Pelléas et Mélisande (dir. Louis Langrée) Champs Elysées

Publié le 20 Avril 2011

Pelleas01.jpgPelléas et Mélisande (Claude Debussy)
Version concert du 17 avril 2011
Théâtre des Champs Elysées

Pelléas Simon Keenlyside
Mélisande Natalie Dessay
Golaud Laurent Naouri
Geneviève Marie-Nicole Lemieux
Arkel Alain Vernhes
Yniold Khatouna Gadelia
Le Médecin Nahuel di Pierro

Direction musicale Louis Langrée
Orchestre de Paris

 

                                                Laurent Naouri (Golaud)

Après  Parsifal et  Ariane et Barbe-Bleue, c’est avec une version concert de Pelléas et Mélisande que s’achèvent ces quelques jours consacrés, au hasard du calendrier, à Wagner et son influence dans la musique française.

Sous la direction de Louis Langrée, les musiciens de l’Orchestre de Paris livrent une lecture rigoureuse et compacte qui, au fil de soirée, gagne en limpidité.
Si dans les passages les plus vivants la poésie se défait sensiblement, la profondeur de la musique, lorsqu’elle travaille les mouvements les plus sombres, devient flot mystérieux et inquiétant, et cela particulièrement lorsque Golaud intervient.

Or, Laurent Naouri est a lui seul, immensément, naturellement, et en toute évidence, l’interprète choc de la représentation. Il chante magnifiquement, le verbe est précis, superbement lié et détaché à la fois, sur fond d’un timbre mûr et que l'on pourrait croire affectueux au premier abord.

Alors évidemment Simon Keenlyside joue sur deux registres, des étincelles d’innocentes clartés et une assurance virile, Natalie Dessay trouve une lumineuse présence dans "Mes long cheveux descendent jusqu’au seuil de la tour", mais nulle subtile mélancolie ou sentiment d'urgence ne traverse ce duo par ailleurs tenu à distance sur scène. Rien ne se passe en fait.
Même Alain Vernhes paraît trop attentif à soigner son chant.

Ceci est cependant un avant goût de la passionnante confrontation qui s’annonce la saison prochaine entre le Teatro Real de Madrid (L.Naouri-Y.Beuron-C.Tilling direction S.Cambreling) et l’Opéra de Paris (V.Le Texier-S.Degout-E.Tsallagova direction P.Jordan) , le chef d’œuvre de Debussy devant y être représenté dans la même mise en scène de Bob Wilson.

Commenter cet article

vieille dame 18/05/2011 11:45


je ne connais pas grand'chose à la musique classique, mais j'aime Debussy. Ma fille a craqué ses économies pour m'emmener très exceptionnellement à cette représentation.
C'était d'un ennui à mourir ! peut-être étions nous très mal placée, dans les hauteurs, mais on entendait à peine Dessay, et par contre votre héros faisait un boucan théatrale insupportable.
Debussy, ça doit être précis, mathématique, pour atteindre seulement ensuite et très délicatement à la sensibilité. Là, c'était tout l'inverse, un pathos dégoulinant, un phrasé rendant inaudible
les paroles...
j'ai fait rester jusqu'à la fin ma fille furieuse... et nous étions si mal (un investissement énorme pour un résultat nul) !
je suis très pauvre et ne vais jamais au concert, faute d'argent... quelle déception !