Publié le 24 Mai 2010

Les Contes d’Hoffmann (Jacques Offenbach)

Représentation du 23 mai 2010 (44ième dans cette mise en scène)

AHoffmann05.jpgOpéra Bastille

Olympia Laura Aikin
Antonia Inva Mula
Giulietta Béatrice Uria-Monzon
La Muse/Nicklausse Ekaterina Gubanova
Hoffmann Giuseppe Filianotti
Luther/Crespel Alain Verhnes
Lindorf/Coppelius/Dr. Miracle Frank Ferrari
Nathanaël Jason Bridges
Frantz Léonard Pezzino
La voix de la Mère Cornelia Oncioiu

Direction Musicale Jesus Lopez-Cobos

Mise en scène Robert Carsen (Création 20 mars 2000)

                                           Cornelia Oncioiu (La Mère)

L’éclat des distributions originales fût tel - Natalie Dessay, Samuel Ramey, Cristina Gallardo-Domas, Bryn Terfel … -  que la marque prégnante de Rolando Villazon ne vint le parfaire que lors de la dernière reprise.

Les qualités musicales et interprétatives des chanteurs réunis aujourd'hui forment cependant un ensemble harmonieux qui mérite d’y revenir.

La mise en scène de Robert Carsen repose sur le parallèle entre illusion théâtrale et illusion amoureuse.
AHoffmann02Cette illusion, brisée dans le prologue lorsque la représentation de Don Giovanni parcourt le plateau de Bastille, noir comme le vide que remplit l’être aimé, se matérialise par le Théâtre lui même.

Selon tous les points de vue possibles, depuis l’arrière scène, l’orchestre, la scène, et la salle où se trouve l’auditeur, il est le lieu où se déroulent les trois drames féminins que vécut le poète.

Sans égaler les étincelantes vocalises de Natalie Dessay, Laura Aikin se joue avec aise des déchaînements érotiques d’Olympia, et enrichit ce personnage de couleurs plus mûres et dominatrices autant que de petits détails fantaisistes que lui permet son habilité scénique.

 

Inva Mula (Antonia) et Giuseppe Filianotti (Hoffmann)

Étrangement, ce n’est pas dans l’Elixir d’Amour - pourtant écrit dans sa langue maternelle - que Giuseppe Filianotti aura le plus convaincu cette année, mais bien dans le rôle d’Hoffmann dont il soutient la diction exigeante, un médium généreux et plein d’ampleur, et si l’on ajoute les accents touchants, c’est le meilleur interprète du rôle, à mon avis, depuis ces dix dernières années à l’Opéra Bastille.

AHoffmann01.jpg

    Laura Aikin (Olympia)

Il ne faut pas juger des qualités d’Inva Mula à son interprétation de Mireille en début de saison, appesantie par les difficultés du rôle et la pression de l’enjeu, mais plutôt à la manière dont elle fait d’Antonia une rebelle passionnée, plus qu‘une lunaire et poétique rêveuse, emportée par sa jeunesse impulsive et rayonnante. Un jeté de cheveux radicalement charmant.

AHoffmann03.jpgPour Béatrice Uria-Monzon, tout est dans le déhanché exagéré et la projection fulgurante d’obscurs aigus , le phrasé n’étant pas son point fort. La barcarolle manque beaucoup de sensualité malgré Ekaterina Gubanova, réconfortante Nicklausse et Muse toute en rondeur et chaleur vocales.

Ce troisième acte est d’ailleurs celui qui pousse le plus les chanteurs à leurs limites, l’écriture étant plus tendue aussi bien pour Hoffmann que pour Dapertutto.

Franck Ferrari, la classe solide du truand, mais pas vraiment méchant, timbre aux noirceurs complexes, ne néglige aucunement le texte, mais manque d’un peu plus de souffle et de projection pour couvrir intégralement la dimension de son personnage.

                                Béatrice Uria-Monzon (Giulietta)

Des seconds rôles, tous très bien tenus, on distingue Jason Bridges (Nathanaël clair, léger et authentique), Leonard Pezzino (Frantz vertueux) et l’irréprochable et uniforme Alain Verhnes. 

Jesus Lopez-Cobos dirige toute la première partie avec le rythme pimpant d’un opéra de jeunesse de Verdi, assure un équilibre de tous les pupitres, et ne semble relâcher la tension que dans le troisième acte, trahi par un décalage sensible avec les chœurs, quitte à compenser par l’augmentation du volume.

AHoffmann04.jpg

       Ekaterina Gubanova (La Muse)

L’émotion ressurgit à l'ultime vue de ce vaste néant scénique duquel la Muse s’éclipse avec Hoffmann.

Voir les commentaires

Publié le 15 Mai 2010

ABayadere02.jpgLa Bayadère (Marius Petipa)
Pré générale du 14 mai 2010
Palais Garnier

Nikiya Aurélie Dupont
Solor Nicolas Le Riche
Gamzatti Dorothèe Gilbert

Musique de Ludwig Minkus adaptée par John Lanchbery

Direction musicale Kevin Rhodes
Orchestre Colonne
Chorégraphie Rudolf Noureev

 

                                                               Aurélie Dupont (Nikiya)

Alors qu’il n’avait que vingt cinq ans, Rudolf Noureev eut l‘honneur de chorégraphier l’acte des Ombres de la Bayadère pour Covent Garden.

Nourrissant une affection profonde pour un ballet déjà considéré comme passé de mode à l‘époque, en référence à l’exotisme d’Henri Rousseau, il n’en récupèrera des partitions partielles, et une mémoire visuelle, que lors de son voyage à Leningrad en 1989.

Son père ne le vit qu’une fois danser sur scène. C’était en 1960, au Kirov, pour la Bayadère, juste avant que ne débute la tournée occidentale qui emmènera le jeune danseur vers la vie libre.

ABayadere01.jpgDe retour à Paris, Noureev retravaille les pages orchestrales avec John Lanchbery, et c’est seulement le jeudi 8 octobre 1992 que le rideau de Garnier s’ouvre sur un ballet flamboyant.

Ne manque que le quatrième acte, la destruction du temple, qui ne pu être reconstitué à cause des 1,4 millions d’euros (cours 2010) déjà investis dans la production, mais également du fait du décorateur, Ezio Frigerio, qui refusa de toucher à sa belle coupole qui aurait du craquer chaque soir.

Sachant cela, profiter d’une occasion d’aller découvrir la Bayadère, même dans la boite à bijoux du Palais Garnier, relève donc plus d’une sorte de recueillement en hommage à un homme d’exception, comme d’autres vont à Lourdes ou bien à la Kaaba.

Nicolas Le Riche (Solor)

On peut cependant supposer que Noureev aurait finalement eu une préférence pour maintenir son ballet à l’Opéra Bastille (héritage de la fin de l'ère Pierre Bergé en 1994), symbole moderne de liberté, d’ouverture et d‘avenir.

Mais replacer ce spectacle à Garnier est comme vouloir pétrifier un lieu de son histoire et de ses souvenirs d'adieux.

Dans cet univers de costumes fastueux, minutieusement détaillés et intensément colorés, le regard est à l’affût d’évènements qui se détacheront des effets démonstratifs, classiques et routiniers de la chorégraphie.

Violence entre Nikiya et Gamzatti, que seules Adrienne Lecouvreur et la comtesse de Bouillon surpassent dans le monde de l’Opéra, sauts en l’air de Solor, danse triste et humble de Nikiya, et l’irréel Royaume des Ombres avec la souplesse des corps dévalant progressivement les contreforts romantiques des montagnes.

ABayadere03.jpg

                       Aurélie Dupont (Nikiya)

La musique évoque tour à tour la valse, le cancan, le cirque, mais sous la direction de Kevin Rhodes elle prend une théâtralité dont bénéficie le mieux le premier acte.

Le charisme d’Aurélie Dupont et de Nicolas Le Riche fait merveille, et même si le décalage entre l’œuvre et notre époque est bien grand pour ne pas en sourire, il y a la satisfaction de voir tous ces danseurs y prendre plaisir.
 

ABayadere04.jpg

        Le Royaume des ombres

  Le site officiel de la Fondation Rudolf Noureev.

Voir les commentaires

Publié le 11 Mai 2010

ABilly04.jpgBilly Budd (musique Benjamin Britten

et livret Edward Morgan Forster)

Représentation du 08 mai 2010

Opéra Bastille

Billy Budd Lucas Meachem
Edward Fairfax Vere Kim Begley
John Claggart Gidon Saks
Mr Redburn Michael Druiett
Mr Flint Paul Gay
Lieutenant Ratcliffe Scott Wilde
Le Novice François Piolino
L’ami du Novice Vladimir Kapshuk
Donald Igor Gnidii
Dansker Yuri Kissin

Direction Musicale Jeffrey Tate
Mise en scène Francesca Zambello

Lucas Meachem (Billy Budd) et Gidon Saks (John Claggart)

Avril 1996, pour la première saison d’Hugues Gall, Francesca Zambello réalise une production de Billy Budd récompensée par le Grand Prix français de la critique. Ses lignes de forces s’inscrivent dans l’esthétique d’un décor qui isole, tel un radeau, le pont de l’Indomptable au milieu d’un océan élargi par la profondeur de scène.

Les enchaînements, entrées et sorties par les trappes, levée du plateau principal qui révèle les cales en sous-sol, ne comportent que de rares faiblesses - John Claggart s'éclipsant en rampant après avoir soudoyer le Novice - démontrant une intelligente utilisation de l’espace de Bastille pour suivre le rythme du déroulement musical.

ABilly03.jpg

Cette vastitude tue malgré tout les sensations de confinement inhérentes à l’ouvrage, s’ajoute une volonté d’illustrer par l’imagerie claire et naïve ce que dit le texte - Billy en croix à son poste de vigie, le messager divin - , l’analyse du geste, quasi inexistante, n’enrichit que faiblement la psychologie des protagonistes, le personnage de Vere en reste terne.

Après neuf ans d’absence au répertoire, la troisième reprise de Billy Budd est programmée lors des 40 ans de la disparition d’E.M Forster (l'auteur de Maurice), et elle prouve à quel point la qualité de l’interprétation orchestrale est fondamentale à la construction d’un théâtre immersif.

 

ABilly01.jpg

  Lucas Meachem (Billy Budd)

Sous la direction de Jeffrey Tate, absent depuis mai 1999 (Wozzeck), les tresses mélodiques semblent se détacher de la fosse d’origine, seuls les cuivres et les flûtes nous y ramènent, opposition entre sentiments supérieurs et impulsions sanguines, au point que toute la scène du jugement ne se vit que par la musique.

Rodney Gilfry a trop marqué le rôle de Billy Budd - fusion idéale de la force et de l’âme innocente - pour que Lucas Meachem l’efface facilement. Costaud comme un bûcheron, voix solide mais qui s’illumine peu sous les faisceaux des projecteurs, l’empathie pour les hommes du vaisseau se ressent trop peu.

ABilly02.jpgGidon Saks - John Claggart - fascinant quand il pénètre dans les cônes d’ombre d’où ne se dessine plus que sa silhouette, trouve l’aisance à passer de la tenue noble et éduquée au relâchement de la hargne, couleurs vocales les plus suggestives du mal, et nerfs sous tension.

Toute l’humanité de Kim Begley passe dans la clarté d’un chant, si bien qu’il faut être bien attentif au texte pour en mesurer l’ambiguïté - pourquoi si vite considérer la condamnation de Billy Budd comme inéluctable, alors qu’un seul des trois officiers est inflexible?

Très touchant et au jeu naturel, François Piolino fait du jeune Novice l’âme la plus intense de ce petit monde, si bien que son duo avec Vladimir Kapshuk est presque trop sensible.

François Piolino (Le Novice) et Vladimir Kapshuk (son ami)

Bien au delà du sentiment homosexuel, une des forces du drame, le plus poignant de l’histoire est qu'une confiance totale en la vie, dans un univers oppressant, est une manière de résister au conformisme timoré ambiant et de s’attirer l’attachement des autres, mais comporte également le risque qu’un homme de pouvoir ne vienne briser une vitalité aussi déstabilisatrice.

Voir les commentaires

Publié le 6 Mai 2010

Rufus Wainwright All Days Are Night : Songs for Lulu

Concert du 03 mai 2010 au Théâtre Mogador

AWainwright02.jpgDepuis ce soir d’octobre 2003 où ce jeune chanteur, tout juste trentenaire, avait pris possession du Batofar, péniche branchée flottante au pied de la Grande Bibliothèque de Paris, et touché ainsi le cœur d’un public encore restreint, le parcours de Rufus Wainwright est un jaillissement d’aventures artistiques qui pouvait faire craindre la dilution dans l’ivresse de la célébrité (Arte avait récemment diffusé sa reprise des Sonnets de Shakespeare avec le Berliner Ensemble, que malheureusement je n'ai pu enregistrer).

Le ténor pop baroque, qui confia lui même que l’Elektra de Strauss était tout aussi sublime sans ecstasy, a déjà réussi son pari de créer un opéra. Si le Metropolitan Opera de New York a finalement refusé de représenter « Prima Donna » à cause du livret en français, l’ouvrage a déjà été joué en Angleterre, et peut être devrait-il arriver à Paris prochainement.

La sensualité de sa voix caressante, qu’il aime laisser s’étirer pour faire passer ses messages les plus intimes, le piano seul en et le meilleur compagnon.

Alors délaissant l’excès d’orchestration qui constitue habituellement une bonne moitié de ses compositions, la part extravertie de sa personnalité, Rufus consacre son nouvel album à douze airs purement mélodiques, besoin de recueillement qui prolonge la disparition récente de sa mère.

Mais l’exubérance est toujours là, alors pour la mise en scène de la première partie du concert, l’intégralité de Songs for Lulu, le chanteur se fait plus femme que jamais pour arriver théâtralement et lentement en robe noire (comme Erda dans la mise en scène de l’Or du Rhin à Bastille).

Et seul, avec sa voix et un piano, le transport intérieur est d’autant plus miraculeux qu’il est émouvant de voir et entendre cette solitude s’exprimer d’aussi talentueuse manière. Qui ne souhaiterait pas savoir en faire autant ?

Il peut paraître étrange que la plénitude repose sur une douce tristesse, how could someone so Bright love someone so blue?.

AWainwright01.jpg

        Rufus Wainwright

Les feux d’artifices t’appellent, extrait de Prima Donna, est un air en français conçu lors d’un court séjour à Montmartre avec sa mère, face à une vue extraordinaire sur Paris.
Le style musical est totalement inspiré du courant minimaliste similaire à celui de Philip Glass.

L'ensemble des textes sont d'ailleurs assez contemplatifs, se réfèrent souvent au ciel et aux astres, sans la provocation ou la critique qu'on a pu lui connaître, une façon de susprendre le temps tout simplement.

En seconde partie de soirée, Rufus Wainwright reprend les balades de ses précédents albums (Release the stars, Want Two, Want One …), toujours seul au piano, mais cette fois en autorisant les applaudissements, les photographies, dans une atmosphère de détente.

Parmi les anecdotes intimes et réflexions piquantes qu’il aime placer entre chaque air, on apprend que le public parisien n’est pas le meilleur, mais le plus beau.

Flatteur il est, car est beau celui qui sait être soi, comme il l'a si bien montré.

Site officiel de Rufus Wainwright

Voir les commentaires

Publié le 2 Mai 2010

Samedi 01 mai 2010 sur France 3 à 00H05
L'Heure de ... Nathalie Manfrino


Dimanche 02 mai 2010 sur Arte à 19H10
Claudio Abbado dirige les Concertos Brandebourgeois.

Avec les jeunes musiciens de l’Orchestra Mozart (Allemagne, 2007, 43mn)

Lundi 03 mai 2010 sur Arte à 22H30
Danse. Pitié à Kinshasa d´Alain Platel.

AlainPlatel et les Ballets C. de la B en Afrique (2009)
Musique : Fabrizio Cassol basé sur la Passion selon Saint Matthieu de Jean-Sébastien Bach

Mardi 04 mai 2010 sur France 2 à 00H20
L’Amant Jaloux ou les Fausses Apparences (Gétry)

Enregistré à l’Opéra Comique en mars 2010.
Avec Magali Léger, direction Jérémie Rhorer

Samedi 08 mai 2010 sur France 3 à 00H05
Toute la musique qu’ils aiment : Béatrice Uria Monzon


Samedi 08 mai 2010 sur Arte à 20H25
Don Quichotte (Massenet)

En direct du Théâtre Royal de la Monnaie, pour les adieux à l'Opéra de José Van Dam.
Mise en scène Laurent Pelly, direction Marc Minkowski

Dimanche 09 mai 2010 sur France 3 à 01H00
Cavalleria Rusticana (Mascagni)

Enregistré à Orange en juillet 2009, avec Roberto Alagna, Béatrice Uria-Monzon.
Direction Georges Prêtre

Dimanche 09 mai 2010 sur Arte à 19H10
Maria Callas à Paris

Concert enregistré au Palais Garnier en 1958.

Dimanche 09 mai 2010 sur Arte à 23H30
Les enfants de l’Opéra de Pékin

signes02.jpg
Lundi 10 mai 2010 sur TF1 à 02H50
Signes (Carolyn Carlson)

Ballet enregistré à l’Opéra Bastille. Musique de René Aubry.
Avec Kader Belarbi et Marie-Agnès Gillot

Lundi 11 mai 2010 sur Arte à 22H10
Paul Wittgenstein, le pianiste qui ne renonça jamais.
 

 

Mardi 12 mai 2010 sur France 2 à 00H50
Gloria (Vivaldi)

Par le concerto Italiano, direction Rinaldo Alessandrini, avec Sara Mingardo.

 

Mercredi 13 mai 2010 sur Arte à 00H35
Arte Lounge

Invités : Renaud Capuçon, Rufus Wainwright, Anoushka Shankar.

 

Samedi 15 mai 2010 sur France 3 à 00H05
Concert Vladimir Cosma

Enregistré au Théâtre du Châtelet le 9 mars 2010.


Dimanche 16 mai 2010 sur France 3 à 00H15

Zaïde (Mozart)

Enregistré au festival d'Aix en Provence en 2008. Avec Ekaterina Lekhina, Sean Panikkar, Alfred Walker, Morris Robinson.

 

Dimanche 16 mai 2010 sur Arte à 19H10

Marta Argerich et Yujia Wang au Festival de Verbier 2009

 

Dimanche 16 mai 2010 sur Arte à 22H35

Glenn Gould. Le génie et la passion.

 

Lundi 17 mai 2010 sur Arte à 22H35

 

Paillasse (Leoncavallo)

Mise en scène Grischa Asagaroff, direction Stefano Ranzani, avec Zvetanov, Guelfi, Cedolin, Bermudez, Cura. Orchestre de l'Opéra de Zürich.

 

Mardi 18 mai 2010 sur France2 à 00H20

Symphonie n°7 (Mahler)

Direction Christoph Eschenbach.

 

Dimanche 23 mai 2010 sur Arte à 09H45
La Traviata à la gare de Zurich

Rediffusion 

 

Dimanche 23 mai 2010 sur Arte à 19H10
Gabor Boldoczki joue Haydn

 

Lundi 24 mai 2010 sur TF1 à 02H40

Les Contes d'Hoffmann (Offenbach)

 

Lundi 24 mai 2010 sur Arte à 22H35

Cabaret-Berlin : la scène sauvage.

La véritable histoire du cabaret berlinois des années 20. 

 

Jeudi 27 mai 2010 sur Arte à 06H00

Marta Argerich et Yujia Wang au Festival de Verbier 2009

 

Vendredi 28 mai 2010 sur Arte à 06H00
Claudio Abbado dirige les Concertos Brandebourgeois.

Avec les jeunes musiciens de l’Orchestra Mozart (Allemagne, 2007, 43mn)

 

Dimanche 30 mai 2010 sur Arte à 06H00

Cabaret-Berlin : la scène sauvage.

La véritable histoire du cabaret berlinois des années 20.


Dimanche 30 mai 2010 sur Arte à 19H10
Vladimir Jurowski dirige « la 4ème » de Beethoven (2010, 43mn)
 

 

Lundi 31 mai 2010 sur Arte à 06H00

Thomas Quasthoff et Hélène Grimaud

Festival de Verbier 2007

 

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #TV Lyrique