Hebgen Lake par exemple.

Une route en forme de 'huit' permet de parcourir 250 km au centre du parc à 72 km/h maximum, et d’approcher les nombreux sentiers de randonnées.

Près d’un millier de grizzlis et d’ours noirs, 4000 bisons, 2500 cerfs hermione, plus de 20000 Wapitis, un millier d’élans et une centaine de loups vivent notamment sur ce territoire protégé.

Troupeau de bisons sur le plateau central de Yellowstone

Troupeau de bisons sur le plateau central de Yellowstone

Et nombreuses sont les curiosités naturelles à voir, parmi lesquelles on ne peut manquer le Grand prismatique multicolore, la plus grande source d’eau chaude des États-Unis, le groupe des Fountain Geysers au coucher du soleil, et le magnifique Artist Point d’où l’on peut admirer les chutes inférieures de la Yellowstone river qui dévalent le Grand Canyon illuminé par les couleurs de soufre des parois rocheuses.

Yellowstone river (Artist Point)

Yellowstone river (Artist Point)

Plus au sud, situé sur la bande de totalité de l’éclipse solaire, le profil alpin du Grand Teton s’élance depuis les rives de Jackson Lake et offre une vision grandiose dans un environnement lumineusement fleuri et absolument envoûtant.

Puis, une route bifurque vers le sud-est pour rejoindre, à travers quelques couloirs rocheux d’un rouge splendide, la ville de Riverton située en bordure des montagnes rocheuses près d’Ocean Lake, une dépression naturelle qui héberge de nombreux oiseaux.

C’est de ce point de vue que l’éclipse va être observée.

Jackson Lake et le massif de Grand Teton

Jackson Lake et le massif de Grand Teton

L’éclipse solaire du lundi 21 août

Plus de 400 personnes se sont retrouvées à Blazing 7s Ranch, au nord de Riverton, la plus grande ville de la réserve indienne de Wind River, sur une zone de campement qui fait face à Ocean Lake avec une vue dégagée en direction de l’arrivée de l’ombre de la lune.

Après une nuit étoilée, des nuages d’altitude voilent le soleil dès l’aurore, ce qui permet l’observation des groupes de taches solaires présents à la surface de notre astre, mais risque de filtrer les détails de la couronne lors de l’éclipse totale.

Le site d'observation à Blazing 7s Ranch (Riverton)

Le site d'observation à Blazing 7s Ranch (Riverton)

A 10h19 et 30 secondes, heure de Riverton, le bord de la lune commence à occulter le disque solaire, et, 30 minutes plus tard, l’ombre de la lune apparaît quelque part sur l’Océan Pacifique Nord. 

Petit à petit, nous allons observer la disparition des tâches solaires au fur et à mesure que le croissant solaire se réduit.

Tâches solaires - 10h32 -  DMC-FZ72 - F/5.9 - 1/250 s - Focale 1200 mm  - Iso 100

Tâches solaires - 10h32 - DMC-FZ72 - F/5.9 - 1/250 s - Focale 1200 mm - Iso 100

A 11h16, cette ombre large de 99 km touche terre en Oregon sur la ville de Newport à une vitesse de 3900 km/h. Cinq minutes plus tard, à Riverton, les derniers cirrus qui couvraient jusqu’à présent d’une teinte laiteuse la surface du soleil disparaissent. Vénus devient visible.

L’ombre atteint très rapidement le Grand Teton à 11h35 et, à 11h38, l’assombrissement de l’horizon, comme si la vague grise d’un tsunami se précipitait sur nous, s’amplifie.

Le diamant - 11h38 -  DMC-FZ72 - F/5.9 - 1/800 s - Focale 215 mm - Iso 100

Le diamant - 11h38 - DMC-FZ72 - F/5.9 - 1/800 s - Focale 215 mm - Iso 100

A son arrivée, les clameurs montent, le diamant se forme, les derniers rayons du soleil se rétrécissent, et, à 11h38mn42s, le ciel vire soudainement au bleu profond et s’illumine sous la lumière d’argent d’une dague pointée ver le sol, la couronne solaire. 

Régulus brille tout près du soleil, sur sa gauche.

A cet instant, l’ombre est large de 107 km et a ralenti pour atteindre une vitesse de 2850km/h.

Couronne solaire - 11h39 -  DMC-FZ72 - F/5.9 - 1/30 s - Focale 215 mm - Iso 100

Couronne solaire - 11h39 - DMC-FZ72 - F/5.9 - 1/30 s - Focale 215 mm - Iso 100

Rarement une couronne aura donné une telle impression d’intensité et de présence, et les 2mn et 20 secondes laissent peu de temps pour regarder l’horizon à 360°. La chaîne de Wind River, qui était noyée dans la brume, se révèle en surimpression dans une lumière orangée fascinante.

De très belles protubérances ornent ensuite le bord lunaire en seconde partie de totalité.

Détail des protubérances solaires - 11h40 -  DMC-FZ72 - F/5.9 - 1/500 s - Focale 215 mm - Iso 100

Détail des protubérances solaires - 11h40 - DMC-FZ72 - F/5.9 - 1/500 s - Focale 215 mm - Iso 100

Et, à 11h41mn05s, la lumière réapparait, les cris de joies montent, et l’on peut alors suivre la libération du soleil jusqu’à 13h05mn, heure où l’éclipse sera partielle sur la pointe de la Bretagne.

Mais dès 12h49mn, l’ombre a dorénavant quitté le territoire américain, et, à 14h05, elle disparaît totalement de la surface de la terre.

Retrouvé par chance à Blazing 7s Ranch, Sylvain Rivaud, un autre chasseur d'éclipses, décrit sur son blog (https://lepithec.blogspot.fr/), avec encore plus de détails et de merveilleuses photographies, l'une des plus impressives éclipses que j'ai eu l'occasion de voir dans ma vie.

Jeune observateur depuis Blazing 7s Ranch (Wyoming)

Jeune observateur depuis Blazing 7s Ranch (Wyoming)

Le Wyoming Dinosaur Center de Thermopolis

De par son esthétique, le passage d’une éclipse totale a un pouvoir cathartique qui, une fois les émotions libérées, ramène l’individu à un état réflexif et calme.
C’est avec cet esprit qu’est abordée la visite du Wyoming Dinosaur Center, un centre de paléontologie situé à 85 km au nord de Riverton, le long de Wind River .

Ce magnifique musée a été créé dès que les premiers fossiles furent découverts en 1993 à Warm Springs Ranch, dans les environs de Thermopolis.

Squelettes de Supersaurus, Triceratops et Tyrannosaure au Wyoming Dinosaur Center

Squelettes de Supersaurus, Triceratops et Tyrannosaure au Wyoming Dinosaur Center

Il comporte un parcours d’un excellent niveau pédagogique qui permet de comprendre l’évolution de la vie jusqu’à l’apparition des mammifères, en expliquant clairement les transitions, et comporte une impressionnante collection de fossiles et de reproductions, dont un spectaculaire squelette de Supersaurus de 32m de long découvert à Douglas, dans le Wyoming. 

Il est également possible de parcourir le site des fouilles localisé à proximité, ce qui est une rare opportunité pour les visiteurs.

La lune et Jupiter dans le crépuscule sur Elliott Bay (Seattle), 3 jours après l'éclipse

La lune et Jupiter dans le crépuscule sur Elliott Bay (Seattle), 3 jours après l'éclipse

Retour à Seattle

Enfin, après une nouvelle traversée de Yellowstone Park en revenant pas l’entrée est et par la route escarpée de la chief Joseph Highway, le voyage s’achève par un nouveau passage au Montana, toujours sous l’emprise de ses feux de forêts, et par les retrouvailles avec l’interstate 90 qui mène à Seattle.

Entrée sud de Capitol Hill, le long de Broadway avenue

Entrée sud de Capitol Hill, le long de Broadway avenue

S’il y a un quartier de cette ville cosmopolite à découvrir absolument, Capitol Hill, situé à 100 m au-dessus du centre-ville, concentre verdure, résidences de millionnaires, bars et restaurants agréables, et offre un visage d’ouverture et de contre-culture qui est la meilleure impression à retenir avant de quitter les États-Unis.

Il ne reste plus qu'à attendre la prochaine éclipse américaine qui traversera le sud des États-Unis le 08 avril 2024 du Texas au Maine. Elle repassera sur la ville de  Carbondale Marion (Illinois), qui aura dont vu deux éclipses totales en moins de 7 ans, et de grandes villes telles que Austin, Dallas, Evansville, Indianapolis, Cleveland, Buffalo, les chutes du Niagara et Rochester seront parcourues intégralement par l'ombre de la lune.

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #Astres, #Eclipse

Publié le 13 Août 2017

Quatuor Van Kuijk – La Nuit transfigurée
Concert du 12 août 2017
Parc Floral de Paris

Wolfgang Amadé Mozart 
Quintette n°2 à deux altos en do majeur K515 
Arnold Schönberg
La Nuit transfigurée opus 4

Nicolas Van Kuijk, Sylvain Favre, violons
Emmanuel François, alto, François Robin, violoncelle
Grégoire Vecchioni, alto
Lydia Shelley (Quatuor Voce), violoncelle

                                   Lydia Shelley et François Robin

A l’opposé du son âpre qui caractérise les ensembles de musique de chambre en recherche d’expressivité profondément pathétique, la rigueur mâtinée de joie du Quatuor Van Kuijk rend à la musique de Mozart une jeunesse chaleureuse bienvenue par ce temps uniformément gris et frais qui domine la capitale en plein mois d’août.

Sylvain Favre et Nicolas Van Kuijk, violons

Sylvain Favre et Nicolas Van Kuijk, violons

La quintette K515 est à la fois douce, rêveuse, mais également chargée de la mélancolie que l’on retrouve dans nombre d’airs de ses personnages d’opéra, dont l’évocation s’immisce de manière subliminale avec l’aide de notre propre imaginaire. La présence souple et subjacente du violoncelle de François Robin, la vigueur des violons et l’harmonie de l’ensemble concourent à ce sentiment de plénitude qui permet de résister aux agitations atmosphériques qui cernent la scène du grand delta du parc floral.

François Robin, violoncelle

François Robin, violoncelle

En seconde partie, la violoncelliste Lydia Shelley rejoint les cinq instrumentistes afin d'interpréter La nuit transfigurée. Que l’auditeur ne se trompe pas, si cette musique lui semble si naturelle, mais perceptiblement plus sombre que la quintette qui précède, c’est qu’elle est née du talent d’un jeune Arnold Schonberg (il avait vingt-cinq ans) bien avant qu’il ne révolutionne le monde musical avec sa technique dodécaphonique.

Les vibrations mystérieuses de ce poème nocturne sont pleinement rendues avec une verve déliée qui en atténue l’austérité de par sa rondeur sensuelle.

Nicolas Van Kuijk, Sylvain Favre, Emmanuel François, Grégoire Vecchioni, François Robin

Nicolas Van Kuijk, Sylvain Favre, Emmanuel François, Grégoire Vecchioni, François Robin

Près d’un millier de spectateurs attentifs, une aura enjouée, le Quatuor Van Kuijk et ses musiciens associés font maintenant partie du paysage musical international et trouvent un public de fidèles de plus en plus nombreux, si bien que leur prochain concert à l’amphithéâtre de la Philharmonie, le 13 janvier 2018, est déjà complet depuis plusieurs mois.

Voir les commentaires

Publié le 3 Août 2017

Die Meistersinger von Nürnberg (Richard Wagner)
Représentation du 31 juillet 2017
Bayreuth Festspiele

Hans Sachs Michael Volle 
Veit Pogner Günther Groissböck 
Kunz Vogelgesang Tansel Akzeybek 
Konrad Nachtigal Armin Kolarczyk 
Sixtus Beckmesser Johannes Martin Kränzle 
Fritz Kothner Daniel Schmutzhard 
Balthasar Zorn Paul Kaufmann 
Ulrich Eisslinger Christopher Kaplan 
Augustin Moser Stefan Heibach 
Hermann Ortel Raimund Nolte 
Hans Schwarz Andreas Hörl
Hans Foltz Timo Riihonen 
Walther von Stolzing Klaus Florian Vogt 
David Daniel Behle 
Eva Anne Schwanewilms 
Magdalene Wiebke Lehmkuhl 
Un veilleur de nuit Karl –Heinz Lehner                       
 Klaus Florian Vogt (Walther)

Direction musicale Philippe Jordan
Mise en scène Barrie Kosky (2017)

La nouvelle production des Maîtres Chanteurs de Nuremberg qui inaugure l’édition 2017 du festival de Bayreuth est un marqueur majeur car elle convoque pour la première fois un metteur en scène juif, Barrie Kosky, le directeur artistique du Komische Oper de Berlin, pour réinterpréter l’opéra de Richard Wagner qui touche fondamentalement au cœur de l’identité allemande.

Klaus Florian Vogt (Walther) et Michael Volle (Hans Sachs)

Klaus Florian Vogt (Walther) et Michael Volle (Hans Sachs)

En effet, alors qu’en 1866 la troisième guerre d’indépendance italienne aboutit à l’expulsion des derniers Autrichiens d’Italie et, qu'au même moment, les Prussiens protestants battirent l’Autriche catholique et la confédération germanique, la Bavière de Louis II resta, elle, indépendante.

Pour Richard Wagner, la Bavière ‘devait sauver l’Allemagne’. 

Lorsqu’ils furent joués pour la première fois à Munich, le 21 juin 1868, Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg célébraient, en partie sur le mode de la dérision, le retour à l’art romantique allemand comme fondement d’une nouvelle nation identitaire.

Le public fut subjugué, mais un critique musical juif viennois, Eduard Hanslick, démolit l’esthétique et l’idéologie de l’ouvrage. 

Avait-il compris que le personnage de Beckmesser était originellement inspiré par lui même?

Le Palais des Festivals de Bayreuth

Le Palais des Festivals de Bayreuth

Indéniablement, Les Meistersinger contiennent une part autobiographique et drainent les sentiments antisémites du compositeur.

Barrie Kosky est le premier artiste juif et non allemand à les mettre en scène au Palais des festival de Bayreuth, et sa manière d’aborder l’œuvre est un formidable spectacle qui permet au spectateur de comprendre l’influence du milieu familial de Richard Wagner, de voir en chaque protagoniste une part de celui-ci, de réfléchir sur Nuremberg en tant que symbole du pouvoir Nazi, dans une ambiance malgré tout déjantée qui évacue tout ressentiment émotionnel.

Richard Wagner, Cosima Wagner, Hans von Wolzogen and the elderly Franz Liszt at Haus Wahnfried Bayreuth circa 1880 (Photogravure by Franz Hafnstaengl after an oil painting by Wihelm Beckman, Liszt Museum, Bayreuth)

Richard Wagner, Cosima Wagner, Hans von Wolzogen and the elderly Franz Liszt at Haus Wahnfried Bayreuth circa 1880 (Photogravure by Franz Hafnstaengl after an oil painting by Wihelm Beckman, Liszt Museum, Bayreuth)

Le premier acte reconstitue brillamment l’atmosphère bourgeoise, richement dotée de bibliothèques et de tissus précieux, de la villa Wanfried où Wagner, grâce au soutien financier de Louis II, pu s’installer en 1874 pour laisser libre cours à ses illusions artistiques.

Le décor est confiné, ce qui renforce l’impression d’imagerie d’Epinal du dispositif scénique.

Par un jeu de correspondance rendu le plus clair possible en employant les portraits réalisés par des peintres contemporains de leur époque, Hans Sachs prend les traits de Richard Wagner, Eva celui de sa femme, Cosima, inspiratrice active de sa philosophie, Pogner, le père d’Eva, incarne Franz Liszt, et Beckmesser s'identifie au chef d’orchestre juif Hermann Levi qui dirigea Parsifal lors de sa création à Bayreuth.

Klaus Florian Vogt (Walther) et Michael Volle (Hans Sachs)

Klaus Florian Vogt (Walther) et Michael Volle (Hans Sachs)

Mais Walther et, plus surprenant, David affichent, eux aussi, des caractères physiques propres à Richard Wagner afin de représenter la fragmentation du compositeur dans l’ouvrage.

L’ensemble prend la forme d’une représentation traditionnelle, ce qu’elle n’est pas, car le jeu des acteurs est d’une virtuosité poussée, laquelle est renforcée par le chœur tout fou – mais invisible et en retrait lors de l’ouverture - qui réalise des entrées et sorties constamment loufoques. Quant aux maîtres chanteurs, ils sont désacralisés à travers toutes sortes de mimiques humaines drôles et vivantes.

Sur la forme, on se croirait dans la première partie du Capriccio de Richard Strauss tissé de conversations philosophiques sur la musique et la poésie. Mais lorsque le salon se retire en arrière-plan, il laisse apparaître la salle de jugement du tribunal de Nuremberg flanquée des quatre drapeaux soviétique, américain, britannique et français. Le jugement de l’Allemagne et de Richard Wagner s’impose comme une question lancinante dans la suite de l’opéra.

Klaus Florian Vogt (Walther)

Klaus Florian Vogt (Walther)

Le second acte, qui mélange architecture du tribunal et prairie bucolique, ne fait pas allusion au métier de cordonnier de Hans Sachs, mais développe l’ambiguïté entre relation des personnages du livret et celle de Cosima et Richard Wagner.

Il fait intervenir le chœur, c'est-à-dire le peuple, de façon intempestive et divertissante comme s’il était joué par des acteurs libres, ce qui donne un sentiment d’anachronisme aux tableaux où il intervient.

Le point central de cet acte est bien entendu l’échange entre Hans Sachs et Beckmesser autour de la scène de séduction d’Eva – sans réel enjeu apparent - qui décuple le ressentiment antisémite de Wagner caché dans la partition.

Les coups de marteau deviennent les coups de maillet d'un juge.

Michael Volle (Hans Sachs) et Johannes Martin Kränzle (Beckmesser)

Michael Volle (Hans Sachs) et Johannes Martin Kränzle (Beckmesser)

La gestuelle Yiddish du marqueur, subtilement caricaturée, les entrelacs de motifs subliminaux exacerbés par Philippe Jordan, la tonalité joyeuse de l’ensemble, tout est fait pour que l’attention soit intelligemment maintenue, jusqu’au basculement vers la scène de bastonnade qui s’assombrit soudainement et laisse apparaître un visage géant fidèle à l’image fantasmée du juif satanique, visage qui se déploie lentement et progressivement. 

L’effet saisissant laisse coi et ne manque pas de provoquer l’exaspération de quelques spectateurs.

Le troisième acte se déroule entièrement dans la scène de tribunal. David, puis Hans Sachs, sont jugés – mais il s’agit bien de juger Wagner -, et les relents antisémites du peuple s’expriment avec évidence à l’accueil des maîtres chanteurs, tous applaudis sauf le marqueur.

Les scènes de foule sont toujours aussi formidables de verve et d’invention, et l’ouvrage s’achève sur l’apparition d’un orchestre sur scène, dirigé par Hans Sachs / Richard Wagner, qui disparaît dans les arrière-fonds du théâtre, afin de créer un effet de distanciation entre la musique du compositeur et la pensée de l'homme.

Johannes Martin Kränzle (Beckmesser)

Johannes Martin Kränzle (Beckmesser)

Pour son retour dans la fosse de Bayreuth, cinq ans après sa première interprétation de Parsifal en ce même lieu, Philippe Jordan reprend en main un orchestre dont la nature germanique modifie le rendu des couleurs par rapport à la version qu’il a dirigé l’année dernière avec l’orchestre de l’Opéra National de Paris.

Sans tonitruance, l’ouverture fait la part belle au déploiement fluide et sculptural des cordes, et sa direction, exempte d’effets nets et coupants, délie et démultiplie les motifs subjacents de la partition pour les lier fortement à la caractérisation vocale des personnages.

Car, non seulement le chef d’orchestre épouse parfaitement la construction scénique et les silences, ce qui, paradoxalement, accentue l’impression d’osmose entre direction musicale et direction d’acteur, mais il enrichit également les dialogues avec une expressivité qui prend le dessus sur le texte dans une effervescence étourdissante.  

Et en grand plasticien musical qu’il est, il excelle naturellement à induire des ondes intemporelles magnifiquement évanescentes et ombrées qui semblent totalement dématérialiser l’orchestre. 

Philippe Jordan

Philippe Jordan

C’est en tout premier lieu Michael Volle, véritable bête de scène, qui bénéficie de la force délicate d’une telle direction.

Probablement insurpassable dans le rôle d’Hans Sachs, symbole, ici, de l’esprit de Wagner, sa présence vocale décline toutes sortes d’états d’âme, de l’amertume à la colère en passant par l’impétuosité et la mélancolie, et son jeu nerveux et violent rend son personnage pleinement abouti.

L’auditeur est alors capté par l’énergie animale qu’il dégage, si bien que l’on ne voit plus le musicien, sinon l’incarnation nue et totale de l’être qu’il représente.

Johannes Martin Kränzle (Beckmesser) et Michael Volle (Hans Sachs)

Johannes Martin Kränzle (Beckmesser) et Michael Volle (Hans Sachs)

Klaus Florian Vogt, lui aussi parabole, dans cette production, du jeune Wagner révolté, un timbre constamment immaculé, une puissance splendide, est un Walther von Stolzing intemporel et un délice de sincérité. L’expression de ses élans clairs et vaillants, où la douceur l’emporte sur la force brute, et les langueurs onctueuses ont un tel impact émotionnel, que son timbre extraordinaire semble comme inaltérable au temps. Il est véritablement une très grande figure du Festival, et son attitude digne et touchante face à l’accueil dithyrambique du public est inoubliable.

Günther Groissböck, en Pogner / Franz Liszt, a un rôle plus court, mais ses expressions enjouées, doublées de belles couleurs naturelles et humaines, rendent entièrement sympathique son personnage bienveillant.

Anne Schwanewilms (Eva) et Klaus Florian Vogt (Walther)

Anne Schwanewilms (Eva) et Klaus Florian Vogt (Walther)

Et pour faire vivre l’impulsivité de David, Daniel Behle lui transmet un timbre dense et une émission percutante qui rend son personnage plus terrestre et mature que celui de Walther.

Mais on se souviendra longtemps du Beckmesser vécu par Johannes Martin Kränzle - artiste allemand qui interprétait Wozzeck à l'opéra Bastille, cette saison -  sous les traits barbus d’Hermann Levi. La démarche esthétique, les variations fines et expressives qui traduisent l’ambiguïté et l’insaisissable du personnage, le timbre qui révèle une texture doucereuse, il est incarnation totale du marqueur si détesté par Richard Wagner.

Et de plus, il semble prendre un malin plaisir narquois à jouer de cette figure provocante sans la moindre inhibition. 

Quant à Anne Schwanewilms, elle n’a plus la rondeur qui pourrait restituer au mieux la symbolique idéale que représente Eva. Totalement surprenante dans un rôle comique, alors qu’elle incarne habituellement des personnages sensibles et intimistes, elle dégage surtout une personnalité qui pourrait être celle de Cosima Wagner. 

Sa compagne, Wiebke Lehmkuhl, de sa voix bien timbrée, donne enfin beaucoup de vie à Magdalene.

Le choeur du festival de Bayreuth

Le choeur du festival de Bayreuth

Le chœur, un grand sentiment d’allégresse, s’en donne pleinement à cœur joie, et contribue ainsi à la réussite d’une production qui allie mémoire historique et familiale, réflexion psychologique, vitalité exubérante, bref, une richesse stimulante pour chacun de nous qui amorce peut-être une reprise de la créativité théâtrale du Festival.

Voir les commentaires

Publié le 30 Juillet 2017

Les pronostics ci-dessous proviennent d'engagements ou d'intentions de programmation rendus publics, parfois depuis plus d'un an ou deux, qui peuvent, aujourd'hui, être modifiés ou supprimés pour des raisons diverses. Ils doivent donc être pris avec précaution en attendant l'annonce officielle.
N'hésitez pas à faire remarquer les changements ou compléments éventuels.

Mise à jour au 01 septembre 2017

Chaque saison seront présentés 20 ouvrages dont 9 à 10 nouvelles productions et 3 œuvres rares ou nouvelles.

Les nouvelles productions ou nouvelles coproductions (pour Paris) sont indiquées par le sigle NP.

Le programme de la saison 2017/2018 est détaillé sous le lien suivant :

Présentation de la saison Lyrique 2017 / 2018 de l’Opéra National de Paris

Saisons à venir

2018-2019, Tristan und Isolde - ms Peter Sellars / Bill Viola (reprise) - dm Philippe Jordan - Martina Serafin (Isolde) - 11/09 au 10/10
2018-2019, Les Huguenots - NP- ms Claus Guth - dm Bertrand de Billy - Bryan Hymel (Raoul), Diana Damrau (Marguerite de Valois)  - Patrick Bolleire (Thoré, Maurevert) - Nicolas Testé (Marcel) - octobre 2018
2018-2019
, Don Carlo  - version 5 actes en italien (Modène 1886) - ms Krzysztof Warlikowski (reprise) - Bryan Hymel / Roberto Alagna ? (Don Carlo) - Aleksandra Kurzak (Elisabeth)? - Anita Rachvelishvili (Eboli)
2018-2019
, Bérénice (d'après Racine et composé par Michael Jarrell) - NP - ms Claus Guth - Barbara Hannigan - dm Ph.Jordan
2018-2019, Elisir d'Amore (L') - ms Laurent Pelly (reprise) - dm Giacomo Sagripanti - Rame Lahaj / Vittorio Grigolo / Paolo Fanale (Nemorino), Nadine Sierra (Adina)
2018-2019, Billy Budd - NP – ms Deborah Warner - coproduction Teatro Real de Madrid
2018-2019, Don Giovanni - NP - Philippe Sly (Leporello) - Opéra Garnier.
2018-2019, Les Troyens - NP- ms Dmitri Tcherniakov? - dm Jordan - S.d'Oustrac (Cassandre), E.Garanca (Didon), B.Hymel (Enée), S.Degout (Chorèbe) (janvier 2019)

2018-2019, Il Primo Omicidio (Scarlatti) - NP - ms Romeo Castellucci - dm René Jacobs - Brigitte Christensen (Eva) (janvier 2019)
2018-2019, Otello - NP – Roberto Alagna
2018-2019, Nabucco - NP - Placido Domingo, Liudmyla Monastryska
2018-2019, Samson et Dalila - ms Damiano Michieletto (reprise) - Elina Garanca
2018-2019, Aïda - ms Olivier Py (reprise) - Anna Netrebko / Anna Pirozzi
2018-2019, Simon Boccanegra - NP - Ludovic Tézier / Nicola Alaimo
2018-2019, Iolanta / Casse-Noisette
- ms Dmitri Tcherniakov (reprise) - dm Tomas Hanus - Artur Rucinski - mai 2019
2018-2019, Rusalka - ms Robert Carsen (reprise) - Camilla Nylund
2018-2019, I Puritani - ms Laurent Pelly (reprise) - Elsa Dreisig (Elvira)

2018-2019, Katerina Izmaïlova - NP - ms Rimas Tuminas - dm Tugan Sokhiev - Ausrine Stundyte -  tournée du Bolshoi (2019)
2018-2019, Un opéra de Charles Gounod - NP - (Roméo et Juliette? La Reine de Saba?)
Leonardo García Alarcón reviendra à l'ONP en 2018 (reprise d'Eliogabalo ou pour diriger un autre opéra baroque ?)

Et également entre 2018 et 2021

Un opéra baroque à l'opéra Bastille à l'opéra Bastille (Une des deux ou trois œuvres baroques avec chœur et orchestre suffisamment fournis)
La Tempête (Thomas Adès) - reprise d'une production existante.
Il Turco in Italia (Rossini) (Entrée au répertoire)
L'Italiana in Algeri (Rossini) - NP?
Norma (Bellini) - NP - ms Alex Ollé - coproduction Royal Opera House
Un opéra de Lully (2019)
Jenufa (Janacek) - NP - ms Alvis Hermanis - coproduction Théâtre Royal de la Monnaie

Carmen - ms Calixto Bieito (reprise) - Roberto Alagna - Anett Fritsch  (Micaela)
Lear - ms Calixto Bieito (reprise) - Evelyn Herlitzius
La Forza del Destino - ms J.C Auvray (reprise) ?- Rodolphe Briand (Trabuco)
Tannhäuser - ms Robert Carsen (reprise)?
Une seconde nouvelle production avec le Bolshoi - (autre que Guerre et Paix)
Les Indes galantes - ms Andreï Serban (reprise) - Jodie Devos
La Flûte enchantée - ms Robert Carsen (reprise) - Jodie Devos
Die Entführung aus dem Serail - ms Zabou Breitman (reprise) - Sofia Fomina
L'Incoronazione di Poppea - ms Bob Wilson (reprise) - Anne-Catherine Gillet (Poppea)

2019-2020, Le Soulier de satin (d'après Claudel et composé par Marc-André Dalbavie) - NP - ms Stanislas Nordey - dm Ingo Metzmacher
2019-2020, Les Noces de Figaro - NP - Opéra Garnier.
2019-2020, Prince Igor (Borodine) - NP - ms Barrie Kosky - dm Philippe Jordan

2019-2020, Roberto Devereux (Donizetti) - NP - Artur Rucinski (mars/avril 2020)

2020-2021, Guerre et Paix - NP  - ms Dmitri Tcherniakov - coproduction Bolshoi
2020-2021, Der Ring des Nibelungen - NP -  ms Calixto Bieito - dm Philippe Jordan - Martina Serafin (Brünnhilde) - Andreas Schager (Siegfried) (Siegfried / Götterdämmerung, octobre 2020)

Die Soldaten - NP - ms Alvis Hermanis ?
Un Opéra d'après Michel Houellebecq ou avec un autre dramaturge français
Après Boris Godounov Ivo van Hove mettra en scène un second opéra à l'ONP.
Anna Bolena - NP - Sonya Yoncheva

Ces pronostics peuvent être également suivis sur le fil Nouveaux pronostics ONP (jusqu'en 2019) du forum d'Opéra 'ODB'.

Voir les commentaires

Publié le 16 Juillet 2017

Tâches solaires (groupe 2665) le 16 juillet 2017, 12 h UTC

Tâches solaires (groupe 2665) le 16 juillet 2017, 12 h UTC

Le groupe 2665 est un ensemble composé d'une douzaine de tâches solaires visibles depuis la Terre le 16 juillet 2017 et sur le point de disparaître par le bord Est de notre étoile. Ce groupe est déclinant et est classé  β (c'est à dire qu'il dispose d'une polarité positive et d'une polarité négative nettement séparées par une seule division).

 

Tâches solaires (groupe 2665) le 16 juillet 2017, 12 h UTC - détail

Tâches solaires (groupe 2665) le 16 juillet 2017, 12 h UTC - détail

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #Astres

Publié le 15 Juillet 2017

Le Concert de Paris au Champ-de-Mars
Concert du 14 juillet 2017 (5ème édition)
Champ-de-Mars - Paris

Hector Berlioz – La Damnation de Faust : Marche Hongroise
Giacomo Puccini – Gianni Schicchi : « O mio babbino caro » [Nadine Sierra]
Giuseppe Verdi – Rigoletto : « La donna è mobile » [Bryan Hymel]
Serge Prokofiev – Roméo et Juliette : « Danse des Chevaliers »
Wolfgang Amadé Mozart – Don Giovanni : « Deh vieni alla finestra » [Ludovic Tézier]
Wolfgang Amadé Mozart – Don Giovanni : « Fin ch’han dal vino » [Ludovic Tézier]
Charles Gounod – Roméo & Juliette : « Je veux vivre » [Diana Damrau]
Nikolaï Rimsky-Korsakov – La Fiancée du Tsar : « La chanson du houblon »
Charles Gounod – Sapho : « O ma lyre immortelle » [Anita Rachvelishvili]
Johannes Brahms – Double concerto : « Vivace non troppo » (3e mvt) [Gautier et Renaud Capuçon]
Dmitri Kabalevsky / Andrew Cottee – « Bonne Nuit »
Ruggero Leoncavallo – Pagliacci : « Vesti la Giubba » [Bryan Hymel]
Dmitri Chostakovitch – Suite de Jazz n°2 : « Valse n°2 »
Léo Delibes – Lakmé : « Duo des fleurs » [Nadine Sierra et Anita Rachvelishvili]
Richard Strauss – Morgen [Diana Damrau et Renaud Capuçon]
Vangelis / Don Rose – « Les Chariots de feu » (version pour piano et orchestre)
Giacomo Puccini – La Bohème : « O soave fanciulla » [Nadine Sierra et Bryan Hymel]
Modeste Moussorgsky / Maurice Ravel – Les Tableaux d’une exposition : « La grande porte de Kiev »
Giuseppe Verdi – Don Carlo : « E lui !... desso ! ... » [Bryan Hymel et Ludovic Tézier]
Georges Bizet – Carmen : « Les voici la quadrille ! »
Hector Berlioz / Claude Joseph Rouget de Lisle – La Marseillaise (couplets n°1 et 2)

Avec Diana Damrau, soprano, Nadine Sierra, soprano, Anita Rachvelishvili, mezzo-soprano, Bryan Hymel, ténor, Ludovic Tézier, baryton, Renaud Capuçon, violon, Gautier Capuçon, violoncelle                            

Direction musicale Valery Gergiev
Chœur et Maîtrise de Radio France
Orchestre National de France

Coproduction La Mairie de Paris, France Télévisions et Radio France 

Faire entendre un concert de musique classique en plein air face à 500 000 spectateurs installés et entassés depuis plusieurs heures sur les pelouses du Champ-de-Mars, afin d’être aux premières loges du feu d’artifice, est une ambition démesurée qui pourrait sembler dommageable à la finesse d’écriture des airs interprétés par ces chanteurs qui sont tous des références mondiales du chant lyrique.

Anita Rachvelishvili et Nadine Sierra  : Léo Delibes – Lakmé « Duo des fleurs »

Anita Rachvelishvili et Nadine Sierra : Léo Delibes – Lakmé « Duo des fleurs »

Et pourtant, suivre les artistes depuis les allées boisées latérales, tout en observant une foule hétéroclite, bruyante, agitée, impatiente ou parfois concentrée, qui réunit l’ensemble de la société française dans toute sa diversité, a quelque chose de particulièrement fort qui ne nuit même pas à l’imprégnation de la musique, car c’est le sentiment de partage qui l’emporte haut-la-main.

Ainsi, peut-on voir, perchée sur les épaules de son père, une petite fille mimer à tue-tête Bryan Hymel chantant l’air du Duc de Mantoue ‘La donna è mobile !’ - le ténor canadien fait très forte impression ce soir, y compris dans l'air poignant d'I Pagliacci -, ou bien des jeunes enfants marquer du pied les cadences de la ‘Danse des Chevaliers’ de Roméo et Juliette.

Sur l'air 'La Donna è mobile' chanté par Bryan Hymel

Sur l'air 'La Donna è mobile' chanté par Bryan Hymel

Anita Rachvelishvili doit, certes, supporter le passage d’un hélicoptère au début de son air sombre ’ O ma lyre immortelle’, mais c’est radieuse qu’on la retrouve avec Nadine Sierra dans l’enjôleur ‘Duo des fleurs’, voix doucereusement mêlées, pour achever les dernières paroles en se détachant, toutes deux, de l’avant-scène, les regards magnifiquement complices.

Quant à Diana Damrau, exubérante et extravertie, elle laisse en mémoire une interprétation lumineuse et recueillie de ‘Morgen’, totalement aérienne, et Ludovic Tézier, d’allure la plus sérieuse, se prête au jeu de Don Giovanni sans réserve.

Chœur et Maîtrise de Radio France et Orchestre National de France

Chœur et Maîtrise de Radio France et Orchestre National de France

Valery Gergiev, fier de parsemer le concert de musiques signées par les plus grands compositeurs russes,  Prokofiev, Chostakovitch, Rimsky-Korsakov, Moussorgsky, trouve donc en l’Orchestre National de France un grand vecteur qui porte brillamment l’essence même de la culture de sa nation. 

Ce concert, qui a réuni 3 088 000 téléspectateurs, peut être revu sur Culturebox - Le Concert de Paris.

Nadine Sierra, Bryan Hymel, Valery Gergiev, Diana Damrau, Ludovic Tézier, Anita Rachvelishvili

Nadine Sierra, Bryan Hymel, Valery Gergiev, Diana Damrau, Ludovic Tézier, Anita Rachvelishvili

Voir les commentaires

Publié le 10 Juillet 2017

Mise à jour septembre 2017

Krzysztof Warlikowski : Commandeur des Arts et des Lettres
Discours à l’occasion de la remise des insignes de Commandeur des Arts et des Lettres


Lundi 18 mars 2013, lors d’une réception organisée en son honneur à la Résidence de France à Varsovie, le metteur en scène de théâtre et d'opéra Krzysztof Warlikowski a reçu de la part de l’Ambassadeur de France les insignes de Commandeurs des Arts et des Lettres.

Né à Szczecin, c’est en Pologne qu’a démarré le parcours artistique de Krzysztof Warlikowski, pour se poursuivre à travers toute l’Europe jusqu’en Israël. Il appartient à cette génération d’Europe de l’Est qui s’est ouverte au monde après la chute du mur de Berlin, afin d’irriguer la culture académique occidentale d’une nouvelle forme d’expression plus proche, viscéralement, du cœur de la vie.

En France, c’est par le biais du Festival d’Avignon qu’il s’est fait connaitre – avec Hamlet d’abord, puis avec ses autres pièces, Purifiés (Sarah Kane), Le Songe d’une nuit d’été (Shakespeare), le Dibbouk (Shalom Anski et Hanna Krall), Krum (Hanokh Levin) et Angels in America (Tony Kushner).

Krzysztof Warlikowski est non seulement un artiste qui porte un regard profond sur les textes, y compris ceux des livrets d’opéras, qu’il met en scène, mais aussi une personnalité entière et géniale qui réalise un travail de stylisation et d’expression lucide sur la condition humaine dont il tire une force extraordinaire à partir de ses propres tensions internes. Il est également quelqu'un qui, par la vitalité de son discours, nous permet de sortir des rapports humains artificiels que nous connaissons dans la vie, alors que, pourtant, nous sommes dans l'illusion du théâtre. C’est du moins la vision personnelle que j’ai de cet homme.

Et depuis le jeudi 14 avril 2016, sa troupe, le Nowy Teatr, dispose d'un nouveau lieu d'accueil dans un ancien bâtiment industriel, construit en 1927, d'un des rares quartiers de Varsovie à ne pas avoir été rasé par les bombardements pendant la guerre, le quartier de Mokotow.

LaFin03.jpg

     Ewa Dalkowska et Krzysztof Warlikowski

 

Avant de reproduire, ci-dessous, le discours de l’Ambassadeur, un petit rappel de tous les ouvrages qu’il a traduit sur scène depuis 2006, lorsque Gerard Mortier, ancien directeur de l’Opéra National de Paris, le fit découvrir au public parisien, permet de prendre la mesure de ce qu’il a réalisé ces dix dernières années, même si son travail artistique s'exprime depuis plus de vingt ans. Sont ensuite évoqués les projets à venir.

Iphigénie en Tauride (Christoph Willibald Gluck) Palais Garnier (Paris) Juin 2006 & Juin 2008
L'Affaire Makropoulos (Leos Janacek) Opéra Bastille (Paris) Mai 2007 & Mai 2009
Krum (Hanokh Levin) Odéon Théâtre de L'Europe (Paris) Décembre 2007
Parsifal* (Richard Wagner) Opéra Bastille (Paris) Mars 2008
Angels in America (Tony Kushner) Théâtre du Rond Point (Paris) Mai 2008
Le Roi Roger (Karol Szymanowski) Opéra Bastille (Paris) Juin 2009
(A)pollonia (Hannah Krall-J.M Coetzee) Théâtre National de Chaillot (Paris) Novembre 2009
« Un Tramway » nommé désir (T.Williams) Odéon Théâtre de L'Europe (Paris) Février 2010
Macbeth (Giuseppe Verdi) Théâtre de la Monnaie (Bruxelles) Juin 2010
The Rake's progress (Igor Stravinsky) Staatsoper im Schiller Theater (Berlin) Décembre 2010
La Fin. Koniec (B-M. Koltès-F.Kafka,J.M Coetzee) Odéon Théâtre de L'Europe (Paris) Février 2011
Médée (Luigi Cherubini) Théâtre de la Monnaie (Bruxelles) Avril 2008 & Septembre 2011
Contes Africains (d’après Shakespeare) Théâtre National de Chaillot (Paris) Mars 2012
Eugène Onéguine (Piotr Ilitch Tchaïkovski) Bayerische Staatsoper (Munich) Juillet 2008 & Mars 2012
Poppea e Nerone (Claudio Monteverdi-Orch Boesmans) Teatro Real (Madrid) Juin 2012
Lulu (Alban Berg) Théâtre de la Monnaie (Bruxelles) Octobre 2012
Kabaret (John Fosse) Festival d’Avignon Juillet 2013 et Palais Chaillot (Paris) Février 2014
L'Affaire Makropoulos (Leos Janacek) Opéra Bastille (Paris) Reprise Septembre 2013
Die Frau Ohne Schatten (Richard Strauss) Bayerische Staatsoper (Munich) Novembre 2013
Alceste (Christoph Willibald Gluck) Teatro Real (Madrid) Mars 2014
Don Giovanni (Wolfgang Amadé Mozart) Théâtre de la Monnaie (Bruxelles) Décembre 2014

Die Franzosen (The French) (Marcel Proust) RuhrTriennale (Gladbec) Août 2015
Le Château de Barbe Bleue (Bartok) / La Voix Humaine (Poulenc) Opéra Garnier (Paris) Novembre 2015
Phèdre(s) (W.Mouawad - S.Kane) Odéon-Théâtre de l'Europe avec Isabelle Huppert mars/mai 2016
Il Trionfo del Tempo e del Disinganno (Haendel)  Festival d'Aix en Provence Juillet 2016
Die Franzosen (The French) (Marcel Proust) Théâtre Chaillot (Paris) Reprise Novembre 2016
Iphigénie en Tauride (Christoph Willibald Gluck) Palais Garnier (Paris) Reprise Décembre 2016
Wozzeck (Alban Berg)  Dutch National Opera (Amsterdam) Mars 2017
Die Gezeichneten - Les Stigmatisés (Franz Schreker)  Bayerische Staatsoper (Munich) Juillet 2017
Die Frau Ohne Schatten (Richard Strauss) Bayerische Staatsoper (Munich) Reprise Juillet 2017
Pelléas et Mélisande (Claude Debussy) RuhrTriennale (Bochum) Août 2017

* La production de Parsifal a été détruite sous la direction de Nicolas Joel, directeur de l'Opéra National de Paris de 2009 à 2014.


Parsifal_Acte2_02b.jpg     Waltraud Meier (Kundry) dans Parsifal en mars 2008

 

Alors que la saison 2017/2018 débute, ses futurs projets commencent à être bien connus :


Don Carlos (Giuseppe Verdi) Opéra Bastille (Paris) octobre 2017
Le Château de Barbe Bleue (Bartok) / La Voix Humaine (Poulenc) Opéra Garnier (Paris) Reprise mars 2018
De la Maison des Morts (From the House of the Dead) (Janacek) Royal Opera House Londres mars 2018
Die Bassariden (Hans Werner Henze) Festival de Salzburg 2018
Don Carlo (Giuseppe Verdi) Opéra Bastille (Paris) 2018/2019 (reprise en italien)
Les Contes d'Hoffmann (Jacques Offenbach) La Monnaie (Bruxelles) 2019

AMakropoulos05b.jpg  Angela Denoke (Emilia Marty) dans l'Affaire Makropoulos en mai 2009
 

 

 

 

Discours à l’occasion de la remise
des insignes de Commandeur des Arts et des Lettres
à M. Krzysztof Warlikowski
(lundi 18 mars 2013)



Monsieur le ministre,
Messieurs les députés,
Messieurs les sénateurs,
Mesdames et messieurs, chers amis,
Cher Krzysztof Warlikowski,

J’ai le grand plaisir de vous accueillir ce soir dans la résidence de France, face à cet auditoire nombreux d’amis et d’admirateurs, pour vous remettre les insignes de commandeur dans l’Ordre des Arts et des Lettres.

Cet ordre est l’un des quatre ordres ministériels de la République française et en conséquence l’une de ses principales distinctions honorifiques, par laquelle le Ministre de la Culture honore celles et ceux qui se sont illustrés, soit par leurs contributions au patrimoine mondial dans le domaine artistique ou littéraire, soit par la contribution qu’ils ont apportée au rayonnement de la culture française dans le monde.

Krzysztof Warlikowski, vous êtes l’un des plus grands metteurs en scène de théâtre, un metteur en scène dont la notoriété dépasse les frontières de la Pologne et de l’Europe. Vous êtes aussi, de par votre carrière internationale, un représentant de l’Europe de la culture d’aujourd’hui, plurilingue et pluriculturelle, authentiquement polonaise et authentiquement universelle.

Permettez-moi de revenir sur quelques traits marquants de votre vie et de votre carrière. Je ne m’aventurerai pas, en effet, à en faire un tableau exhaustif tant elle a été jusqu’à ce jour extraordinairement riche et diversifiée.

Vous avez fait des études d’histoire, de philosophie et de philologie romane à l’Université Jagellonne de Cracovie. Vous avez également étudié pendant une année l’histoire du théâtre à l’École Pratique des Hautes Études de la Sorbonne. Vous avez commencé l’étude de la mise en scène à l’Académie du Théâtre de Cracovie où vous avez signé vos premiers spectacles, Nuits blanches de Dostoïevski et L’Aveuglement d’Elias Canetti.

Votre curiosité et votre soif de nouvelles formes d’expression théâtrale vous ont amené ensuite à travailler avec les plus grands noms de la scène européenne. Vous avez été l’assistant de Peter Brook sur le spectacle Impressions de Pelleas, présenté aux Bouffes du Nord à Paris, et dans le cadre d’un atelier organisé par les Wiener Festwochen en Autriche. Vous avez aussi collaboré à la mise en scène par Krystian Lupa de l’œuvre de Rainer Maria Rilke, Malte, au Stary Teatr de Cracovie. Giorgio Strehler vous a également accompagné dans l’adaptation pour la scène d’À la recherche du temps perdu de Marcel Proust au théâtre Schauspiel de Bonn.

Votre passion pour William Shakespeare transparaît dans la liste des très nombreuses mises en scène que vous avez faites de ses œuvres majeures : Le Marchand de Venise, Le Conte d’hiver, Hamlet, La Mégère apprivoisée, La Nuit des rois, La Tempête... À côté des grands classiques tels Sophocle et Euripide, vous avez également mis en scène des textes d’auteurs contemporains : je ne citerai que deux d’entre eux, Bernard-Marie Koltès et Sarah Kane.

Votre carrière internationale vous a amené, vous et votre fidèle troupe d’actrices et d’acteurs dont le talent ne laisse de faire l’admiration des critiques et des publics, aux Bouffes du Nord, au Piccolo Teatro, au Kammerspiele de Hambourg et au Staatstheater de Stuttgart, à Zagreb en Croatie et jusqu’en Israël. Mais elle ne vous a jamais éloigné de la Pologne, où vous avez travaillé et continuez à travailler, parcourant le pays pour y monter vos spectacles. Les publics de Cracovie, Poznań, Toruń, Varsovie, Radom, Wrocław, pour ne citer que ces villes, vous accueillent toujours avec curiosité et passion.

J’ajouterai que vous avez été l’hôte de plusieurs éditions du Festival d’Avignon, lors desquelles vous avez proposé Hamlet, Kroum et bien sûr (A)pollonia, qu’une critique française décrivait en ces termes : « un long fleuve impétueux charriant des matériaux disparates et grondant de bruits et de fureur, flot fascinant qui brasse émotions et savoirs, matière en fusion comme sortie d’un volcan en violente éruption et qui crache les pensées comme les sentiments, les faits établis comme les analyses rigoureuses, les vérités de fantaisie comme les actes de l’histoire. »

Je voudrais encore citer votre adaptation très personnelle et remarquée de Tennessee Williams avec votre mise en scène à l’Odéon de Paris il y a trois ans d’Un Tramway, dont le rôle principal était joué par une actrice française que nous admirons tous – et qui vous admire, Isabelle Huppert.

Le théâtre ne suffisant pas à votre soif de création et de découvertes, vous vous aventurez, depuis plusieurs années, dans la mise en scène d’œuvres d’opéra, le Don Carlos de Verdi ou encore l’Ubu Roi de Penderecki

Vous êtres directeur artistique du Nowy Teatr de Varsovie depuis 2008. Ce ne sera un étonnement pour personne d’apprendre que vous vous êtes déjà attelé à un nouveau défi, la mise en scène d’un spectacle intitulé Kabaret, dont la première en Pologne est prévue en juin prochain et qui sera ensuite présenté au festival d’Avignon.

Mon très cher Krzysztof, toutes ces mises en scènes, dans lesquelles vous tentez d’explorer et de mettre au jour les méandres de l’âme humaine, sont le reflet d’une étonnante capacité de travail et de création qui, je dois l’avouer, ne laisse pas de susciter un profond sentiment d’admiration.

Pour votre apport insigne à la culture universelle, mais aussi en hommage à l’attachement indéfectible que vous vouez à la France, à notre culture et à notre langue, le gouvernement de la République française a décidé de vous nommer commandeur dans l’Ordre des Arts et des Lettres.

Krzysztof Warlikowski, au nom du ministre de la Culture, je vous fais commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres.
 
Le discours sur le site de l'Ambassade de France

Voir les commentaires

Publié le 4 Juillet 2017

Die Frau ohne Schatten (Richard Strauss)
Représentation du 02 juillet 2017
Bayerische Staatsoper – München

Der Kaiser Burkhard Fritz
Die Kaiserin Ricarda Merbeth
Die Amme Michaela Schuster
Der Geisterbote Sebastian Holecek
Hüter der Schwelle des Tempels Elsa Benoit
Erscheinung eines Jünglings Dean Power
Die Stimme des Falken Elsa Benoit
Eine Stimme von oben Okka von der Damerau
Barak, der Färber Wolfgang Koch
Färberin Elena Pankratova
Der Einäugige Tim Kuypers
Der Einarmige Christian Rieger
Der Bucklige Dean Power
Keikobad Renate Jett

Direction musicale Kirill Petrenko
Mise en scène Krzysztof Warlikowski (2013)
Décors et costumes Małgorzata Szczęśniak

                           Ricarda Merbeth (Die Kaiserin) 

La reprise de Die Frau ohne Schatten mis en scène par Krzysztof Warlikowski, au lendemain même de la création de la nouvelle production de Die Gezeichneten donnée en ouverture du Festival de Munich, vaut naturellement d'être revue pour son travail scénique accompli et l’investissement de sa distribution, mais vaut surtout au public munichois un choc musical qu’il n’est pas prêt d’oublier, tant la démesure de la direction de Kirill Petrenko est un déluge orchestral d’une force surhumaine.

Burkhard Fritz (Der Kaiser)

Burkhard Fritz (Der Kaiser)

Car, qui n’a jamais vu ce jeune chef russe insuffler de sa main prophétique et de son visage hurlant une énergie terrible à ses musiciens, ne peut comprendre à quel point l’âme de l’auditeur peut être ravagée par une interprétation orchestrale entrée dans la légende de l’Art vivant.

Et voir et entendre les musiciens du Bayerisches Staatsorchester tenus d’une poigne de fer, puis couverts dans l’air de l’Empereur afin de produire le son le plus concentré, doux comme une berceuse et rougeoyant comme un cœur pulsant et aimant, comme s’ils créaient une insaisissable masse omniprésente et invisible, déstabilise encore plus chaque spectateur qui ne sait qualifier la nature de l’objet qui le défie.

Kirill Petrenko

Kirill Petrenko

La fureur phénoménale de Kirill Petrenko, sortie d’un homme en apparence tout simple et tout jovial, est une interrogation qui pousse chacun à se tourner vers son voisin afin de partager l’impossibilité à parler de l’indicible.

Il y a enfin la joie ressentie non seulement pour soi, mais aussi par la prise de conscience que nombre de jeunes sont présents parmi les spectateurs et découvrent, à leur grande stupéfaction, le pouvoir embrasant de la musique lyrique dirigée par un chef extraordinaire.

S’il y a un pays capable de sauver l’esprit des Arts et de la Culture européenne, l’Allemagne est, sans aucun doute, aujourd’hui, le terreau le plus légitime.

Elena Pankratova (Färberin)

Elena Pankratova (Färberin)

Mais pour autant, Kirill Petrenko se considère bien comme le garant d’une architecture complexe et intègre qui prend en compte les particularités de chaque chanteur afin de les mettre le mieux possible en valeur.

On peut ainsi admirer sa manière d’assouplir l’orchestre afin de lui donner une profondeur mahlérienne qui permette à Burkhard Fritz de révéler l’humanité intériorisée de l’Empereur, et compenser ainsi les limites sévères que lui impose les tensions du rôle dans la tessiture aigüe.

Ricarda Merbeth (Die Kaiserin)

Ricarda Merbeth (Die Kaiserin)

Et c’est avec la même intention sensible qu’il accompagne Ricarda Merbeth, impératrice volontaire et douée d’un timbre vaillamment ouaté, qui surmonte les passages les plus extrêmes, moins crânement, toutefois, que dans ses grandes incarnations de Sieglinde ou Senta, plus largement lyriques d’écriture.

Totalement libérée, Elena Pankratova livre, elle, une interprétation fulgurante de la teinturière, et forme avec Wolfgang Koch, très touchant dans le rôle du mari humilié, un couple humain et dramatiquement fort qui leur vaut une reconnaissance absolue de la part du public munichois.

Wolfgang Koch (Barak, der Färber)

Wolfgang Koch (Barak, der Färber)

Michaela Schuster, aux éclats fortement disparates, n’en est pas moins une nourrice entière et franchement expressive, et Sebastian Holecek tient, de l’Esprit messager, la noirceur mauvaise naturellement attendue.

Usant d’effets vidéographiques tridimensionnels saisissants dans les passages les plus fantastiques, et d’une surprenante correspondance de lieu et de circonstances avec le film d’Alain Resnais ‘L’Année dernière à Marienbad’, Krzysztof Warlikowski raconte, à sa manière, le parcours qui mène à une pleine humanité. 

Elena Pankratova (Färberin)

Elena Pankratova (Färberin)

L’Empereur est représenté en homme paumé et ayant perdu contact avec la réalité, cerné qu’il est par des êtres à têtes de faucon qui traduisent le monde fantasmagorique dans lequel il vit, l’esprit messager, le poing recouvert d’un gant noir, est, lui, vendu aux forces du mal, et la teinturière se perd, elle, dans une profusion de fantasmes sexuels suscités par la présence d’un beau gosse au torse nu parfaitement dessiné.

Die Frau ohne Schatten (Merbeth-Pankratova-Koch-Schuster-Petrenko-Warlikowski) Munich

Le début du troisième acte, marqué par ces soldats qui s’enfoncent dans un océan, tels les soldats de Pharaon submergés par les vagues de la mer rouge, rêve d’un monde définitivement démilitarisé, et l’avènement d’un nouvel humanisme se réalise, dans une vision totalement idéalisée, par la reconstitution d’une famille qui s’accepte telle qu’elle est, réunie autour d’une table cernée par des dizaines d’enfants aux effets bariolés. 

Krzysztof Warlikowski

Krzysztof Warlikowski

Ce final heureux, unanimement loué, qui s'ouvre sur une galerie réunissant super-héros et guides spirituels, permet à Krzysztof Warlikowski de montrer qu’il peut avoir une vision optimiste du bonheur humain, facette consensuelle qui contrebalance celle plus noire et perçante qui traversait Die Gezeichnetenla veille.

Voir les commentaires

Publié le 3 Juillet 2017

TV-Web Juillet-Août 2017 Lyrique et Musique

Chaînes publiques

Jeudi 06 juillet 2017 sur Arte à 20h55
Carmen (Bizet) -Aix en Provence - ms Tcherniakov - dm Heras-Casado

Dimanche 09 juillet 2017 sur Arte à 12h30
Gounod, Massenet, Puccini - Olga Peretyatko

Dimanche 09 juillet 2017 sur Arte à 22h15
Tannhäuser (Wagner) - Munich - ms Castellucci - dm Petrenko

Klaus Florian Vogt, Anja Harteros, Christian Gerhaher

Mardi 11 juillet 2017 sur France 3 à 20h55
Concert des étoiles Pavarotti (Calleja, Peretyatko, Borras...)

Mardi 11 juillet 2017 sur France 3 à 22h15
Rigoletto (Verdi) - Chorégies d'Orange - ms Roubaud - dm Franck

Vendredi 14 juillet 2017 sur France 2 à 21h00
Le Concert de Paris (Damrau, Tézier, Hymel, Rachvelishvili)

Dimanche 16 juillet 2017 sur France 3 à 00h30
Eugène Onéguine (Tchaïkovski) - Mariinsky - ms Stepanyuk - dm Gergiev

Dimanche 16 juillet 2017 sur France 3 à 22h30
Carmen (Bizet) - Opéra de Paris - ms Bieito - dm Elder

Dimanche 23 juillet 2017 sur France 3 à 00h30
Mozart - Les Noces de Figaro - Symph n°41 - dm et violon Nemtanu

Dimanche 23 juillet 2017 sur France 3 à 01h35
Anna Karenine (Ballet) - Mariinsky

Dimanche 23 juillet 2017 sur Arte à 12h30
Ma Patrie (Smetana) - dm Belohlavek

Vendredi 28 juillet 2017 sur France 2 à 00h50
Gustavo Dudamel dirige Beethoven, Wagner, Mahler

Dimanche 30 juillet 2017 sur France 3 à 00h30
Moïse et Pharaon (Rossini) - Opéra de Marseille - dm Arrivabeni

Mercredi 02 août 2017 sur Arte à 22h15
Symphonie n°9 (Beethoven) - dm Chung

Dimanche 06 août 2017 sur Arte à 00h30
Jonas Kaufmann chante l'Italie

Dimanche 06 août 2017 sur Arte à 12h30
Ravel - West-Eastern Divan Orchestra - Barenboim

Samedi 12 août 2017 sur Arte à 18h00
Requiem de Mozart - Bartabas - dm Minkowski

Samedi 12 août 2017 sur Arte à 20h50
Aida (Verdi) - dm Muti - ms Neshat

Netrebko-Semenchuk-Meli

Dimanche 13 août 2017 sur France 3 à 01h10
Roberto Alagna - Le dernier jour d'un condamné

Dimanche 13 août 2017 sur Arte à 12h30
Beethoven - dm Mehta

Lundi 14 août 2017 sur Arte à 01h50
Voyage d'hiver - un trio pour Schubert

Vendredi 18 août 2017 sur France 2 à 00h05
Valery Gergiev dirige Chostakovitch

Dimanche 20 août 2017 sur France 3 à 00h30
'Dances at a Gathering' & 'Psyché' - Ballet de l'Opéra National de Paris

Dimanche 20 août 2017 sur France 3 à 02h35
Les plus beaux duos de Roberto Alagna

Dimanche 20 août 2017 sur Arte à 12h30
Brahms - dm Nelsons

Lundi 21 août 2017 sur France 3 à 00h55
La Fiancée du Tsar (Rimski-Korsakov) - ms Tcherniakov - Berlin

Vendredi 25 août 2017 sur France 2 à 00h05
Jordy Savall à Frontfroide 2014 - La nuit des 3 classiques - Jordy Savall le musicien de la paix

Samedi 26 août 2017 sur Arte à 23h20
Nabucco (Verdi) - Arènes de Vérone - ms Arnaud Bernard - dm Oren

Dimanche 27 août 2017 sur Arte à 00h30
La Damnation de Faust (Berlioz) - ms Hermanis - dm Jordan

Kaufmann, Koch, Terfel

Dimanche 27 août 2017 sur Arte à 12h45
Symphonie Manfred (Tchaïkovski) - dm Chailly

Dimanche 27 août 2017 sur Arte à 23h30
Clara Haskil, Le mystère de l'interprète

Lundi 28 août 2017 sur Arte à 00h40
Renaud Capuçon joue Brahms, Chostakovitch et Kaija Saariaho

Lundi 28 août 2017 sur Arte à 02h10
Quatre garçons dans le vents

 

Mezzo et Mezzo HD

Samedi 01 juillet 2017 sur Mezzo à 20h30
Rigoletto de Verdi au Metropolitan Opera de New York

Dimanche 02 juillet 2017 sur Mezzo HD à 20h30
Il Trionfo del Tempo e del Disinganno de Haendel au Festival d'Aix

Mercredi 05 juillet 2017 sur Mezzo à 20h30
Dardanus de Rameau au Grand-Théâtre de Bordeaux

Vendredi 07 juillet 2017 sur Mezzo HD à 20h30
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg de Wagner au Festival de Salzbourg

Samedi 08 juillet 2017 sur Mezzo à 20h30
Jonas Kaufmann chante Parsifal de Wagner au Metropolitan Opera de New York

Lundi 10 juillet 2017 sur Mezzo / Mezzo HD à 21h30
Don Giovanni de Mozart au Festival d'Aix-en-Provence

Vendredi 14 juillet 2017 sur Mezzo HD à 20h30
L'Enlèvement au Sérail de Mozart au Festival de Glyndebourne

Samedi 15 juillet 2017 sur Mezzo à 20h30
Joyce DiDonato chante Maria Stuarda de Donizetti au Metropolitan Opera de New York

Dimanche 16 juillet 2017 sur Mezzo HD à 20h30
Ariane à Naxos de Strauss au Festival de Glyndebourne

Mardi 18 juillet 2017 sur Mezzo à 16h30
Mitridate de Mozart au Théâtre des Champs-Elysées

Mercredi 19 juillet 2017 sur Mezzo à 20h30
William Christie dirige Hercules de Haendel à l'Opéra national de Paris

Vendredi 21 juillet 2017 sur Mezzo HD à 20h30
William Christie dirige Hippolyte et Aricie de JP Rameau à Glyndebourne

Samedi 22 juillet 2017 sur Mezzo à 20h30
Roméo et Juliette de Gounod aux Arènes de Vérone

Dimanche 23 juillet 2017 sur Mezzo HD à 20h30
Poliuto de Gaetano Donizetti au Festival de Glyndebourne

Mercredi 26 juillet 2017 sur Mezzo à 20h30
Only the Sound remains de Kaija Saariaho à Amsterdam

Vendredi 28 juillet 2017 sur Mezzo HD à 20h30
L'Enlèvement au Sérail de Mozart au Festival de Glyndebourne

Samedi 29 juillet 2017 sur Mezzo à 20h30
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg de Wagner au Festival de Salzbourg

Dimanche 30 juillet 2017 sur Mezzo HD à 20h30
Jonas Kaufmann chante Parsifal de Wagner au Metropolitan Opera de New York

Mercredi 02 août 2017 sur Mezzo à 20h30
Don Giovanni de Mozart au Festival d'Aix-en-Provence

Vendredi 04 août 2017 sur Mezzo HD à 20h30
Rigoletto de Verdi au Metropolitan Opera de New York

Samedi 05 août 2017 sur Mezzo à 20h30
Alcina de Haendel au Festival d'Aix en Provence

Dimanche 06 août 2017 sur Mezzo HD à 20h30
Joyce DiDonato chante Maria Stuarda de Donizetti au Metropolitan Opera de New York

Mercredi 09 août 2017 sur Mezzo à 20h30
Daniele Gatti dirige Salome de Strauss au Dutch National Opera & Ballet Amsterdam

Vendredi 11 août 2017 sur Mezzo HD à 20h30
Roméo et Juliette de Gounod aux Arènes de Vérone

Samedi 12 août 2017 sur Mezzo à 20h30
Turandot de Puccini aux Arènes de Vérone

Dimanche 13 août 2017 sur Mezzo HD à 20h30
Rigoletto de Verdi au Metropolitan Opera de New York

Mercredi 16 août 2017 sur Mezzo à 20h30
Jalil de Nazib Zhiganov au Théâtre d'Opéra et de ballet académique d'état Tatar, Kazan

Vendredi 18 août 2017 sur Mezzo HD à 20h30
Jonas Kaufmann chante Parsifal de Wagner au Metropolitan Opera de New York

Samedi 19 août 2017 sur Mezzo à 20h30
Ariane à Naxos de Strauss au Festival de Glyndebourne

Dimanche 20 août 2017 sur Mezzo HD à 20h30
Roméo et Juliette de Gounod aux Arènes de Vérone

Mercredi 23 août 2017 sur Mezzo à 20h30
Jérémie Rohrer dirige Il Monde della Luna de Haydn à l'Opéra de Monte-Carlo

Vendredi 25 août 2017 sur Mezzo HD à 20h30
Joyce DiDonato chante Maria Stuarda de Donizetti au Metropolitan Opera de New York

Samedi 26 août 2017 sur Mezzo à 20h30
William Christie dirige Hippolyte et Aricie de JP Rameau à Glyndebourne

Dimanche 27 août 2017 sur Mezzo HD à 20h30
William Christie dirige Hercules de Haendel à l'Opéra national de Paris

Mercredi 30 août 2017 sur Mezzo à 20h30
La Bohème de Puccini à Paris

Web : Opéras en accès libre (cliquez sur les titres pour les liens directs avec les vidéos)

Sur Concert Arte, Medici.Tv et Br Klassik

Obéron (Opéra de Munich) - ms Habjan

Tannhäuser (Opéra de Munich) - ms Castellucci

L'écume des jours (opéra de Stuttgart) - ms Jossy Wieler

Die Meistersinger von Nüremberg (Bayreuth) - ms Kosky

Elektra (Verbier) -dm Salonen

Salomé (Verbier) -dm Dutoit

Il Giasone (Grand Théâtre de Genève) - ms Sinigaglia

L'Orfeo (Opéra de Lausanne) - ms Robert Carsen

"Kalila Wa Dimna" de Moneim Adwan au Festival d'Aix-en-Provence

La petite renarde rusée (Théâtre de la Monnaie) - ms  Coppens

Snegourotchka (Opéra de Paris) - ms Tcherniakov

La Création (Auditorium de la Seine Musicale) - ms La Fura Dels Baus

Le Couronnement de Poppée (Festival de Schwetzinger) - ms Claudio Cavina

La Passion selon Marc (Orchestre de Chambre de Lausanne)

Joyce DiDonato (Grand Theâtre du Liceu)

Premières répétitions - Barbara Hannigan vue pas Mathieu Almaric

Aida (Théâtre Royal de La Monnaie)

Madame Butterfly (Teatro Real de Madrid)

 

Sur Operaplatform, Culturebox etc...

L'ombre de Venceslao (Capitole de Toulouse) depuis le 06 août 2017

Les pêcheurs de perles (Auditorium du nouveau siècle) depuis le 05 août 2017

Les amants magnifiques (Opéra de Rennes) depuis le 04 août 2017

La clémence de Titus (Festival de Glyndebourne) depuis le 03 août 2017

Carmen (Opéra National de Paris) depuis le 16 juillet 2017

Le Concert de Paris (Champs-de-Mars) depuis le 14 juillet 2017

Erismena (Festival d'Aix en Provence) depuis le 12 juillet 2017

Rigoletto (Chorégies d'Orange) depuis le 11 juillet 2017

Don Giovanni (Festival d'Aix en Provence) depuis le 10 juillet 2017

Viva la Mamma (Opéra de Lyon) depuis le 08 juillet 2017

Hamlet (Festival de Glyndebourne) depuis le 06 juillet 2017

Otello (Opéra Royal de Wallonie) depuis le 25 juin 2017

Ariodante (Carnegie Hall) jusqu'au 30 juillet 2017

Nowark - Space Opera (Opéra de Poznan) jusqu'au 02 août 2017

Werther (Opéra de Metz) jusqu'au 08 août 2017

King Arthur (Staastoper Berlin) jusqu'au 18 août 2017

Fantasio (Opéra Comique - Théâtre du Châtelet) jusqu'au 23 août 2017

 

Tannhäuser (Opéra de Monte-Carlo) jusqu'au 01 septembre 2017

Arsilda (Opéra de Bratislava) jusqu'au 14 septembre 2017

La Passion de Saint Matthieu (Manchester) le 17 septembre 2017

Lucrezia Borgia (Palau de les Arts Reina Sofia) jusqu'au 30 septembre 2017

L'écume des jours (opéra de Stuttgart) - jusqu'au 01 octobre 2017

La Foire de Sorotchintsi  (Komischen Oper Berlin) jusqu'au 01 octobre 2017

La Création (Sadler's Well Theatre - London) jusqu'au 15 octobre 2017

La Cenerentola (Opéra de Lille) jusqu'au 20 octobre 2017

Nabucco (Opera Royal de Wallonie) jusqu'au 27 octobre 2017

Le vin herbé (Opéra National du Pays de Galles) jusqu'au 27 octobre 2017

Semele (Badische Staatsteater Karlsruhe) jusqu'au 31 octobre 2017

Armino (Badische Staatsteater Karlsruhe) jusqu'au 31 octobre 2017

Alessandro (Opéra Royal de Versailles) jusqu'au 31 octobre 2017

Acis et Galatea (Opera Theatre Company de Dublin) jusqu'au 31 octobre 2017

Madame Butterfly (Teatro Real de Madrid) jusqu'au 31 octobre 2017

Sadko (Vlaanderen Oper-Gent) jusqu'au 31 octobre 2017

La Sonnambula (Victorian Opera) jusqu'au 31 octobre 2017

La Callisto (Opéra National du Rhin) jusqu'au 03 novembre 2017

Sémiramide (Opéra de Nancy) jusqu'au 11 novembre 2017

Alcione (Opéra Comique) jusqu'au 12 novembre 2017

Aquagranda de Filippo Perocco (Teatro La Fenice) jusqu'au 14 novembre 2017

Le Requiem de Mozart (Philharmonie de Paris) - dm René Jacobs - jusqu'au 26 novembre 2017

Don Giovanni (Opéra de Liège) jusqu'au 23 novembre 2017

Anna Bolena (Opéra Grand Avignon) jusqu'au 23 novembre 2017

L'Orfeo (La Fenice) jusqu'au 23 décembre 2017

Le retour d'Ulysse dans sa patrie (La Fenice) jusqu'au 24 décembre 2017

Le couronnement de Poppée (La Fenice) jusqu'au 25 décembre 2017

La Cenerentola (Palais Garnier) jusqu'au 26 décembre 2017

Le Vaisseau Fantôme (Teatro Real de Madrid) jusqu'au 27 décembre 2017

La Bohème (Festival d'Opéra en plein air) jusqu'au 29 décembre 2017

La Damnation de Faust (ms Ruggero Raimondi) jusqu'au 01 février 2018

Le retour d'Ulysse dans sa patrie (Théâtre des Champs-Elysées) jusqu'au 13 mars 2018

Jérusalem (Opéra Royal de Wallonie) jusqu'au 24 mars 2018

Le chant de la Terre (Festival de Saint-Denis) jusqu'au 09 juin 2018

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #TV Lyrique