Articles avec #eclipse tag

Publié le 14 Août 2009

Deux ans après l’éclipse de 1999 en France, vécue par beaucoup sous les nuages, l’envie d’aller au rendez vous de l’éclipse suivante en Afrique devint irrépressible. Plus stable que l’Angola, la Zambie offre des conditions météorologiques favorables aussi bien pour l’observation que pour la vie quotidienne.  
Sur un plateau à plus de 1000 mètres d’altitude et en plein hiver, l’air moins chaud et moins humide qu’en été est un confort qui compense en partie la qualité rudimentaire du mode de voyage.

Eclipse Totale de Soleil le 21 juin 2001 en Zambie

Au cœur d’un pays peu touristique, la nature est plus sauvage qu’ailleurs. Elle se tient à distance, difficile d’approcher de près les antilopes, et les éléphants peuvent être très agressifs, comme en témoigne l’état d’un bus que nous avons croisé après une charge frontale.
Une nuit, le fracas des branches d’un pachyderme se nourrissant tout en arpentant le camp jonché de tentes, avec obligation de ne pas bouger tout en craignant de se faire écraser, reste un excellent test de mémoire auditive.

Ne pouvant rejoindre la réserve de Kafue vers l’ouest à cause du mauvais état de la piste, nous devons nous replier au nord de Lusaka près du site aménagé pour les touristes venus en grand nombre.
Le jeudi 21 en pleine savane, les instruments astronomiques de tous types sont disséminés au milieu des tentes dès le début de l’après midi.

La trajectoire de l'ombre de la Lune le jeudi 21 juin 2001 en Zambie

La trajectoire de l'ombre de la Lune le jeudi 21 juin 2001 en Zambie

L’attente est animée par l’estimation en temps réel de la localisation de l’ombre de la Lune.
A 13H00 heure locale, l’éclipse partielle commence sur la côte angolaise, à 13H25 elle débute à l’ouest de la Zambie, à 13H40 le premier contact se produit sur notre site, et à 14H40 l’ombre de la lune entre sur le territoire africain.
Pour nous, le second contact (début de la totalité) se produit à 15H08mn40s, l’ombre se déplace à près de 4300km/h. Le spectacle à 30° au dessus de l’horizon est sensationnel, l’enthousiasme s’approche de la panique car seules trois petites minutes et trente six secondes nous sont laissées pour tout saisir.

La chute de température est très sensible, nous passons de 25°C à 18°C au moment de la totalité, mais la descente se poursuit jusqu'à 13°C, 45 minutes après l'éclipse totale, une inertie thermique considérable due à l'altitude, la faible hauteur du soleil sur l'horizon, et le fait que nous sommes en hiver.

Le diamant. Appareil argentique Zenith 11, focale 200mm, ouverture 3.9, Iso 100

Le diamant. Appareil argentique Zenith 11, focale 200mm, ouverture 3.9, Iso 100

La nature est à ce moment endormie. Le retour spontané du soleil réveille subitement un groupe de vanneaux couronnés, perturbés par le phénomène et par notre inhabituelle présence.
Leur vol tournoyant au dessus de nos têtes tout en criant va durer quelques minutes.

La Zambie, c’est aussi le souvenir des chutes Victoria se jetant le long d’une large falaise pour se concentrer dans un couloir étroit, le coucher de soleil sur le Zambèze, les crocodiles somnolents, la beauté des visages et des habits des femmes.

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #Astres, #Eclipse

Publié le 13 Août 2009

L'éclipse de soleil du 11 août 1999, vue depuis Laon 20 minutes avant la totalité.  Appareil Zenith 11 argentique, focale 200mm, ouverture 3.9, Iso 100

L'éclipse de soleil du 11 août 1999, vue depuis Laon 20 minutes avant la totalité. Appareil Zenith 11 argentique, focale 200mm, ouverture 3.9, Iso 100

Dix ans sont déjà passés depuis l’éclipse de soleil dont l’ombre au sol balaya la campagne à 30 km au Nord de Paris.
La capitale ne fut pas plongée dans le noir, mais le soleil apparut tel qu’il pouvait être vu 30 secondes avant la totalité.
Il fallut donc se déplacer à plusieurs dizaines de kilomètres afin de se positionner sur la ligne de centralité.

Trajectoire en France de l'ombre de la lune lors de l'éclipse solaire du 11 août 1999 (diamètre 110 km)

Trajectoire en France de l'ombre de la lune lors de l'éclipse solaire du 11 août 1999 (diamètre 110 km)

La Normandie était une possibilité, le Nord Est en était une autre. Le sud de Laon s’avéra être un mauvais choix, mais il était trop tard pour bouger une fois sur place.
Néanmoins, la phase partielle vue à travers les nuages dans un bain de lumière de plus en plus verdâtre dramatisa l’attente, jusqu’à l’arrivée de l’ombre de la lune qui, en quelques secondes, éteignit successivement toutes les couches nuageuses (le soleil n‘était plus visible depuis 15 minutes).

C’était trop inhabituel pour de pas en être choqué, d’autant plus que j’attendais cette éclipse depuis 15 ans.

L’obscurité dura 2mn12s autour de 12h25 heure locale, et il fallait être à Bucarest pour profiter jusqu'à 2mn23s d'éclipse totale.

Trajectoire des éclipses du 11 août 1999 et du 21 août 2017 (Saros 145)

Trajectoire des éclipses du 11 août 1999 et du 21 août 2017 (Saros 145)

Appartenant à une série récente (Saros 145), cette éclipse de soleil se reproduira le lundi 21 août 2017 ( voir compte-rendu ici) pour traverser d’ouest en est les Etats-Unis, et, cette fois, le noir total s’étendra sur 2mn40s.

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #Astres, #Eclipse

Publié le 25 Juillet 2009

Le soleil avant l'éclipse (8h08) - ISO 100, Focale 432mm, Vitesse 1/10s, Ouverture 3.3, filtre orange.

Le soleil avant l'éclipse (8h08) - ISO 100, Focale 432mm, Vitesse 1/10s, Ouverture 3.3, filtre orange.

Nous nous attendions bien à avoir des difficultés à observer l’éclipse de soleil depuis Shanghaï, car les statistiques et les prévisions météorologiques n’étaient pas favorables.
La ville la plus dynamique de Chine ne se situant pas sur la ligne de centralité (voir l’article préparatoire sur l’éclipse), il fallait tout de même arriver à tirer quelque chose de beau et fort, d’un phénomène qui risquait très probablement de se produire sous les nuages.

Les passants s'installent petit à petit sur le Bund.

Les passants s'installent petit à petit sur le Bund.

Je n’ai donc pas choisi de suivre ceux qui se sont rendus très tôt le matin à 70kms au sud, et m’en suis allé sur le boulevard du Bund, démoli par les travaux préparatoires à l’exposition universelle de 2010, pour obtenir un point de vue intéressant sur les tours du quartier de Pudong.
 

Je le trouvais devant  le vieux bâtiment néoclassique de la Bank of China, construit par les architectes  Palmer et Turner entre 1918 et 1920.

Posté à côté d’un homme élégant et très âgé, mais au visage d’une sereine beauté, l’attente se déroula sous un ciel chargé, d’où émergeait parfois le disque solaire avant le début de l‘éclipse.
Et pendant tout ce temps, les passants s’arrêtèrent pour nous tenir compagnie, l’instinct de regroupement était le plus fort.

Parmi eux, un jeune garçon trouva comme occupation de dessiner la « Perle de l’Orient » (1994),  tour qui évoque une structure sur laquelle se fixent comme des perles un peu kitsch.

                                                                 Enfant dessinant l'Oriental Pearl TV Tower

A partir du début de l’éclipse (8H23), nous ne verrons quasiment plus le soleil, et l’espoir s’évanouit définitivement quand la pluie surgit 10 minutes avant la totalité, d’abord avec une intensité soutenue, puis sous forme d’un véritable déluge 15 minutes après la totalité.

On aurait pu croire à une volonté du ciel de perturber au mieux le vécu sur Terre du passage de la Lune devant le Soleil, mais il ne fait pas trop de doute que l’explication soit simplement physique.

L’air étant saturé d’humidité, le refroidissement du à l’éclipse n’a fait que faire précipiter les nuages, et comme la chute de température s’est poursuivie au delà des 5 minutes passées dans la nuit, la condensation devint alors plus violente.Malgré tout, il reste ce moment extraordinaire où tout s’accélère dans la dernière minute avant la totalité, les nuages s’assombrissent de plus en plus rapidement, les contrastes s’accentuent, et puis survient comme un grand plongeon sur un ciel uniformément noir, une étrange sensation d‘infini. Nous sommes dans l'ombre de la Lune.

C’est cette fois une nuit noire et profonde de 9H36 du matin jusqu’à 9H41.
Il ne reste plus qu'à contempler les tours et leurs petites lumières, parmi lesquelles scintillent les flashs des observateurs.

Un groupe d'amateurs de l'Association Française d'Astronomie (AFA) s'est rendu le long de la côte Pacifique, mais malgré quelques bribes de la phase partielle, il n'a pas été possible de voir la couronne solaire. Et selon CNN, il en fût de même sur les îlesYangshan.
Ceux qui s'installèrent en altitude, à plus d'une centaine de kilomètres à l'ouest de Shanghaï (Jiangnan par exemple),
ont eu plus de chance.

 

Evolution de la luminosité sur le quartier de Pudong pendant les 25 dernières minutes

Pudong à 09H11  (H-25mn)   ISO 100, Focale 36mm, Vitesse 1/200s, Ouverture 2.8

Pudong à 09H11 (H-25mn) ISO 100, Focale 36mm, Vitesse 1/200s, Ouverture 2.8

Pudong à 09H21  (H-15mn)   ISO 100, Focale 36mm, Vitesse 1/200s, Ouverture 2.8

Pudong à 09H21 (H-15mn) ISO 100, Focale 36mm, Vitesse 1/200s, Ouverture 2.8

Pudong à 09H29  (H-7mn)   ISO 100, Focale 36mm, Vitesse 1/200s, Ouverture 2.8

Pudong à 09H29 (H-7mn) ISO 100, Focale 36mm, Vitesse 1/200s, Ouverture 2.8

Pudong à 09H37  (Eclipse totale)   ISO 100, Focale 36mm, Vitesse 1/2s, Ouverture 2.8

Pudong à 09H37 (Eclipse totale) ISO 100, Focale 36mm, Vitesse 1/2s, Ouverture 2.8

Six reportages de 1 à 2 mn sont visualisables sur le site de CNN Darkness falls in Asia during total eclipse, luring masses. Interviews à Mumbaï et Taregana (Inde), Yangshan Island, Iwo Jima et en Chine.

Détente dans un parc de Shanghaï

Détente dans un parc de Shanghaï

Ou se reproduira cette éclipse?

Alors même les médias les plus sérieux n’ont pas arrêté de dire que c’était l’éclipse la plus longue du siècle. C’est vrai, et la trajectoire de l'ombre de la Lune traversait 2 pays les plus peuplés au monde, l'Inde et la Chine, ce qui signifie que de l'ordre de 300 millions d'humains se trouvaient dans la bande de totalité, chose qui est très rare.
Mais pour obtenir une durée de 6mn 39s, il fallait être en plein Pacifique sur de petites îles.
Le soleil n’a jamais disparu plus de 5mn 58s sur le continent asiatique.

Et donc, il ne faudra pas rater la réplique de cette éclipse dans 18 ans, 11 jours et 8 heures, le 2 août 2027 exactement, car cette fois la trajectoire traversera le Maroc (4mn50), l’Algérie (5mn30), la Tunisie (5mn40), la Lybie (6mn15), l’Egypte (6mn20),  l’Arabie Saoudite (6mn10) et La Mecque, le Yémen (5mn55) et la Somalie (5mn30). Les statistiques météorologiques sont autrement plus favorables.

C’est réellement ce jour là que se produira l’éclipse la plus longue du siècle sur le continent, en plein sur le Temple d’Amon à Louxor (un vrai symbole), et pour une durée de 6mn 23s.

Plus de 100 millions de personnes, vivant principalement en Egypte, se situeront dans la zone de totalité.

Eclipse de soleil sur Pudong (Shanghaï) le 22 juillet 2009

L'éclipse du 22 juillet 2009 appartient au Saros 136 qui donne actuellement les éclipses les plus longues.
Elle se reproduira le 02 août 2027 sur l'Afrique du Nord, soit à 120° vers l'Ouest (ce sont les 8 heures du cycle de 18 ans, 11 jours et 8 heures qui provoquent ce décalage) pour une durée maximale de 6mn23s .
A partir de mai 2096, les éclipses du Saros 139 (auquel appartient l'éclipse de Lybie en 2006) deviendront les plus longues (6m06s cette année là), pour atteindre 7mn29 en juillet 2186.

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #Astres, #Eclipse

Publié le 21 Mars 2009

Eclipse totale de soleil le 22 juillet 2009 sur l’Opéra de Shanghaï

Ce sera donc l’éclipse la plus longue du siècle (plus de 6minutes et 40 secondes en plein océan Pacifique) partant de l’ouest de l’Inde jusqu’à l’est de la Chine en 1H40, pour survoler ensuite le plus grand océan de la planète pendant 2H40.

Alors il est couru d’avance que les conditions météorologiques en pleine Mousson ne sont pas favorables, mais la grande mégalopole chinoise bénéficie des statistiques les plus avantageuses (1 chance sur deux de ne pas avoir un ciel couvert).

Trajectoire de l'ombre de la Lune le 22 juillet 2009 dans la région de Shanghaï

Trajectoire de l'ombre de la Lune le 22 juillet 2009 dans la région de Shanghaï

Nous ne sommes pas exactement sur la ligne de centralité (à 65km plus au Sud), ce qui malgré tout offre 5 minutes de totalité en pleine ville, au milieu des clameurs de la population, avec un effet dramatique spectaculaire.

Au niveau de l’Opéra de Shanghai, face à la place du Peuple, l’éclipse du soleil va s’amorcer à 8h23mn25s, son disque basculera dans le noir de 9h36mn45s à 9H41mn45s (à 56° au dessus de l‘horizon Est), la Lune se dégageant définitivement de l’astre solaire à 11h01mn40s et à près de 73° d’élévation.

La place du Peuple (au centre) et le Grand Theatre de Shanghai (batiment blanc à gauche)

La place du Peuple (au centre) et le Grand Theatre de Shanghai (batiment blanc à gauche)

En pleine phase de décélération pendant ce temps, l’ombre au sol (d’un diamètre de 252kms) fusera à 3000 km/h vers la côte puis vers l’Ile de Ishinomura-Kinkajou (à 60kms d’Iwo Jima), où certains amateurs coriaces pourront bénéficier des 6minutes et 40 secondes de totalité, 50mn après Shanghaï.

A deux heures de train express, il est également possible de se rendre à Hangzhou, lieu plus charmant que les Shanghaiens affectionnent. Cela permet d’augmenter la durée du phénomène de 25 s.

Lire le compte rendu de l'Eclipse sur Pudong (Shanghaï)

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #Astres, #Eclipse

Publié le 24 Août 2008

Le 29 mars 2006, l’éclipse de soleil qui surplombait la Libye s’était achevée sur la pointe nord de la Mongolie au moment du coucher des deux astres.

Et bien un peu à la manière d’un passage de relais, la Mongolie est devenu la nouvelle destination pour observer l’éclipse de soleil du 01 août 2008.

L’éclipse n’est bien sûr qu’un prétexte, une motivation supplémentaire pour se rendre dans une région peu connue et compléter notre mémoire d'une nouvelle vision humaine.

Photomontage de l'éclipse de soleil du 01 août 2008. 10 minutes séparent chaque phase du chapelet. La protubérance en bas à droite est visible partiellement faute d'une photo du 3ième contact.

Photomontage de l'éclipse de soleil du 01 août 2008. 10 minutes séparent chaque phase du chapelet. La protubérance en bas à droite est visible partiellement faute d'une photo du 3ième contact.

La première vision a de quoi surprendre car une fois passé le spectacle des tristes blocs soviétiques que les nouvelles constructions de verre viennent petit à petit remplacer, une évidence s’impose : la population d’Ulan Bator est maintenant embarquée dans le flot de la société de consommation, le concert de klaxons ne s’arrête jamais, et même les enseignes françaises se distinguent parmi les affiches invitant à la célébration de Ghengis Khan, un guerrier ! Mais peut être ce culte traduit-il surtout l’attente d’une direction ?

Vient alors la seconde vision depuis un avion de ligne intérieure, celle des steppes vertes où s’éparpillent les yourtes, puis les dunes de sables avant d’atterrir à Khovd point d’entrée vers les steppes montagneuses de l’Altaï Mongol.

Camp de yourtes au bord du Lac Noir (Khar Nuur), site de l'éclipse.

Camp de yourtes au bord du Lac Noir (Khar Nuur), site de l'éclipse.

En remontant vers la province de Bayan-Olgiy, à l’extrême nord ouest, c’est vers un tout autre peuple que nous nous dirigeons.

Car pas moins de 100.000 Kazakhs à la culture nomade et de religion musulmane vivent ici.

Les visages des jeunes n’expriment que curiosité et sympathie, les enfants conduisent crânement leurs chevaux dés l’âge de 5 ans et tout respire le naturel, sans artifice.

Coucher de soleil sur les sommets de Chine, paysage que l'ombre de la Lune parcourera le lendemain.

Coucher de soleil sur les sommets de Chine, paysage que l'ombre de la Lune parcourera le lendemain.

Arrivés sur le camp de yourtes de Khar Nuur (le Lac Noir) à 100kms sud-ouest d’Olgiy, nous dénichons au coucher du soleil un site d’observation de l’éclipse depuis un petit col situé à 2600m.

L’horizon est dégagé sur 40 Kms à l’ouest vers les montagnes chinoises.

Lors de ce moment magnifique, deux très jeunes cavaliers s’approchent, s’arrêtent pour nous observer en silence, puis reprennent indifféremment leur balade.

Jeunes cavaliers participant à une course de chevaux.

Jeunes cavaliers participant à une course de chevaux.

Le lendemain c’est jour de fête. Aux courses de chevaux succèdent les compétitions de tir à l’arc, pas sûr que l’éclipse ne suscite plus d’intérêt chez la population.

En fin de journée, le soleil surplombe l’horizon à une trentaine de degrés dégagé de toute nébulosité.

Le grand spectacle commence par la perte des premiers degrés de température, la variation de luminosité qui accroît étrangement les contrastes puis l’arrivée dramatique de l’ombre de la lune.

Le diamant. ISO 100, Focale 432mm, vitesse 1/500s, ouverture 5.6 (Panasonic Lumix DMC-FZ8)

Le diamant. ISO 100, Focale 432mm, vitesse 1/500s, ouverture 5.6 (Panasonic Lumix DMC-FZ8)

Couronne solaire. ISO 100, Focale 432mm, vitesse 1/20s, ouverture 3.3 (Panasonic Lumix DMC-FZ8)

Couronne solaire. ISO 100, Focale 432mm, vitesse 1/20s, ouverture 3.3 (Panasonic Lumix DMC-FZ8)

Au nord ouest, les sommets de plus de 3500m disparaissent, les nuages blancs s'assombrissent, le diamant scintille et l’élégante couronne solaire accompagnée de Mercure et Vénus surgit dans un ciel anthracite tandis que l’horizon s’illumine de couleurs dans toutes les directions.

De 28°C il ne reste plus que 20°C et même 17°C après la phase de totalité avant que la température ne commence à remonter une demie heure plus tard pour se stabiliser à 23°C et retomber avec le coucher du soleil.

Paysage et totalité. ISO 100, Focale 36mm, vitesse 1/6s, ouverture 3.2 (Panasonic Lumix DMC-FZ8).  Mercure surplombe la couronne solaire. La forme elliptique de l'ombre à l'horizon est nettement visible, le soleil n'étant qu'à une hauteur de 25°.

Paysage et totalité. ISO 100, Focale 36mm, vitesse 1/6s, ouverture 3.2 (Panasonic Lumix DMC-FZ8). Mercure surplombe la couronne solaire. La forme elliptique de l'ombre à l'horizon est nettement visible, le soleil n'étant qu'à une hauteur de 25°.

Afin de profiter de ces 2 minutes et des poussières, le temps dédié aux photographies est volontairement réduit. Ce moment a nécessité une préparation rigoureuse de la mise au point, une estimation précise des temps de poses et des ouvertures nécessaires pour ne pas avoir à réfléchir dans le feu de l’action.

Indubitablement, une éclipse au dessus d’un paysage grandiose quand le soleil et l’horizon sont dans le même champ de vision (25° ce soir là) est d’une force impressive supérieure à des conditions où le phénomène se produit vers midi, proche du zénith.

Spectaculaire coucher de soleil sur le lac Hoton.

Spectaculaire coucher de soleil sur le lac Hoton.

Le plaisir de cet instant est accru par le fait que les statistiques météorologiques pour le lieu ont été contredites (55% de chance d’avoir un ciel couvert) et maintenant la suite du voyage va nous amener encore plus loin dans cette zone extrême de la Mongolie en longeant la frontière chinoise le long du lac Hoton jusqu’au glacier Potanin d’abord en Oaz (4x4 russes) puis à pied accompagnés de chevaux et chameaux.

 Souslik  et Gerboise mongole.

Souslik et Gerboise mongole.

Les sousliks (écureuils terrestres) et gerboises mongoles avertissent leurs compagnons sur notre passage, les oiseaux migrateurs viennent parfois noircir le ciel du soir sur nos têtes, la nécessaire adaptation à cette nature sauvage s’opère.

Bien sûr il va falloir batailler avec les moustiques mais ce petit inconvénient s’oublie face à l’émotion d’un bain au milieu du lac Hoton (au moins 17°C malgré les 2000m d’altitude) où dans les ruisseaux vivifiants.

Edelweiss et Gentianes, flore de Mongolie adaptée à des altitudes de plus de 3000m.

Edelweiss et Gentianes, flore de Mongolie adaptée à des altitudes de plus de 3000m.

Les Edelweiss abondent, la végétation s’enrichit à 3000m et jusqu'à l’arrivée au pied de cette extraordinaire langue glacière qui dévale au milieu des sommets de plus de 4000m.

Le glacier Potanin

Le glacier Potanin

En grimpant sur le flanc sud d’une falaise nous découvrons l’étendue de l’Altaï russe jusqu’au Belukha (4506m), heureusement sans personne pour nous demander notre visa.

Il nous faudra ensuite 3 jours pour quitter cette région qui peut connaître les conditions les plus difficiles pour retrouver Khovd puis rejoindre Ulan Bator.

Le massif du Beluka vu depuis la frontière russe

Le massif du Beluka vu depuis la frontière russe

L’inconfort des pistes mongoles (ce qui n’est pas une surprise dans les endroits peu peuplés) suggère que la Mongolie est un pays qui se découvre à cheval.

Peu de chance qu’une éclipse soit la motivation principale pour revenir car la prochaine à s’y produire surviendra en août 2063 après deux éclipses annulaires en 2041 et 2057.

Trajectoires des éclipses totales (bleu) et annulaires (rouge) sur la Mongolie au XXI ième siècle

Trajectoires des éclipses totales (bleu) et annulaires (rouge) sur la Mongolie au XXI ième siècle

Quant à la réplique de cette éclipse, il suffira de se rendre dans le nord de l’Espagne le 12 août 2026 pour l’observer en soirée.

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #Astres, #Eclipse

Publié le 16 Juillet 2008

Eclipse de Soleil du 1er août 2008 en Mongolie

Deux régions très différentes à l’ouest de la Mongolie sont sur le point d’être prises d’assaut par des amateurs de nature et d’astronomie du monde entier.

La province du Bayan-Ölgiy à la frontière de la Russie, dont les glaciers dévalent depuis des sommets de plus de 4300m, et la région sud de Hovd située à quelques 500 km au sud et au climat beaucoup plus sec.

Eclipse de soleil du 1er août 2008 en Mongolie

Cette éclipse s’annonce bien plus spectaculaire que celle de mars 2006 en Libye.

Elle va en effet se produire en fin de journée vers 11H00 TU (13H00 heure à Paris) soit vers 19H00 ou 18H00 en heure locale (le décalage horaire n’étant pas très clair).

Le soleil ne sera donc plus qu’à 25° au dessus de l’horizon, et même 22° au sud de Hovd. Également, la largeur de la zone d’ombre sera de 256 Km (au lieu de 184 km en Libye), laissant prévoir une atmosphère très sombre.

En revanche, avec une durée d’à peine plus de 2 minutes, cela laissera peu de temps pour réaliser des photos de la couronne solaire et donc je ne saurais trop recommander de profiter d’abord de l’ambiance fantastique d’une nature réagissant à la baisse de température et de luminosité dans un cadre extrêmement sauvage.

La carte ci-dessus rappelle quelques éléments de cette éclipse (ligne de centralité en rouge et limites de l’ombre en vert) :

A Bayan-Ölgiy, l’éclipse débutera à 9H 56mn 45s TU et atteindra le point maximal de la phase de totalité à 10H58 TU. Le soleil sera noir pendant 2 minutes et 12 secondes.

La vitesse de l’ombre de la Lune au sol sera de 65km/mn (près de 4000 km/h c'est à dire Paris-Orléans en deux minutes).

Dans la zone sud de l'Altaï Mongol, le phénomène se produira 7 minutes plus tard mais déjà l'ombre de la Lune aura atteint une vitesse de 75 km/mn pour 2mn 05s de totalité.

 

Durée de l'éclipse selon la localisation de l'observateur sur la zone d'ombre

Se pose souvent aux observateurs la question de la durée de l'éclipse s'ils ne se situent pas exactement sur la zone de centralité.
Une seule formule est à connaître :
d= D/2*√(1-(T1/T) ²)
avec D diamètre de l'ombre au sol (256 km dans ce cas)
        T durée de l'éclipse sur la ligne de centralité (2mn 12s dans la région d'Olgiy)
        d   distance du lieu d'observation à la ligne de centralité
        T1 durée de l'éclipse à la distance d de la ligne de centralité

Si t est la perte de durée de l'éclipse (c'est à dire T0-T1), cette formule peut s'approximer pour devenir
                                
                                           d=D
√(t/2T)  pour des valeurs de t < T/5


Ainsi pour
t= 1s        d= 15km
t= 5s        d= 35km
t= 10s      d= 50km
t= 25s      d= 80km

Autrement dit, à 15 km de la ligne de centralité, la durée de l'éclipse n'est réduite que de 1s!
Inutile de dire qu'envisager de se décaler de quelques kilomètres vers l'ouest de la ligne centrale pour compenser l'erreur due à l'altitude et à la forte l'inclinaison de l'ombre de la Lune par rapport à la verticale (le phénomène a lieu en soirée) est d'un raffinement négligeable.

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #Astres, #Eclipse

Publié le 10 Juillet 2007

Eclipse partielle vers 1h15 du matin (heure locale)

Eclipse partielle vers 1h15 du matin (heure locale)

Si une éclipse de lune ne recèle que peu d’importance scientifique, un photomontage ne relate que bien peu de cette merveille naturelle. L’œil nu remarque l’assombrissement vague du bord de l’astre sélène quand une courbe nette avance sur le disque croqué par l’ombre de la Terre.

Mais la clarté du satellite noie encore les subtiles rougeurs de la face sombre si bien qu’il nous faut attendre la disparition de toute trace de réflexion lumineuse directe pour que seule demeure la lueur des rayons solaires tamisés par notre atmosphère.
 
Dés cet instant il est possible de se représenter le spectacle vu d’abord depuis la frange brillante – le globe terrestre treize fois plus étendu que « Diane Séléné » et hérissé d’une auréole éclatante surplombe l’horizon – puis depuis la bande la plus sombre – la même sphère palpitant de faibles éclats vermillions dans un ciel constellé.
Eclipse de Lune du 09 novembre 2003

Dimanche 9 novembre 2003, la lune est entrée dans l'ombre de de la Terre à 00h30 pour intégralement s’éclipser entre 2h05 et 2h30. Elle n'a retrouvé son éclat total qu'à 4h05.
La trajectoire de la Lune est passée en bordure de l'ombre, ce qui explique la faible durée du phénomène (25 minutes).

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #Astres, #Eclipse

Publié le 25 Juin 2007

Soleil noir en Libye le 29 mars 2006

L’annonce à votre entourage proche que vous partez en Libye pour observer une éclipse engendre regards amusés et ironiques, parfois interloqués et tout de même quelques fois approbatifs.

Si le moteur interne de chaque membre du groupe est cette motivation intrinsèque qui nous porte à se diriger vers l’observation de phénomènes célestes, bien d’autres émotions sont en jeu : la prise de contact avec une autre réalité, la rencontre avec le passé, le choc des paysages et de notre imaginaire et enfin la vitalité des liens entre les individus.
Soleil noir en Libye le 29 mars 2006
Le club Eclipse créé par Thierry Midavaine s’accoutume à ces échappées et cette fois, une équipe de tournage de la société Armada nous accompagne alors qu’un groupe de trois italiens nous rejoint à la frontière libyenne. Un bus, puis Huit 4x4 sont alloués pour le transport.
Nous rejoignons le guide, les chauffeurs, les cuisiniers et bien sûr les deux policiers chargés de nous encadrer.
Soleil noir en Libye le 29 mars 2006
Nous voici donc aux portes d’un territoire d’où sort une interminable colonne de camions vides.
Plus tard ils reviendront du voisin tunisien chargés de matériau de construction. Cependant nous ne verrons pas les flux de pétrole filer vers les pays fournisseurs en échange de ces biens. 
Sabratha

Sabratha

En longeant la côte, les kilomètres de route entre désert et Méditerranée conduisent aux villes de Sabratha puis Leptis Magna. Elles témoignent de plus de 2500 ans d’histoire.
Dans leur conquête des côtes de l’Afrique du Nord initiée depuis les terres du Levant, les Phéniciens créèrent ces comptoirs que les Romains conquirent après la défaite définitive de Carthage.
L’empereur Septime Sévère naquit lui-même à Leptis et amplifia l’urbanisme développé par Hadrien.
Leptis Magna

Leptis Magna

Mais savez vous que cette ville est beaucoup plus proche de Paris que vous ne l’imaginez ?
En 1686 le consul Claude Maire obtint le droit d’exporter ses colonnes de marbre rose et de cipolin vert.
Depuis cette époque, plusieurs centaines de ces fûts polychromes embellissent l’architecture de Versailles, Saint Germain des Près et la cathédrale de Rouen.
Heureusement ces cités sont maintenant préservées et la faible fréquentation y autorise des balades solitaires pour rêver à leur passé, aux représentations de théâtre face à la mer par exemple.
 
Par ailleurs, la civilisation latine ne perdura pas et les basiliques chrétiennes s’effacèrent devant l’arabisation du VIIIième siècle d’essence sémitique et donc identique à celle des Puniques.
Soleil noir en Libye le 29 mars 2006
Arrivés à Tripoli nous nous envolons vers le sud Libyen.
De la ville universitaire de Sebbah, les pistes du désert s’ouvrent sur un océan de sable et de saisissements. Comment décrire ce processus de recomposition de soi révélé par le Sahara ?
En se couchant, le soleil livre une étendue de patine dorée, les emphases de la musique de Maurice Jarre ressurgissent alors avec le romantisme hollywoodien de Lawrence d’Arabie.
Erg d’Ubari (Fezzan)

Erg d’Ubari (Fezzan)

Les jours qui suivent illustrent tous les visages géologiques façonnés depuis le retrait de la mer il y a 65 millions d’années.
Les sédiments se sont déposés laissant le vent les transporter pour édifier les dunes du Fezzan, ou bien laissant l’érosion des roches modeler des paysages grandioses de plateaux que j’imagine battus par les eaux.
Soleil noir en Libye le 29 mars 2006

Un matin, en sortant fraîchement de la tente pour profiter de 5 généreux degrés, le sol apparaît constellé de petites billes au relief allongé par les premiers rayons du jours. Comment expliquer ces formations ?

Wan-an-Namus

Wan-an-Namus

Encore plus spectaculaire, l’approche du volcan de Wan-an-Namus s’achève par la traversée d’une couche de basalte noire que la rougeur des rayons du soir enjolive de couleur pourpre.

Soleil noir en Libye le 29 mars 2006
Le jour tant attendu est arrivé.
Les éphémérides et le GPS sont les deux outils indispensables pour déterminer un lieu d’observation idéal sur la ligne de centralité.
Si nous sommes venus aussi loin, c’est que nous savons à l’avance que la durée de l’éclipse de soleil sera maximale ici (près de 4 minutes 10 secondes) et les conditions météorologiques très favorables.
 
Une fois le camp installé, l’attente se fait dans un décompte du temps savamment orchestré, rythmé par l’annonce des différents contacts : premier contact à 10h56, la lune glisse petit à petit devant le soleil jusqu’à 12h13 où subitement la lumière crépusculaire signe un arrêt net du vent et le jaillissement soudain de la couronne solaire.
Couronne solaire

Couronne solaire

Cette auréole qui s’étend bien au-delà de notre étoile est trompeuse.
Sa nature est encore mal connue et est perçue pour l’instant comme la matérialisation d’une énergie expulsée qui ne peut se libérer directement en surface. Elle s’accumulerait alors dans l’atmosphère du soleil pour être enfin irradiée d’une intense lumière blanche par les couches de magnésium et calcium gazeux chauffées à plus de 2 millions de degrés !
Et pourtant il fait moins de 6000 degrés à la limite du disque.
Protubérances et chromosphère au second contact

Protubérances et chromosphère au second contact

En réduisant le temps de pose, il est possible de découvrir la chromosphère, fine couche atmosphérique rouge qui témoigne de la présence d’hydrogène, premier élément à dissiper cette obscure énergie.

Protubérances et chromosphère au troisième contact

Protubérances et chromosphère au troisième contact

Enfin les protubérances trahissent l’inimaginable puissance des remous internes du soleil.
A 12h17, la lune achève l’occultation totale de notre astre vital, tandis que la température continue sa chute (6° au total) et que le vent réapparaît.
 
Les émotions se détachent.
Soleil noir en Libye le 29 mars 2006

Le lendemain soir, sur la route du retour, le croissant Sélène de 1 jour vient sertir la lumière cendrée
Le scénario est décidément trop bien écrit.

Soleil noir en Libye le 29 mars 2006

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #Astres, #Eclipse