Hommage Gerard Mortier - Gent, 7 september 2014

Publié le 8 Septembre 2014

Hommage à Gerard Mortier
Gand, 7 septembre 2014
AGM01.jpg

    L'Eglise Saint Nicolas, vue depuis la halle de l'Hôtel de ville de Gand

 

Après l’hommage rendu à Gerard Mortier par le Théâtre de La Monnaie de Bruxelles le 27 mai dernier, ce fut au tour de la ville de Gand – qui est aussi la ville de naissance de Charles Quint - de consacrer une journée entière à l’un de ses fils devenu l’un des plus grands directeurs d’opéra de notre temps.
 

Aucune communication concernant cet évènement n’avait dépassé les journaux d’information de la ville, afin de conserver son caractère privilégié et intime à ses habitants.

AGM02.jpg 

     Répétition de C(H)oeur

 

Par chance, une fois sorti des brumes matinales, le soleil irradia entièrement les monuments témoins d’une ambiance festive, au cours d’une journée qui, au fur et à mesure, souleva une profondeur de sentiment mettant à l’épreuve la sensibilité de chacun.
 

Cet hommage débuta vers midi, sous la petite halle construite devant l’Hôtel de ville, par les répétitions des extraits de C(h)oeur, le ballet d'Alain Platel créé en 2012, et qui a parcouru toute l’Europe jusqu’à l’Opéra de Perm, en Russie.

AGM03.jpg     Répétition de C(H)oeur

 

47 hommes et femmes de toutes générations, gantois bénévoles, s’amusèrent à régler la synchronisation de leurs pas avec une joie de bouger communicative, et ils ne trouvèrent de solution qu'en choisissant de séparer le groupe en deux, de manière à danser en face à face.

Pour les guider, cinq artistes de la troupe des ballets C de la B se livrèrent avec eux à ces exercices entrainants, gamins et adultes au cœur d’enfants sautillants en tous sens, le sourire hilare.

Ces répétitions se déroulèrent au son des carillons de la Mairie devant les badauds heureusement surpris.

AGM04.jpg    A l'Eglise Saint-Nicolas

 

Arrivés vers à 13h30, une trentaine d'anciens élèves du collège Sainte-Barbe de Gand - institution d'enseignement secondaire catholique fondée par les Jésuites- où Gerard Mortier fut formé se réunirent à l'église Saint-Nicolas, édifice gothique situé à quelques mètres de la halle.
Nombreux discours en son souvenir, entrecoupés de passages musicaux joués à la harpe (Debussy, Bach..) ou à l'orgue magnifique, une lettre écrite - quelques jours avant sa mort - à l’intention des nouveaux élèves du collège fut lue. Sa traduction sera déposée sur ce blog ultérieurement.

AGM05.jpg    L'Eglise Saint-Nicolas

 

Puis, à 14h30, les deux pièces de C(h)oeur, le 'Va pensiero' de Giuseppe Verdi et 'Yaka-scène' de Steven Prengels furent jouées devant des centaines de personnes. C'était, sans doute, moins spontané que pendant la répétition.

AGM06.jpg    Musique de deuil maçonnique, Sylvain Cambreling, deFilharmonie (Cathédrale Saint-Bavon)

 

A 15h00, tout le monde entra dans la cathédrale Saint-Bavon où, devant un millier de personnes, Sylvain Cambreling dirigea l’impressionnante Musique de deuil maçonnique et la Gran Partita de Mozart. Les Funeral Sentences de Purcell clôturèrent ce programme interprété par le Collegium Vocale Gente en deFilharmonie, au milieu des rayons transverses de lumière naturelle qui mettaient en valeur les reliefs du Chœur et des chapelles.
Les gens n’étaient pas seulement assis sur les bancs, ils avaient aussi investi la totalité du monument en s’appuyant, debout, sur les colonnes et les parois latérales.

AGM07.jpg

    Gerard Mortier

 

 Puis vint le moment de se diriger vers l’Opéra, et quelques centaines de personnes en prirent le chemin à travers les rues de la ville dominées par le son des cloches de la cathédrale, qui nous accompagnèrent pendant tout ce temps.

AGM08.jpg    Gerard Mortier

 

 Il était 16h15 passé quand Gerard de Smet, ancien ami de collège, rappela en photographies toute la vie de Mortier, depuis l’icône de sa mère jusqu’à ses derniers jours au Teatro Real de Madrid. Nombre de ces témoignages se retrouvent dans son livre « L’Opéra réinventé », mais il y eut également des inédits, comme cette photographie prise en contrebas alors qu’il tenait un immense parapluie rouge.

AGM09.jpg    Johan Simons et, en arrière plan, Gerard De Smet

 

 La célèbre vidéo de l'ascension de Tristan (Bill Viola 2005) fut ensuite projetée, mais sans l’éclat qu’il était possible d’admirer au Grand Palais cette saison. Cela ne gâcha en rien l’effet émotionnel de cette montée majestueuse.

AGM10.jpg    Maquette d'un projet de grande salle

 

Et Johan Simons - metteur en scène et nouvel intendant de la Ruhrtriennale qui débuta sa carrière au Théâtre National de Gand – évoqua avec un sérieux impressionnant, mais aussi avec cœur, les moments conflictuels qui l’opposèrent à Mortier lors de la mise en scène de Simon Boccanegra à L’Opéra Bastille.

AGM11.jpg   Maquette d'un projet de grande salle

 

Grand moment hallucinant, le projet que Mortier rêvait de bâtir, une grande salle de musique configurable, fut présenté sous forme de maquettes par Daan Bauwens, le directeur du centre musical de Bijloke à Gand.
Mais le manque de moyens n’a finalement pas permis de faire aboutir cet ambitieux édifice.

AGM12.jpg   Rückert-Lieder (Adriaan Jacobs - Piano et Charles De Keyser - Basse)

 

Enfin, après un extrait des Rückert-Lieder (Mahler) chanté par Charles De Keyser (basse) et accompagné au piano par Adriaan Jacobs, le maire de la ville, Daniël Termont, vint conclure cette journée en remettant à Rita Mortier, la sœur du directeur, deux énormes livres de deuil. Instant de recueillement très émouvant.

AGM13.jpg   Rita Mortier

 

Elle s’adressa alors au public pour lui témoigner sa gratitude et lui dire que, dorénavant, Gerard Mortier restera en ceux qui ont bien voulu être présents ce soir, et c'est le plus important.

 

Lire également Hommage Gerard Mortier - Gent, 7 september 2014

Rédigé par David

Publié dans #Conférences, #Actualité, #Gerard Mortier

Commenter cet article