Les tarifs populaires 2013 de l’Opéra National de Paris

Publié le 14 Mars 2012

L'article qui suit, écrit en 2012, est depuis mis à jour sous le lien suivant Prix des places et politique tarifaire - Opéra National de Paris 2016/2017 écrit en février 2016.

 

Alors que l’Opéra National de Paris vient de publier la saison 2012/2013 marquée par la reprise complète du Ring, et avec seulement quatre nouvelles productions (Carmen, La Gioconda, La Fille du Régiment et Hansel et Gretel) - rappelons qu‘avec Mortier nous avions 9 à 10 nouvelles productions par an -, sa direction rajoute que les prix des places des catégories 4,5,6 baissent en même temps de 5 euros.
On imagine assez bien Nicolas Joel et son directeur adjoint, Christophe Tardieu, regrettant l’augmentation du prix des places de cette saison, et souhaitant ainsi apporter un correctif salvateur.

Et bien nous ne somme pas déçus, car à nouveau le prix moyen des places augmente cette saison à Bastille (5%), grâce notamment à un astucieux sur classement de 80 places de catégories 7 (15 euros) en catégories 6 à 4 (35 euros à 90 euros), moyennant une meilleure lisibilité des surtitres, et en tarifant tous les spectacles, sauf La Khovantchina, selon la grille de prix qui place la catégorie 5 à 70 euros (50 euros normalement pour les reprises). Ne restent plus que 4% de places à moins de 30 euros.
La réduction de 5 euros ne sert qu’à modérer cette augmentation tout en faisant croire à une meilleure accessibilité. Nicolas Joel se garde bien de dire que le nombre de places abordables a diminué.

 

Pour donner un exemple de la façon dont ces augmentations sont masquées, en octobre 2009 Le Barbier de Séville avec Siragusa/Deshayes était classé en Tarif Reprise (Catégorie 1 à 138 euros, et catégorie 5 à 54 euros).

En Juin 2012, moins de 3 ans après, Le Barbier de Séville avec la même distribution Siragusa/Deshayes est classé en Tarif V (Catégorie 1 à 180 euros, et catégorie 5 à 75 euros) soit 20% d'augmentation, alors que le Tarif reprise, qui ne lui est plus appliqué, est stable (Catégorie 1 à 140 euros, et catégorie 5 à 55 euros).

OperaTarif2013-2.pngNombre de places par tranches de 30 euros sur 2750 places pour le lyrique à Bastille entre 1998 et 2013.

 

Pourtant, Christophe Tardieu nous assurait dans le Figaro du 11 janvier 2012 qu’il y aurait chaque soir de Lyrique à Bastille 600 places à moins de 45 euros et, la main sur le coeur, nous l'avions cru.

En fait, il y en a moins de 350 sur les 2750 places disponibles, sauf grossière erreur de comptage...

Dans tous les théâtres européens, et même au Metropolitan Opera de New York (avec ses 700 places à moins de 40$), on trouve pourtant de 10 à 25% de places à moins de 30 euros.

L’Opéra National de Paris est donc devenu un des théâtres les moins accessibles au monde pour les revenus modestes, alors que sa créativité a considérablement diminué, et que son seul atout, outre le directeur musical Philippe Jordan, est de proposer des reprises souvent très bien distribuées.
Un peu maigre tout cela pour justifier de telles augmentations, à moins qu’il ne s’agisse de transformer la Grande Boutique en centre de profit, et de lui faire perdre sa mission d’ouverture au plus large public.

Le côté positif est que, pour ce prix là, le nombre de créations est si faible que le risque de retomber sur les naufrages de Faust ou Manon l’est tout autant.

 

ONP2013-copie-1.jpg   Comparatif du plan de salle entre la saison actuelle et la prochaine.

   Cerclées de rouge :

  Parterre : 50 places de catégories 6 (35 euros) passées en catégories 5 (70 euros)

  1er balcon : 80 places de catégories 7 (15 euros) passées en catégories 6 (35), 5 (70) et 4 (90 euros)

  Galeries : 18 places de catégories 6 (35euros) passées en catégories 5 (70 euros) et 4 (90 euros)

  Cerclées de vert :

 2ième balcon 20 places de catégories 5 (70 euros) passées en catégories 6 (35 euros)

 Il n'y a donc plus aucune place à moins de 70 euros au parterre, alors qu'il y en avait à 5/15/20 et 35 euros la dernière saison Mortier.

 

Rédigé par David

Publié dans #Histoire de l'Opéra, #Actualité

Commenter cet article

Jgo 09/03/2013 18:17

D'ailleurs je me demandais comment vous faisiez pour vous procurer des places à moins de 50€. Les places à ces catégories ne sont jamais disponibles sur le site internet

Genoveva 18/03/2012 17:42

Merci Louis pour tout ce que vous avez écrit ! c'est exactement ce que je pense avec personnellement un sentiment d'exclusion qui me rend très amère ! on expulse les places à petits prix du
parterre une année, du premier balcon une deuxième année, mais ça me rappelle douloureusement le K"ärcher ! C'est facile de faire une politique de luxe avec l'argent du contribuable et d'interdire
l'entrée au même contribuable ! Vuitton, Dior etc. sont des entreprises privées qui ne sont pas subventionnées et qui ouvrent leurs portes à tous et peuvent pratiquer les prix qu'ils veulent !
Merci à David de constater chiffres à l'appui la lente descente aux enfers de notre opéra national !

Louis 18/03/2012 14:41

La scandaleuse et cynique politique antisociale de Nicolas Joel, une très belle réussite.

L'espace Parterre:
Le parterre a en effet été nettoyé, le prix minimum à payer étant de 70 euros pour quelques places qu'on payait encore en 2010-2011 5, 15 ou 20 euros.
Ce qui correspond à une augmentation pour ces places de 1400% (de 5 à 70 euros) à 350 % (de 20 à 70 euros).
En contre partie, aucune agmentation pour les catégories les plus cheres dont le prix reste inchangé.
Merci Nicolas de ne pas avoir procédé à d'augmentation de prix pour les classes privilégiés et de leur épargner la fréquentation des classes populaires aussi bien en salle que dans l'espace buffet
qui de fait devient ainsi quasiment réservé à "ceux d'en haut".


L'espace 1er balcon:
Là aussi beau travail de nettoyage, il ne reste plus que quelques places à 35 et 70 euros et gageons que la saison prochaine il ne retera plus aucune place à 35 euros à ce niveau. Encore un étage
bientot réservé à ceux qui paieront au minimum 100 euros leur place et qui n'auront pas ainsi à se mélanger avec ce qui va rester des moins favorisés.

L'espace 2ème balcon:
Visiblement, on y cantonne le peuple à 35 euros, il faut bien faire des concessions, l'opera est tout de même un établissement public qui est largement subventionné par le même argent public qu'on
ne peut détourner ainsi trop ouvertement au profit des classes dominantes. On verra ce qu'on peut y faire la saison prochaine...

Les galeries:
On y a cantonné le petit peuple qui paye 5 et 15 euros, toutefois en augmentant fortement le 1er rang des premières galeries. Il ne restera plus qu'à décreter lors d'une prochaine saison leur
fermeture pour raison sécuritaire par exemple et le tour sera joué, l'Opéra Bastille sera délivré du petit peuple.

Pour conclure,
Force est de constater la brillante réussite de la politique antisociale et d'exclusion de ce Nicolas. l'Opéra Bastille, espace public, aura été repris par la classe dominante et comble d'ironie il
est financé par l'argent du peuple républicain.
Mais attention c'est peut-être un pas de trop qui vient d'être franchi... Les dictatures finissant toujours par tomber, ce n'est qu'une question de temps.

David 15/03/2012 19:54

Je ne suis pas complaisant avec la direction de l'Opéra National de Paris, et plus précisément sa direction artistique et sa préférence pour un public friqué.
J'ai compris la mentalité de cette direction, mais je préfère traiter cela avec distance, et reconnais ne plus trop espérer un retour en arrière.

louis 15/03/2012 13:06

Merci une fois encore pour cette analyse qui fait suite à celle de l'an dernier.
Ne dénoncant pas le bilan social calamiteux de l'ère Joel, elle est toutefois à notre avis un peu trop complaisante avec le pouvoir en place.
Nous sommes dans la continuité de la politique de classe menée par Mr Joel depuis son arrivée. Cela ne nous surprend guère et on s'y attendait.
Exit les nombreux "mélomanes d'en bas" qui viennent de tout horizon, de l’étudiant au retraité, francais et étrangers que la passion de l’Opéra rassemble.
Il est déjà maintenant quasiment impossible d'obtenir des places à moins de 35 euros à Bastille et ce sera encore plus difficile pour la saison 2012 2013.
Une fois encore, on ne peut que dénoncer cette politique honteuse d'exclusion.
Triste bilan, quasi scandaleux: l’Opera de Paris devient un Opéra réservé aux riches et aux privilégiés, subventionné par l'argent des impots payés par tous. On pourrait presque parler de
détournement de l'argent public.
Il ne nous reste plus qu’à attendre qu’une autre politique culturelle digne d'un pays comme la France émerge avec la venue d’une nouvelle Direction dont l’objectif sera une politique d’ouverture et
non d’exclusion, .
L’ere Joel ne sera alors plus qu’un mauvais souvenir et une tâche noire dans l'histoire de l'Opéra de Paris qui est en train de devenir l'un des plus rétrogrades.

Il est bien dommage que l'AROP laisse faire, que le pouvoir en place responsable de cette politique cautionne et que les politiques ne disent rien.

fabparisien 15/03/2012 12:45

C'est assez fatiguant cette hypocrisie de la part de Nicolas Joël ! Au moins, qu'il assume cette augmentation en sous-main des tarifs.

De toute façon, quand on voit la fin des communiqués de presse on ne peut que s'interroger: 1,6% d'affluence en plus * prix des places inchangés (voir en diminution) = environ 5% d'augmentation des
recettes.
Cherchez l'erreur !

Joël 14/03/2012 01:42

J'avais aussi fait le décompte des places de catégories 5-6-7-8 avant/après, et j'obtiens le même chiffre pour les places de catégories 6-7-8 : environ 330.