Publié le 3 Juillet 2007

Un Bal Masqué à l'Opéra Bastille

Représentation du 01 juillet 2007

 
Lors de la file d’attente au guichet pour le Bal Masqué, le très sympathique Gilbert Deflo nous disait vouloir s’en tenir au livret situé à Boston et donc éviter toute transposition hasardeuse.
Effectivement, jamais nous ne serons pris à contre-pied : tenues guindées, aigle américain aux ailes déployées, élégante statue du gouverneur à l’effigie de Marcelo Alvarez, potence surplombée de deux sinistres vautours, une sorcière noire et trois salamandres constituent des éléments symboliques conformes à l’histoire.
Seulement ces scènes mises bout à bout génèrent un ennui certain lorsqu’elles ne sont liées que par une direction d’acteur minimaliste et qu’aucune recherche de dynamique des effets lumineux ne vient accentuer le discours musical.
 
Heureusement, le ténor argentin s’impose d’entrée avec aisance et nonchalance enthousiasmantes. Le timbre est généreux, chaleureux même, soufflant une ardeur teintée de sentiments affectés très latins. L’homme joue un gouverneur qui joue dans un monde qu’il ne prend pas au sérieux ; difficile de distinguer si les gesticulations sont celles du Comte ou bien de l’acteur laissé sans consignes. 
  
Face à un tel phénomène, Ludovic Tézier fixe un Renato « droit dans ses bottes », un homme d’honneur, dont la fierté se change en mépris quand se révèle la réalité des émois d’Amélia. La noblesse de ce rôle convient bien au chanteur même si les couleurs de sa tessiture évoquent plus une belle jeunesse qu’une autorité mature.
Le rictus glacial qui accompagne le geste meurtrier rappelle instinctivement Don Giovanni.
Marcelo Alvarez et Angela Brown (Acte II)

Marcelo Alvarez et Angela Brown (Acte II)

Grande voix Angela Brown ? assurément ! bien entendu il faut un certain goût pour les graves gonflés et caverneux, une certaine tolérance aux irrégularités et un vibrato, m’a-t-on dit, qui pourtant ne m’a aucunement gêné.  
Je n’aime pas que l’on raille son physique développé (et il faut voir de qui émanent ces critiques) surtout que je trouve beaucoup de beauté dans ce fascinant visage noir et les accents métalliques. « Morro, ma prima in grazia » à l’acte III est par ailleurs riches de nuances.
 
Ulrica bien tenue, Elena Manistina ne possède cependant pas une personnalité vocale suffisante pour camper une sorcière impressionnante. Mais que de fraîcheur dans cet Oscar espiègle que Camilla Tilling déroule de toute sa légèreté ! Elle est adorable.
 
Enfin, Semyon Bychkov fait une entrée réussie à l’Opéra de Paris. Il avantage les chanteurs par un choix de tempi mesurés et libère toute l'énergie de l'orchestre dans les moments clés comme l'arrivée spectaculaire du Comte, l'ouverture tourmentée du second acte (digne de Tchaïkovsky) ou bien l'angoissante avancée d'Amélia vers l'urne, tension qui évoque les sombres intrigues de Don Carlo et Otello.
Ludovic Tézier et Camilla Tilling (Acte III)

Ludovic Tézier et Camilla Tilling (Acte III)

Saluons la scène du bal masqué et la réussite des danses enlevées exécutées par des personnages de la Commedia dell'Arte.

Voir les commentaires

Publié le 3 Juillet 2007

C.Schäfer et P-L.Aimard à Garnier

Concert du dimanche 01 juillet 2007 à l'Opéra Garnier         20H30

Ce troisième récital du cycle "La passion du chant selon Pierre-Laurent Aimard" est une perle miraculeuse.
En premier lieu, l'apparition de Christine Schäfer provoque un choc de contrastes avec l'image de sa Traviata dépressive qu'elle interprétait la veille dans la même salle.
Coiffure blonde et plaquée, robe rouge et blanche qui s'étale sur ses pas, la chanteuse laisse craindre une légère fatique dans les mélodies de Haydn.  

Echauffement sans plus, car lorsque les ondes evanescentes du Glass-Harmonica de Mozart envahissent tout l'espace, l'atmosphère du palais Garnier vire au magique puis glisse vers la mystérieuse apparition de Georges Crumb : Aimard tire les sonorités directement des cordes du piano amplifié et crée une tension sublimée par la souplesse du chant de Christine Schäfer.

Le miracle de cette soirée est de fondre alors univers anglophone et germanophone et de nous conduire vers les lieder de Hugo Wolf, chantés sans partition, et achevés sur une interprétation à la fois dramatique et pudique.

La présence de l'Harmonica de verre aura même permit d'inclure le "Lion" extrait de Tierkreis. Irréel!

Voir les commentaires

Publié le 26 Juin 2007

La Traviata (Verdi)
Représentations du 24 juin
et 12 juillet 2007 à l'Opéra Garnier

 
Mise en scène Christoph Marthaler
Décors et costumes Anna Viebrok
Direction Sylvain Cambreling
 
Violetta Valery Christine Schäfer
Alfredo Germont Jonas Kaufmann
Giorgio Germont José Van Dam 
 
Traviata-003d.jpg
Sylvain Cambreling dirige l'orchestre de l'Opéra de Paris

Les habitués de l'ONP savent que si Gerard Mortier confie la nouvelle production de Traviata à l'équipe
Marthaler - Viebrok - Cambreling - Schäfer - Van Dam, l'attente d'une interprétation traditionnelle est vaine. 
Alors pourquoi venir pour finalement chercher à heurter consciemment ces artistes ?
Passons donc sur ces huées pour rendre compte du travail artistique.
 
Jamais le premier tableau du second acte ne m'aura paru aussi oppressant et pathétique.
Germont affublé d'un costard qui le fige comme sa mentalité dépassée peut l'être vient convaincre Violetta de quitter son fils.
La scène est relativement déserte et laisse toute liberté à Sylvain Cambreling pour appesantir l'atmosphère non seulement en étirant les tempi de l'orchestre mais également en appuyant les accents sinistres des contre-basses.
Seul petit reproche plus loin, la brutalité brouillonne des ensembles dans les passages destinés à conclure l'action.

José Van Dam s'en tire plutôt bien cet après-midi dans un rôle fantômatique où ses accents un peu trop plaintifs et rugueux ne jurent pourtant pas sur le plan dramatique.
 
Il est bon de rappeler que le Brindisi est une chanson à boire. Alors si Marthaler décide de situer le premier acte au vestiaire d'une salle de spectacle où se retrouve un public tristement soûl, mécanique, il ne choque que par notre accoutumance à la représentation d'uns scène de fête légère et insouciante.
La dérision vis à vis de cette foule vulgaire est perceptible dans la musique : ainsi au deuxième tableau du second acte le chef se permet même de petites déformations ironiques.
A plusieurs reprises dans ce spectacle il nous est effectivement permis d'entendre des sonorités nouvelles.
 
Alors venons en à Christine Schäfer : Piaf et Violetta, le rapprochement est osé et il fonctionne surtout parce que la chanteuse se glisse sans problème dans un personnage aux allures enfantines (voir Chérubin dans Les Noces de Figaro du même Marthaler).
Ses moyens ne lui permettent pas de rivaliser sur le terrain des grandes Traviata dramatiques mais une bonne technique, le souffle rigoureusement contrôlé et la douceur du timbre révèlent son intelligence. 
Je regrette cependant qu'elle ne puisse déployer un cri plus déchirant de douleur au troisième acte, alors que l'absence du contre-mi bémol à la fin du "sempre libera" surprend uniquement par effet d'habitude.
Qu'elle est pourtant attachante lorsque l'inversion de luminosité focalise sur elle un faisceau lumineux l'isolant telle une chanteuse de cabaret exprimant ses mélodies rêveuses!

Traviata-016b.jpgLe 12 juillet, Nataliya Kovalova remplace Christine Schäfer. Après quelques difficultés au premier acte, sa belle voix slave s'assouplie pour nous offrir un portrait bouleversant au Bal chez Flora Bervoix et au IIIième acte. Elle ne cherche cependant pas à se rapprocher d'une interprétation plus fragile et maladive.
 

                                                                                   Nataliya Kovalova

Peu de temps est nécessaire pour réaliser à quel point le spectacle semble adapté à l'ensemble du plateau, car nous découvrons très vite l'Alfredo de Jonas Kaufmann. Jeune, svelte, voix puissante et charmeuse, beau gosse, voici donc l'amoureux parfait de la "Môme", plein de fougue mais aussi d'inconscience.
A dire vrai, les noirceurs de son timbre suggèrent un Don Giovanni adolescent.

La timidé, les regards qui n'osent se croiser et la retenue de chacun crédibilise totalement leur rencontre.
Et par dessus tout, le jeune chanteur se plie sans réserve au rôle, exposant de plus en plus une terrible attache pour ce petit bout de femme.
 
   Jonas Kaufmann
Nul doute que la maladie de Violetta est le thème que chef et metteur en scène veulent omniprésent au point de faire des moments festifs un étalage de la bêtise sociale.

C'est une vision forte et décalée, résultat de l'estime et de la confiance qui lient ces artistes dans la durée.

Voir les commentaires

Publié le 25 Juin 2007


L1-copie-1.jpg

L’annonce à votre entourage proche que vous partez en Libye pour observer une éclipse engendre regards amusés et ironiques, parfois interloqués et tout de même quelques fois approbatifs.

Si le moteur interne de chaque membre du groupe est cette motivation intrinsèque qui nous porte à se diriger vers l’observation de phénomènes célestes, bien d’autres émotions sont en jeu : la prise de contact avec une autre réalité, la rencontre avec le passé, le choc des paysages et de notre imaginaire et enfin la vitalité des liens entre les individus.
 
Le club Eclipse créé par Thierry Midavaine s’accoutume à ces échappées et cette fois, une équipe de tournage de la société Armada nous accompagne alors qu’un groupe de trois italiens nous rejoint à la frontière libyenne. Un bus, puis Huit 4x4 sont alloués pour le transport.
Nous rejoignons le guide, les chauffeurs, les cuisiniers et bien sûr les deux policiers chargés de nous encadrer.
L2.jpg
 
Nous voiçi donc aux portes d’un territoire d’où sort une interminable colonne de camions vides.
Plus tard ils reviendront du voisin tunisien chargés de matériau de construction. Cependant nous ne verrons pas les flux de pétrole filer vers les pays fournisseurs en échange de ces biens. 
L4.jpg
Sabratha
 
En longeant la côte, les kilomètres de route entre désert et Méditerranée conduisent aux villes de Sabratha puis Leptis Magna. Elles témoignent de plus de 2500 ans d’histoire.
Dans leur conquête des côtes de l’Afrique du Nord initiée depuis les terres du Levant, les Phéniciens créèrent ces comptoirs que les Romains conquirent après la défaite définitive de Carthage.
L’empereur Septime Sévère naquit lui-même à Leptis et amplifia l’urbanisme développé par Hadrien.

L3.jpg
Leptis Magna
 
Mais savez vous que cette ville est beaucoup plus proche de Paris que vous ne l’imaginez ?
En 1686 le consul Claude Maire obtint le droit d’exporter ses colonnes de marbre rose et de cipolin vert.
Depuis cette époque, plusieurs centaines de ces fûts polychromes embellissent l’architecture de Versailles, Saint Germain des Près et la cathédrale de Rouen.
Heureusement ces cités sont maintenant préservées et la faible fréquentation y autorise des balades solitaires pour rêver à leur passé, aux représentations de théâtre face à la mer par exemple.
 
Par ailleurs, la civilisation latine ne perdura pas et les basiliques chrétiennes s’effacèrent devant l’arabisation du VIIIième siècle d’essence sémitique et donc identique à celle des Puniques.

L5.jpg
 
Arrivés à Tripoli nous nous envolons vers le sud Libyen.
De la ville universitaire de Sebbah, les pistes du désert s’ouvrent sur un océan de sable et de saisissements. Comment décrire ce processus de recomposition de soi révélé par le Sahara ?
En se couchant, le soleil livre une étendue de patine dorée, les emphases de la musique de Maurice Jarre ressurgissent alors avec le romantisme hollywoodien de Lawrence d’Arabie.

L6.jpg
Erg d’Ubari (Fezzan)
 
Les jours qui suivent illustrent tous les visages géologiques façonnés depuis le retrait de la mer il y a 65 millions d’années.
Les sédiments se sont déposés laissant le vent les transporter pour édifier les dunes du Fezzan, ou bien laissant l’érosion des roches modeler des paysages grandioses de plateaux que j’imagine battus par les eaux.

L7.jpg
 
Un matin, en sortant fraîchement de la tente pour profiter de 5 généreux degrés, le sol apparaît constellé de petites billes au relief allongé par les premiers rayons du jours. Comment expliquer ces formations ?

L8.jpg
Wan-an-Namus
 
Encore plus spectaculaire, l’approche du volcan de Wan-an-Namus s’achève par la traversée d’une couche de basalte noire que la rougeur des rayons du soir enjolive de couleur pourpre.
 
L9.jpg
Le jour tant attendu est arrivé.
Les éphémérides et le GPS sont les deux outils indispensables pour déterminer un lieu d’observation idéal sur la ligne de centralité.
Si nous sommes venus aussi loin, c’est que nous savons à l’avance que la durée de l’éclipse de soleil sera maximale ici (près de 4 minutes 10 secondes) et les conditions météorologiques très favorables.
 
Une fois le camp installé, l’attente se fait dans un décompte du temps savamment orchestré, rythmé par l’annonce des différents contacts : premier contact à 10h56, la lune glisse petit à petit devant le soleil jusqu’à 12h13 où subitement la lumière crépusculaire signe un arrêt net du vent et le jaillissement soudain de la couronne solaire.

L10.jpg
Couronne solaire
 
Cette auréole qui s’étend bien au-delà de notre étoile est trompeuse.
Sa nature est encore mal connue et est perçue pour l’instant comme la matérialisation d’une énergie expulsée qui ne peut se libérer directement en surface. Elle s’accumulerait alors dans l’atmosphère du soleil pour être enfin irradiée d’une intense lumière blanche par les couches de magnésium et calcium gazeux chauffées à plus de 2 millions de degrés !
Et pourtant il fait moins de 6000 degrés à la limite du disque.

L11.jpg
Protubérances et chromosphère au second contact
 
En réduisant le temps de pose, il est possible de découvrir la chromosphère, fine couche atmosphérique rouge qui témoigne de la présence d’hydrogène, premier élément à dissiper cette obscure énergie.

L12.jpg
Protubérances et chromosphère au troisième contact
 
Enfin les protubérances trahissent l’inimaginable puissance des remous internes du soleil.
A 12h17, la lune achève l’occultation totale de notre astre vital, tandis que la température continue sa chute (6° au total) et que le vent réapparaît.
 
Les émotions se détachent.

L13.jpg
 
Le lendemain soir, sur la route du retour, le croissant sélène de 1 jour vient sertir la lumière cendrée
Le scénario est décidemment trop bien écrit.

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #Astres, #Eclipse

Publié le 22 Juin 2007

Venus2.jpg
Transit de Vénus le 08 juin 2004 vu depuis Paris entre 7H25 et 13H15 heure locale

Une fameuse mésaventure

La rareté du passage de Vénus devant le soleil se mesure aux harmoniques de son cycle : 121ans ½-8 ans-105ans ½-8ans-121ans ½. 
Autrement dit la probabilité d’observer le phénomène dans la vie se situe entre 0 et 2 maximum selon la date de naissance.
C’est pourquoi l’astronome français Gentil de La Galaisière se lance sur les mers en 1760 pour rejoindre les Indes. 
La passion avive l’optimisme au point de lui faire négliger les circonstances géopolitiques de l’époque : la France à ce moment là est en guerre avec la Grande Bretagne, son projet d’armement naval avec l’Espagne ayant sensiblement levé quelques inquiétudes.

Au final le courageux scientifique ne peut arriver à temps et décide de rester 8 ans au comptoir de Pondichéry pour observer le prochain passage. 
Lorsque le moment crucial arrive, le soleil revêt une couverture nuageuse épaisse. La Galaisière tombe malade, rentre en France en 1771 et apprend qu’il a été pris pour mort : ses biens ont été vendus, sa femme s’est remariée et son poste à l’Académie des sciences ré attribué !

L’observation pourquoi ?

Au XVIIième siècle, l’enjeu est considérable : la mesure de la distance Terre-Soleil à partir des positions de Vénus observées de lieux distants de plusieurs milliers de kilomètres à la surface du globe terrestre. 
Sa précision est fondamentale car elle conditionne toutes les autres distances estimées dans l’univers.
Aujourd’hui, 8 juin 2004, suivre l’évènement depuis son balcon est uniquement manière d’obliger l’âme à se tourner vers les cieux pour nous guider de ce monde vers un autre (trop fort Platon !).
Une simple paire de jumelles grossissant 7 fois, un filtre solaire et un appareil photo numérique permettent de fixer cette occasion.

Pourquoi est-ce si rare ? Parce que l’orbite de Vénus s’écarte de plus de 3° de celui de la Terre, et comme en apparence le soleil ne fait que 0.5° de diamètre, la planète passe généralement au dessus ou au dessous de l’axe Terre-Soleil.
 
Le prochain passage est prévu le 6 juin 2012. La dernière occasion avant le XXIIième siècle.
Venusb3.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #Astres