Tosca à l'Opéra Bastille

Publié le 23 Octobre 2007

Tosca (Puccini)

Répétition Générale du 22 octobre 2007 (Opéra Bastille)
 
Tosca Catherine Naglestad
Mario Marcus Haddock
Scarpia Franck Ferrari
 
Direction musicale Nicola Luisotti
Mise en scène Werner Schroeter 
 
Après la direction finement ciselée du regretté Marcello Viotti et les piani langoureux de Marcello Giordani en 2003, la version 2007 s'annonce beaucoup plus fiévreuse. 
 
En effet Marcus Haddock est de la même trempe que Vladimir Galouzine, avec une puissance et des couleurs obscures qui l'imposent surtout dans les épreuves les plus lyriques. 
Je n'aurai pas la possibilité d'entendre Sylvie Valayre, ceci étant, si d'aucun apprécie la sensualité de Catherine Naglestad, j'ai surtout vu une panthère farouche et un soupçon perverse, entendu des invocations très sauvages, et eu l'impression à plusieurs reprises d'être transpercé par la fulgurance de ses aigus. Elle ne lâche même pas prise sur un "Vissi d'Arte, vissi d'Amore  " voluptueux. Il y a quand même trop d'outrance pour ne pas s'en amuser un peu.
  TOSCA1.jpgCatherine Naglestad (Floria Tosca)
Avec de tels formats vocaux dignes d'un Siegmund et d'une Sieglinde, Nicola Luisotti peut donc engager l'orchestre dans des flôts de passion spectaculaires, où finalement, Franck Ferrari s'évertue à humaniser Scarpia. Il paraît presque amoureux de Floria Tosca dans sa déclaration, et trouble le caractère à la base sadique du chef de la police. Il lui reste à rendre pleinement convaincante son envergure, car sur ce point l'alternative de Samuel Ramey bénéficie d'un meilleur crédit.
 
Sur le plan visuel, il n'est pas impossible que les éclairages aient été retouchés pour rendre l'atmosphère encore plus étouffante.
Commenter cet article

David 26/11/2007 10:59

En fait j'ai eu la possibilité d'assister à la dernière répétition et Galouzine s'est fait remplacer par Haddock.
Plus tard, lors d'un version concert j'ai constaté que si le timbre de Vladimir manque d'élégance dans ce répertoire, le chanteur a néanmoins une présence et une appropriation du rôle que j'ai trouvé très prenante.
Dans la Dame de Pique en février prochain à Toulouse, il sera sûrement beaucoup plus dans son élément.

Nau of Sands 25/11/2007 14:56

Il y avait donc moyen d'avoir une représentation avec Naglestad et Haddock ?

Je regrette d'avoir raté ça, j'ai vu les deux casts et c'était les interprêtes idéaux des deux, avec Samuel Ramey.

J'ai beaucoup aimé cette version, mise en scène un peu moyenne.