Articles avec #tce tag

Publié le 24 Avril 2022

L’Or du Rhin (Richard Wagner – 1869)
Version de concert du 23 avril 2022
Théâtre des Champs-Elysées

Wotan Michael Volle
Loge Gerhard Siegel
Alberich Samuel Youn
Mime Thomas Ebenstein
Erda Wiebke Lehmkuhl
Fasolt Stephen Milling
Fafner Mikhail Petrenko
Fricka Jamie Barton
Froh Issachah Savage
Donner Thomas Lehman
Freia Christiane Karg
Wellgunde Iris van Wijnen
Flosshilde Maria Barakova
Woglinde Erika Baikoff

Direction musicale Yannick Nézet-Séguin
Rotterdams Philharmonisch Orkest
Diffusion sur France Musique le le 21 mai 2022

Depuis 12 ans qu’il dirige le Théâtre des Champs-Élysées, Michel Franck représente régulièrement les œuvres de Richard Wagner dont il a déjà programmé deux versions de concert de ‘Parsifal’, une version de concert de ‘Tristan und Isolde’, ‘La Walkyrie’ et ‘Le Vaisseau Fantôme’, et une version scénique de ‘Tristan und Isolde’.

Quant à ’L’Anneau du Nibelung’, il n’avait plus été joué depuis avril 1988 lorsque deux cycles intégraux furent interprétés dans la mise en scène de Daniel Mesguisch conçue pour l’Opéra de Nice. ‘L’Or du Rhin’ fait donc son grand retour avenue Montaigne après 34 ans d’absence.

Michael Volle et Yannick Nézet-Séguin

Michael Volle et Yannick Nézet-Séguin

Et l’on croise les doigts pour que le prologue magnifiquement dépeint ne soit que le début d’un cycle intégral tant l’extraordinaire théâtralité de la direction orchestrale et de l’ensemble de la distribution a contribué à déployer un drame sans relâche et totalement prenant tout le long de la soirée, alors que la première de cette série venait juste d’avoir lieu la veille à Rotterdam. Tous se retrouveront ensuite à Dortmund et à Baden Baden, respectivement les 28 et 30 avril, pour deux autres représentations.

Iris van Wijnen (Wellgunde) et Maria Barakova (Flosshilde)

Iris van Wijnen (Wellgunde) et Maria Barakova (Flosshilde)

Dans l’alcôve qui sert d’écrin au Rotterdams Philharmonisch Orkest, l’introduction, loin d’être comme une lointaine évocation d’un fleuve à l’origine du monde, saisit pas sa présence et la tension vive et colorée des bois sombres qui l’animent, et la concentration dans la salle dès ce prélude est encore plus palpable.

Samuel Youn (Alberich)

Samuel Youn (Alberich)

Les ondines du Rhin, Iris van Wijnen, Maria Barakova et Erika Baikoff, ont toutes trois une aisance scénique servie par des timbres de voix bien marqués, la première mettant en avant des effets coloratures audacieux alors que la seconde fait vivre des opulences graves comme pour charmer et que la troisième représente le mieux la raison.

Michael Volle (Wotan)

Michael Volle (Wotan)

L’arrivée de Samuel Youn est absolument fantastique car il va personnifier Alberich, le nain qui s’emparera de l’or gardé par les nymphes, avec une expressivité délirante, des expressions du visage qui traduisent acuité et intentions maléfiques perçantes, et une agressivité corporelle inattendue chez ce chanteur qui incarnait le Hollandais volant à Bayreuth jusqu’en 2015 de façon bien plus réservée. 

Jamie Barton (Fricka) et Christiane Karg (Freia)

Jamie Barton (Fricka) et Christiane Karg (Freia)

Le timbre gris-argent est fait d’un métal à la fois souple et endurci qui lui donne une pénétrance infaillible et rend son personnage passionnant d’admiration. Et son insertion avec la vitalité de la musique – magnifiques clins d’œil à de furtifs motifs orchestraux – démontre aussi en quoi Wagner raconte de manière incomparable un puissant drame théâtral que Yannick Nézet-Séguin intériorise de manière déchaînée.

Stephen Milling (Fasolt) et Mikhail Petrenko (Fafner)

Stephen Milling (Fasolt) et Mikhail Petrenko (Fafner)

Splendide, lui aussi, et souverain d’allure puisque Wotan règne à la fois sur les dieux, les géants, les hommes et les nains, Michael Volle est loin d’être un puissant sur le déclin tant sa déclamation est assurée sans le moindre ébranlement, qu’il porte en lui une autorité naturelle magnifiée par une noblesse de timbre feutrée éloquente, et qu’il inspire autant la ruse que le bouillonnement éruptif prêt à paralyser son auditoire.

Thomas Lehman (Donner) et Issachah Savage (Froh)

Thomas Lehman (Donner) et Issachah Savage (Froh)

Son jeu de connivence avec le Loge de Gerhard Siegel est d’une très haute tenue, le ténor allemand ayant toujours de cet éclat imparable qui assoit la consistance manipulatrice de son personnage, avec toutefois un peu plus d’ombres dans le timbre de voix qui accroît l’impression de maturité et met en retrait la nature démoniaque du dieu du feu.

Gerhard Siegel (Loge) et Michael Volle (Wotan)

Gerhard Siegel (Loge) et Michael Volle (Wotan)

Et quelle correspondance stupéfiante entre la carrure massive de Stephen Milling et Mikhail Petrenko, d’une part, et les géants Fasolt et Fafner, d’autre part, venus demander leur rétribution pour la construction du Walhalla, la résidence des dieux, qu’ils évoquent avec une distinction d’expression qui correspond très bien à leurs caractères. 

Samuel Youn (Alberich) et Thomas Ebenstein (Mime)

Samuel Youn (Alberich) et Thomas Ebenstein (Mime)

Stephen Milling a ainsi des inflexions de voix et un rendu noble et sensible qui font beaucoup penser au Roi Marke de ‘Tristan und Isolde’, et cette sensibilité reflète avec justesse les sentiments pour Freia, dirigée de manière percutante par Christiane Karg, alors que Mikhail Petrenko est plus froid et acerbe ce qui le prédispose à être celui qui tuera son frère pour s’emparer de la totalité du trésor remis aux géants par Wotan.

Yannick Nézet-Séguin et le Rotterdams Philharmonisch Orkest

Yannick Nézet-Séguin et le Rotterdams Philharmonisch Orkest

Avec sa voix qui draine des agrégats de textures mélangeant graves profonds, multiples vibrations aux reflets hétéroclites et des aigus fauves, Jamie Barton est loin de simplement jouer une Fricka se sentant abandonnée par Wotan attaché à son désir d’éternelle jeunesse, mais évoque déjà la stature plus dominatrice de la déesse que nous retrouverons plus tard dans ‘La Walkyrie’. 

Wiebke Lehmkuhl (Erda)

Wiebke Lehmkuhl (Erda)

La sensualité sauvage est donc portée par Wiebke Lehmkuhl dont la beauté opulante du chant dépasse la simple expression de la sagesse d’Erda, mère des trois Nornes fileuses du destin, pour en faire une femme d’une somptueuse séduction ensorceleuse. 

Maria Barakova (Flosshilde), Iris van Wijnen (Wellgunde) et Erika Baikoff (Woglinde)

Maria Barakova (Flosshilde), Iris van Wijnen (Wellgunde) et Erika Baikoff (Woglinde)

Et même les traits de caractère de Mime, dont la déclamation assombrie de Thomas Ebenstein traduit bien le tempérament veule, et la posture vaillante et fiable de Issachah Savage et Thomas Lehman en Froh et Donner, participent à la crédibilité de cette histoire de famille dont l’avenir du monde dépend.

Michael Volle et Yannick Nézet-Séguin

Michael Volle et Yannick Nézet-Séguin

Yannick Nézet-Séguin et le Rotterdams Philharmonisch Orkest sont ainsi éblouissants dans le rendu de cette version extraordinairement dramatique de ‘L’Or du Rhin’ qui dispense un son superbement chaleureux aux colorations d’or rougeoyant, vivifiée par un courant finement nuancé et une rondeur merveilleusement poétique dans les solo de vents. Les chatoiements des coups d'enclumes au moment de la plongée vers le Nibelung ont aussi un effet enchanteur par l'émerveillement qu'ils procurent.

Les changements d’ampleur sont menés sans ambages mais sans brusquerie non plus, avec un soin à ne pas saturer le son et faire perdre en richesse de détails, et cette lecture à la fois intime et galvanisante réussit quelque chose de très rare dans une salle de spectacle qui est d’absorber totalement l’attention du public dans un tout avec la musique et les solistes de par la magnificence du récit et sa prégnance interprétative.

Jamie Barton, Gerhard Siegel, Michael Volle, Yannick Nézet-Séguin et Samuel Youn

Jamie Barton, Gerhard Siegel, Michael Volle, Yannick Nézet-Séguin et Samuel Youn

Beaucoup sont sortis du Théâtre des Champs-Élysées probablement abasourdis par cet emport qui les a dépassé.

Voir les commentaires

Publié le 20 Avril 2022

Voix d’Afrique
Récital du 16 avril 2022
Théâtre des Champs-Élysées

Suppé  Cavalerie légère, Ouverture
Puccini  « O mio babbino caro » - Gianni Schicchi (Kimmy Skota)
Verdi  Air de Banco - Macbeth (Blaise Malaba)
Verdi  « Pace, pace, mio dio » - La Force du destin (Cyrielle Ndjiki)
Offenbach  « Barcarolle » - Contes d’Hoffmann (Leïla Brédent et Cyrielle Ndjiki)
Catalini  « Eben andro lontana » - La Wally (Elisabeth Moussous)
Rossini  Duetto Lindoro Mustafa - L’Italienne à Alger (Levy Sekgapane et Blaise Malaba)
Delibes  Duo des fleurs (Cyrielle Ndjiki et Kimmy Skota)
Verdi Mort de Rodrigue (Edwin Fardini)
Verdi « Dieu nous sépare » - Jérusalem (Cyrielle Ndjiki, Levy Sekgapane et Blaise Malaba)
Auber Air de l’éclat de rire - Manon Lescaut (Leïla Brédent)
Verdi  « La Vergine degli angeli » - La Force du destin (Elisabeth Moussous et Chœur)
Mascagni  Cavalleria rusticana - Intermezzo                 
 Adriana Bignagni-Lesca
Bizet « Près des remparts de Séville» - Carmen ( Adriana Bignagni-Lesca)
Donizetti  « Ah mes amis quel jour de fête » - La Fille du régiment (Levy Sekgapane)
Gershwin « Bess, you my woman » (Elisabeth Moussous et Edwin Fardini), « I got planty of nuttin’ » (Chœur), « Oh, I can’t sit down »  (Chœur), « Oh Lawd, I’m on my way » (solistes et Chœur)
Christopher Tin  Baba Yetu (« Notre Père » en swahili, Chœur)
Thula Baba, berceuse d’Afrique du Sud en langue zoulou (Kimmy Skota)
Mohau Mogale « Thamalakwane », air lyrique (Kimmy Skota)
Eding, Chant sacré du Cameroun (Chœur)
Verdi « Va pensiero » - Nabucco (solistes et Chœur)

Leïla Brédent soprano
Elisabeth Moussous soprano
Cyrielle Ndjiki soprano
Kimmy Skota soprano
Blaise Malaba basse
Levy Sekgapane ténor
Adriana Bignagni-Lesca mezzo soprano
Edwin Fardini baryton

Direction musicale Sébastien Billard
Orchestre de la Garde républicaine et Chœur de l’Armée française

Coproduction Africa Lyric’s Opéra / Women of Africa / Opera for Peace 
Concert au profit de Women of Africa et en soutien aux jeunes artistes lyriques et aux projets pour les femmes

Organisée par Patricia Djomseu, ancienne professeur de danse classique au Cameroun qui a repris la direction de l’association Women of Africa créée il y a 20 ans par sa mère, cette grande soirée caritative est pour beaucoup l’occasion de découvrir une nouvelle génération de chanteurs lyriques professionnels originaires d’Afrique et d’Outre-Mer.

Kimmy Skota - « O mio babbino caro »

Kimmy Skota - « O mio babbino caro »

Même si la majeure partie de ce récital est constituée d’airs d’opéras italiens et français du XIXe siècle régulièrement interprétés en concerts lyriques, le véritable plaisir vient de la diversité de couleurs, d’amplitudes et de timbres de voix des huit artistes invités qui permettent à l’auditeur de varier constamment les impressions sensorielles.

Blaise Malaba - Air de Banco

Blaise Malaba - Air de Banco

Toute fine et délicate, Kimmy Skota débute avec un ‘O mio babbino caro’ très émouvant par sa manière d’en exprimer les sentiments sur le souffle d’un filet de voix ténu et intime, puis apparaît plus impétueuse dans ‘Thamalakwane’ du compositeur sud-africain Mohau Mogale, et se révèle d’une irrésistible sensibilité pour la berceuse sud africaine ‘Thula Baba’, susurrée avec une soyeuse luminosité intemporelle. 

Cyrielle Ndjiki - « Pace, pace, mio dio »

Cyrielle Ndjiki - « Pace, pace, mio dio »

Cet air très doux intervient juste après que nous ayons été emportés par un chant en langue swahili originaire d’Afrique de l’Est, ‘Baba Yetu’, qui est une composition de Christopher Tin devenue célèbre à travers le jeu de stratégie ‘Civilization IV’, une des fantastiques surprises de cette soirée qui a engagé le chœur de l’Armée française dans une ode pleine d’espérance.

Leïla Brédent et Cyrielle Ndjiki - « Barcarolle »

Leïla Brédent et Cyrielle Ndjiki - « Barcarolle »

Voix véritablement verdienne, riche en vibrations dramatiques, Cyrielle Ndjiki donne énormément d’intensité au «Pace, pace, mio dio» de la 'Force du destin', puis s’adapte parfaitement à la tessiture bien plus légère de Kimmy Skota dans le duo des fleurs de ‘Lakmé’, avec une recherche d’harmonie subtilement réussie.

Et en duo avec Leïla Brédent, pour l’air de la ‘Barcarolle’, c’est cette fois-ci l'alliage d’un chant fruité, délié et bien focalisé mêlé à la tessiture voilée de Cyrielle Ndjiki qui en fait le charme.

Chœur de l’Armée française interprétant 'Baba Yetu' de Christopher Tin

Chœur de l’Armée française interprétant 'Baba Yetu' de Christopher Tin

Splendide dans l’air de 'La Wally' où la clarté du timbre est étoffée d’un médium expressif, Elisabeth Moussous offre le second portrait de Leonora de la ‘La Force du destin’, où elle apporte une touche de classicisme supplémentaire.

Et si l’on n’entendra Adriana Bignagni-Lesca, première lauréate du concours des grandes Voix d’Afrique, que pour un air qui plongera Carmen dans une noirceur fortement ténébreuse, il sera possible de la retrouver en juin 2022 sur la scène du Palais Garnier où elle interprétera Junon dans ‘Platée’ de Rameau auprès de Lawrence Brownlee, ténor américain qui partageait la scène de la salle Gaveau avec Levy Sekgapane il y a encore trois semaines.

Elisabeth Moussous - « La Vergine degli angeli »

Elisabeth Moussous - « La Vergine degli angeli »

Levy Sekgapane, Comte Almaviva sur la scène Bastille en 2018, est présent ce soir et profite d’airs de Rossini et Donizetti pour faire montre d'aisance, souplesse, éclat et précision sans le moindre dépareillement de ses aigus légers agréablement vibrés. Blaise Malaba lui donne la réplique dans le rôle de la basse, mais c’est plus dans Verdi que l’artiste congolais peut mettre en valeur le velours d’un souffle majestueux à travers la mort de Banco.

Levy Sekgapane - « Ah mes amis quel jour de fête »

Levy Sekgapane - « Ah mes amis quel jour de fête »

Enfin, en l'absence de Sir Willard White atteint du covid, c’est Edwin Fardini, gagnant de la 3e édition du concours « Voix des Outre-mer » le 22 janvier 2021, qui se charge de le remplacer, ce qui vaudra au public d'entendre un air de Rodrigo issu de ‘Don Carlo’ de Verdi d’une impressionnante sonorité bien galbée et en contraste total avec l’allure longiligne du chanteur.

Edwin Fardini - Mort de Rodrigue

Edwin Fardini - Mort de Rodrigue

Sous la direction fluide et chaleureuse de Sébastien Billard, l’Orchestre de la Garde républicaine et le Chœur de l’Armée française sont des soutiens attentifs, et tous se rejoignent, solistes compris, dans un ‘Va, Pensiero’ final qui permet d’achever dans une sérénité recueillie un récital généreux empreint d’une modestie très touchante.

Voir les commentaires

Publié le 12 Avril 2022

Anna Bolena (Gaetano Donizetti – 1830)
Version de concert du 11 avril 2022
Théâtre des Champs-Élysées

Anne Boleyn Marina Rebeka
Jane Seymour Karine Deshayes 
Henri VIII Erwin Schrott
Lord Richard Percy Enea Scala
Lord Rochefort Matthieu Lécroart
Sir Hervey Raphaël Brémard
Smeaton Héloïse Mas

Direction musicale Maurizio Benini
Orchestre de chambre de Paris
Ensemble Lyrique Champagne-Ardenne

 

Le Théâtre des Champs-Élysées est la salle parisienne où la 'Trilogie Tudor' de Gaetano Donizetti, un ensemble de trois opéras consacrés à la célèbre maison royale de la renaissance anglaise, est représentée depuis les vingt dernières années à travers des versions de concert, ‘Roberto Devereux’ en septembre 2005, ‘Anna Bolena’ en novembre 2008 et ‘Maria Stuarda’ en décembre 2018, mais aussi en version scénique avec ‘Maria Stuarda’ en juin 2015, puis ‘Roberto Devereux’ en mars 2020 qui fut malheureusement annulé pour les raisons que nous connaissons tous.

Karine Deshayes (Jane Seymour) et Marina Rebeka (Anne Boleyn)

Karine Deshayes (Jane Seymour) et Marina Rebeka (Anne Boleyn)

Le retour du premier volet de cette fresque belcantiste, qui est aussi le premier épisode dans l’ordre chronologique historique puisqu’il se déroule en 1536 sous le règne d’Henri VIII, vient donc rivaliser avec le souvenir des spectateurs les plus fidèles qui purent assister à la précédente version entendue quatorze ans plus tôt quand Ermonela Jaho interprétait le rôle titre.

Coïncidence magnifique, la soprano albanaise vient d’incarner 'Thaïs' sur la même scène il y a seulement deux jours.

Ensemble Lyrique Champagne-Ardenne et Orchestre de chambre de Paris

Ensemble Lyrique Champagne-Ardenne et Orchestre de chambre de Paris

Si c’est avec ‘Anna Bolena’ que la maturité de Gaetano Donizetti s’est épanouie, elle le doit notamment à la liberté d’écriture qu’il s’est accordée et qui peut paraître pour certains passionnés comme la quintessence de l’art vocal qui façonne les grandes divas lyriques, tout en représentant pour d’autres une tentative d’atteindre des limites humaines extrêmes qui vont au-delà de l’entendement.

Et c’est véritablement cette impression qui est rendue ce soir avec cette crainte mêlée d’abasourdissement à voir et entendre ces artistes emportés par leur ivresse pour défendre une expression de sentiments outrancière tout en s’appuyant sur une excellente rigueur stylistique.

Erwin Schrott (Henri VIII)

Erwin Schrott (Henri VIII)

Dans le rôle de Jane Seymour, celle que le Roi Henri VIII aime dorénavant, Karine Deshayes insuffle un élan vital torrentiel avec des effets d’amplification qui caractérisent le naturel de sa voix prompte à s’extérioriser de façon foudroyante. Le timbre corsé est riche en couleurs fauves et reflets métalliques portés par des fulgurances intenses, et cette densité va aussi de pair avec un traitement subtil et réussi dans les allégements du phrasé que ce soit lors des échanges intimes avec le Roi ou avec Anne Boleyn. Quand on repense à son petit rôle du garçon cuisinier très remarqué dans ‘Rusalka’ lors de sa création à l’Opéra Bastille il y a tout juste vingt ans, quel chemin n’a t’elle pas parcouru !

Marina Rebeka (Anne Boleyn)

Marina Rebeka (Anne Boleyn)

Marina Rebeka s’inscrit dans un tempérament bien différent. La gestuelle est clairement plus conventionnelle et repliée sur une intériorité d’apparence froide, les inflexions de voix expriment un dramatisme charmant et discret, et sa technique lui permet des variations ornementales palpitantes et vertigineuses avec une brillance de cristal sculpté comme pour faire d’elle même une œuvre d’art provocatrice. L’émotionnel semble ainsi totalement sublimé dans un accomplissement esthétique qui pousse très loin la projection d’aigus spectaculaires superbement dardés.

Héloïse Mas (Smeaton)

Héloïse Mas (Smeaton)

Auprès de ces deux femmes excessives et à l’égo fort, Héloïse Mas incarne un page amoureux doué d’une magnifique noirceur langoureuse, une lente respiration de sentiments qui font de toutes ses interventions un cœur palpitant généreux et mélancolique qui apporte énormément de chaleur en contrepoint de tant d’exubérance.

Enea Scala (Lord Richard Percy)

Enea Scala (Lord Richard Percy)

Et l’un des personnages manipulés pour servir les intérêts d’Henri VIII, Lord Richard Percy, trouve en Enea Scala un esprit vaillant suffisamment audacieux pour aller chercher les aigus très haut, en suivant des arabesques très bien dessinées de manière nécessairement forcée. Il en découle une caractérisation fortement héroïque et écorchée mais sans noirceur, l’exact opposé de la figure de mâle dictatorial qu’impose Erwin Schrott avec ses résonances graves bien posées qui brosse un portrait d’Henri VIII serein dans sa construction d’une manigance redoutable pour sa femme. 

Beaucoup plus de douceur et de sagesse ressort alors du très beau Lord Rochefort chanté par Matthieu Lécroart, et, dans le rôle très court de Sir Hervey, Raphaël Brémard laisse transparaître sa bonhommie alors que l’ambiance est incisive entre les principaux protagonistes.

Karine Deshayes (Jane Seymour) et Marina Rebeka (Anne Boleyn)

Karine Deshayes (Jane Seymour) et Marina Rebeka (Anne Boleyn)

Entraîné par un Maurizio Benini pulsant et très attentif aux chanteurs, l’ Orchestre de chambre de Paris fait preuve d’une belle unité dans des coloris assez sombres dominés par les alliages de bois et de cordes où les cuivres se fondent discrètement, et l’ensemble Lyrique Champagne-Ardenne crée des instants d’élégie intemporelle qui s’immiscent très finement au tissu de l’orchestre, un bien précieux travail de soierie qui s'apprécie tout au long de la soirée.

Marina Rebeka (Anne Boleyn)

Marina Rebeka (Anne Boleyn)

Voir les commentaires

Publié le 10 Avril 2022

Thaïs (Jules Massenet – 1894)
Version de concert du 09 avril 2022
Théâtre des Champs-Élysées

Thaïs Ermonela Jaho
Athanaël Ludovic Tézier
Nicias Pene Pati
Palémon Guilhem Worms
Crobyle Cassandre Berthon
Myrtale Marielou Jacquard
Albine Marie Gautrot
Un serviteur Robert Jezierski

Direction musicale Pierre Bleuse
Orchestre National de France et Chœur de Radio France

Diffusion sur France Musique le 11 juin 2022 à 20h

                                               Ermonela Jaho (Thaïs)

 

Après ‘Manon’ donné en version de concert le 15 septembre 2021, le Théâtre des Champs-Élysées poursuit ce qui pourrait bien ressembler à un cycle Jules Massenet en présentant ce soir ‘Thaïs’, alors que sont déjà annoncés pour la saison prochaine deux autres ouvrages plus rares, ‘Hérodiade’ et ‘Grisélidis’. Et avec les représentations scéniques de ‘Cendrillon’ qui ont lieu au même moment à l’Opéra Bastille, les amoureux du compositeur français peuvent s’estimer comblés.

Ermonela Jaho (Thaïs)

Ermonela Jaho (Thaïs)

Créé au Palais Garnier le 16 mars 1894, mais remanié à plusieurs reprises pour aboutir à une version définitive le 13 avril 1898, ‘Thaïs’ est à ce jour le plus grand succès de Jules Massenet à l’Opéra de Paris où il fut joué plus de 650 fois jusqu’au milieu des années 1950. Le livret basé sur le roman éponyme d'Anatole France s’inspire de la légende de la pécheresse d’Égypte du même nom qui fut convertie par l’ermite Paphnuce, et dont on peut admirer un tableau de Philippe de Champaigne au Musée du Louvre ‘Paphnuce libérant Thaïs’ (1656).

‘Paphnuce libérant Thaïs’ de Philippe de Champaigne (1656) - © 2011 RMN-Grand Palais (Musée du Louvre)

‘Paphnuce libérant Thaïs’ de Philippe de Champaigne (1656) - © 2011 RMN-Grand Palais (Musée du Louvre)

Pour rendre justice à cette partition qui a repris de la vigueur au cours des années 2000 grâce à l’interprétation de Renée Fleming, la distribution réunie ce soir fait appel aux grands interprètes du répertoire français d’aujourd’hui que sont Ludovic Tézier (‘Werther’ et ‘Manon’ à l’Opéra Bastille, ‘Thaïs’ à l’Opéra de Monte Carlo et ‘Hamlet’ la saison prochaine à l’Opéra Bastille), Ermonela Jaho (‘Les Huguenots’ et ‘Faust’ à l’Opéra Bastille) et Pene Pati (éblouissant Roméo de ‘Roméo et Juliette’ de Charles Gounod à l’Opéra Comique’), garants d’une réussite qui repose aussi sur les qualités stylistiques de l’Orchestre National de France.

Pene Pati (Nicias) et Ludovic Tézier (Athanaël)

Pene Pati (Nicias) et Ludovic Tézier (Athanaël)

Avec son timbre âpre dont il creuse les effets caverneux de manière expansive, Guilhem Worms incarne un Palémon ambigu de par le contraste entre l’austérité vocale de son rôle et sa jeunesse d’âge, surtout quand il se tient auprès de Ludovic Tézier. Ce dernier est renforcé dans sa stature statique par le format qu'impose la version de concert avec partition, mais il donne beaucoup de conviction à ses sentiments profonds au fil de la représentation en extériorisant de plus en plus son chant sombre et minéral dont il révèle des clartés sévères quand il en accroît la puissance. 

Ludovic Tézier (Athanaël)

Ludovic Tézier (Athanaël)

Ermonela Jaho, elle, débute par un surjeu du caractère hautain et presque dédaigneux de Thaïs pour verser progressivement dans un dramatisme viscéral qui la rend si émouvante quand elle prolonge son vécu intérieur par une gestuelle ornementale impliquant tout son corps qui sied énormément à l’orientalisme raffiné de la musique. Et son chant est magnifiquement souple et délié avec une finesse spectaculaire quand ses aigus aux contours voilés et très agréablement vibrés se déploient à en serrer le cœur de plus d’un auditeur. Ce don émotionnel qu’elle a à faire vivre ses personnages en faisant ressortir les nœuds de l'âme les plus douloureux jusqu'à travers son regard est irrésistiblement attachant.

Marielou Jacquard, Cassandre Berthon, Marie Gautrot, Guilhem Worms, Pene Pati, Ludovic Tézier et Ermonela Jaho

Marielou Jacquard, Cassandre Berthon, Marie Gautrot, Guilhem Worms, Pene Pati, Ludovic Tézier et Ermonela Jaho

Quant à Pene Pati, sidérant de naturel et d’immédiateté dans le rendu du texte chanté, il a le rayonnement de la jeunesse, les charmes d’une diction parfaite et d’une clarté riante où tout paraît facile, ce qui valorise formidablement Nicias.

Tous les personnages qui entourent les chanteurs principaux sont également très bien rendus, qu’il s’agisse de l’Albine introvertie de Marie Gautrot ou des esclaves rayonnantes de Cassandre Berthon et Marielou Jacquard, et l’Orchestre National de France mené par un Pierre Bleuse enthousiaste et effronté donne du corps qui induit une grande proximité à la musique tout en réussissant à créer une unité harmonique qui dégage une lumière frémissante et une souplesse de mouvement dont on s’imprègne facilement. Et le souffle du chœur se fond dans cet ensemble avec un charme discret. 

Une interprétation de grande valeur dont le ravissement de tous est la récompense.

Voir les commentaires

Publié le 25 Mars 2022

Présentation de la saison Lyrique 2022 / 2023 du Théâtre des Champs Élysées

Depuis le mercredi 23 mars 2022, la treizième saison de Michel Franck à la direction du Théâtre des Champs Élysées est officiellement dévoilée à travers une visioconférence diffusée en matinée.

Malgré l’impact de la crise sanitaire, cette saison s’inscrit dans la continuité des saisons passées et comprend 3 productions d’opéras en version scénique données sur un total de 16 soirées, une opérette 'La Périchole' jouée sur 10 soirées, 19 soirées d’opéras en version concert (dont 2 soirs pour 'La Fille du Régiment' et une matinée pour 'La Tragédie de Carmen') et 6 oratorio et œuvres religieuses (dont 3 'Requiem' de Mozart différents), 16 concerts symphoniques, 17 récitals vocaux, 22 récitals de piano, 12 concerts de l’orchestre de chambre de Paris, 3 autres concerts de musique de chambre, 22 concerts du dimanche matin (dont deux œuvres pour jeune public, 'Le Carnaval des animaux' par les Siècles, 'Don Quichotte' par La Croisée des Arts et l’Ensemble Ouranos), 4 ballets dansés sur 27 soirées (dont 16 soirées pour le 'Casse-Noisette' du Ballet de l’Opéra National de Kyiv) et 2 soirées de Théâtre musical ('J’ai des doutes').

Par ailleurs, une version de 'La Cenerentola' de Rossini ramenée à une durée d’une heure et quinze minutes sera créée pour le jeune public, et donnée en onze représentations sur le temps scolaire, ainsi que sur trois matinées tout public.
Ce spectacle sera une coproduction avec l’opéra de Rouen Normandie, l’AsLiCo-Teatro Sociale de Côme et l’opéra de Bordeaux.

Cette ligne programmatique se limite à 3 opéras en version scénique et une opérette pour un total de 26 soirées, mais avec la venue du Ballet de l’Opéra National de Kyiv au mois de décembre, un rendez-vous pris avant que la guerre en Ukraine ne soit déclarée, le nombre de soirées de danse retrouve son niveau habituel.

Les soirées d’opéras en version concert atteignent un nombre de représentations record, et, en y ajoutant les récitals vocaux et les oratorios, le théâtre conforte son assise sur ces répertoires vocaux.

En revanche, la part des concerts symphoniques continue de se réduire, mais les récitals de piano ont toujours droit à une part importante de la programmation.

Orphée et Eurydice (Christoph Willibald Gluck) - ms Robert Carsen

Orphée et Eurydice (Christoph Willibald Gluck) - ms Robert Carsen

Opéras et opérettes en version scénique

Orphée et Eurydice (Christoph Willibald Gluck)
21, 23, 25, 27, 29 septembre et 01 octobre (6 représentations)

Direction musicale Thomas Hengelbrock  Mise en scène Robert Carsen
Jakub Józef Orliński, Regula Mühlemann, Elena Galitskaya
Balthasar-Neumann-Ensemble, Balthasar-Neumann-Chor 
Coproduction Canadian Opera Company, Fondazione Teatro dell’Opera di Roma, Château de Versailles Spectacles, Lyric Opera of Chicago

La Perichole (Jacques Offenbach)
13, 14, 15, 18, 19, 20, 23, 24, 26, 27 novembre (10 représentations)

Direction musicale Marc Minkowski, Mise en scène Laurent Pelly
Marianne Crebassa, Antoinette Dennefeld, Stanislas de Barbeyrac, Laurent Naouri, Alexandre Duhamel, Rodolphe Briand, Lionel Lhote, Chloé Briot, Alix Le Saux, Eléonore Pancrazi, Natalie Pérez 
Les Musiciens du Louvre, Chœur de l’Opéra National de Bordeaux
Coproduction Opéra Royal de Wallonie, Bühnen Bern, Opéra de Dijon, Opéra de Toulon, Palazzetto Bru Zane Editions musicales Palazzetto Bru Zane – Centre de musique romantique française

Le Rossignol / Les Mamelles de Tirésias (Igor Stravinsky / Francis Poulenc)
10, 13, 15, 17, 19 mars (5 représentations)

Direction musicale François-Xavier Roth, Mise en scène Olivier Py
Sabine Devieilhe, Cyrille Dubois, Chantal Santon, Laurent Naouri, Victor Sicard, Rodolphe Briand, Francesco Salvadori, Jean-Sébastien Bou, Lucile Richardot
Les Siècles, Ensemble Aedes 
Coproduction Opéra Nice Côte d’Azur 

La Bohème (Giacomo Puccini)
15, 17, 19, 22, 24 juin (5 représentations)

Direction musicale Lorenzo Viotti, Mise en scène Eric Ruf
Selene Zanetti, Pene Pati, Alexandre Duhamel, Francesco Salvadori, William Thomas, Amina Edris, Marc Labonnette, Benoît Rodolphe Briand
Orchestre National de France, Chœur Unikanti, Maîtrise des Hauts-de-Seine 
Coproduction Opéra National de Bordeaux, Angers-Nantes Opéra, Opéra de Saint-Étienne  

Théâtre des Champs-Elysées - Saison lyrique 2022 / 2023

Opéras et oratorio en version de concert

Iphigénie en Aulide (Christoph Willibald Gluck) le 07 octobre
Stéphanie D’Oustrac, Judith van Wanroij, Cyrille Dubois, Tassis Christoyannis, Jean-Sébastien Bou, David Witczak, Anne-Sophie Petit, Jehanne Amzal, Marine Lafdal-Franc

Julien Chauvin direction, Le Concert de la Loge,  Les Chantres du Centre de musique baroque de Versailles

Zoroastre (Jean-Philippe Rameau) le 16 octobre
Jodie Devos, Véronique Gens, Reinoud Van Mechelen, Tassis Christoyannis, Mathias Vidal, David Witczak, Gwendoline Blondeel, Marine Lafdal-Franc

Alexis Kossenko direction, Les Ambassadeurs~La Grande Ecurie, Chœur de chambre de Namur 

Ariodante (Georg Friedrich Haendel) le 07 novembre
Franco Fagioli, Melissa Petit, Sarah Gilford, Luciana Mancini, Nicholas Phan, Alex Rosen 
George Petrou direction, Il Pomo d’Oro

Hérodiade (Jules Massenet) le 25 novembre
Nicole Car, Jean-François Borras, Ekaterina Semenchuk, Etienne Dupuis
Daniele Rustioni direction Orchestre et Chœurs de l’Opéra National de Lyon 

Daniele Rustioni

Daniele Rustioni

La Tragédie de Carmen (Georges Bizet) le 27 novembre matin
Julie Robard-Gendre, Marianne Croux, Sébastien Droy, Thomas Dolié, Nicolas Vial, Laurent Evuort-Orlandi

Fiona Monbet direction Ensembe Musical Miroirs Etendus 

Requiem (Wolfgang Amadeus Mozart) le 02 décembre
Amina Edris, Eléonore Pancrazi, Amitai Pati, Alexandre Duhamel

Hervé Niquet direction, Orchestre de chambre de Paris, Chœur du Concert Spirituel

Lakmé (Léo Delibes) le 14 décembre
Sabine Devieilhe, Cyrille Dubois, Fleur Barron, Pierre Doyen, Lionel Lhote, Erminie Blondel, Charlotte Bonnet, Svetlana Lifar

Laurent Campellone direction, Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, Chœur de l’Opéra de Monte-Carlo

Stabat Mater (Giovanni Battista Pergolesi) le 07 janvier
Bruno de Sá, Carlo Vistoli

Thibault Noally direction, Orchestre National d’Auvergne

Requiem (Wolfgang Amadeus Mozart) le 15 janvier matin
Transcription pour chœur, solistes et piano à quatre mains de Carl Czerny

Henri Chalet direction, Chœur et solistes de la Maîtrise de Notre-Dame de Paris 

Christophe Rousset

Christophe Rousset

Thésée (Jean-Baptiste Lully) le 22 mars
Mathias Vidal, Karine Deshayes, Deborah Cachet, Marie Lys, Bénédicte Tauran, Robert Getchell, Fabien Hyon, Philippe Estèphe

Christophe Rousset direction, Les Talens Lyriques, Chœur de chambre de Namur

Così fan tutte (Wolfgang Amadeus Mozart) le 24 mars
Julia Lezhneva, Emőke Baráth, Sandrine Piau, Paolo Fanale, Vittorio Prato, Andrew Murphy 

Giovanni Antonini direction, Basler Madrigalisten

Médée (Marc-Antoine Charpentier) le 27 mars
Véronique Gens, Cyrille Dubois, Judith van Wanroij, Thomas Dolié, David Witczak, Hélène Carpentier, Chloé Briot, Adrien Fournaison, Floriane Hasler, David Tricou, Fabien Hyon, Jehanne Amzal, Marine Lafdal-Franc

Hervé Niquet direction, Le Concert Spirituel

Vêpres solennelles d’un confesseur / Requiem (Wolfgang Amadeus Mozart) le 28 mars
Kateryna Kasper, Marie Henriette Reinhold, Julian Habermann, Johannes Kammler

Hans-Christoph Rademann direction, Chœur et orchestre du Gaechinger Cantorey 

I Puritani (Vincenzo Bellini) le 01 avril
Jessica Pratt, Xabier Anduaga, Gabriele Viviani, Krzysztof Bączyk, Tamara Bounazou, Pascal Gourgand, Alban Dufourt

Giacomo Sagripanti direction, Orchestre de chambre de Paris, Chœur Les Eléments

Véronique Gens

Véronique Gens

La Fille du régiment (Gaetano Donizetti) le 03 et 05 avril
Jodie Devos, Sahy Ratia, Marc Labonnette, Doris Lamprecht, Philippe Ermelier, Felicity Lott, Matthieu Justine

Hervé Niquet direction, Orchestre de la Garde républicaine, Chœur de l’Armée française, Chœur de femmes de la Maîtrise Notre-Dame de Paris 

Messe en ut (Wolfgang Amadeus Mozart) le 04 avril
Ekaterina Bakanova, Ana Maria Labin, Krystian Adam, Luigi De Donato

Jean-Christophe Spinosi direction, Ensemble Matheus

Die Schöpfung (Joseph Haydn) le 20 avril
Slávka Zámečníková, Allan Clayton, Matthias Goerne

Andrés Orozco-Estrada direction, Orchestre National de France, Chœur de Radio France

Tolomeo ( Georg Friedrich Haendel) le 03 mai
Jakub Józef Orliński, Giuseppina Bridelli, Katharina Konradi, Andrea Mastroni, Paul-Antoine Bénos-Djian

Francesco Corti direction, l Pomo d’Oro

Castor et Pollux (Jean-Philippe Rameau) le 13 mai
Judith van Wanroij, Véronique Gens, Reinoud Van Mechelen, Tassis Christoyannis, Olivia Doray, Hasnaa Bennani, David Witczak, Antonin Rondepierre

György Vashegyi direction, Orfeo Orchestra – Purcell Choir

Der fliegende Holländer (Richard Wagner) le 15 mai
James Rutherford, Ingela Brimberg, Maximilian Schmidt, Karl-Heinz Lehner, Dmitri Yvanchey, Dalia Schaechter

François-Xavier Roth direction, Les Siècles – Chœur de l’Opéra de Cologne

François-Xavier Roth

François-Xavier Roth

L’Incoronazione di Poppea (Claudio Monteverdi) le 24 mai
David Hansen, Mari Eriksmoen, Rihab Chaieb, Emiliano Gonzalez Toro, Lauranne Oliva, Philippe Talbot, Anders Dahlin, Nicolas Brooymans, Mathias Vidal, Natalie Pérez, Mathilde Etienne

Emiliano Gonzalez Toro direction, I Gemelli, Mathilde Etienne mise en espace

Orlando furioso (Antonio Vivaldi) le 25 mai
Carlo Vistoli, Marie-Nicole Lemieux, Filippo Mineccia, Margherita Maria Sala, Ana Maria Labin, Luigi De Donato

Jean-Christophe Spinosi direction, Ensemble Matheus

Fausto (Louise Bertin) le 20 juin
Karine Deshayes, Karina Gauvin, Ante Jerkunica, Nico Darmanin, Marie Gautrot, Diana Axentii, Thibault de Damas

Christophe Rousset direction, Les Talens Lyriques, Chœur de la Radio flamande

Grisélidis (Jules Massenet) le 04 juillet
Vannina Santoni, Frédéric Antoun, Thomas Dolié, Tassis Christoyannis, Antoinette Dennefeld, Adèle Charvet, Thibault de Damas, Adrien Fournaison

Jean-Marie Zeitouni direction, Chœur et orchestre de l’Opéra national Montpellier Occitanie

Joyce DiDonato

Joyce DiDonato

Les Récitals vocaux :

Masterclass de Karine Deshayes, David Zobel piano, le 24 septembre
Joyce DiDonato - Ives, Portman, Mahler, Marini, Mysliveček, Copland, Valentini, Cavalli, Gluck, Haendel le 05 octobre
Eva Zaïcik – Vivaldi, le dimanche 09 octobre matin
Matthias Goerne – Schubert le 12 novembre
Julie Fuchs et ses invités - Mozart le 21 novembre
Renée Fleming - Rachmaninov le 15 janvier

Michael Spyres et Lawrence Brownlee

Michael Spyres et Lawrence Brownlee

Lawrence Brownlee, Michael Spyres  – Rossini, Donizetti, Verdi, Boieldieu, Meyerber, Bizert, Adam le 22 janvier
Peter Mattei - Schubert le 26 janvier
Sandrine Piau, Karina Gauvin, Cyrille Dubois, Robert Gleadow  - Gala Mozart le 28 janvier
Julian et Christoph Prégardien, Lars Vogt – Beethoven, Schubert le 09 février
Philippe Jaroussky, Thibaut Garcia – Giordani, Caccini, Dowland, Purcell … le 19 février matin
Marina Rebeka, Karine Deshayes  - Donizetti, Rossini, Bellini le 21 mars
Philippe Jaroussky - Boësset, Bataille, De Bailly, Guédron, Moulinié, Lambert, Monteverdi, Rossi, Purcell le 29 mars
Julia Lezhneva, Carlo Vistoli - Porpora, Haendel, Graun, Vivaldi le 10 mai
Natalie Dessay, Philippe Cassard - Fanny Hensel-Mendelssohn, Clara Schumann, Alma Mahler, Massenet, Gounod, Debussy, Poulenc, Stravinsky le 22 mai
Rolando Villazón - Donizetti, Verdi, Massenet Zarzuelas et chansons napolitaines le 29 juin
La Folle soirée de l’Opéra Radio Classique - Airs d'opéras les 24 et 25 juin

Théâtre musical :

J’ai des doutes - François Morel, Antoine Sahler / Romain Lemire piano les 14 et 15 février

Patricia Petibon

Patricia Petibon

Concerts (sélection subjective)

Les Siècles, François-Xavier Roth - Stravinsky L’Oiseau de feu, Petrouchka, Le Sacre du printemps le 30 septembre

Igor Levit, piano  – Schumann, Hersch, Wagner Prélude, Liszt  le 06 octobre

Nemanja Radulović - Le monde dans un violon, Musiques traditionnelles et populaires (Russie, Serbie, Inde, Argentine, Espagne, Cuba, Brésil, Irlande...) le 18 octobre

Quatuor Hanson – Stravinsky, Mozart, Bartok le dimanche 23 octobre

Les Siècles François-Xavier Roth, Patricia Petibon – Schoenberg, Berg, Mahler le 06 novembre

Orchestre de chambre de Paris, Trevor Pinnock - Les Vents Français Cimarosa, Mozart, Danzi le 15 décembre

Les Siècles François-Xavier Roth – Debussy, Roussel, Lalo, Dukas, Massenet, Ravel le 10 janvier

Netherlands Philharmonic Orchestra, Lorenzo Viotti, Matthias Goerne – Webern, Mahler, Brahms le 24 janvier

Nikolaï Lugansky – Intégrale Rachmaninov I le 01 février

Konzertmeister der Berliner Philharmoniker I – Brahms, Mozart le 06 février

Konzertmeister der Berliner Philharmoniker II – Brahms, Mozart le 07 février

Nikolaï Lugansky – Intégrale Rachmaninov II le 14 mars

Till Fellner, piano – Mozart, Lizt, Beethoven, Haydn le 19 mars matin

ONF, Cristian Măcelaru, Diana Damrau – Messiaen, Strauss, Tchaïkovski le 30 mars

Nelson Goerner, piano - Sol Gabetta, violoncelle – Mendelssohn,  Brahms, Franck le 11 avril

Cédric Tiberghien, piano – Bach-Brahms, Mozart, Beethoven le 16 avril matin

Mikhaïl Pletnev, piano – Brahms, Dvořák le 18 avril

Wiener Philharmoniker, Jakub Hrůša – Janáček,  Prokofiev, Chostakovitch le 14 mai

Nikolaï Lugansky – Intégrale Rachmaninov III le 23 mai

Elisabeth Leonskaja, piano - Streichquartett der Staatskapelle Berlin – Schumann, Chostakovitch le 14 juin

Orchestre de chambre de Paris, Hervé Niquet, David Kadouch – Compositrices romantiques le 23 juin 

ONF - Grand Concert Radio Classique le30 juin et 01 juillet

Giselle par Akram Khan

Giselle par Akram Khan

Première impression sur la saison 2022 / 2023

Avec 11 opéras en version de concert d’après Lully, Charpentier, Rameau, Gluck, Bertin, Donizetti, Bizet et Massenet et deux opéras en version scénique (diptyque 'Le Rossignol / Les Mamelles de Tiresias' par Olivier Py et 'La Perichole' par Laurent Pelly), la langue française représente la moitié des représentations lyriques programmées cette saison, du jamais vu depuis des décennies en ce théâtre.

Le Théâtre des Champs-Élysées devient ainsi le paradis des chanteurs francophones. On peut ainsi citer de manière non exhaustive : Marianne Crebassa, Stanislas de Barbeyrac, Laurent Naouri, Alexandre Duhamel, Rodolphe Briand, Lionel Lhote, Chloé Briot, Alix Le Saux, Sabine Devieilhe, Cyrille Dubois, Chantal Santon, Victor Sicard, Jean-Sébastien Bou, Lucile Richardot, Marc Labonnette, Stéphanie D’Oustrac, Anne-Sophie Petit, Jodie Devos, Véronique Gens, Reinoud Van Mechelen, Mathias Vidal, Melissa Petit, Jean-François Borras, Etienne Dupuis, Julie Robard-Gendre, Marianne Croux, Sébastien Droy, Thomas Dolié, Erminie Blondel, Charlotte Bonnet, Karine Deshayes, Philippe Estèphe, Sandrine Piau, Doris Lamprecht, Philippe Talbot, Marie-Nicole Lemieux.

Et on ne saurait que hautement recommander d’assister à quelques jours d’intervalle au ‘Thésée’ de Jean-Baptiste Lully ( le 22 mars) suivi du ‘Médée’ de Marc-Antoine Charpentier (le 27 mars), deux ouvrages créés à l’Académie Royale de Musique sous Louis XIV, d'après un même thème mythologique.

Le répertoire italien est un peu moins représenté parmi les versions de concerts (aucun Rossini - hormis 'La Cenerentola' pour le jeune public -, ou Verdi n’est à l’affiche), mais Puccini a droit à un opéra en version scénique, ‘La Bohème’, et le belcanto pourra s’appuyer sur ‘I Puritani’ de Bellini

Sous la poussée de l’opéra français, le répertoire vocal allemand poursuit son retrait de la scène du Théâtre des Champs-Élysées, répertoire auquel ne restent plus que ‘Die Schöpfung’ de Joseph Haydn et ‘Der fliegende Holländer’ de Richard Wagner, et Jean-Sébastien Bach est totalement absent.

Quant à la langue latine, elle pourra surtout compter sur 3 versions différentes du 'Requiem' de Mozart respectivement interprété par le Chœur du Concert Spirituel le 02 décembre, le Chœur de la Maîtrise de Notre-Dame de Paris le 15 janvier matin et le Chœur de chambre de Namur le 28 mars, puis la 'Messe en Ut' de Mozart et le traditionnel 'Stabat Mater' de Pergolese.

Pour la première fois, la langue italienne n’est donc plus majoritaire, mais les fondamentaux du Théâtre des Champs-Élysées sont toujours respectés (80 % du répertoire lyrique consacré au XVIIIe et XIXe siècle).

Casse-Noisette par le Ballet de l’Opéra National de Kyiv

Casse-Noisette par le Ballet de l’Opéra National de Kyiv

Et la collaboration en résidence de François-Xavier Roth et son orchestre Les siècles se poursuit non seulement en opéra scénique (Le Diptyque Stravinsky / Poulenc) et opéra de concert (‘Le Vaisseau Fantôme’), mais également à travers une soirée dédiée aux trois ballets de Stravinsky 'L’Oiseau de feu', 'Petrouchka', 'Le Sacre du printemps', un concert avec Patricia Petibon, et une soirée entièrement vouée aux compositeurs français fin XIXe et début XXe siècle.

L’intégrale Rachmaninov par Nikolaï Lugansky, la ‘Gisèle’ d’Akram Khan et le ‘Casse-Noisette’ du Ballet de l’Opéra National de Kyiv seront probablement d’autres temps forts de la programmation.


L'intégralité de la saison c'est ici : Saison 2022/2023 | Programmation | Théâtre des Champs-Elysées 

Voir les commentaires

Publié le 10 Octobre 2021

Pelléas et Mélisande (Claude Debussy - 1902)
Représentation du 09 octobre 2021
Théâtre des Champs-Élysées

Mélisande Vannina Santoni
Mélisande (rôle muet) Patricia Petibon
Pelléas Stanislas de Barbeyrac
Golaud Simon Keenlyside
Arkel Jean Teitgen
Geneviève Lucile Richardot
Yniold Chloé Briot 
Le médecin, Le berger Thibault de Damas

Direction musicale François-Xavier Roth
Mise en scène Eric Ruf (2017)
Ensemble Les Siècles

Coproduction Opéra de Dijon, Stadttheater Klagenfurt, Théâtre du Capitole de Toulouse, Opéra de Rouen Normandie
                                                                                                   Simon Keenlyside (Golaud)

La reprise de Pelléas et Mélisande dans la mise en scène d’Eric Ruf qui avait été révélée au public en mai 2017 sur la même scène permet à nouveau de la découvrir, ou de la redécouvrir, avec une coloration musicale très différente.

Stanislas de Barbeyrac (Pelléas) et Patricia Petibon (Mélisande)

Stanislas de Barbeyrac (Pelléas) et Patricia Petibon (Mélisande)

François-Xavier Roth est en effet invité avec son ensemble sur instruments d’époque, Les Siècles, pour réaliser une lecture qui se situe à l’opposé de ces grands fleuves sombres et wagnériens que l’on a pu entendre sous la baguette de Sylvain Cambreling ou Philippe Jordan à l’ opéra Bastille. Confiée à une telle formation, la musique de Debussy crée autrement une forme picturale d’une très grande clarté où vibrations des cordes et souffles des vents se développent selon des contours nettement dessinés et des teintes relativement proches.

Le rapport à l’œuvre perd en mystère ce que qu’il gagne en immédiateté et simplicité poétique quand émerge à tout moment un ornement de basson ou de hautbois. Pour autant, il ne s’agit pas d’un déroulement linéaire, et le directeur musical entraîne les musiciens dans des mouvements qui peuvent aussi bien se métamorphoser en magnifique nappe liquide et épurée que se soulever en lame exubérante, mais qui peuvent aussi se révéler d’une saisissante sécheresse dans les fins d’actes, et particulièrement au moment du meurtre de Pelléas ce qui a tendance à réduire l’effet poignant du drame.

Simon Keenlyside (Golaud) et Patricia Petibon (Mélisande)

Simon Keenlyside (Golaud) et Patricia Petibon (Mélisande)

L’atmosphère pittoresque qui s’en dégage s’allie avec évidence au décor unique du spectacle qui se déroule dans une zone sombre d’un port, au bord d’une eau croupissante, entourée par ce qui pourrait être la coupe d’une embase de phare délabré. 

Eric Ruf ne propose pas de lecture à proprement dite du poème de Maeterlinck, mais une illustration du monde intérieur décrépit et inquiétant dans lequel sont plongées les âmes des protagonistes de l’histoire. Son travail de direction d’acteurs est parfaitement bien réglé mais reste dans l’ensemble assez conformiste hormis pour deux personnages clés, Mélisande et Golaud.

Patricia Petibon (Mélisande)

Patricia Petibon (Mélisande)

Rendue aphone par une allergie, Patricia Petibon est uniquement actrice, ce soir, et est doublée côté jardin par Vannina Santoni venue au pied levé lui apporter le secours de la fraîcheur de sa voix, agréablement subtile et lumineuse, et qui se fond magnifiquement à l’incarnation de sa consœur sans que cela n’altère l’intégrité de la représentation.

C’est un véritable exploit que réalisent ces deux artistes, l’une pour son adaptation rapide à une situation imprévue, la seconde pour la précision du jeu un peu hors du temps qu’elle synchronise parfaitement sur la direction orchestrale et le chant de Vannina.

Mélisande est l’allégorie d’une femme fantasmée, et Eric Ruf éclaire ce symbole lors de la scène de la fenêtre de la tour en nouant une longue chevelure rousse autour du corps de Patricia Petibon, dont l’apparition devant un arrière-fond de reflets cuivrés rappelle la stylisation ornementale de Gustav Klimt, contemporain de la création de Pelléas et Mélisande.

On voit à cette occasion les limites d’une littéralité trop stricte car le surréalisme de cette scène et cette chevelure qui n’en finit pas de tomber ne font que distraire la concentration d’une partie du public.

Stanislas de Barbeyrac (Pelléas)

Stanislas de Barbeyrac (Pelléas)

Dans le rôle de Golaud, et 17 ans après avoir incarné Pelléas sur la scène Bastille, Simon Keenlyside fait de son personnage le rôle central de l’ouvrage grâce à sa maîtrise exceptionnelle des états d’âmes du demi-frère de Pelléas. Il le fait vivre comme il le ferait avec Wozzeck, lui aussi devenu un meurtrier sous l’emprise de sa passion amoureuse, et attire du coup la compassion de l’assistance sur lui même.

Les coups de sang, les déchaînements de pensées, la perte de raison et le dérèglement du corps sont animés d’une façon tellement réaliste et sensible qu’il crée une accroche sans distance, d’autant plus que son français est remarquable de précision, alors qu’il ne parle pas cette langue habituellement.

Son chant vibre avec ce qu’il faut d’ondulations pour émouvoir, et le grain vocal a quelque chose de vécu en soi et des éclats d’âme parfois étonnamment clairs. Un être est là, entier et exposé à cœur ouvert, presque comme si Simon Keenlyside offrait à la vue de tous la complexité de l’être humain.

Lucile Richardot (Geneviève) et Jean Teitgen (Arkel)

Lucile Richardot (Geneviève) et Jean Teitgen (Arkel)

Et comme il s’agit de la version pour ténor, Stanislas de Barbeyrac trouve en Pelléas un caractère auquel il apporte non pas de la naïveté, mais plutôt une maturité qui se retrouve dans son timbre massif et ombré qui draine un sentiment d’urgence et la puissance d’une carrure solide et sérieuse. 

Plus conventionnel dans son jeu, il est aussi plus intériorisé si bien que l’on ne sent pas chez lui le même affect pour Mélisande que celui qu’éprouve Golaud au point d’en être ravagé. Il s’en tient donc à une attitude intègre, mais bien nerveuse, comme s’il avait déjà beaucoup vécu, si bien que le meurtre de Pelléas n’a pas la même force que si nous avions assisté à l’élimination d’un être innocent n’ayant pas conscience du danger de l’être humain.

Vannina Santoni et Patricia Petibon (Mélisande)

Vannina Santoni et Patricia Petibon (Mélisande)

Ces trois grands protagonistes sont entourés de trois excellents second rôles. Lucile Richardot est d’une douceur onctueuse inhabituelle pour le rôle de Geneviève, comme si elle cherchait à la styliser et comme si elle avait su préserver sa candeur, Jean Teitgen fait résonner en Arkel des graves profondément paternalistes avec un jeu bienveillant à l’ancienne, et Chloé Briot fait frémir beaucoup d’espièglerie piquante dans le chant d’Yniold.

Un spectacle qui ne révolutionne pas le mythe de Pelléas et Mélisande, mais qui a suffisamment de caractère musical et théâtral pour parler des passions humaines et du rapport entre les âges.

Voir les commentaires

Publié le 2 Octobre 2021

Chausson / Duparc / Brahms / Britten / Bridge
Récital du 30 septembre 2021
Théâtre des Champs-Elysées

Ernest Chausson Poème de l’amour et de la mer op. 19 - Cycle de mélodies d’après des poèmes de Maurice Bouchor
Henri Duparc « Invitation au voyage », op. 114, « La Vie antérieure », « Phidylé » op. 13 n° 2
Johannes Brahms « Die Mainacht » op. 43 n° 2
« Dein blaues Auge » op. 59 n°8
« Immer leiser wird mein Schlummer » op. 105 n°2
« Auf dem Kirchlofe » op. 105 n°4

Benjamin Britten « The Salley Gardens »
« The Last Rose of Summer »

Frank Bridge « Love went a-riding »
 
Ténor Benjamin Bernheim
Piano Mathieu Pordoy

Cinq jours après avoir chanté Les Contes d’Hoffmann à l’Opéra de Hambourg pour six représentations, Benjamin Bernheim reprend le chemin du récital pour deux soirs, l’un au Théâtre des Champs-Élysées, l’autre au Konzerthaus de Vienne, le 03 octobre.

Benjamin Bernheim

Benjamin Bernheim

Il est à nouveau associé au pianiste Mathieu Pordoy avec lequel il avait déjà donné ce même récital le 15 août dernier au Festival de Salzbourg, tout en l’adaptant légèrement ce soir, les mélodies d’Henri Duparc se substituant aux mélodies de Clara Schumann pour mieux saisir le public parisien.

Le Poème de l’amour et de la mer est ainsi interprété tel qu’il a été conçu à l’origine, quand Ernest Chausson accompagnait au piano le ténor Désiré Desmet lors de sa création à Bruxelles, le 21 février 1893.

La voix élevée de Benjamin Bernheim est fascinante car le jeune chanteur joue à la fois sur le sentiment intime et l’éclat héroïque, et sa projection vers les hauteurs de la salle rayonne d’une ample clarté où s’immisce l’aplomb volontariste de la jeunesse.

L'écoinçon de La Sonate - Plafond du Théâtre des Champs-Elysées

L'écoinçon de La Sonate - Plafond du Théâtre des Champs-Elysées

Et au cours de ce cycle de mélodies, Mathieu Pordoy dispose de longs passages solo pour faire couler une veine de sonorités rondes, stables et bien timbrées au délié liquide qui s’allie parfaitement au chant de son partenaire.

Les deux artistes offrent ainsi une imparable beauté classique à leur ensemble, mélange de retenue d’émotion et de grâce sereine.

Benjamin Bernheim

Benjamin Bernheim

En seconde partie, le temps est cette fois laissé à un grand wagnérien des premières heures, Henri Duparc, qui rencontra Ernest Chausson juste après la guerre franco-allemande de 1870. 

Sur des textes de Baudelaire ( Invitation au voyage et La Vie antérieure) et Leconte de Lisle (Phidylé), Benjamin Bernheim approfondit d’autres facettes de sa voix. La variété des couleurs et la finesse des nuances deviennent grisantes, et l’auditeur se sent comme invité à se laisser bercer pour partager des confidences.

Puis, les quatre chants de Brahms extraits de 3 opus différents composés entre 1868 et 1886 nous emmènent vers des teintes plus graves et sombres, toujours avec la même délicatesse, et l’ art du lied germanique vient ainsi se fondre à un univers qui lui est contemporain.

Mathieu Pordoy et Benjamin Bernheim

Mathieu Pordoy et Benjamin Bernheim

On quitte ensuite cet art de l’union de deux langues pour rejoindre le XXe siècle et un langage amoureux plus immédiat avec The Salley Gardens, et surtout Last Rose of Summer, de Benjamin Britten, où, dans cette dernière mélodie, Benjamin Bernheim laisse filer des traits d’âme en voix de tête d’un charme enjôleur magnifique.

Enfin, Love went a-riding de Frank Bridge permet d’achever le récital sur un héroïsme triomphant constellé par les notes perlées du piano qui suscitent ainsi un enthousiasme qui ne peut que déclencher deux bis, l’un choisi spécifiquement pour Paris, Le Voyage à Paris de Francis Poulenc, l’autre pour les amateurs d’opéras avec Pourquoi se réveiller du jeune Werther, là aussi un symbole de l’imaginaire germanique teinté de sentimentalisme français.

Benjamin Bernheim (Chausson – Duparc – Brahms – Britten - Bridge) - Champs-Élysées

Voir les commentaires

Publié le 26 Mai 2021

Présentation de la saison Lyrique 2021 / 2022 du Théâtre des Champs Élysées

Depuis le mercredi 19 mai 2021, la douzième saison de Michel Franck à la direction du Théâtre des Champs Élysées est officiellement dévoilée.

Malgré l’impact de la crise sanitaire, cette saison s’inscrit dans la continuité des saisons passées et comprend 4 productions d’opéras en version scénique données sur un total de 21 soirées, une opérette « La Vie parisienne » jouée sur 16 soirées, 13 opéras en version concert et 8 oratorio et œuvres religieuses (dont 2 soirs pour le Requiem de Verdi), 22 concerts symphoniques, 14 récitals vocaux (dont 2 soirs pour La Folle soirée de l’Opéra), 18 récitals de piano, 11 concerts de l’orchestre de chambre de Paris, 12 autres concerts de musique de chambre, 24 concerts du dimanche matin (dont trois œuvres pour jeune public, Le Petit Prince par Marc-Olivier Dupin, Les Fabulettes par Anne Sylvestre, et Pierre et le loup par les ensembles Les Dissonances & Ouranos) et 4 ballets dansés sur 14 soirées.

Par ailleurs, une version de Rigoletto ramenée à une durée d’une heure et quinze minutes sera créée pour le jeune public, et donnée en douze représentations sur le temps scolaire, ainsi que sur trois matinées tout public.
Ce spectacle sera une coproduction avec l’opéra de Rouen Normandie.

Cette ligne programmatique reste donc fidèle à la diversité des formes musicales qui caractérise le Théâtre des Champs-Élysées, avec toutefois une réduction sensible du nombre de soirées de danse au profit de la « La Vie Parisienne ».

Enfin, l’apparente réduction du nombre de récitals vocaux est compensée par une forte présence de grands chanteurs au cours des concerts symphoniques ou de musique de chambre.

Giulio Cesare in Egitto (Georg Friedrich Haendel) - ms Michieletto (mai 2022)

Giulio Cesare in Egitto (Georg Friedrich Haendel) - ms Michieletto (mai 2022)

Opéras et opérettes en version scénique

Pelléas et Mélisande (Claude Debussy)
9, 11, 13, 15 octobre (4 représentations)

Direction musicale François Xavier Roth  Mise en scène Eric Ruf
Patricia Petibon, Stanislas de Barbeyrac, Sir Simon Keenlyside, Jean Teitgen, Lucile Richardot, Chloé Briot, Thibault de Damas
Les siècles, Chœur Unikanti
Coproduction Opéra de Dijon, Stadttheater Klagenfurt, Théâtre du Capitole, Opéra de Rouen Normandie

Eugène Onéguine (Piotr Ilitch Tchaïkovski)
10, 13, 15, 17, 19 novembre (5 représentations)

Direction musicale Karina Canellakis, Mise en scène Stéphane Braunschweig
Mireille Delunsch, Vannina Santoni, Alisa Kolosova, Jean-François Borras, Jean-Sébastien Bou, Jean Teitgen, Delphine Haidan, Yuri Kissin, Marcel Beekman
Orchestre National de France, Chœur de l’Opéra National de Bordeaux
Coproduction Opéra national de Bordeaux

La vie parisienne (Jacques Offenbach)
21, 22, 23, 26, 27, 28, 29, 30, 31 décembre et 2, 4, 5, 6, 7, 8, 9 janvier (16 représentations)

Direction musicale Romain Dumas, Mise en scène Christian Lacroix
Jodie Devos / Florie Gauthier-Valiquette, Rodolphe Briand / Flannan Obé, Marc Mauillon / Laurent Deleuil, Franck Leguérinel / Marc Labonnette, Sandrine Buendia / Marion Grange, Aude Extrémo / Eléonore Pancrazi, Eric Huchet / Damien Bigourdan, Philippe Estèphe / Laurent Kubla, Elena Galitskaya, Louise Pingeot, Marie Kalinine, Ingrid Perruche, Carl Ghazarossian, Caroline Meng
Les Musiciens du Louvre – Académie des Musiciens du Louvre, en partenariat avec le Jeune Orchestre Atlantique - Chœur de chambre de Namur
Coproduction Bru Zane France, Opéra Royal de Wallonie-Liège, Opéra de Rouen Normandie, Opéra de Tours, Opéra de Limoges, Opéra Orchestre national Montpellier Occitanie, Palazzetto Bru Zane

Così fan tutte (Wolfgang Amadé Mozart)
9, 12, 14, 16, 18, 20 mars (6 représentations)

Direction musicale Emmanuelle Haïm, Mise en scène Laurent Pelly
Vannina Santoni, Gaëlle Arquez, Anna Aglatova, Cyrille Dubois, Florian Sempey, Laurent Naouri
Le Concert d'Astrée, Chœur Unikanti
Coproduction Théâtre de Caen, Tokyo Nikikai Opera Fondation, Pacific Opera Victoria

Giulio Cesare in Egitto (Georg Friedrich Haendel)
11, 14, 16, 18,20,22 mai (6 représentations)

Direction musicale Philippe Jaroussky, Mise en scène Damiano Michieletto
Gaëlle Arquez, Sabine Devieilhe, Franco Fagioli, Lucile Richardot, Carlo Vistoli, Francesco Salvadori, Paul-Antoine Bénos-Djian, Adrien Fournaison
Ensemble Artaserse
Coproduction Oper Leipziz, Opéra National de Montpellier, Théâtre du Capitole de Toulouse

Eugène Onéguine (Piotr Ilitch Tchaïkovski) - ms Braunschweig (novembre 2021)

Eugène Onéguine (Piotr Ilitch Tchaïkovski) - ms Braunschweig (novembre 2021)

Opéras et oratorio en version de concert

Manon (Jules Massenet) le 15 septembre
Patricia Petibon, Saimir Pirgu, Artur Ruciński, Eric Huchet, Philippe Estèphe, Nicolas Testé, Margot Genet, Amandine Ammirati, Clémence Poussin
Daniele Rustioni direction, Orchestre de l'Opéra national de Lyon

Radamisto (Georg Friedrich Haendel) le 08 octobre
Philippe Jaroussky, Marie-Nicole Lemieux, Emőke Baráth, Zachary Wilder, Renato Dolcini, Anna Bonitatibus, Alicia Amo

Francesco Corti direction, Il Pomo d'Oro

Il Ritorno d'Ulisse in patria (Claudio Monteverdi) le 23 octobre
Emiliano Gonzalez Toro, Rihab Chaieb, Emőke Baráth, Philippe Jaroussky, Zachary Wilder, Nahuel Di Pierro, Philippe Talbot, Fulvio Bettini, Álvaro Zambrano, Mathilde Etienne, Anthony León, Lauranne Oliva, Angelica Monje Torrez, Anders Dahlin, Nicolas Brooymans

Emiliano Gonzalez Toro direction, I Gemelli

Theodora (Georg Friedrich Haendel) le 22 novembre
Lisette Oropesa, Joyce DiDonato, Michael Spyres, John Chest, Paul-Antoine Bénos-Djian

Maxim Emelyanychev direction, Orchestre et chœur Il Pomo d'Oro

Theodora (Georg Friedrich Haendel) - Lisette Oropesa (novembre 2021)

Theodora (Georg Friedrich Haendel) - Lisette Oropesa (novembre 2021)

La Petite Renarde rusée (Leoš Janáček) le 24 novembre
Elena Tsallagova, Roland Wood, Angela Brower, Elizabeth Cragg, Ella Taylor

Mirga Gražinytė-Tyla direction, City of Birmingham Symphony Orchestra, Chœur de Radio France

Messiah (Georg Friedrich Haendel) le 12 janvier
Dorothee Mields, Marie Henriette Reinhold, Benedikt Kristjánsson, Tobias Berndt

Hans-Christoph Rademann direction, Orchestre et Chœur du Gaechinger Cantorey

L'Elisir d'amore (Gaetano Donizetti) le 15 janvier
Cyrille Dubois, Jodie Devos, Philippe-Nicolas Martin, Nicola Ulivieri, Catherine Trottmann

Francesco Lanzillota direction, Orchestre National d’Ile-de-France, Chœur de chambre de Rouen

L'Elisir d'amore (Gaetano Donizetti) - Cyrille Dubois (janvier 2022)

L'Elisir d'amore (Gaetano Donizetti) - Cyrille Dubois (janvier 2022)

Stabat Mater (Giovanni Battista Pergolesi) le 22 janvier
Jodie Devos, Adèle Charvet

Julien Chauvin direction, Le Concert de la Loge

Requiem (Giuseppe Verdi) le 3 et 5 février
Marina Rebeka, Marie-Nicole Lemieux, Michael Spyres, Riccardo Zanellato

Daniele Gatti direction, Orchestre National de France, Chœur de Radio France

Requiem / Messe de Clovis (Gabriel Fauré / Charles Gounod) le 10 février
Regula Mühlemann, Jean-Sébastien Bou

Hervé Niquet direction, Chouchane Siranossian premier violon, Orchestre et Chœur du Concert Spirituel

L’Olimpiade (Antonio Vivaldi) le 16 février
Carlo Vistoli, Chiara Skerath, Anna Aglatova, Benedetta Mazzucato, Ambroisine Bré, Riccardo Novaro, Niall Anderson

Jean-Christophe Spinosi direction, Ensemble Matheus, Chœur de chambre Mélisme(s)

Stabat Mater (Antonin Dvořák) le 31 mars
Chen Reiss, Gerhild Romberger, Steve Davislim, Hanno Müller-Brachmann

Christoph Eschenbach direction, Orchestre National de France, Chœur de Radio France

Ariane et Bacchus (Marin Marais) le 04 avril
Judith van Wanroij, Véronique Gens, Mathias Vidal, Hélène Carpentier, Marie Perbost, Nahuel Di Pierro

Hervé Niquet direction, Orchestre et Chœur Le Concert Spirituel, Les Chantres du Centre de Musique Baroque de Versailles

Ariane et Bacchus (Marin Marais) - Mathias Vidal (avril 2022)

Ariane et Bacchus (Marin Marais) - Mathias Vidal (avril 2022)

Passion selon Saint Jean (Jean-Sébastien Bach) le 06 avril
Lucy Crowe, Paula Murrihy, Hugo Hymas, Georg Nigl

Mark Padmore direction, Orchestra of the Age of Enlightenment, Choir of the Enlightenment

Thaïs (Jules Massenet) le 09 avril
Ermonela Jaho, Ludovic Tézier, Pene Pati, Guilhem Worms, Cassandre Berthon, La Charmeuse Marielou Jacquard, Marie Gautrot

Pierre Bleuse direction, Orchestre National de France, Chœur de Radio France

Anna Bolena (Gaetano Donizetti) le 11 avril
Sonya Yoncheva, Marianne Crebassa, Erwin Schrott, Enea Scala, Matthieu Lécroart, Raphaël Brémard, Héloïse Mas

Maurizio Benin direction, Orchestre de chambre de Paris, Ensemble Lyrique Champagne-Ardenne

Das Rheingold (Richard Wagner) le 23 avril
Michael Volle, Gerhard Siegel, Samuel Youn, Thomas Ebenstein, Denyce Graves, Stephen Milling, Mikhail Petrenko, Karen Cargill

Yannick Nézet-Séguin direction, Rotterdams Philharmonisch Orkest

Das Rheingold (Richard Wagner) - Yannick Nézet-Séguin (avril 2022)

Das Rheingold (Richard Wagner) - Yannick Nézet-Séguin (avril 2022)

Messa di Gloria (Giacomo Puccini) le 12 mai
Charles Castronovo, Ludovic Tézier

Gustavo Gimeno direction, Orchestre Philharmonique du Luxembourg, Chœur Orfeó Català

Te Deum (Marc-Antoine Charpentier) le 21 mai
Caroline Dangin-Bardot, Marie-Frédérique Girod, Marie Pouchelon, David Tricou, Léo Vermot-Desroches

Sébastien Daucé direction, Ensemble Correspondances

Hulda (César Franck) le 01 juin
Jennifer Holloway, Véronique Gens, Judith van Wanroij, Isabelle Druet, Marie Gautrot, Ludivine Gombert, Edgaras Montvidas, Jérôme Boutillier

Gergely Madaras direction, Orchestre Philharmonique Royal de Liège, Chœur de chambre de Namur

La Vestale (Gaspare Spontini) le 22 juin
Marina Rebeka, Stanislas de Barbeyrac, Tassis Christoyannis, Aude Extrémo, Nicolas Courjal

Christophe Rousset direction, Les Talens Lyriques, Chœur de la Radio flamande

La Vestale (Gaspare Spontini) - Christophe Rousset (juin 2022)

La Vestale (Gaspare Spontini) - Christophe Rousset (juin 2022)

Les Récitals vocaux :

Benjamin Bernheim – Schumann, Chausson, Poulenc le 30 septembre
Philippe Jaroussky - Haendel, Porpora le 20 novembre
Pretty Yende  - Nicolai, Mozart, Rossini, Gounod, Donizetti le 29 novembre
Roberto Alagna, Daniil Trifonov - Elgar, Berlioz, Saint-Saëns, Beethoven le 15 décembre
Philippe Jaroussky, Thibaut Garcia - Dowland, Purcell, Donizetti, Giordani, Rossini, Schubert, Fauré le 24 janvier
Elsa Dreisig – Mozart le 17 février

Elsa Dreisig (février 2022)

Elsa Dreisig (février 2022)

Emőke Baráth - Haendel le 11 mars
Jakub Józef Orliński - Pérez, Fux, Zelenka, Galuppi... le 12 avril
Véronique Gens, Sandrine Piau - Cherubini, Monsigny, Gossec, Gluck le 15 avril
Les voix lyriques d’Afrique - Airs d'opéras et chants africains le 16 avril
Michael Spyres - Mozart, Spontini, Rossini, Donizetti le 19 mai
Jakub Józef Orliński, Michał Biel - Purcell, Schubert, Karłowicz, Haendel le 20 mai
Sumi Jo, Florian Sempey, Ki-Up Lee - Rossini, Gounod, Massenet, Donizetti le 16 juin
La Folle soirée de l’Opéra Radio Classique - Airs d'opéras les 24 et 25 juin

Les 20 ans du Concert d’Astrée d’Emmanuelle Haïm  (novembre 2021)

Les 20 ans du Concert d’Astrée d’Emmanuelle Haïm (novembre 2021)

Concerts (sélection subjective)

The Deutsche Kammerphilharmonie Bremen - Diana Damrau  - Strauss, Tchaïkovski le 18 septembre
Orchestre National de France  – Rachel Willis-Sørensen –Beethoven, Strauss le 14 octobre
NDR Elbphilharmonie Orchester - Renée Fleming – Messiaen, Bruckner le 22 octobre
Shani Diluka, Pierre Fouchenneret, Natalie Dessay - A la recherche du temps perdu le 14 novembre
Les 20 ans du Concert d’Astrée d’Emmanuelle Haïm  en compagnie d’une pléiade d’artistes fidèles le 19 novembre
Ensemble Matheus - J.-C. Spinosi, M.-N. Lemieux, P. Jaroussky, F. Boesch, M. Abozekry - Grand karaoké lyrique le 27 novembre
Victor Julien-Laferrière, Alexandre Kantorow - Saint-Saëns, Franck le 09 janvier
Happy birthday Marielle Nordmann ! - Schubert, Mendelssohn, Beethoven, Tchaïkovski le 11 janvier
Orchestre de chambre de Paris - Lars Vogt, Ian Bostridge – Mahler, Strauss, Fauré, Britten le 13 janvier
London Philharmonic Orchestra - Vladimir Jurowski, Julia Fischer – Elgar, Tchaïkovski le 14 décembre
Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg – Rachmaninov, Tchaïkovski le 17 janvier
Wiener Philharmoniker - Valery Gergiev, Denis Matsuev - Rachmaninov le 26 janvier
Francesco Piemontesi - Debussy, Rachmaninov, Schubert le 09 février

Ensemble Les Surprises -Véronique Gens (février 2022)

Ensemble Les Surprises -Véronique Gens (février 2022)

Ensemble Les Surprises -Véronique Gens - Lully, Charpentier, Desmarest le 18 février
Une histoire de la musique au féminin - Mel Bonis, Lili Boulanger, Louise Farrenc le 08 mars

City of Birmingham Symphony Orchestra – Tchaïkovski, Stravinsky le 22 mars
Orchestre National de France - Matthias Goerne – Strauss, Wagner, Webern, Schubert le 27 mars
Bertrand Chamayou - Messiaen le 05 avril
Centenaire de la mort de Camille Saint-Saëns le 07 avril
Saarländisches Staatsorchester – Sibelius, Saint-Saëns le 12 avril
Orchestre des Champs-Élysées - Magdalena Kožená, Andrew Staples – Mahler le 15 mai
Orchestre de chambre de Paris - V. Gens, H. Guilmette, J. Dran, T. Christoyannis – mélodies française le 29 juin

A la recherche du temps perdu - Natalie Dessay (novembre 2021)

A la recherche du temps perdu - Natalie Dessay (novembre 2021)

Première impression sur la saison 2021 / 2022

Avec cinq opéras en version de concert réunissant Marais, Spontini, Franck et Massenet, et deux séries d’opéras en versions scéniques (La vie parisienne et Pelléas et Mélisande), la langue française est représentée à son plus haut niveau en ce théâtre avec une distribution francophone pléthorique qui s’empare également du répertoire international (Cyrille Dubois, Jodie Devos, Philippe-Nicolas Martin dans l’Elixir d’amour, et Mireille Delunsch, Vannina Santoni, Jean-François Borras, Jean-Sébastien Bou, Jean Teitgen dans Eugène Onéguine).

Ariane et Bacchus (1696) de Marin Marais sera un témoignage de l’après Lully à l’Académie Royale de Musique, et La Vestale (1807) de Gaspare Spontini sera à considérer comme le jalon majeur de la renaissance artistique de l’Opéra de Paris après la Révolution.

Et la surprise de cette saison est le retour de la langue slave au Théâtre des Champs-Elysées d’où elle était absente depuis plus de 10 ans : Eugène Onéguine, dans la mise en scène de Stéphane Braunschweig, et La Petite Renarde Rusée défendront l’Europe de l’Est

Eugène Onéguine (Piotr Ilitch Tchaïkovski) - Stéphane Braunschweig (novembre 2021)

Eugène Onéguine (Piotr Ilitch Tchaïkovski) - Stéphane Braunschweig (novembre 2021)

Le répertoire allemand est en revanche en net retrait et ne sera défendu que par deux soirées de concert avec La Passion selon Saint-Jean de Jean-Sébastien Bach et L’Or du Rhin de Richard Wagner qui sera le point de départ d’une Tétralogie interprétée par Rotterdams Philharmonisch Orkest sous la direction de Yannick Nézet-Séguin. Par ailleurs, Bach n’a droit qu’à une seule soirée lyrique, ce qui est assez inhabituel.

Toujours majoritaire au Théâtre des Champs-Élysées, la langue italienne sera cependant défendue par Monteverdi et Vivaldi, Haendel (2 opéras de concert et un opéra en version scénique), Mozart (un opéra en version scénique), et plus faiblement par le XIXe siècle (Donizetti et Verdi). Rossini est pour la seconde saison absent de l’affiche.

Et parmi les œuvres chantées en latin, La Messe de Clovis (Charles Gounod) et le Te Deum de Marc-Antoine Charpentier seront deux œuvres spirituelles à retrouver car elles sont rarement jouées en ce théâtre alors qu’elles furent annulées pour cause de pandémie en 2020 et 2021.

Les fondamentaux du Théâtre des Champs-Élysées sont toujours respectés (80 % du répertoire lyrique consacré au XVIIIe et XIXe siècle), mais le XIXe siècle l’emporte grâce aux œuvres de concert en Français et latin.

Les points forts de cette saison lyrique seront probablement à chercher autour de Theodora, Anna Bolena, L’Or du Rhin, La Vestale, et les nouvelles productions d’Eugène Onéguine et Giulio Cesare.

L'intégralité de la saison c'est ici.

Voir les commentaires

Publié le 17 Septembre 2020

Der Messias (Georg Friedrich Haendel - Wolfgang Amadeus Mozart – 1788)

Représentation du 16 septembre 2020
Théâtre des Champs-Élysées

Soprano Elena Tsallagova
Contralto Helena Rasker
Ténor Stanislas de Barbeyrac
Basse José Coca Loza
Danseur Alexis Fousekis
Comédien Max Harris
Figurante Léopoldine Richards

Direction Marc Minkowski
Mise en scène Robert Wilson (2020)

Les Musiciens du Louvre & La Philharmonia Chor Wien
Coproduction Fondation Mozarteum de Salzbourg, Festival de Salzbourg, Grand Théâtre de Genève            
                                                                                                     Stanislas de Barbeyrac

L’idée d’écrire un arrangement du Messie de Haendel (1741) fut initiée par le Baron Gottfried van Swieten, grand amateur de musique et conseiller d’État sous le règne de Joseph II, qui avait fondé la Gesellschaft der Associierten, une association de Vienne qui organisait des concerts privés d’oratorios, à une époque où les réformes religieuses voulues par l’Empereur tendaient à limiter l’empreinte de la religion catholique afin que les autres cultes, juifs et protestants notamment, puissent exister plus librement.

Elena Tsallagova

Elena Tsallagova

En 1788, Mozart prit lui-même la direction de ces concerts privés, et ayant découvert le travail de Bach et Haendel grâce à Van Swieten, il accepta de reprendre l’écriture et l’orchestration du Messie, dont il offrit une première représentation au Palais du Comte Johann Esterhazy le 06 mars 1789.

Et c’est cette version que Robert Wilson et Marc Minkowski ont choisi de mettre en scène pour le Festival Mozart de Salzbourg (Mozartwoche) dirigé par Rolando Villazon, qui est reprise au Théâtre des Champs-Élysées en ouverture de saison.

Helena Rasker

Helena Rasker

Robert Wilson a soigneusement conçu un cadre de scène unique, tout de bleu luminescent, serti par la pureté éclatante de néons blancs phosphorescents. En arrière-plan, la houle d’un fond marin est magnifiquement animée d’ondoyances qui évoquent le grand large, et les scènes illustrent avec abstraction, fantaisie et humour, les principaux tableaux de la vie du Christ, la naissance, la passion et la rédemption/résurrection.

José Coca Loza

José Coca Loza

Un danseur, Alexis Fousekis, intervient pour faire vivre l’âme libre du Messie qui inspire la joie des hommes avec faux sérieux. Mais les quatre principaux solistes incarnent des personnalités bien différentes. José Coca Loza représente une voix sévère et austère, pas très large pour une basse, mais bien conduite, qui est celle des prophéties auxquelles il correspond naturellement et visuellement par sa tenue inspirée des humbles traditions asiatiques.

Elena Tsallagova et Alexis Fousekis

Elena Tsallagova et Alexis Fousekis

Stanislas de Barbeyrac, lui, est impressionnant par son assise, la texture claire et ferme de son timbre rayonnant qui lui donne de la prestance sans qu’il ne cherche pour autant à jouer sur des semblants d’affectation. Son personnage est amusant, fortement dandy dans l’âme et joyeusement efféminé, et invite à embrasser avec allégresse la vie.

Les deux personnages féminins nous immergent en revanche dans un monde plus mystérieux : la contralto Helena Rasker chante en laissant à chaque expression le temps de résonner dans une atmosphère méditative captivante, et Elena Tsallagova, elle qui fut une sublime Mélisande dans la production de Robert Wilson toujours actuelle à l’opéra Bastille, non seulement charme par la chair lunaire sans pathos de son chant, mais aussi par un sens du drame et un talent expressif qui rendent les émotions lisibles sur son visage.

Elena Tsallagova

Elena Tsallagova

Plusieurs scènes, aux variations lumineuses soudaines, sont de véritables défis pour l’imagination de l’auditeur puisqu’elles s’inspirent de signes annonçant l’arrivée du Messie, retravaillés à des fins esthétiques énigmatiques.

Par exemple, il y a cette vision épurée d’Elena Tsallagova versant et reversant de l’eau cristalline sur le sol et sur elle-même devant la présence inerte d’un être habillé sans corps réel, sous un croissant de lune de sang stylisé en forme de météoroïde de cuivre, ou, plus loin, ce grand arc en relief qui semble aussi bien signifier la présence d’un géant que d’une voie de passage vers le surnaturel, ou bien encore ce geyser jaillissant et flottant vers le ciel, et surtout cette grande scène représentant des Icebergs qui finissent par fondre sous la chaleur engendrée par les déchaînements de la nature mais aussi les nuages atomiques.

Elena Tsallagova

Elena Tsallagova

Le danseur réapparaît humoristiquement en astronaute, comme si la quête de l’Espace céleste était portée par un élan de rédemption après que l’homme ait bêtement détruit l’équilibre de la vie sur Terre.

 

Un spectateur interrogatif pourrait voir dans cette succession d'images magnifiques et en apparence anodines une critique de la société contemporaine qui détruit son bien le plus précieux, sa planète, sans en mesurer sa beauté.

Helena Rasker

Helena Rasker

Visuellement, la scénographie devient de plus en plus belle, de plus en plus signifiante et ré interprétable, alors que dans la fosse d’orchestre Marc Minkowski et les Musiciens du Louvre quittent petit à petit la sécheresse initiale pour déployer un son de plus en plus ample et généreux, faisant ressortir tous ces petits détails de mélodies de flûtes ou de hautbois qui ajoutent une grâce innocente à la musique de Haendel. Le rythme, lui, reste toujours enlevé et le flux orchestral est contenu pour laisser la place première aux chanteurs.

Il y a même un moment où le chœur, fort de ses recherches en impact et franchise, semble reprendre le chœur annonçant le dernier tableau de La Clémence de Titus de Mozart.

Robert Wilson et Helena Rasker

Robert Wilson et Helena Rasker

Un spectacle réussi dans toutes ses composantes, qui se régénère en permanence pour offrir au spectateur un début de saison 2020/2021 qui l’enthousiasme, il ne restait donc plus à chacun qu'à recueillir l'une des roses rouges gracieusement remises à la sortie du théâtre, pour retrouver le rythme et la foi sur le chemin des scènes théâtrales et lyriques si essentielles à la nourriture spirituelle de tous!

José Coca Loza, Marc Minkowski, Elena Tsallagova, Stanislas de Barbeyrac, Helena Rasker

José Coca Loza, Marc Minkowski, Elena Tsallagova, Stanislas de Barbeyrac, Helena Rasker

Voir les commentaires

Publié le 3 Avril 2020

Présentation de la saison Lyrique 2020 / 2021 du Théâtre des Champs Élysées

Depuis le samedi 27 mars 2020, la onzième saison de Michel Franck à la direction du Théâtre des Champs Élysées est officiellement dévoilée.

Cette saison s’inscrit dans la continuité des saisons passées et comprend 5 productions d’opéras en version scénique données sur un total de 21 soirées, 17 opéras en version concert et 6 oratorio et œuvres religieuses (dont 2 soirs pour la Missa solemnis de Beethoven), 19 concerts symphoniques, 18 récitals vocaux (dont 2 soirs pour La Folle soirée de l’Opéra), 17 récitals de piano, 8 concerts de musique de chambre, 5 concerts de violon et piano au cours du week-end du 14 février, 26 concerts du dimanche matin (dont le Requiem de Mozart avec l’orchestre et chœur Les Ambassadeurs, et Pierre et le loup pour le jeune public avec les ensembles Les Dissonances et Ouranos) et 7 ballets dansés sur 35 soirées dont 3 classes du ballet national de Lettonie données en matinées.

Par ailleurs, une version de l’Élixir d’amour de Donizetti ramenée à une durée d’une heure et quinze minutes sera créée pour le jeune public et donnée en onze représentations sur le temps scolaire, ainsi que sur trois matinées tout public.

Ce spectacle sera une coproduction avec l’opéra de Rouen Normandie.

Cette ligne programmatique reste donc fidèle à la diversité des formes musicales qui caractérise le Théâtre des Champs-Élysées, avec toutefois à nouveau une réduction des concerts symphoniques (20 concerts alors qu'une quarantaine était à l'affiche trois ans plus tôt) au profit de la musique de chambre et des concerts du dimanche matin.

Salomé (Richard Strauss) - ms Krzysztof Warlikowski (novembre 2020)

Salomé (Richard Strauss) - ms Krzysztof Warlikowski (novembre 2020)

Opéras en version scénique de septembre à décembre 2020

Der Messias (Georg Friedrich Haendel - Wolfgang Amadeus Mozart)
16, 18, 19 septembre (3 représentations)

Direction musicale Marc Minkowski  Mise en scène Robert Wilson
Elena Tsallagova, Helena Rasker, Richard Croft,,José Coca Loza, Alexis Fousekis |
Les Musiciens du Louvre, Philharmonia Chor Wien
Production Fondation Mozarteum de Salzbourg, en coproduction avec le Festival de Salzbourg et le Grand Théâtre de Genève

Le Ballet royal de la Nuit (Jean de Cambefort, Antoine Boësset, Louis Constantin, Michel Lambert, Francesco Cavalli, Luigi Rossi)
07 et 08 octobre (2 représentations)

Direction musicale Sébastien Daucé, Mise en scène Francesca Lattuada
Lucile Richardot, Violaine Le Chenadec, Caroline Weynants, Ilektra Platiopoulou, Caroline Dangin-Bardot, Perrine Devillers, Deborah Cachet, David Tricou, Davy Cornillot, Etienne Bazola, Renaud Bres , Nicolas Brooymans
Ensemble Correspondances
Production Théâtre de Caen, en coproduction avec l’ Ensemble Correspondances, l’Opéra de Dijon, le Château de Versailles Spectacles, et le Théâtres de la Ville de Luxembourg

Salomé (Richard Strauss)
14, 17, 19, 22, 24 novembre (5 représentations)

Direction musicale Henrik Nánási, Mise en scène Krzysztof Warlikowski
Patricia Petibon, Gábor Bretz, Wolfgang Ablinger-Sperrhacke, Sophie Koch, Oleksiy Palchykov, Emanuela Pascu, Scott MacAllister, François Piolino, Rodolphe Briand, Gregory Bonfatti, Geoffroy Buffière, Kristof Klorek, Jean-Vincent Blot, Ugo Rabec, Mark Van Arsdale, Francesco Salvadori, Tamara Bounazou
Orchestre National de France
Coproduction Bayerische Staatsoper

Der Messias (Haendel - Mozart) - ms Robert Wilson (septembre 2020)

Der Messias (Haendel - Mozart) - ms Robert Wilson (septembre 2020)

Opéras en version scénique de janvier à juin 2021

La Voix humaine - Point d’orgue (Francis Poulenc / Jean Cocteau - Thierry Escaich / Olivier Py) Création mondiale
6, 8, 10, 12, 14 mars (5 représentations)
Direction musicale Jérémie Rhorer, Mise en scène Olivier Py
Patricia Petibon, Jean-Sébastien Bou, Cyrille Dubois
Orchestre Philharmonique du Luxembourg
Coproduction Opéra de Dijon et Opéra de Tours

La Somnambule (Vincenzo Bellini)
15, 17, 20, 22, 24, 26 juin (6 représentations)

Direction musicale Riccardo Frizza, Mise en scène Rolando Villazón
Nadine Sierra, Alexander Tsymbalyuk, Francesco Demuro, Annunziata Vestri, Jennifer France, Marc Scoffoni
Orchestre de chambre de Paris, Chœur de Radio France, Maîtrise des Hauts-de-Seine
Coproduction Semperoper Dresden et Opéra de Nice Côte d’Azur

Le Combat de Tancrède et Clorinde (Monteverdi) - Magdalena Kožená (novembre 2020)

Le Combat de Tancrède et Clorinde (Monteverdi) - Magdalena Kožená (novembre 2020)

Opéras et oratorio en version de concert de septembre à décembre 2020

Oreste (Georg Friedrich Haendel) le 13 novembre
Franco Fagioli, Francesca Aspromonte, Julia Lezhneva, Kristian Adams, Renato Dolcini, Francesca Ascioti

Maxim Emelyanychev direction, Il Pomo d’Oro

Le Combat de Tancrède et Clorinde (Claudio Monteverdi) le 20 novembre
Magdalena Kožená

Andrea Marcon  direction, La Cetra - Barockorchester Basel

Werther  (Jules Massenet) le 23 novembre
Sir Simon Keenlyside, Stéphanie d’Oustrac, Jean-Sébastien Bou, Florie Valiquette, Marc Barrard

Daniele Rustioni direction, Orchestre et Maîtrise de l’Opéra National de Lyon
Coproduction Opéra National de Lyon

Les Saisons (Joseph Haydn) le 07 décembre
Camilla Tilling, Robin Tritschler, Mikhail Timoshenko

Emmanuelle Haïm direction, Orchestre et Chœur du Concert d’Astrée

L’Olimpiade (Antonio Vivaldi) le 09 décembre
Riccardo Novaro, Ambroisine Bré, Benedetta Mazzucato, Chiara Skerath, Carlo Vistoli , Ana Maria Labin, Luigi Di Donato

Jean-Christophe Spinosi direction, Ensemble Matheus, Chœur de chambre Mélisme(s)

Missa solemnis (Ludwig van Beethoven) le 18 et 19 décembre
Genia Kühmeier, Wiebke Lehmkuhl, Steve Davislin, Matthias Goerne

Andrés Orozco-Estrada direction, Orchestre National de France, Chœur de Radio France

Te Deum (Marc-Antoine Charpentier) - dm Sébastien Daucé - janvier 2021

Te Deum (Marc-Antoine Charpentier) - dm Sébastien Daucé - janvier 2021

Opéras et oratorio en version de concert de janvier à mars 2021

Te Deum (Marc-Antoine Charpentier) le 09 janvier
En première partie Charpentier Ouverture pour quelque belle entreprise H. 540, Dumont Memorare O piissima Virgo Maria, Charpentier Symphonie du Kyrie de la Missa Assumpta est Maria H. 11, Salve regina à trois choeurs H. 24, Dumont Super flumina Babylonis, Charpentier Messe pour les Trépassés H. 2, Ouverture pour le sacre d’un évêque H. 536
Caroline Weynants, Caroline Dangin-Bardot, Perrine Devillers, Marie Pouchelon, David Tricou, Léo Vermot-Desroches, Antonin Rondepierre, Randol Rodriguez, Ryan Veillet, Etienne Bazola, René Ramos Premier, Nicolas Brooymans, Renaud Brese

Sébastien Daucé direction, Ensemble Correspondances

Così fan tutte (Wolfgang Amadeus Mozart) le 27 janvier
Julia Kleiter, Emőke Baráth, Sandrine Piau, Michael Spyres, Vittorio Prato

Giovanni Antonini direction, Kammerorchester Basel Basler Madrigalisten

Psaume 116 ( Franz Schreker) & Un Requiem allemand (Johannes Brahms) le 08 février
Katharina Konradi, Matthias Goerne

Thomas Hengelbrock direction, Balthasar-Neumann-Ensemble, Balthasar-Neumann-Chor

Un Ballo in maschera (Giuseppe Verdi) le 16 mars
Mary Elizabeth Williams, Bongiwe Nakani, Harriet Eyley, Matteo Lippi, Simone Piazzola

Mirga Gražynitė-Tyla direction, City of Birmingham Symphony Orchestra & Chorus

Didon (Desmarest) - Véronique Gens - mars 2021

Didon (Desmarest) - Véronique Gens - mars 2021

Stabat Mater (Giovanni Battista Pergolesi) le 17 mars
En première partie Scarlatti Salve Regina, Leo Salve Regina

Emőke Baráth, Carlo Vistoli
Emmanuelle Haïm direction, Le Concert d’Astrée

Passion selon Saint Matthieu (Jean-Sébastien Bach) le 18 mars
Mary Bevan, Paula Murrihy, Mark Padmore, Samuel Hasselhorn, Matthew Brook

Mark Padmore direction, Orchestra of the Age of Enlightenment, Choir of the Age of Enlightenment

Didon (Henry Desmarest) le 23 mars
Véronique Gens, Reinoud van Mechelen, Thomas Dolié, Marie Perbost, Judith Van, Wanrooij, Marie Gautrot, Marine Lafdal-Franc ,
Nicholas Scott, Guilhem Worms
Hervé Niquet direction, Orchestre et Choeur du Concert Spirituel
Coproduction Concert Spirituel & Centre de musique baroque de Versailles

Passion selon Saint Jean (Jean-Sébastien Bach) le 25 mars
Eugénie Lefebvre, Paul Figuier, Anders J. Dahlin, Paco Garcia, Nicolas Brooymans, Etienne Bazola

Louis-Noël Bestion de Camboulas direction, Ensemble Les Surprises

Parsifal (Richard Wagner) - Brandon Jovanovich - avril 2021

Parsifal (Richard Wagner) - Brandon Jovanovich - avril 2021

Opéras et oratorio en version de concert d'avril à juillet 2021

Messe du Couronnement (Wolfgang Amadé Mozart) le 02 avril
En première partie Haydn Symphonie n° 82 « L’Ours », Zelenka Introduction du Miserere, Mozart Ave verum corpus K. 618

Nina Quilichini, Josè Maria Lo Monaco, Philippe Talbot , Christian Senn
Jean-Christophe Spinosi direction, Ensemble Matheus et Chœur de chambre Mélisme(s)

Parsifal (Richard Wagner) le 07 avril
Brandon Jovanovich, Anja Kampe, Günther Groissböck, Derek Welton, Sir Simon Keenlyside, Bálint Szabó, Kevin Conners, Christian Valle

Franz Welser-Mös direction, Bayerisches Staatsorchester, Chor der Bayerischen Staatsoper

Les Puritains (Vincenzo Bellini) le 08 avril
Jessica Pratt, Xabier Anduaga, Gabriele Viviani, Krzysztof Bączyk, Tamara Bounazou, Pascal Gourgand, Alban Dufourt

Giacomo Sagripanti direction, Orchestre de chambre de Paris, Ensemble Aedes

Tamerlano (Georg Friedrich Haendel) le 10 avril
Bejun Mehta, Michael Spyres, Avery Amereau, Jakub Józef Orliński, Ashley Riches

Harry Bicket direction, The English Concert

Magnificat (Jean-Sébastien Bach) le 03 mai
En première partie  Bach, Haendel, Vivaldi Extraits de pièces vocales par de jeunes chanteurs et breakdancers participant au programme « Mozart dans la 6T
Marlène Assayag, Emilie Rose Bry, Tim Mead, Nahuel Di Pierro

Jean-Christophe Spinosi direction, Ensemble Matheus, Chœur de chambre Mélisme(s)

Capriccio (Richard Strauss) - dm Christian Thielemann - mai 2021

Capriccio (Richard Strauss) - dm Christian Thielemann - mai 2021

Capriccio (Richard Strauss) le 11 mai
Krassimira Stoyanova, Christoph Pohl, Daniel Behle, Nikolay Borchev, Georg Zeppenfeld, Christa Mayer

Christian Thielemann direction,Staatskapelle Dresden

Requiem (Wolfgang Amadeus Mozart) & Messe pour le sacre de Napoléon (Giovanni Paisiello) le 18 juin
Florie Valiquette, Chantal Santon-Jeffery , Eléonore Pancrazi, Sahy Ratia, Thomas Dolié

Julien Chauvin direction, Le Concert de la Loge, Chœur de chambre de Namur

La Fille de Madame Angot (Charles Lecocq) le 30 juin
Anne-Catherine Gillet, Véronique Gens, Mathias Vidal, Yann Beuron, Matthieu Lécroart, Ingrid Perruche, Antoine Philippot, Flannan Obé, David Witczak

Sébastien Rouland direction, Orchestre de chambre de Paris, Chœur de la Radio Flamande

La Belle Hélène (Jacques Offenbach) le 01 juillet
Michèle Losier, Pauline Texier, Camille Poul, Marie Lenormand , Cyrille Dubois, Marc Barrard, Eric Huchet, Philippe Ermelier, Aliénor Feix, Raphaël Brémard, Sahy Ratia, Samuel Namotte

Alexandre Bloch direction, Orchestre National de Lille, Chœur de chambre de Namur

Sonya Yoncheva (Strozzi, Carissimi, Monteverdi, Sandrin, Caccini) - mai 2021

Sonya Yoncheva (Strozzi, Carissimi, Monteverdi, Sandrin, Caccini) - mai 2021

Les Récitals vocaux de septembre à décembre 2020

Sabine Devieilhe / Alexandre Tharaud – Debussy, Poulenc, Fauré, Ravel le 28 septembre
Philippe Jaroussky / Emőke Baráth / Lucile Richardot / Emiliano Gonzalez Toro – Vivaldi le 01 octobre
Rachel Willis-Sørensen /  Karine Deshayes / Erwin Schrott – Mozart, Rossini, Bellini, Donizetti le 16 novembre
Philippe Jaroussky – Caldara, Vivaldi, Bononcini, Hasse, Scarlatti … le 18 novembre
Jonas Kaufmann – airs de Noël le 06 décembre
Sumi Jo  – Lecocq, Puccini, Offenbach, Lehar, Auber, Massenet le 08 décembre
Jakub Józef Orliński – Cavalli, Bononcini, Haendel, Hasse le 12 décembre

Elsa Dreisig (Mozart) - juin 2021

Elsa Dreisig (Mozart) - juin 2021

Les Récitals vocaux de janvier à juillet 2021

Lisette Oropesa - Aya Wakizono le 11 janvier
Michael Spyres, Lawrence Brownlee – Rossini, Donizetti, Verdi, Boieldieu le 21 janvier
Olga Peretyatko, Karine Deshayes – Rossini, Donizetti, Bellini le 10 février
Jodie Devos – Haendel, Bach le 07 mai
Patrizia Ciofi, Lea Desandre, Anthea Pichanick – Haendel, Porpora, Broschi, Caldara le 06 avril
Sonya Yoncheva – Strozzi, Carissimi, Monteverdi, Sandrin, Caccini le 02 mai
Patricia Petibon, Dimitri Naïditch – Mozart, Fauré, Debussy, Puccini le 09 mai
Pretty Yende, Benjamin Bernheim – Donizetti, Verdi, Massenet le 19 mai
Philippe Jaroussky, Emöke Barath – Sartorio, Monteverdi, Marini, Rossi le 25 juin
Elsa Dreisig – Mozart le 28 juin
La Folle Soirée de l’Opéra – Les plus beaux airs d’opéra par les plus belles voix – le 02 et 03 juillet

Elisabeth Leonskaja (Mozart, Berg, Brahms) -  décembre 2020

Elisabeth Leonskaja (Mozart, Berg, Brahms) - décembre 2020

Concerts de septembre à décembre 2020 (sélection subjective)

Boris Berezovsky (piano) - Ravel, Debussy, Stravinsky, Prokofiev le 25 septembre
Orchestre de chambre de Paris – Marzena Diakun, Jodie Devos, Adèle Charvet, Marie-Ange Nguci, Lucienne Renaudin-Vary – French bœuf de rentrée ! le 26 septembre

Rotterdams Philharmonisch Orkest – Lahav Shani, Renaud Capuçon (violon), Kian Soltani (violoncelle) – Beethoven, Mozart le 10 octobre
Orchestre de chambre de Paris – Antonio Méndez, Thibaut Garcia – Falla, Rodrigo, Beethoven le 22 octobre
Happy birthday Marielle Nordmann ! - Schubert, Mendelssohn, Beethoven, Tchaïkovski… le 15 décembre
Orchestre Philharmonique de Saint-Petersbourg – Yuri Termikarov, Denis Matsuev – Rachmaninov, Tchaikovski le 01 décembre
Elisabeth Leonskaja (piano) – Mozart, Berg, Brahms le 11 décembre
Piccolo, Saxo et Compagnie - Concert de Noël Jeune public le 13 décembre

Victor Julien-Laferrière, Maxim Emelyanychev (Schumann, Brahms, Fauré, Poulenc) - janvier 2021

Victor Julien-Laferrière, Maxim Emelyanychev (Schumann, Brahms, Fauré, Poulenc) - janvier 2021

Concerts de janvier à mars 2021 (sélection subjective)

Victor Julien-Laferrière, Maxim Emelyanychev - Schumann, Brahms, Fauré, Poulenc le 10 janvier
Seong-Jin Cho (piano) - Schumann, Szymanowski, Chopin le 12 janvier
Orchestre National de France – Emmanuel Krivine, Christina Landshamer, Anna Stéphany, Eric Ruf– Rachmaninov, Mendelssohn le 13 janvier
Alexander Melnikov (piano) - Debussy, Berlioz-Liszt le 15 janvier
Philharmonia Orchestra – Esa-Pekka Salonen, Yefim Bronfman – Weber, Beethoven le 29 janvier
Orchestre Philharmonique du Luxembourg – Gustavo Gimeno, Anja Harteros – Wagner, Franck le 02 février
Clara-Jumi Kang, Edgar Moreau, Sunwook Kim - Tchaïkovski, Chostakovitch le 04 février
Orchestre National de France – Emmanuel Krivine, Nicolas Alstaedt (violon) – Schumann, Sibelius le 11 février
Grand Week-end violon le 13 & 14 février
Orchestre de chambre de Paris - Avi Avital – Vivaldi, Bach, Bartok, Dorman le 11 mars
Avi Avital, Ohad Ben-Ari - Mozart, De Falla, Bach, Lavry le 14 mars
Pierre et le loup… Sergei Prokofiev - Jeune public le 21 mars
Quatuor Tetzlaff - Mozart, Sibelius le 28 mars

Pierre et le loup… Sergei Prokofiev - Jeune public - mars 2021

Pierre et le loup… Sergei Prokofiev - Jeune public - mars 2021

Concerts d'avril à mai 2021 (sélection subjective)

Gabetta Consort, Andrés Gabetta, Mario Stefano Pietrodarchi - Purcell, Vivaldi, Piazzolla, Molinelli le 11 avril
Quatuor Belcea - Britten, Brahms le 02 mai
Simon Ghraichy (piano) - Bach-Liszt, Bach-Busoni, Mozart-Liszt, Albéniz… le 26 mai
Orchestre du Conservatoire de Paris et des Ecoles d’art américaines de Fontainebleau - Bruno Mantovani, Philippe Bianconi – Boulanger, Ravel, Varèse le 09 avril
Orchestre de chambre de Paris - Thomas Dausgaard, Haochen Zhang - Strauss 06 mai
Wiener Philharmoniker – Riccardo Muti – Mendelssohn, Schumann, Brahms le 07 mai
Valentina Lisitsa (piano) - Prokofiev, Rachmaninov le 12 mai
Mahler Chamber Orchestra - Leif Ove Andsnes, Matthew Truscott, Christiane Karg Mozart le 20 mai

Le Ballet royal de la Nuit (de Cambefort, Boësset, Cavalli, Rossi ...) octobre 2020

Le Ballet royal de la Nuit (de Cambefort, Boësset, Cavalli, Rossi ...) octobre 2020

Première impression sur la saison 2020 / 2021

Avec quatre opéras en version de concert (réunissant Desmaret, Massenet, Lecoq, Offenbach) et surtout deux séries d’opéras en versions scéniques ( Le Ballet royal de la Nuit et le dyptique La Voix Humaine / Point d’orgue) jouées sur un total de sept soirées, la langue française est fort bien représentée à travers un voyage dans le temps qui s’étire sur 350 ans.

Le Ballet royal de la Nuit révèlera les musiques du temps de Louis XIV composées avant même la création de l’Académie Royale de Musique (1669), et Thierry Escaich sera pour la première fois joué au Théâtre des Champs-Élysées pour la création mondiale de Point d’orgue, le compositeur étant également organiste.

Et la tragédie lyrique de Didon par Henri Desmaret permettra de découvrir un univers contemporain de celui de Lully.

Enfin, les deux soirées de fin de saison consacrées à l’opérette (La Fille de Madame Angot et La Belle Hélène) concentreront comme rarement la fraîcheur du chant français, Anne-Catherine Gillet, Véronique Gens, Mathias Vidal, Yann Beuron, Cyrille Dubois, Marc Barrard et bien d’autres jeunes artistes.

Gustavo Gimeno, Anja Harteros (Wagner, Franck) février 2021

Gustavo Gimeno, Anja Harteros (Wagner, Franck) février 2021

Le répertoire allemand est lui aussi avantageusement mis en valeur avec six soirées d’œuvres lyriques en versions de concert (dont Parsifal de Richard Wagner et Capriccio de Richard Strauss - ce dernier étant présent pour la troisième année consécutive), et deux opéras en version scénique (Salomé et Der Messias) qui permettront de retrouver Krzysztof Warlikowski et Robert Wilson à la mise en scène, deux univers artistiques profondément différents mais fortement identitaires.

Rarement joués en ce lieu à travers leurs œuvres vocales, Franz Schreker et Johannes Brahms seront également réunis à travers la même soirée pour entendre Le Psaume 116 et Un Requiem allemand, deux ouvrages composés pour la même formation musicale.

Et avec trois œuvres chacun, Bach et Haendel seront bien évidemment représentés avec la même constance depuis plus d’une décennie.

Le répertoire italien, habituellement dominant, s’efface donc un peu cette saison, mais a tout de même droit à sept opéras en version de concert (de Monteverdi et Vivaldi à Bellini et Verdi) et à un opéra en version scénique (La Sonnambula de Bellini). Après 3 ans d'absence, Bellini revient donc cette saison avec deux de ses opéras les plus connus, mais Rossini est bel et bien absent, ce qui est fort rare.

Et parmi les œuvres chantées en latin, la Messe pour le sacre de Napoléon (Giovanni Paisiello) et le Te Deum de Marc-Antoine Charpentier seront deux pièces spirituelles à redécouvrir en ce théâtre.

Krzysztof Warlikowski - metteur en scène de Salomé (Strauss) - novembre 2020

Krzysztof Warlikowski - metteur en scène de Salomé (Strauss) - novembre 2020

Les fondamentaux du Théâtre des Champs-Élysées sont ainsi respectés (80 % du répertoire lyrique consacré au XVIIIe et XIXe siècle), mais les amoureux du répertoire du XVIIe siècle seront aussi plutôt ravis.

La configuration de cette saison, par l’étendue de son répertoire, laisse penser qu’elle atteindra son apothéose à plusieurs moments mais pour des publics très différents : les romantiques (Wagner, Strauss, Schreker, Brahms), l’après-guerre et le XXIe siècle (Escaich/Poulenc), les monuments religieux (Der Messias, Missa Solemnis), le baroque et l’opéra de cour, le bel canto, une richesse bien prometteuse.

L'intégralité de la saison c'est ici : Saison 2020/2021 du Théâtre des Champs-Elysées

Voir les commentaires