Publié le 1 Novembre 2009

Dimanche 01 novembre 2009 sur Arte à 19H00
Musiques pour Sainte Cécile

Purcell, Haendel, Haydn

Lundi 02 novembre 2009 sur Arte à 22H00
Musica. Ballet. Chostakovitch: Le Boulon (Bolt). Bolchoï, 2006, 1h45mn

Direction musicale : Pavel Sorokin, Chorégraphie : Alexei Ratmansky, Scénographie : Semyon Pastukh, Avec : Anastasia Yatsenko, Andrey Merkuriev, Denis Savin, Morihiro
Iwata, Gennady Yanin, Ekaterina Krysanova, Anna Rebetskaya,
Viktoria Osipova, Egor Khromushin

Mardi 03 novembre 2009 sur France 2 à 00H15
Berliner Philharmonic à Aix

Direction Simon Rattle, Piano Andras Schiff
Jeudi 05 novembre 2009 sur TF1 à 03H05
L'Heure espagnole (Ravel)

Par l'Orchestre de l'Opéra National de Paris, direction Seiji Osawa. Avec Sophie Koch, Yann Beuron, Jean-Paul Fouchécourt.


Samedi 07 novembre 2009 sur France 3 à 00H10
«Double Concerto» en la mineur, de Johannes Brahms,

interprété par l'Orchestre philharmonique de Moscou, placé sous la direction de Kyrill Kondrachine, avec David Oistrakh au violon et Mitslav Rostropovitch au violoncelle/


Dimanche 08 novembre 2009 sur France 3 à 01H00
Louise (Charpentier)

Mise en scène André Engel. Orchestre de l'Opéra National de Paris, Direction Sylvain Cambreling avec Mireille Delunsch, Paul Groves.


Dimanche 08 novembre 2009 sur Arte à 19H00
Kurt Masur dirige le concert commémoratif "20 ans après la chute du mur"

Kurt Masur dirige l'Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, avec Renaud Capuçon au violon.

Lundi 09 novembre 2009 sur Arte à 22H30
Musique classique et guerre froide. Les musiciens en RDA (2009, 52 mn)


Mardi 10 novembre 2009 sur France 2 à 00H45
L'Amour des trois oranges (Prokofiev)

Enregistré à l'Opéra Bastille en 2005. Mise en scène Gilbert Deflo.
Avec José van Dam, Béatrice Uria-Monzon, Charles Workman, Hannah Esther Minutillo, direction Sylvain Cambreling


Jeudi 12 novembre 2009 sur TF1 à 02H45
La Dame de Pique (Ballet de Roland Petit)

Musique de Tchaïkovski et Webern.
Enregistré au théâtre du Bolchoï en 2005. Direction Vladimir Andropov, avec Natalya Osipova, Yan Godovsky, Tamara Abakeliyari.


Jeudi 12 novembre 2009 sur Arte à 23H00
Arte Lounge. Présentation: Measha Brueggergosman. Invités: Albrecht Mayer, Fazil Say, Max Emanuel Cencic...


Dimanche 15 novembre 2009 sur Arte à 19H00
Leonard Bernstein

Symphonie n° 3 "Kaddish"

Lundi 16 novembre 2009 sur Arte à 22H50
Opéra. Schoenberg: Moïse et Aaron.

Direction musicale : Michael Boder. Mise en scène : Willy Decker
Avec : Dale Duesing (Moïse), Andreas Conrad (Aaron)
Production de la Triennale de la Ruhr 2009 – enregistré les 28 et 30 août 2009


Samedi 21 novembre 2009 sur France 3 à 00H40
Concert d'inauguration de l'Opéra Royal de Versailles

Par les musiciens du Louvre-Grenoble, direction Marc Minkowski

 
Dimanche 22 novembre 2009 sur France 3 à 00H15
Nabucco (Verdi)

Enregistré au Stade de France en septembre 2008
Avec Roberto Servile, Carlo Guido, Askar Abdrazakov, Katja Lytting, direction Yoel Levi

 
Lundi 23 novembre 2009 sur Arte à 22H30
Documentaire, portrait. Georges Prêtre, l´urgence de la musique (2009, 1h)


Dimanche 29 novembre 2009 sur Arte à 19H00
Anu Tali dirige la musique balte


Lundi 30 novembre 2009 sur Arte à 22H30
Peer Gynt (Edvard Grieg)

Chorégraphie : Heinz Spoerli. Opéra de Zurich, 2008. Direction musicale : Eivind Gullberg Jensen

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #TV Lyrique

Publié le 20 Octobre 2009

Die tote Stadt (Korngold)
Représentation du 19 octobre 2009
Opéra Bastille

Direction musicale Pinchas Steinberg
Mise en scène Willy Decker

Paul Robert Dean Smith
Marietta Ricarda Merbeth
Frank / Fritz Stéphane Degout
Brigitta Doris Lamprecht
Juliette Elisa Cenni
Lucienne Letitia Singleton

Die tote Stadt opéra de la mélancolie? La première impression, éclatante jetée dans une splendeur sonore, ne le suggère pourtant pas. Seulement les orgueilleuses et clinquantes envolées sont souvent comme une contre énergie aux vagues de tristesse, et l’on retrouve cela dans cette musique avec laquelle il faut vaincre la complexité de ses motifs parfois furtifs.

                                                                                        Ricarda Merbeth (Marietta)

De retour à l’Opéra National de Paris depuis la création d’Ariane à Naxos à l’automne 2003, Pinchas Steinberg tire de l’orchestre comme une grande forme d’onde qui englue l’âme dans une sorte d’éternité morbide, pour qui veut bien se laisser prendre à l’expérience.

Et ce n’est nullement exagérer que de dire qu’il ne reste plus grand chose des emphases de la partition de Korngold.

Robert Dean Smith (Paul)

Robert Dean Smith (Paul)

Ce choix va de pair avec une mise en scène étouffante par son cloisonnement et le vide qu’elle souligne avec son arrière scène plongée dans l’obscurité. C’est une alternance de tableaux fascinants (l’apparition de Marie au loin s’adressant à Paul sans que sa chevelure ne révèle le moindre trait de son visage, ou bien le portrait obsessionnel devenant de plus en plus fantomatique), et de scènes vivantes et très bien réglées (comme la métamorphose instantanée de la morte Marie en la superficielle et matérialiste Marietta).

Ricarda Merbeth est une stupéfiante Marietta, vigoureuse et acharnée à sortir Paul de son puit de pensées noires, la voix ne trahissant nulle faiblesse avec une accroche dynamique, sauvage et ouatée.

Son partenaire, Robert Dean Smith, conserve quelque chose de touchant bien que sa musicalité se perde dans un haut médium qui ternit toutes les sonorités (ce qui au passage n’est pas hors de propos).

Stéphane Degout (Fritz)

Stéphane Degout (Fritz)

Sarcastique et sûr de lui, Stéphane Degout respire d’aisance, et Doris Lamprecht montre des capacités dramatiques ignorées, pour ma part, et une puissance qu’elle prend plaisir à extérioriser.

Prisonnier de son deuil, Paul peut plus largement représenter l’incapacité à sortir d’une emprise psychique (d’où cet attrait vers le religieux qu'il pense pouvoir le tirer vers le « haut »).

Le livret de Die tote Stadt est justement très prenant car il démonte, par l’intermédiaire de Marietta, tous les subterfuges de complaisance avec cet état.

C’est véritablement un ouvrage qui mérite une reprise, et pourquoi pas cette fois avec un chef comme Harmut Haenchen au goût plus prononcé pour les grands contrastes entre frémissements éveillants et grondements intimidants.

Voir les commentaires

Publié le 18 Octobre 2009

Impempe Yomlingo - La Flûte enchantée

Représentation du 16 octobre 2009
Théâtre du Châtelet

Une production d'Eric Abraham et Isango Portobello Company of Cape Town créé en association avec le Young Vic Theatre de Londres

Direction musicale Mandisi Dyantyis, Mise en scène Mark Dornfold-May, Chorégraphie Lungelo Ngamlana

Tamino Sonwabo Ntshata, Pamina Portia Shwana, Papageno Phumzile Theo Magongoma
Papagena Thozamo Mdliva,
Queen of the Night Bongiwe Mapassa, Sarastro Sebastian Zokoza,
Monostatos Malungisa Madondile

 

Après le passage de William Kentridge et la « Handspring Puppet Company » en septembre, l’Afrique du Sud continue de se produire à Paris, mais cette fois dans une reprise de la Flûte Enchantée.

Thozamo Mdliva (Papagena)

Thozamo Mdliva (Papagena)

C’est bien sûr l’attente de voir dynamiter la rigidité des conventions de l’art lyrique qui stimule l’élan vers ce spectacle.

En habits colorés et fantaisistes, une troupe joue sur scène, les chanteurs se mêlent aux chœurs, qui se mêlent eux mêmes aux musiciens jouant des Marimbas debout avec entrain et sans partition, et le directeur musical finit nécessairement par se fondre dans l’orchestre en simple interprète déchaîné.

Il s’agit pourtant d’éviter un piège redoutable : une simple interprétation des airs. Car seule la très touchante Portia Shwana a réellement une voix lyrique et raffinée, ce qui exige des autres chanteurs un rôle de composition encore plus vivant.

Impempe Yomlingo - La Flûte enchantée au Châtelet

Bénéficiant de la joie communicative des musiciens flanqués de part et d’autre de la scène, Mark Dornfold-May insuffle du rythme à l’action, art de l’enchaînement qui se passe des récitatifs de Schikaneder. Et la surprise se tient en embuscade, comme lorsque les trois garçons se figurent en anges féminins surgissant du chœur pour guider Tamino, ou bien quand la vitalité de la danse sud africaine (popularisée par Scatteling of Africa de Johnny Clegg) se jette à la face du spectateur.

Le petit coup de cœur vient de la Papagena de Thozamo Mdliva, une jovialité ronde, maternelle et rassurante pour Papageno.

Voir les commentaires

Publié le 12 Octobre 2009

Lakmé (Delibes)
Représentation du 11 octobre 2009
Théâtre des Arts de Rouen

Direction musicale Roberto Fores Veses
Mise en espace Richard Brunel

Lakmé Petya Ivanova
Gérald Jean-François Borras
Frédéric Christophe Gay
Nilakantha Patrice Berger
Mallika Marie Gautrot
Miss Ellen Maïlys de Villoutreys

 

                                                    Petya Ivanova (Lakmé)

 

Le Théâtre des Arts de Rouen est l’exemple même de ce que devrait être un opéra populaire. Il y règne une ambiance naturelle, tout le monde vient y vivre une expérience commune sans prétention, et avec un grand respect pour la musique. Les personnes vous parlent très spontanément sans s‘appesantir, les sourires se croisent, de tout jeunes enfants y ajoutent une touche de désordre, et tout cela contribue à une chaleur unique en ce lieu.

La première de Lakmé à Rouen se déroula le 23 novembre 1887, quatre ans après la première à l’Opéra Comique, en présence de Léo Delibes. Par la suite, son héroïne résistera comme elle pourra aux personnages de légendes wagnériens.

Jean-François Borras (Gérald)

Jean-François Borras (Gérald)

La capitale de la Haute-Normandie ouvre donc la saison 2009/2010 avec Lakmé dans une mise en espace de Richard Brunel (L'Indefelta Delusa à Sceaux en début d'année).

Mise en espace certes, mais par un metteur en scène de Théâtre. Les lumières et le dépouillement - quelques pupitres, draps bleus et une chaise dans une atmosphère nocturne- font penser à du Bob Wilson, mais avec la direction d’acteur d'un Johan Simons, c’est à dire qu’il s’agit de manipuler et de bousculer les éléments.

Le théâtre vient ici de manière très efficace suppléer à des moyens matériels limités - quelques spectateurs n’apprécieront pas le traitement final de Lakmé laissée là banalement au vent comme si elle avait si peu comptée - alors qu’un grand soin est accordé au niveau musical.

Profitant de l’expérience d’un bon directeur scénique, la distribution trouve ainsi un cadre qui lui permet de jouer de manière simple et crédible, et de s’appuyer sur ses qualités majeures : une agréable homogénéité d’ensemble, et une diction quasi parfaite qui fait honneur à l’ouvrage.

Connu depuis Giovanna d’Arco l’année dernière, Jean-François Borras a gagné en aisance, et tout passe dans un chant sensible et coloré sauf dans l’extrême aigu.

Petit format physique, mais une douceur, et surtout une virtuosité qui nous renvoie à celle de Natalie Dessay, Petya Ivanova est un éblouissement de finesse musicale.
Et plus les airs requièrent de l’habilité, plus faciles paraissent-ils à chanter. Seul son phrasé tend à lisser parfois les syllabes.

Christophe Gay (Frédéric)

Christophe Gay (Frédéric)

La présence de Christophe Gay est celle qui fait la plus forte impression. Baryton clair dégageant un grand sentiment de solidité et de jeunesse, le personnage de Frédéric y trouve une représentation fidèle, homme déterminé et empreint d’idéaux patriotiques.

 

Et les autres rôles continuent à révéler des chanteurs au meilleur d’eux mêmes, impeccable Nilakantha de Patrice Berger, charmante Miss Ellen de Maïlys de Villoutreys, sans oublier Marie Gautrot dans une Mallika un peu plus effacée.

Les chœurs, heureux de bénéficier d’une action scénique intéressante et bien éloignée des clichés traditionnels, se laissent parfois un peu déborder par l’enthousiasme, mais peu importe. Roberto Fores Veses, le chef, joue le théâtre et l’onirisme à fond, sans tirer toutefois de l’orchestre un son des plus cisellés.
Les airs de danses de l’acte II passent à la trappe, soit dit en passant.

En évacuant ainsi le kitsch visuel et des jeux d'acteurs désués, tout en maintenant la musicalité au coeur de l'oeuvre, le Théâtre des Arts vient de prendre des longueurs d’avance sur l’Opéra de Paris dans la mise en valeur de l’opéra romantique français.

Voir les commentaires

Publié le 30 Septembre 2009

Dimanche 04 octobre 2009 sur France 3 à 00H50
Le Lac des Cygnes (Tchaïkovski)

Ballet de l’Opéra National de Paris (2005)
Chorégraphie de Rudolf Noureev

Dimanche 04 octobre 2009 sur Arte à 19H00
Une soirée avec la pianiste Gabriela Montero (Essen, Festival du piano de la Ruhr 2009).

Brahms, Ginestra. improvisations libres d´après Star Wars, Verdi, Beethoven, Tchaïkovski...

Lundi 05 octobre 2009 sur Arte à 22H30
Portrait: Jeffrey Tate, une force unique. Documentaire, 2009.

Jeffrey Tate est l’un des spécialistes les plus en vue du répertoire wagnérien. Durant sa longue carrière, il a été à la tête des plus grands orchestres de la planète, tant dans le domaine lyrique que symphonique.

Jeudi 08 octobre 2009 sur Arte à 23H30
Arte Lounge. Measha Brueggergosman reçoit... Mischa Maisky, Christian Lindberg, Nathalie Stutzmann, Miss Platnum...


Dimanche 11 octobre 2009 sur Arte à 19H00
Mozart: Concerto n°10 pour deux pianos kv 365.

Pierre- Laurent Aimard et Tamara Stefanovich, pianos.

Lundi 12 octobre 2009 sur Arte à 22H35
Karol Szymanowski: Le Roi Roger, 1926. Production de l´Opéra de Paris (juin 2009)

Direction musicale : Kazushi Ono, Metteur en scène : Krzysztof Warlikowski, avec Mariusz Kwiecien (Roger, Roi de Sicile), Olga Pasichnyk (Roxana, son épouse) , Stefan Margita (Edrisi, un érudit arabe), Eric Cutler (le Berger)
Mardi 13 octobre 2009 sur France 2 à 00H15
Les Contes d'Hoffmann (Offenbach)

Mise en scène Olivier Py (Grand Théâtre de Genève 2008)
Avec Marc Laho, Stella Doufexis, Nicolas Cavallier, direction Patrick Davin

 
Jeudi 15 octobre 2009 sur France 3 à 00H10
Voulez-vous danser avec moi?

La danse au centre d'un grand nombre de films


Samedi 17 octobre 2009 sur France 3 à 00H10
Recital Rolando Villazon : One Night in Berlin

Oeuvres de Donizetti, Rossini, Massenet..avec la Südwest-deutsche Philharmonie Konstanz


Dimanche 18 octobre 2009 sur France 3 à 00H55
Le Couronnement de Poppée (Monteverdi)

Prologue et Acte I, mise en scène Robert Carsen au festival de Glyndebourne 2008
Avec The Orchestra of the Age of Enlightenment dirigé par Emmanuelle Haïm, Danielle de Niese, Alice Coote.


Dimanche 18 octobre 2009 sur Arte à 19H00
Mahler: Symphonie n°1 "Titan". John Adams: "City noir".

Gustavo Dudamel dirige le Los Angeles Philharmonic Orchestra.


Lundi 19 octobre 2009 sur Arte à 22H20
Musica - Sacha Waltz & Guests

Dialog 09 - nouveau musée. Spectacle par l'ensemble de solistes Kaleidoskop et le Vocalconsort Berlin.

 
Samedi 24 octobre 2009 sur France 3 à 00H10
Prades 2009 : Festival Pablo-Casals

Soirée Schubert.
Notturno pour violon, violoncelle et piano
 

Dimanche 25 octobre 2009 sur France 3 à 01H30
Le Couronnement de Poppée (Monteverdi)

Actes II et III, mise en scène Robert Carsen au festival de Glyndebourne 2008
Avec The Orchestra of the Age of Enlightenment dirigé par Emmanuelle Haïm, Danielle de Niese, Alice Coote.

 
Dimanche 25 octobre 2009 sur Arte à 19H00
Lang Lang joue le Concerto pour piano n°1 de Beethoven.

Christoph Eschenbach, direction (2007)

Lundi 26 octobre 2009 sur Arte à 22H45
Documentaire. La musique, avenir du Venezuela : El Sistema.

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #TV Lyrique

Publié le 28 Septembre 2009

Le Barbier de Séville (Rossini)
Représentation du 27 septembre 2009

Opéra Bastille

Direction musicale Bruno Campanella
Mise en scène Coline Serreau

Il Conte d’Almaviva Antonino Siragusa
Bartolo Alberto Rinaldi
Rosina Karine Deshayes
Figaro George Petean
Basilio Paata Burchuladze
Fiorello Aimery Lefèvre
Berta Jeannette Fischer
Un Ufficiale Denis Aubry

 

 

                                       Karine Deshayes (Rosine)

 

Créée le 02 avril 2002, on peut regretter que la mise en scène de Coline Serreau aborde sur le ton de la comédie le dénie de liberté qui est fait aux femmes dans des pays où les hommes aiment à porter la barbe.

Mais comment ne pas reconnaître à quel point cette vision est juste, sans remettre en cause une sensibilité personnelle?  En plus les tableaux de ce Séville historiquement islamisé et transposé dans un pays des Milles et une nuits ravissent par leur raffinement, si bien que l’on passe sur quelques passages théâtralement peu inspirés (le final de l’acte I joué au ralenti).

Karine Deshayes (Rosine)

Karine Deshayes (Rosine)

Fraîchement remis de son récital de la veille au Théâtre des Champs Elysées - et remporté les mains dans les poches - Antonino Siragusa se joue des dimensions architecturales des galeries de l’opéra Bastille, pour composer un Comte adorable de douceur et de charme comme nous en entendons bien rarement.

Nous lui accueillons donc en toute complaisance la naïveté d’une gestuelle plus faite pour amuser les petits enfants.

Karine Deshayes méritait bien mieux que les second rôles toujours brillamment interprétés à Paris (le garçon de cuisine de Rusalka, Krista de l‘Affaire Makropoulos), ce que son incarnation de Rosine démontre en toute évidence.
Lyrique, dramatique avec la froide rondeur des chanteuses slaves, l’exubérante mezzo-soprano saisit cette occasion pour déployer l’entendue de ses moyens.

Mais à y regarder de plus près, il manque encore un approfondissement du caractère enragé de la jeune pupille, ce qui transparaît dans les expressions corporelles comme gambader telle une gazelle pour mettre sans dessus-dessous son appartement dans un excès de colère.

Antonino Siragusa (Il Conte Almaviva)

Antonino Siragusa (Il Conte Almaviva)

Visiblement l’équipe scénique fonctionne très bien, puisque George Petean compense les limites de ses subtilités par un style généreux et sans ambages, Paata Burchuladze investit tout l’espace sonore d’une voix semi-caverneuse et agréable, et Alberto Rinaldi réussit le meilleur rôle de composition de la représentation avec Bartolo.

Depuis le temps qu’elle chante Berta avec coeur, Jeannette Fischer profite de son unique air à elle toute seule, « Il vecchiotto cerca moglie », pour s’offrir trois minutes de one woman show qui doivent lui faire un bien fou!

L’ouverture résume assez bien la tonalité d’ensemble de Bruno Campanella : une direction vive et fine laissant le champ libre aux chanteurs.
Il reste pourtant de la marge afin de faire jouer au discours musical un rôle plus stimulant.

Karine Deshayes (Rosine)

Karine Deshayes (Rosine)

Rétabli pour la première fois à cette occasion, l’air « cessa di piu resistere » permet à Antonino Siragusa un dernier jeu de bravoure, considérablement applaudi aussi bien pour sa valeur que pour sa conclusion loufoque, le ténor se métamorphosant en joueur de football numéro 10 (le meneur), et cela sous les yeux de Coline Serreau venue filmer l'ensemble du spectacle.

Voir les commentaires

Publié le 27 Septembre 2009

Sumi Jo et Antonino Siragusa
Concert du 26 septembre 2009
Théâtre des Champs Elysées

Donizetti : Don Pasquale, ouverture
"Una furtiva lagrima", air extrait de L'elisir d'amore
Rossini : "Si ritrovarla io giuro", air extrait de La  Cenerentola 
Bellini : "Care compagne", air extrait de La Somnambula
Verdi : "Caro Nome", air extrait de Rigoletto
Bellini : "Prendi l'anel ti dono", air extrait de La Somnanbula
Rossini : Guillaume Tell, ouverture
Meyerbeer : "C'est bien l'air que chaque matin", air extrait de L'Etoile du Nord
Rossini : "Deh troncate", air extrait de Elisabetta Regina d’Inghilterra
Donizetti : "Quoi? Vous m'aimez?", "A mes amis", airs extraits de La fille du régiment
Bellini : "Fini, mi lassa", air extrait de I Puritani

Direction Danielle Callegari
Orchestre National d’Ile de France

Les Théâtres Lyriques seront éternellement hantés par les souvenirs des chanteurs les plus divins, car il y aura toujours des âmes pour les faire revivre et relativiser ce que la vie d’aujourd’hui peut offrir de meilleur.

Alors peut être qu’Antonino Siragusa n’a pas tout à fait le moelleux d’un Pietro Bottazzo (pour ceux qui connaissent l’Italienne à Alger avec Marilyn Horne et dirigée par Carlo Franci), mais il vient de nous offrir de bien heureux moments de sa voix sensuelle, claire et pleine de jeunesse, un style et des inflexions latines qui vous donnent l’impression d’écouter une âme qui appelle à votre considération.

D’autant plus que le chanteur est très sympathique, joue tout un numéro de décontraction dont on se doute tout de même qu’il sert surtout à charmer comme lors d’une première rencontre, car il se répète très vite.

Antonino Siragusa et Sumi Jo

Antonino Siragusa et Sumi Jo

Découverte en 1987 lors du concert hommage à Maria Callas au Palais Garnier, Sumi Jo n’est plus une inconnue dans la capitale : Les Contes d’Hoffmann, Lucia di Lammermoor, Rigoletto à Bastille et plusieurs récitals après, la cantatrice coréenne est toujours là pour dessiner avec une finesse extrême de fragiles filaments, comme si elle sculptait une œuvre d’art.

Et elle réussit cela grâce à sa capacité à diriger son souffle sur la durée, ce qui est son point fort dans la Sonnanbula.
Nous sommes comme Louis XIV visitant la Manufacture des Gobelins, peut-on dire.

Moins à son avantage dans les moyennes altitudes, une vibration très caractéristique colore son timbre à la fois de brillant et d’impuretés, ce qui laisse un petit goût de déception après tant de passages aériens. 

Voir les commentaires

Publié le 27 Septembre 2009

Woyzeck On The Highveld (William Kentridge)
D’après Georg Büchner
Représentation du 26 septembre 2009
Centre Georges Pompidou

Mise en scène Luc de Wit (assistant de William Kentridge)
Acteurs, Mncedisi Balwin Shabang
Marionnettistes, Nkosinathi Joachim Gaar, Jason Potgieter, Hamilton Dhlamini, Busisiwe Penelope Zokuva, Adrian Kohler, Basil Jones
Musique, Steve Cooks, Edward Jordan

William Kentridge est né à Johannesburg en 1955, et a commencé sa collaboration avec la compagnie sud-africaine de marionnettes « Handspring Puppet Company » en 1992.

Coïncidence ou pas, le passage à Paris de la troupe de marionnettistes sud-africains offre une occasion unique de mettre en correspondance la pièce de Büchner et l’opéra d’Alban Berg (il était possible ce week-end d’assister à Woyzeck au centre Pompidou, puis à Wozzeck à l’Opéra Bastille).

Une sorte de maître royal (Mncedisi Balwin Shabang) nous annonce avec gourmandise que nous allons pouvoir assister à un crime.
Le spectacle se joue sur trois plans : un premier niveau surélevé ne met en scène que les marionnettes, un second niveau se situe tout à l’arrière pour  projeter des animations faites au fusain, et enfin en avant scène les marionnettes et leurs manipulateurs créent un rapport plus direct avec le public.

Le visage de la marionnette de Woyzeck, que l’on croirait inspiré du Wozzeck de Toni Blankenheim d’après le film de Rolf Liebermann, est l’expression d’une vie de souffrance terrible.
Les arcades sourcilières, épaisses, dessinent des yeux vides de noir, l’ensemble est rude, asymétrique et cabossé.
Un rapport affectif se noue instantanément avec ce qui n’est pourtant qu’un objet en bois.

Et en même temps tout l’entourage se rie du malheureux, mais jamais ne vient à l’idée d’en rire.
Avec son petit chaperon rouge, la psychologie de Marie est clairement moins développée que dans l’opéra. Le rapport à l’enfant est tout juste abordé, mais elle ne semble ni mère, ni provocante, juste attirée par le Tambour Major, devenu un ouvrier des mines dans la version sud-africaine.

La responsabilité et la violence de l’entourage social sont en revanche traités de manière très directe.
Le paroxysme du sadisme trouve sa forme dans une scène mettant en jeu un Rhinocéros à la corne duquel est attaché un pistolet. Il finit par se tirer dessus.

La poésie est pourtant présente. D’abord dans la musique (tristesse de l’accordéon), et dans les animations de paysages noirs et blanc sinistres sortis de Wuthering Heights, mais qui révèlent également ce que voient les personnages, comme des constellations d’étoiles.

Pour quelques secondes seulement, la musique d’Alban Berg se manifeste lors du meurtre de Marie.

Voir les commentaires

Publié le 27 Septembre 2009

L’Amour de Phèdre (Sarah Kane)
Représentation du 23 septembre 2009
Théâtre de Nesle

Mise en scène William Astre (Hippolyte)
Le Prêtre Thibaut Turgy
Thésée Marc Dumez
Le Médecin Jean-Marc Plat
La Sœur Florence Wagner
Phèdre Isabelle David

L’idée de m’intéresser à l’œuvre de Sarah Kane provient de l’irruption dans le monde lyrique du metteur en scène Krzysztof  Warlikowski (Iphigénie en Tauride, Le Roi Roger, Parsifal, l’Affaire Makropoulos).
Il a lui même adapté « Purifiés » (Cleansed), une des pièces les plus violentes de la dramaturge britannique.

Si la Tragédie grecque est une dimension essentielle du travail du directeur polonais, c’est pour y remettre les passions humaines comme réels moteurs du drame, plutôt que de reporter la responsabilité des actes sur des forces divines.

Alors pourquoi « Phaedras‘love », au fond de l’exigu sous-sol de pierres du petit Théâtre de Nesle, commence t-il par l’écoute récurrente des faits divers quotidiens? Pourquoi cette violence semble être aussi bien acceptée aux heures de grandes écoutes, alors qu’il faut prendre des pincettes lorsque des sujets comme la nudité ou bien la sexualité sont abordés?

La pièce de Sarah Kane est une confrontation entre des personnages contraints par leurs rôles sociaux (Phèdre, femme mariée - le jeune prêtre, dévolu au Christ), et Hippolyte, jeune homme décadent qui ne devrait rien avoir pour plaire.

Pourtant il les attire. Rien n’est épargné au spectateur de la force de leurs émotions, actes sexuels, lutte physique, rage extériorisée (progressivement Isabelle David passe d’expressions convenues et classiques à un déchaînement passionnel avec lequel nous faisons corps), et rien n’est épargné non plus de la vulgarité d’Hippolyte jusqu’à une mise à nue ensanglantée façon « Grand guignol ».
Il est fascinant de voir comment la clairvoyance désagréable du Prince doit être dure comme le roc, pour percer les fausses idées que les protagonistes se font d'eux mêmes. Ironiquement, il ne peut voir sa propre vérité.

William Astre est l’auteur de cette mise en scène, mais il en est également l’interprète principal.
Pour arriver à cette exposition sensuelle et violente du corps, l’acteur prouve un courage et une volonté d’aller au bout de son personnage qui a de quoi provoquer un vrai choc émotionnel.

La scène finale, où Hippolyte gît nu et prostré près du corps de sa belle-mère morte, ressemble assez étrangement aux dernières images du Roi Roger dirigé par Warlikowski. 

Voir les commentaires

Publié le 15 Septembre 2009

Wozzeck (Alban Berg)
Répétition générale du 14 septembre 2009
Opéra Bastille

Direction musicale Harmut Haenchen

Mise en scène Christoph Marthaler

Wozzeck Vincent Le Texier
Marie Waltraud Meier
Le Tambour-major Stefan Margita
Le Capitaine Andreas Conrad
Le Docteur Kurt Rydl
Margret Ursula Hesse von den Steinen
Andres Xavier Moreno

Vous voulez vivre les débordements sentimentaux de la vie. Alors Mireille est pour vous, à condition que vous arriviez à obtenir une entrée à l’Opéra Garnier.

A moins que ce ne soit un autre aspect de la vie qui vous intéresse, sa violence et la manière dont elle se diffuse et se restitue, sans qu’au bout du compte l’on sache qui est victime ou bien bourreau.

Rien que pour vous Harmut Haenchen pousse l’Orchestre de l’Opéra de Paris dans ses dimensions les plus extrêmes, comme un corps grand ouvert d’où battent les pulsations d’un cœur à vif dans une direction, se fracassent ailleurs des matériaux métalliques d‘une intensité qui tente de saturer l‘auditeur, puis émergent des sonorités frémissantes, une pâte sonore large qui vous agrippe et ne cherche nullement à charmer.

Sylvain Cambreling avait paru bien lyrique lors de la création, il y a deux ans.
Aujourd’hui il s’agit également d’harceler le spectateur.

Vincent Le Texier (Wozzeck)

Vincent Le Texier (Wozzeck)

Vincent Le Texier n’est plus un Wozzeck intériorisé. Il renvoie sa souffrance, semble plus proche d’une déchéance spirituelle et physique immédiate, son sort est déjà réglé. Le timbre n’est pas aussi beau que Simon Keenlyside, mais nous avons ici un rôle encore plus crédible, où pitié et malaise se mélangent.

Du côté des méchants, Kurt Rydl est un docteur absolument sordide, lorsque le vibrato de son chant, combiné à la musique, conduit vers le mal au cœur.
Que ce soit Andreas Conrad, aux aigus inhumainement saillants, ou bien Stefan Margita d’une liberté expressive surprenante, c’est un entourage infernal qui enserre le pauvre marginal.

Waltraud Meier est à cette occasion dans une forme vocale que certains n’attendent sans doute pas. Entendez simplement son cri « Rühr’ mich nicht an! (Ne me touche pas!) ». Demain il résonnera encore.

Elle a ici la dimension d’une femme mûre, bien moins inconsciente que ne l’incarnait Angela Denoke à la création, mais paraît aussi un peu étrangère à cette vie sans espoir autour d’elle. 

Waltraud Meier (Marie)

Waltraud Meier (Marie)

Cette reprise de la production de Christoph Marthaler qui repose sur plusieurs points forts - le rapport vitalité des enfants/vitalité de la musique, l’exclusion qui se détermine dès l’enfance, la complexité du décor unique et de ses éclairages, le pianiste qui fuit subitement l'hystérie générale - est à nouveau d’une force phénoménale, un prolongement plus que nécessaire du travail théâtral qu’a effectué Gerard Mortier pendant cinq ans. 

Lire également la présentation de Wozzeck.

Voir les commentaires