Articles avec #cassandres tag

Publié le 29 Novembre 2016

Les Nuisibles (Compagnie Les Cassandres)
Représentation du 27 novembre 2016
La Grange aux Dîmes - Carrières-sur-Seine

Soprano Elisabeth Baz
Piano Julie Traouën
Comédienne et metteur en scène Dorothée Daffy

A la lecture du riche programme de ce concert - pas moins de 16 airs de compositeurs aussi divers que Claudio Monteverdi, Franz Schubert, Jacques Offenbach, Georges Bizet, Jules Massenet, Claude Debussy, Manuel de Falla, Erik Satie, Kurt Weill, György Ligeti, Gian Carlo Menotti émaillent ce voyage d'une heure et quart - on ne peut s'empêcher d'être à la fois stimulé par les découvertes musicales qu'il recèle, qu'intrigué par la logique sur laquelle il est construit.

Dorothée Daffy - comédienne

Dorothée Daffy - comédienne

Car comment et pourquoi lier des oeuvres qui couvrent plus de 300 ans d'histoire de la musique? Que veulent nous dire ces contes issus de traditions populaires Inuit, Japonaise ou plus familièrement française?

Il y est question d'animaux, corbeau, baleine, tigre, loup, et aussi de la figure omniprésente du chasseur. Mais même ces contes qui ne nous semblent pas tous inconnus résonnent différemment de l'esprit que nous leur connaissons bien. Le loup du petit Chaperon rouge nous paraît bien sympathique, en revanche, le corbeau qui détruisit par bêtise l'âme d'une baleine, et qui finit par se transformer en petit homme fier de son crime, n'est pas sauvé.

La Grange aux Dîmes

La Grange aux Dîmes

Et si Dorothée Daffy avait remodelé ces contes pour revaloriser la vie et remettre l'homme à sa place? Quelle surprise d'entendre ce vieux conte japonais relatant l'histoire d'un homme coincé sur une falaise, pris entre deux tigres, en haut et en bas, prêts à le dévorer, et qui ne trouve pas mieux que de se saisir des meilleures baies à portée de main pour jouir de leur saveur! Pourtant, ce conte philosophique qui invite à apprécier l'instant présent et la fragilité de la vie semble ici empreint d'une volonté de ramener l'homme à une humble prise de conscience face à la puissance de la nature. Et peut-être y a t-il aussi une lueur d'envie de pardonner à cet homme pour sa violence? Ou bien  de lui faire peur?

Elizabeth Baz - soprano

Elizabeth Baz - soprano

Le sens des airs choisis s'éclaircit petit-à-petit. Ceux-ci prolongent naturellement l'enjeu émotionnel de ces contes, mais même si nous ne les comprenons pas, certains nous parlent plus que d'autres.

Elizabeth Baz, mélodiste passionnée dans Schubert (Ständchen), exubérante dans Manon (Je suis encor tout étourdie ... j'en suis à mon premier voyage), crée une tension permanente avec les auditeurs, le chant lyrique étant théâtralisé par la précision des mots, l'intensité des vibrations de son timbre clair, et une solide accroche vocale.

Julie Traouën - pianiste

Julie Traouën - pianiste

Sa partenaire, Julie Traouën, au piano, relève un défi aussi ardu non seulement parce qu'elle doit s'adapter au rythme de la soprano, mais aussi parce qu'elle doit dépeindre des ambiances très contrastées qui engagent tout son corps pour tirer et travailler le papillotement des notes, mais aussi pour appuyer des effets bien marqués, presque brutaux, dans la musique de Ligeti rendue célèbre par le film de Stanley Kubrick, Eyes wide shut.

Dorothée Daffy - comédienne

Dorothée Daffy - comédienne

Dorothée Daffy, une optimiste née, est encore et toujours une actrice drôle et captivante qui prend à coeur de faire partager avec humour et bienveillance sa sensibilité aux aventures des bêtes. Le public est un peu comme ses enfants, mais elle peut aussi s'en détacher pour trouver des poses statiques et expressives même dans l'immobilité.

Un piano sous un large parasol noir, un fauteuil hamac, une plante verte, et surtout quelques projecteurs judicieusement disposés de façon à colorer de doux reflets fuschias et violets murs, fenêtres et faces des éléments de la pièce, la poésie née aussi de ces jeux de lumières dont les effets ne peuvent pas être entièrement prévus à l'avance.

Voir les commentaires

Publié le 18 Juin 2016

Représentations du 17 juin 2016 (14h et 20h30)
Durée 1h30 - Espace municipal Jean Vilar

 

Piano Julie Traouën
Baryton Emmanuel Gendre
Mise en scène et récitante Dorothée Daffy
Création Lumières Patricia Luis-Ravelo

Textes et Musiques Erik Satie (1866-1925)

La troupe des Cassandres réunit des artistes du monde musical et théâtral afin de faire connaître de nouvelles formes de spectacles alliant Art Lyrique, mises en scène vivantes, et regard audacieux sur la manière de partager sa passion avec le public.                       Erik Satie

 

Quand, en 1898, il n’eut plus suffisamment de moyens pour vivre à Montmartre, Erik Satie s’installa dans le village d’Arcueil, village traversé par le quadri-centenaire aqueduc Médicis, auquel il resta attaché pendant près de trente ans jusqu’à sa mort en 1925.

Le compositeur et pianiste français, qui vécut dans la pauvreté toute la seconde partie de sa vie, est pourtant un caractère essentiel de la culture musicale française.  

Dorothée Daffy (Récitante)

Dorothée Daffy (Récitante)

Il s’opposa au culte du public pour Richard Wagner – le compositeur allemand avait totalement investi la programmation de l’Opéra de Paris, et son ‘Vaisseau Fantôme’ était même joué sur la scène de la Salle Favart -, et fut le père, avec Jean Cocteau, du ‘groupe des six’ dont sont issus Arthur Honegger, Darius Milhaud et Francis Poulenc.

Il a donc fortement influencé le renouveau musical au XXème siècle et permis l’émergence de nouveaux musiciens et compositeurs d’opéras régulièrement joués aujourd’hui.

 

Lettre à Jean Poueigh (adaptation sour forme de carte postale)

Lettre à Jean Poueigh (adaptation sour forme de carte postale)

Et, en 1916, alors que se constituait ce groupe des six musiciens, Erik Satie composa pour Serge de Diaghilev le ballet ‘Parade’ sur un poème de Jean Cocteau.

Ce ballet opposait, en pleine première Guerre Mondiale, la poésie à la brutalité du monde moderne, ce qui lui valut une critique virulente du musicien Jean Poueigh lors de sa création au Théâtre du Châtelet.

Le spectacle des Cassandres rappelle avec humour, sur une simple carte postale, la réponse franche que lui fit Erik Satie.

Dorothée Daffy - réflexion sur un fauteuil en forme de poire

Dorothée Daffy - réflexion sur un fauteuil en forme de poire

Autre clin d’œil, cette fois affectueux, les 'Trois morceaux en forme de poire' – poire symbolisée sur scène par un pouf affaissé – sont chantés en hommage à Claude Debussy et à son opéra ‘Pelléas et Mélisande’, qui fut raillé par une part de la critique parisienne pour sa soi-disante absence de forme.

Le jeune public du spectacle joué en début d'après-midi

Le jeune public du spectacle joué en début d'après-midi

Mais quand il arriva à Arcueil, Erik Satie eut du mal à s’habituer à son univers ouvrier.

Il s’impliqua cependant dans la vie de la commune et s’investit principalement pour les enfants défavorisés, en leur donnant des cours de solfège et en les amenant en balade par classes entières.

Et c’est ce lien fort avec les enfants que Les Cassandres nous rappellent à travers un spectacle d’une intelligence rare porté par une trentaine d’œuvres d’Erik Satie – dont les Gymnopédies, Gnossiennes, La Diva de l’empire, Je te veux, Clair de Lune de Claude Debussy, Les jeux d'eau de Maurice Ravel, Rag time …- jouées en contrepoint des textes méconnus du musicien.

Dorothée Daffy (Récitante) et Emmanuel Gendre (Baryton)

Dorothée Daffy (Récitante) et Emmanuel Gendre (Baryton)

Ce spectacle, écourté de trente minutes dans sa version pour enfant, est d’abord joué devant 200 élèves d'une école primaire d'Arcueil, en début d'après-midi.

Il faut imaginer ce qu’est l’ambiance dans une salle emplie d’enfants, un fond de chuchotements incessant, des réactions à fleur de peau en réponses aux questionnements des comédiens, une indistinction entre rôles et acteurs, et une absence de barrière mentale entre scène et salle.

Dorothée Daffy (Récitante)

Dorothée Daffy (Récitante)

Dorothée Daffy, en Satie féminin, leur renvoie un portrait fort et empreint d’un charme ironique très drôle.

Douée d’une diction pleinement satyrique, elle donne à voir toute la vitalité loufoque du compositeur et son environnement poétique, et sort ainsi ce récital classique d’une interprétation conventionnelle qui pourrait paraître trop sérieuse.

Emmanuel Gendre (Baryton)

Emmanuel Gendre (Baryton)

Elle est accompagnée par Emmanuel Gendre, jeune baryton qui aime impressionner son public en se mêlant à lui à travers les rangs de la salle, dont l’interprétation déjantée des airs populaires de Satie montre aussi à quel point le chant lyrique peut être l’expression théâtrale d’une exubérante joie de vivre.

Si ce spectacle pour enfants comprend un court métrage accéléré filmé à travers les rues d’Arcueil, en passant devant la façade jaune de l’appartement d'Erik Satie pour finir sur sa pierre tombale, il remémore essentiellement son attachement à leur ville - sans oublier un passage par les manèges géants de la fête foraine.

Et le second spectacle donné en soirée devant un public mixte d'adultes et d’enfants révèle encore plus largement son univers inépuisable.

Julie Traouën (Pianiste) - en fond de scène, extrait d' 'Entr'acte'

Julie Traouën (Pianiste) - en fond de scène, extrait d' 'Entr'acte'

Cette seconde version s’ouvre sur un extrait du film surréaliste de René Clair (1924), ‘Entr'acte’, et, en particulier, sur la scène du coup de canon tiré par Satie et Picabia.

Cette fois, les trois personnages, récitante, baryton et pianiste sont habillés à l’identique, en veste noire et pantalon blanc, et se présentent comme des facettes distinctes du même artiste.

De nouvelles scènes font allusion à Beethoven et son ‘Hymne à la joie’ devenu l'emblème de l’Europe unie, et, surtout, des enfants apparaissent à plusieurs reprises sur scène en tant que figurants.

Enfant jouant sur scène

Enfant jouant sur scène

Ces enfants, pris parmi les plus disciplinés, ne sont pas pour autant les moins vifs, et on les admire quand ils traversent la scène en courant, rampent joyeusement par terre, dessinent à la craie sur le sol, et, surtout, quand ils viennent achever le spectacle en chantant tous en chœur ‘Allons-y Chochotte’, tout en affichant des personnalités différentes, de l’exubérance incontrôlée au calme le plus retenu, et tous couverts du chapeau melon d’Erik Satie.

Julie Traouën (Pianiste)

Julie Traouën (Pianiste)

Et Julie Traouën, la talentueuse pianiste qui, sous un immense parapluie - un autre objet attaché au compositeur -, nous fait vivre les multiples facettes de cet univers musical facétieux et mélancolique avec un sens des nuances merveilleux, rend un très bel hommage au musicien en se prêtant, elle aussi, à ces facéties.

Enfants du choeur final

Enfants du choeur final

Magnifiques sonorités pleines et lumineuses, en profonde osmose avec l’esprit d'une époque bohème, les auditeurs ont bien compris qu’ils ont vécu un spectacle complet et sensoriel inoubliable.

 

Lien vers le site des Cassandres.

Voir les commentaires

Publié le 22 Septembre 2015

La Maison des Réfugiés accueille Les Cassandres
Spectacle du 21 septembre 2015
Maison des Refugiés – Paris XIXème

Soprano Marie Soubestre
Violoncelliste Clotilde Lacroix
Accordéoniste Sven Riondet
Mise en espace Dorothée Daffy

Improvisation pour violoncelle et accordéon
Villa Lobos Bachianas Brasilieras n°5
B.Britten On this island, Now the leaves are falling fast
B.Britten On this island, Nocturne
J.S Bach Suite pour violoncelle seul numéro 1
Henry Purcell Dido’s Lament
Henry Purcell Music for a while
Hans Eisler Mein Sohn, was immer auch aus dir werde

                                                                                       Dorothée Daffy (mise en espace)

En choisissant de se représenter sous les soubassements de la Maison des Réfugiés, au 12 rue Jean-Quarré du 19ème arrondissement, les Cassandres se sont rendus sur un lieu controversé depuis ces derniers mois, car cet ancien lycée abandonné abrite, dans des conditions précaires, plusieurs centaines de réfugiés Soudanais, Afghans et Nord-Africains.

Les Cassandres à la Maison des Réfugiés de la rue Jean-Quarré

Ceux-ci attendent qu’une solution soit trouvée pour les reloger dans des conditions plus décentes, sans défavoriser les sans-abris.
On pourrait trouver incongru de voir s’installer, au fond de la cour, un accordéoniste, Sven Riondet, et une violoncelliste, Clotilde Lacroix, espérant capter l’attention accaparée par les jeux de ballon.

Sven Riondet (Accordéon) et Clotilde Lacroix (Violoncelle)

Sven Riondet (Accordéon) et Clotilde Lacroix (Violoncelle)

Pourtant, dès les premiers accords sombres et improvisés, plusieurs dizaines d’habitants, de tout âge, mais assez jeunes, se sont regroupés autour d’eux, tout en respectant une certaine distance.
Sans le savoir, ce public s’est pris à entendre des airs très rares, dont deux extraits d’On this Island de Benjamin Britten, qui s’inscrivent dans le même désir mélancolique d’une paix qui n’arrive jamais, et donc d’une attente où se rejoignent un idéal politique et le sentiment de solitude.

Les Cassandres à la Maison des Réfugiés de la rue Jean-Quarré

La sonorité âpre mais brillante du violoncelle s’adresse aux cordes sentimentales, alors que l’accordéon joue plus discrètement le rôle d’une humeur de fond, contrairement à l’image enjouée et populaire que l’on peut en avoir habituellement.
Marie Soubestre est alors la voix humaine, intense et inflexible, qui ne souffre d’aucune peur de la proximité avec ceux envers qui elle renvoie son chant intérieur détaché ou bien ironique.

Marie Soubestre (Soprano), Sven Riondet (Accordéon) et Clotilde Lacroix (Violoncelle)

Marie Soubestre (Soprano), Sven Riondet (Accordéon) et Clotilde Lacroix (Violoncelle)

Beaucoup sont captivés, certains très émus, d’autres filment et enregistrent cet instant éphémère, qui leur aura fait entendre les lamentations de Purcell, et éprouver le pathétique des sentiments humains dans une pure expression musicale intemporelle.
Et que de sourires aussi, malgré l’incertitude et les tensions du moment!

Marie Soubestre (Soprano)

Marie Soubestre (Soprano)

Pour se souvenir d'eux, les sites numériques de Clotilde Lacroix, de Sven Riondet, et des Cassandres.

Voir les commentaires

Publié le 26 Août 2015

Dorothée Daffy - récitante dans EsotErik, l'alchimiste du son

Dorothée Daffy - récitante dans EsotErik, l'alchimiste du son

A une époque où la technique détruit la nature et l’âme humaine en en bridant rêve, sentiment et créativité, la troupe des Cassandres réunit des artistiques du monde musical et théâtral afin de faire connaître, dans les lieux où vivent des communautés humaines, de nouvelles formes de spectacles alliant Art Lyrique, mises en scène vivantes et théâtrales et regard audacieux sur la manière de partager cette passion avec le public.

Leurs représentations s’adressent à celles et ceux qui veulent être surpris autant par des numéros imaginatifs que par la passion extravertie du chant lyrique, et découvrir également à quel point l’Opéra et sa musique parlent de l’humain dans tous ses états d’âme.
 

La présente section regroupe les comptes rendus de spectacles chroniqués sur ce site, ainsi que quelques articles de presse.

Voir également le site des Cassandres : Les Cassandres » Compagnie de théâtre lyrique

 

 

Carrières sur Seine  27/11/2016 Les Nuisibles

Représentation du 27 novembre 2016 - Carrières-sur-Seine La Grange Aux Dîmes
Avec Julie Traouën (Piano), Elizabeth Baz (Soprano), Dorothée Daffy (Récitante
)

Dorothée Daffy (Récitante)

Dorothée Daffy (Récitante)

Arcueil 17/06/2016 Esoterik Satie

Représentation du 17 juin 2016 - Arcueil Espace Jean Vilar
Avec
Julie Traouën (Piano), Dorothée Daffy (Récitante), Emmanuel Gendre (Baryton)

Dorothée Daffy (Récitante)

Dorothée Daffy (Récitante)

Les Cassandres à la Maison des réfugiés 21/09/2015

Avec Clotilde Lacroix (Violoncelle), Sven Riondet (Accordéon), Marie Soubestre (Soprano)
Mise en espace Dorothée Daffy

Dorothée Daffy (mise en espace)

Dorothée Daffy (mise en espace)

Milhaud en fête      19/04/2015 Les Cassandres chantent Donizetti et Mozart

Avec Virginie Rodde (piano), Charlotte Schumann (Mezzo-soprano), Emmanuel Gendre (Baryton)
Mise en espace Dorothée Daffy - Assistant technique et président des Cassandres Florian Dintilhac

Virginie Rodde (Piano) Florian Dintilhac (Président des Cassandres)

Virginie Rodde (Piano) Florian Dintilhac (Président des Cassandres)

Carrières sur Seine  18/01/2015 EsotErik – L’Alchimiste du son

Représentation du 18 janvier 2015 _ Carrières-sur-Seine La Grange Aux Dîmes
Avec Maria Paz Santibanez Piano, Dorothée Daffy Récitante

Dorothée Daffy - Comédienne et metteur en scène

Dorothée Daffy - Comédienne et metteur en scène

Galerie Talmart      03/07/2014 Nous ne sommes que bouche

Variations sur « Une souris verte » pour cor anglais, soprano, comédienne et musique électroacoustique.
Représentation du 03 juillet 2014 - Galerie Talmart (Paris 4ème)
Avec Marie Soubestre (Soprano), Sylvain Devaux (Cor anglais), Dorothée Daffy (Voix)

Marie Soubestre (Soprano), Sylvain Devaux (Cor anglais), Dorothée Daffy (Voix)

Marie Soubestre (Soprano), Sylvain Devaux (Cor anglais), Dorothée Daffy (Voix)

Carrières-sur-Seine 08/06/2014 Récital chant et piano

Représentation du 08 juin 2014 - Carrières-sur-Seine La Grange Aux Dîmes
Avec Romain Louveau (Piano), Marie Soubestre (Soprano)

Marie Soubestre (Soprano)

Marie Soubestre (Soprano)

Et prochainement :

28 août 2016   « Les Nuisibles » nouvelle création à Villeneuve d’Aveyron, 18h.

27 novembre 2016   « Les Nuisibles »Reprise à la Grange aux Dîmes - Carrières sur Seine, 17h00

Et dans la presse :

Les Nuisibles : Première réussie pour "Les Cassandres"

«Les Cassandres» s'invitent la place de la fontaine

Ils créent un opéra place de la Fontaine - 23/08/2015

Le succès des Cassandres - La Dépêche du Midi

Le Moindre souffle» en spectacle - La Dépêche du Midi

Voir les commentaires

Publié le 25 Avril 2015

Les Cassandres animent Milhaud en fête
Récital du 19 avril 2015
Allée Darius Milhaud – Paris 19ème

L’Elixir d’amour (Gaetano Donizetti – 1832)
Come Paride vezzoso
Les Noces de Figaro (W.A Mozart – 1786)
Voi che sapete
Don Pasquale (Gaetano Donizetti – 1843)
Bella siccome un angelo
Les Noces de Figaro (W.A Mozart – 1786)
Non so piu cosa son, cosa faccio
Don Giovanni (W.A Mozart – 1787)
La ci darem la mano

Avec Virginie Rodde (piano), Charlotte Schumann (Mezzo-soprano), Emmanuel Gendre (Baryton)
Mise en espace Dorothée Daffy
Assistant technique et président des Cassandres Florian Dintilhac

                                            Emmanuel Gendre (Don Giovanni) et Charlotte Schumann (Zerline)

Après la fermeture des abattoirs de la Villette en 1974, le quartier nord-est de Paris situé entre le canal de l’Ourcq et le parc des Buttes-Chaumont fut profondément remanié.
D’un vaste plan d’urbanisation naquit une cité culturelle à l’origine du Zénith (1983), de la Géode (1985), de la Cité des sciences et de l’industrie (1986), du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (1991) et de la cité de la musique (1995) dont la dernière grande réalisation, la Philharmonie, vient d’être inaugurée en janvier 2015.

Milhaud en fête

Milhaud en fête

Cette réhabilitation s’est prolongée dès 1990 par l’aménagement de la ZAC Manin-Jaurès située au sud du parc, et de ce grand bouleversement urbain apparurent des rues nommées en hommage aux musiciens du Groupe des Six, dont quatre d’entre elles, la rue Georges Auric, la rue Erik Satie, la place Francis Poulenc et l’allée Darius Milhaud se croisent en son centre.

C’est donc en plein milieu d'un quartier où vit une population mixte par ses origines et ses cultures religieuses que, chaque année, une grande journée donne l’occasion à tout le monde de se retrouver autour d’animations alliant vide-grenier, jeux de société et apéro-participatif.

Charlotte Schumann et Dorothée Daffy

Charlotte Schumann et Dorothée Daffy

Pour la nouvelle édition de Milhaud en fête, la compagnie de théâtre lyrique Les Cassandres est venue discrètement se fondre dans le brouhaha entourant une des écoles maternelles participant aux festivités en ce jour ensoleillé, afin de surprendre les passants baignés, jusqu’à leur arrivée, dans une ambiance musicale électronique et répétitive.

Seule la pianiste, Virginie Rodde, jouant les premières mesures au milieu des stands, attirait les regards. Mais lorsque le jeune baryton de la troupe, Emmanuel Gendre, commença à chanter la demande en mariage ‘Come Paride vezzoso’ de l’Elixir d’amour, l’étonnement et les timidités du public apparurent au grand jour. Car la voix lyrique, inhabituelle, est en écart avec le quotidien, et renvoie toujours à l’expression de sentiments exceptionnels.

Emmanuel Gendre (Malatesta) et un passant jouant à son insu Don Pasquale

Emmanuel Gendre (Malatesta) et un passant jouant à son insu Don Pasquale

Le chanteur gagne en aisance alors que ses interlocuteurs sourient d’étonnement et de plaisir.

Jouant avec le même émoi que les auditeurs, car elle est le symbole désiré de ce premier air, la Mezzo-soprano Charlotte Schumann enchaîne naturellement l’air de Cherubin, ‘Voi che sapete’, qui est à nouveau une déclaration d’amour, mais cette fois destinée à la Comtesse Rosine des Noces de Figaro.

Dans cet air, c’est Cherubin qui est censé être intimidé. Pourtant, un jeune garçon réfugié auprès de sa mère le sera encore plus, pris qu’il est sous les regards de la chanteuse.

Charlotte Schumann (Cherubin)

Charlotte Schumann (Cherubin)

Vient alors l’air qui va déclencher une réaction inattendue de la part d’un spectateur.
‘Bella siccome un Angelo’ est un air de Donizetti enivrant par lequel le docteur Malatesta présente à Don Pasquale, un riche célibataire, la jeune fille qu’il souhaite lui faire épouser.

Emmanuel Gendre n’a même pas achevé sa dernière mélopée virtuose, qu’un habitant du quartier, touché au cœur, s’adresse au chanteur pour que lui et l’ensemble de la troupe n’en restent pas là, et fassent quelque chose de plus grand, tant l’emprise avec les gens est géniale et spontanée.

Emmanuel Gendre et un spectateur ému par son interprétation de ‘Bella siccome un angelo’

Emmanuel Gendre et un spectateur ému par son interprétation de ‘Bella siccome un angelo’

Mais Chérubin est toujours présent, et Charlotte Schumann interprète ‘Non so piu cosa son, cosa faccio ‘, le deuxième air d’un des personnages les plus attachants de Mozart, alors qu’il déclare flamme et désarroi à la Comtesse.

Et pour achever ce récital de rue par un duo mozartien, les deux chanteurs se réunissent dans la complicité de ‘La ci darem la mano’, scène de séduction de Don Giovanni et Zerline, donnant ainsi aux spectateurs un exemple d’air où deux voix se rejoignent dans des tonalités pourtant bien distinctes. La difficulté, pour les deux chanteurs, est alors de ne pas se laisser emporter par la ligne musicale de l’autre.

Air de Don Giovanni ‘La ci darem la mano’. Emmanuel Gendre (Baryton), Charlotte Schumann (Mezzo-soprano), Virginie Rodde (piano), Florian Dintilhac (assistant)

Air de Don Giovanni ‘La ci darem la mano’. Emmanuel Gendre (Baryton), Charlotte Schumann (Mezzo-soprano), Virginie Rodde (piano), Florian Dintilhac (assistant)

François Dagnaud, le maire du 19ième arrondissement, et Mahor Chiche, adjoint chargé de la démocratie locale, de la mémoire et des relations avec le monde combattant, ont pu par eux-mêmes constater comment l’Art lyrique est un révélateur émotionnel fabuleux, qui n’est pas ancré uniquement dans la vie affective de celles et ceux qui fréquentent les salles de concerts, mais également dans l’inconscient de nombre de gens qui l’ont intégré plus simplement dans leur vie de tous les jours.

Le site des Cassandres Lescassandres.com

Voir les commentaires

Publié le 20 Janvier 2015

EsotErik Satie – L’alchimiste du son
Représentation du 18 janvier 2015
Carrières-sur-Seine La Grange Aux Dîmes

Maria Paz Santibanez Piano
Dorothée Daffy Récitante
Patricia Luis Ravelo Créatrice lumière
Nadège Frouin Tapissier Créateur

Karin Müller Conception

Compagnie Théâtrale les Cassandres

 

                                                                                                                                             Dorothée Daffy

La veille de la création d’une nouvelle production dédiée à l’univers d’Erik Satie, la compagnie théâtre Les Cassandres s’était rendue à la maison des associations du 19ème arrondissement de Paris – par coïncidence, une rue de cet arrondissement se nomme Erik Satie – pour y donner un concert gratuit d’airs d’opéras.

Cette maison offrait ainsi un après-midi aux habitants du quartier afin de découvrir des compagnies musicales de toutes cultures (jazz, lyrique, chorale …), alors que la Philharmonie venait d’ouvrir ses portes trois jours avant.

La jeunesse présente a donc découvert un art qui ne lui est pas familier, et qui a pu la dérouter par l’outrance vocale et de jeu qui sont la marque du genre lyrique. Rarement, en effet, extériorise-t-on sans pudeur ses sentiments avec la même force et la même ébullition que celles qui animent notre propre vie intérieure.

 

Ils entendirent ainsi Marie Soubestre interpréter une romance de Rachmaninov, soupirante mais intense, suivie d’un extrait des Wiegenlieder für Arbeitmutter d’ Hanns Eisler, chant empreint d’effroi à la montée du nazisme dans les années 30. Cet air fait sentir à l’auditeur comment l’angoisse et la colère peuvent faire basculer le lyrisme de la voix vers des expressions naturalistes, parlées, et lui faire ainsi ressentir les cassures intérieures du personnage qui s’exprime à travers l’art de la soprano.

Ensuite, distingué baryton, Emmanuel Gendre a surpris l’audience, appuyé l’air de rien contre un pilier de la résidence, en revenant à un répertoire moins austère et plus léger d’airs italiens, – Come Paride vezzoso – de Donizetti, et le duo Zerline-Don Giovanni écrit par Mozart.

                                                                             Marie Soubestre

 

Chanté avec Marie Soubestre, ce duo d’une paysanne charmée par l’envergure et l’assurance sérieuse du noble dépravé a été saisissant dans sa progression irrésistible. Frissons pour les amateurs d’opéra, étonnements et intimidations pour le public peu habitué à cette emprise physique forte, ces réactions montrent que l’écriture musicale du compositeur viennois reste proche de la comédie de la vie, et toujours touchante.

Romain Louveau (piano) et Emmanuel Gendre (baryton)

Et pendant ces vingt minutes de récital, Romain Louveau a soutenu les deux artistes au piano avec une belle attention et un dévouement qui faisaient oublier la difficulté du lieu à préserver la chaleur du chant.

En préambule de ce spectacle, Dorothée Daffy avait pris simplement le temps de présenter la troupe des Cassandres. Le lendemain, à la Grange Aux Dîmes de Carrières-sur-Seine, elle devint l’actrice principale accompagnée par une autre pianiste, et autre personnalité forte, Maria-Paz Santibanez.

Maria Paz Santibanez (Piano)

Maria-Paz Santibanez est une artiste qui est, depuis l’année dernière, attachée culturelle du Chili en France. Pour connaître une partie de son histoire et son combat pour la liberté, il est possible de lire le portrait réalisé par TV5 Monde Chili : le piano et les mains de Maria Paz Santibanez contre la dictature de Pinochet, et la biographie présente sur son site numérique.

Mais ce soir, elle est la recréatrice de l’univers sonore d’Erik Satie – que chacun découvre dans un extrait du film de René Clair « entracte » – à travers un programme de quatorze pièces extraites de Gnossienne et Gymnopédie, des oeuvres de Claude Debussy (Le vent dans la plaine, mouvement) et des compositeurs à la virtuosité fascinante, Maurice Ohana et Alberto Ginastera.

Dorothée Daffy

Dorothée Daffy

Son caractère se retrouve dans les sons franchement attaqués et, plus loin, plus doux et mystérieux. Et son regard, lorsqu’il se relève sur la partition à chaque note montante, donne l’impression d’être à l’origine de perles sonores qui s’en libèrent.

Il y a la peinture musicale, mais il y a également les mots d’Erik Satie, ces mots qu’exprime une Dorothée Daffy dandyesque en cherchant à brosser un portrait joyeux, attendrissant, mais également lucide et féroce sur la nature humaine.

Chacun peut donc trouver résonance dans ces textes tirés des « Mémoires d’un amnésique » et des « cahiers d’un mammifères », comme cette façon de se moquer de l’anti wagnérisme français ou bien de ses détracteurs dont il a bien raison de souligner l’ignorance.

 

Est-il réellement misanthrope ou bien n’a-t’ il qu’entièrement compris le drame de la bêtise parisienne ? Et comment, dans cette atmosphère qui laisse présumer de nombreux tourments, ne pas le rapprocher d’Oscar Wilde, ou bien de Marcel Proust ?

Et d’où vient cette façon gourmande de s’emparer de ces paroles, d’où vient ce goût pour les changements soudains d’états d’âme ? Comment Dorothée Daffy arrive-t-elle à nous faire rire avec sérieux ? On ne la voit même pas venir quand, après un hommage aux dix symphonies de Beethoven, elle déploie un drapeau européen flottant en délire sur l’hymne à la joie.

                                                                          Dorothée Daffy

Pour le plaisir de tous, et des enfants qu’elle ne quitte pas de l’œil, ce portrait intime est donné dans le cadre inspirateur de la Grange d’Equit-Art, sous les lumières chaudes et douces de Patricia Luis Ravelo qui joue avec les ombres des éléments de la petite salle. Il est un brillant éphémère que d’autres spectateurs parisiens devraient bientôt découvrir.

Voir les commentaires

Publié le 5 Juillet 2014

Bouches03.jpgNous ne sommes que bouche (Cassandres Cie)
Variations sur « Une souris verte » pour cor anglais, soprano, comédienne et musique électroacoustique
Représentation du 03 juillet 2014
Galerie Talmart (Paris 4ème)

Avec Marie Soubestre (Soprano), Sylvain Devaux (Cor anglais), Dorothée Daffy (Voix)

Compositeur / Arrangeur Greg Beller
Mise en scène Dorothée Daffy
Compagnie Les Cassandres

 

 

 

                                                                                                        Sylvain Devaux (Cor anglais)

 

Entrer à l’intérieur de la Galerie Talmart située le long du cloître Saint-Merri c’est s’immerger dans l’univers glaçant du conflit syrien et des massacres d’Alep : un tableau situé sur la gauche représente un mur de pierre visé par des bombes guidées, des blocs de savon évoquent les restes du bombardement, et des visages d’anges qui grimacent les yeux bandés parlent d’eux-mêmes.

Bouches05-copie-1.jpg   Marie Soubestre (Soprano), Sylvain Devaux (Cor anglais), Dorothée Daffy (Récitante) et, en arrière plan à la toute gauche, Greg Beller (Compositeur)

 

Et lorsque l’on rejoint le sous-sol où va se dérouler le nouveau spectacle de la Compagnie Les Cassandres, le léger malaise de cet univers clinique se prolonge car, non seulement le sol de la scène est recouvert de plumes au creux desquelles les trois comédiennes et comédien dorment lovés, mais en plus, chacun est invité à porter un masque chirurgical.
Ce masque, pour celui qui le porte, lui donne le sentiment de dissimuler partiellement ses réactions, et donc le met finalement à l’aise.

Au cours de cette courte pièce d’une demi-heure, le spectateur se trouve face à ces trois jeunes aux talents complémentaires dont les expressions respectives vont quelque peu l’interloquer, le fasciner ou bien le faire rire.

Car nous assistons à l’émergence d’une humanité au milieu des restes d’un chaos animal - ceci dit bien douillet – et l’on peut imaginer qu’un metteur en scène tel Calixto Bieito aurait recouvert tout le monde de boue pour accentuer le sordide de la situation.

Bouches02.jpgDorothée Daffy n’a cependant pas cherché de telles extrémités. Elle-même récitante, elle raconte une histoire de la naissance de l’âme, chante une variation enfantine et plutôt cruelle sur « Une souris verte », alterne ses déclamations avec Marie Soubestre, qui, à la toute fin, fait passer son soprano du bruitage à l’éclosion de la beauté du chant.   « Remember me », une des plus belles plaintes pathétiques du XVIIème siècle (Henry Purcell), émerge enfin.

Quant à Sylvain Devaux, balbutiant de premiers sons mélancoliques avec son cor anglais auquel l’amateur d’opéra associe naturellement le solo du 3ième acte de Tristan et Isolde, il offre une leçon de technique et un accompagnement musical magnifique sur l’air final. Par ailleurs, il y a quelque chose de touchant dans sa fragilité d’être.


                                                                                             Dorothée Daffy (Comédienne/Metteur en scène)


Mais on ne se rend pas toujours compte des effets électroacoustiques créés par Greg Beller. Ceux-ci se fondent tant dans l’atmosphère vocale, que le spectacle prend un pouvoir méditatif qui pousse chacun d’entre nous – de par la disposition circulaire des auditeurs tout autour des acteurs – à également admirer les visages de chacun pour déceler les réactions engendrées par la tension de la pièce.

Une expérience de l’étrange, de l’humour et de la musique pour lier dans un instant des regards très différents.

 

Nous ne sommes que bouche (extrait)

 

Lire également Nous ne sommes que bouche (Les Cassandres) Galerie Talmart

Voir les commentaires

Publié le 9 Juin 2014

ARecital05.jpgRécital chant et piano (Marie Soubestre & Romain Louveau)
Concert du 08 juin 2014
La Grange aux Dîmes – Carrières sur Seine

Sergueï Rachmaninov « Ne poi krassavitsa »
Giuseppe Verdi, Rigoletto « Caro nome »
Hanns Eisler, Berceuse « Mein Sohn »
Sergueï Rachmaninov, vocalise
Hanns Eisler, Berceuse « Als ich dich… »
Johannes Brahms, Intermezzo, op. 118 n°2, pièce pour piano seul
Gioachino Rossini, Comte Ory « En proie à la tristesse… »

Marie Soubestre soprano
Romain Louveau piano
Dorothée Daffy mise en espace

                                                                                                       Marie Soubestre

 

Spectacle présenté par la compagnie théâtrale Les Cassandres et l’association Equit'Art

Sur les bords bucoliques de la Seine qui font face à l’île des Impressionnistes – Claude Monet y peignit « Carrières-Saint-Denis », Pierre-Auguste Renoir de nombreux tableaux dont « Le Déjeuner des canotiers » - les vieilles ruelles de Carrières-sur-Seine s’élèvent à flanc de colline pour mener à l’ancienne grange aux Dîmes qui héberge aujourd’hui la Galerie Associative Equit’ART.

Et, pour la trouver, il suffit de se laisser guider par le son du piano provenant de l’arc brisé d’une fenêtre ouverte sur Paris.

ARecital04.jpg

C’est ici que deux étudiants du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, Marie Soubestre et Romain Louveau, y interprètent un récital qui, en sept complaintes, fait se côtoyer Rachmaninov, Verdi, Eisler, Rossini et Brahms.

Les deux premières romances, « Ne poi krassavitsa » et « Caro nome » (extrait de Rigoletto), sont dédiées à un être cher. On sent, dès le début, l’ample passion du pianiste, qui ne lâche rien de l’écriture musicale pour en exalter l’intensité mélodique.

Il a une belle façon enveloppante d’engager le corps et de prolonger l’élan dans l’intensité du son, et l’Intermezzo de Brahms, plus loin, sera son grand moment à lui seul, et pour l’audience admirative.

ARecital02.jpg    Romain Louveau

 

Avec la complicité de Dorothée Daffy au jeu subtil des deux artistes, le duo trouve son unité. L’air de Rigoletto, et ses vocalises surnaturelles, est le grand air d’opéra du récital qui apparaît ici surdimensionné à la taille modeste de la salle.

Mais, lorsque nous découvrons ces airs prolétaires peu connus d’Hanns Eisler, les Wiegenlieder für Arbeitmutter, écrits dans les années 1930, Marie Soubestre nous ramène les pieds sur terre. Le texte est dur, empreint de cette violence que nous avons plus ou moins en nous, et renvoie à une réalité sans fard qui est, pour les auditeurs, un extraordinaire et saisissant instant de théâtralité musicale.
ARecital01.jpg    Marie Soubestre et Romain Louveau

 

Le message passe parfaitement, sans même qu’il soit nécessaire de comprendre le texte impitoyable vis-à-vis de la réalité sociale d’une époque.

Les vocalises de Rachmaninov, qui séparent les deux Lieder, évoquent la légèreté d’un rêve. La soprano n’en reste cependant pas à cette unique interprétation. Elle en transforme l’évanescence en une recherche de quelque chose dans le regard de l’autre, le spectateur, le pianiste, un appel inexprimable qui peut intimider.

ARecital03.jpg    Marie Soubestre et Romain Louveau

 

Puis, dans l’air de la Comtesse Adèle, l’humour et la fantaisie l’emportent, sous le regard toujours aussi bienveillant de Romain Louveau, et, pour remémorer aux plus ardents passionnés un air mythique interprété par Maria Callas, « Oh ! mio Babbino Caro » (Gianni SchicchiPuccini) sera comme une berceuse offerte au petit garçon de la soprano.

 

Vier Wiegenlieder für Arbeitmutter par Marie Soubestre et Romain Louveau

 

Lire également Récital chant et piano par Marie Soubestre et Romain Louveau

 

Voir les commentaires