Les directeurs de l'Opéra de Vienne de 1945 à aujourd'hui

Publié le 4 Juillet 2007

 

1945-1954 Franz Salmhofer

En attendant la reconstruction de l’opéra, le nouveau directeur s’installe au Theater an der Wien.
Schwarzkopf, Rysanek, Della Casa, Guden, London, Edelman sont de nouveaux engagés.
Un petit répertoire est rapidement constitué avec des reprises d’œuvres de Salzbourg comme ‘l’amour de Danae’. Elektra est jouée malgré la taille réduite de la fosse.

1954-1956 Karl Böhm

Le 5 novembre 1955, l’ Opéra d’Etat est reconstruit.
Martha Möld est la Léonore de l’inauguration.
Mais les chanteurs ont dépassé leur point culminant.
Le public s’irrite et Böhm doit partir.

1956-1964 Herbert Von Karajan

Il abandonne l’idée de troupe pour une politique de contrat longue durée avec les chanteurs les plus célèbres.
Le développement du transport aérien permet en effet d’avoir des invités plus facilement car tout le monde bouge, même les artistes les moins connus.
Le rythme de 300 spectacles par an est atteint.
Mitropoulos, L.Price, Janowitz, Freni, Tebaldi, Corelli sont régulièrement à l’affiche.
Un nouveau Ring est créé et les productions de Tosca et La Bohème sont toujours à l’affiche aujourd’hui.

1964-1968 Egon Hilbert

Il poursuit la politique de vedettariat.
L.Bernstein est embauché pour remplacer Karajan.
Wieland Wagner monte Salomé et Elektra.
J.King, Resnik, Jones, Aragall Windelich sont entendus plus souvent qu’autrefois.
Atteint d’une maladie grave, le directeur devient la cible d’une campagne médiatique acharnée.
Prié de démissionné, il meurt d’un accident de voiture le lendemain.

1968-1972 Henrich Reif-Gintl

Pas de véritable dynamisme.
Il découvre Shirley Verret et Sherril Milnes.

1972-1976 Rudolf Gamsjager

C’est un excellent organisateur.
‘Moïse et Aron’ de A.Schönberg dirigé par Dohnanyi rentre au répertoire.
Vienne lui doit également un Tristan dirigé par Kleiber.
Salomé est monté dans des décors évoquant Klimt.
Il découvre Carreras, Ricciarelli, Atlantov et Obraszova.
 
1976-1982 Egon Seefehlner

Il met à l’épreuve ses idées sur la gestion d’un opéra.
Il monte une troupe de jeunes chanteurs, identifie des artistes de premier rang avec l’idée de les fixer à Vienne, et invite le plus souvent possible les artistes d’élites.
L’opéra du XXième siècle est à l’honneur avec Korngold, Henze, Bartok.
Karajan, Bernstein, Kleiber viennent au pupitre, Solti et Levine étant même invités.
Sinopoli fait ses début également.
Gruberova, Lipovsek, Baltsa, Rydl, T.Moser sont à la scène à présent.
Cependant les grands chanteurs ne font que passer et Seefehlner ne peut installer un répertoire prêt à tout moment.

1982-1984 Lorin Maazel

Il restreint le répertoire avec un système de bloc qui consiste à jouer une oeuvre à 2 reprises afin d’arriver à une interprétation irréprochable avant de les retirer.
Claudio Abbado dirige Simon Boccanegra dans une mise en scène de Strelher.
Il y a malheureusement trop de spectacles usés pour intéresser un large public.

1984-1986 Egon Seefehlner

Il assure la continuité en attendant un nouveau directeur.

1986-1991 Claus Helmut Drese

Claudio Abbado devient son directeur musical.
Très bon administrateur, il est à l’origine d’un cycle Monteverdi à Zurich (dont il a été le directeur de 1975 à1986) dirigé par Harnoncourt et qui a fait une tournée internationale.
En 1987, Harnoncourt débute à Vienne avec ‘Idoménée’ puis ‘La flûte enchantée’ en 1988, ‘L’enlèvement au Sérail’ et ‘Cosi fan tutte’ en 1989.

1991-1992 Eberhard Wächter

Assure la transition tout en restant le directeur du Volksoper (autre opéra de Vienne où l’on joue des opérettes et des comédies musicales).

Depuis 1992 Ioan Holender

C’est le recordman de longévité puisque son contrat initialement prévu pour finir en 2007 vient d’être prolongé jusqu’en 2010.
Ce très bon gestionnaire privilégie un répertoire traditionnel et laisse au Volksoper les œuvres trop difficiles.
Les taux de remplissage sont à la hausse depuis plusieurs années.
Alagna, Gruberova, Dessay,C.Alvarez, A.Netrebko, Furlanetto, Borodina, Massis, Forbis,
Struckmann, Florez, Hampson et même Caballé sont à l’affiche pour la saison 2006/2007 (une cinquantaine d’œuvres sont programmées).
Un Ring serait prévu avant 2010.
 
Pour aller plus loin, revenir à la rubrique Histoire de l'Opéra

Rédigé par David

Publié dans #Histoire de l'Opéra

Commenter cet article

Wilhelm Guschlbauer 01/01/2012 19:41

Je viens de découvrir votre site et je me suis intéressé ce que vous avez trouvé sur l'Opéra de Vienne que je connais fort bien (voir mon site ci-dessus). Entre 1945 et 1954 Franz Salmhofer était
effectivement les directeur en titre, mais l'intendant, le vrai maître était Egon Hilbert. C'est lui qui a fait diriger Furtwaengler ¡a l'Opéra (Tristan, Fidelio), Knappertsbusch, Fritz Busch,
Janos Ferencik etc. etc. Les chanteurs étaient surtout Schöffler, Hotter, Seefried, Schwarzkopf, Jurinac, Reining, les soeurs Konetzny, Frantz, Weber, Max Lorenz, Patzak, Dermota etc. etc.. London
est arrivé en 1949, Rysanek au même moment. Le mérite de Hilbert était de reprendre tous les productions de Salzburg, notamment "Wozzeck" en 1951, mais aussi "La Clemeza di Tito" - Paris a du
attendre 40 ans avant qu'on joue cette merveille. On a joué aussi "Jenufa", "Walküre" en 1948, regardez sur le site ...
Je connais fort bien le "scandale Böhm", car y étais. Cette affaire a donné lieu à un journal "Der Merker", d'abord ronéotypé, mais qui existe toujours et pour lequel je suis le principal
correspondant en France.
Amicalement, W. Guschlbauer
Si vous voulez, je suis prêt de vous écrire un article un peu plus substanciel ....