Publié le 1 Mars 2021

TV-Web Mars 2021 Lyrique et Musique

Chaînes publiques

Mardi 02 mars 2021 sur Culturebox (canal 19) à 21h05
Don Giovanni (Mozart) - Opéra de Paris - dm Jordan - ms Van Hove

Dupuy, Car, de Barbeyrac, Sly, Dreisig, Wagner

Mercredi 03 mars 2021 sur Culturebox (canal 19) à 00h00
Simon Boccanegra (Verdi) - Opéra de Dijon - dm Rizzi Brignoli - ms Himmelmann

Dimanche 07 mars 2021 sur Arte à 18h55
Rolando Villazón présente les stars de demain - Munich

Lundi 08 mars 2021 sur Arte à 00h55
Haendel et les femmes - Vivica Genaux, Anna Prohaska et Hana Blazikova

Mardi 09 mars 2021 sur Culturebox (canal 19) à 03h50
La Dame Blanche (Boieldieu) - Opéra de Rennes

Mardi 09 mars 2021 sur Culturebox (canal 19) à 21h05
Barbe-Bleue (Offenbach) - Opéra de Lyon - dm Spotti - ms Van Hove

Beuron, Ghazarossian, Courcier, Mas, Gay, Bobeche, Mortagne, de Damas, Martin

Mardi 09 mars 2021 sur Culturebox (canal 19) à 23h08
Sabine Devieilhe à l'Opéra de Lyon

Vendredi 12 mars 2021 sur France 5 à 20h55
Boris Charmatz face au Grand Palais

Dimanche 14 mars 2021 sur Arte à 18h55
Rolando Villazón présente les stars de demain - Lyon

Lundi 15 mars 2021 sur Arte à 00h15
Rachmaninov, Concerto n°2 - Stanislav Kochanovsky, Orchestre de Paris, Behzod Abduraimov

Dimanche 21 mars 2021 sur Arte à 18h55
Xavier de Maistre et la harpe

Dimanche 21 mars 2021 sur Arte à 23h55
Le Chevalier à la rose (Strauss) - Opéra de Munich - dm Jurowski - ms Kosky

Marlis Petersen, Samantha Hankey, Christof Fischesser

Lundi 22 mars 2021 sur Arte à 03h30
Rachmaninov, Concerto n°2 - Stanislav Kochanovsky, Orchestre de Paris, Behzod Abduraimov

Vendredi 26 mars 2021 sur France 5 à 20h55
Faust (Gounod) - Opéra de Paris - dm Viotti - ms Kratzer

Bernheim, Van Horn, Sempey, Helmer, Jaho, Losier, Brunet-Grupposo

Dimanche 28 mars 2021 sur Arte à 19h00
Sarah Willis : Mozart à la Havane

Lundi 29 mars 2021 sur Arte à 00h15
Variations Goldberg (Bach) - Hewitt piano

 

Mezzo et Mezzo HD

Mercredi 03 mars 2021 sur Mezzo à 20h30
'I Capuleti e i Montecchi' de Bellini à l'Opernhaus Zürich

Vendredi 05 mars 2021 sur Mezzo HD à 21h00
L'Ange de feu de Prokofiev au Théâtre Mariinski

Samedi 06 mars 2021 sur Mezzo à 20h30
Roberto Alagna et Elina Garanca chantent Carmen de Bizet au Met de New York

Dimanche 07 mars 2021 sur Mezzo HD à 21h00
Madama Butterfly de Puccini au Royal Opera House

Mercredi 10 mars 2021 sur Mezzo à 20h30
Lady Macbeth de Mzensk de Chostakovitch à l'Opéra de Paris

Vendredi 12 mars 2021 sur Mezzo HD à 21h00
Norma de Bellini au Royal Opera House

Samedi 13 mars 2021 sur Mezzo à 20h30
Ariane à Naxos de Richard Strauss au Festival d'Aix-en-Provence

Dimanche 14 mars 2021 sur Mezzo HD à 21h00
Les Indes galantes de Rameau à l'Opéra de Paris

Mercredi 17 mars 2021 sur Mezzo à 20h30
Lulu de Berg au Metropolitan Opera

Vendredi 19 mars 2021 sur Mezzo HD à 21h00
'La Clémence de Titus' de Mozart au Grand Théâtre de Genève

Samedi 20 mars 2021 sur Mezzo à 20h30
'Rigoletto' de Verdi à l'Opernhaus Zürich

Dimanche 21 mars 2021 sur Mezzo HD à 21h00
Norma de Bellini au Royal Opera House

Mercredi 24 mars 2021 sur Mezzo à 20h30
Cendrillon de Massenet au Festival de Glyndebourne

Vendredi 26 mars 2021 sur Mezzo HD à 21h00
Madama Butterfly de Puccini au Royal Opera House

Samedi 27 mars 2021 sur Mezzo à 20h30
'La Clémence de Titus' de Mozart au Grand Théâtre de Genève

Dimanche 28 mars 2021 sur Mezzo HD à 21h00
Orphée et Eurydice de Gluck à la Scala de Milan

Mercredi 31 mars 2021 sur Mezzo à 20h30
De la maison des morts de Janacek au Bayerische Staatsoper

Web : Opéras en accès libre (cliquez sur les titres pour les liens directs avec les vidéos)

Sur Operavision, Culturebox, ConcertArte etc...

                               Mars 2021

Nabucco (Arènes de Vérone) jusqu'au 01 mars 2021

Fidelio (Karl Böhm au Deutsche Oper) jusqu'au 04 mars 2021

Mahler live (Opéra de Vienne) jusqu'au 04 mars 2021

Emmanuelle Haim dirige le Requiem de Campra (Chapelle Royale de Versailles) jusqu'au 06 mars 2021

Don Giovanni (Opéra de Paris) jusqu'au 10 mars 2021

Simon Boccanegra (Opéra de Paris) jusqu'au 10 mars 2021

Manon (Opéra de Hambourg) jusqu'au 12 mars 2021

Symphonies n°5 & 7 "Apothéose de la danse" (Opéra de Versailles) jusqu'au 14 mars 2021

Roméo et Juliette - Cranko (Ballet de Stuttgart) jusqu'au 15 mars 2021

Le Lac des Cygnes (Opéra national d'Ukraine) jusqu'au 18 mars 2021

Récital Alexander Antonenko (Château de Riga) jusqu'au 22 mars 2021

Orchestre Baroque de Fribourg "The trumpet shall sound" jusqu'au 22 mars 2021

La vie de Galilée (Comédie française) jusqu'au 23 mars 2021

L'oratorio de Noël de Bach (Thomaskirche Leipzig) jusqu'au 24 mars 2021

Is This The End (La Monnaie) jusqu'au 25 mars 2021

Récital Marina Rebecca (Château de Rundale) jusqu'au 25 mars 2021

Casse-Noisette (National opera of Ukraine) jusqu'au 26 mars 2021

Die Tote Stadt (Komische Oper) jusqu'au 28 mars 2021

Le Palais enchanté (Opéra de Dijon) jusqu'au 29 mars 2021

Klaus Mäkelä - 7e de Chostakovitch (Opera de Frankfurt) jusqu'au 30 mars 2021

Un opéra pour un empire, récit de la construction du Palais Garnier, jusqu'au 30 mars 2021

                               Avril 2021

Les Contes d'Hoffmann - ms Warlikowski (La Monnaie) jusqu'au 02 avril 2021

Dance or Die (Documentaire sur Ahmad Joudeh) jusqu'au 02 avril 2021

Faust (Opéra national de Paris) jusqu'au 03 avril 2021

Covid fan tutte (Finnish National Opera) jusqu'au 04 avril 2021

Tronfo (Staatstheater Hannover) jusqu'au 09 avril 2021

Le concert de Paris 2020 jusqu'au 14 avril 2021

L'Amour vainqueur (Festival d'Avignon) jusqu'au 16 avril 2021

Titon et l'Aurore (Opéra Comique) jusqu'au 19 avril 2021

Fidelio (Garsington) jusqu'au 22 avril 2021

Ghost Light - Neumeier (Baden Baden) jusqu'au 23 avril 2021

Le Chevalier à la Rose (Bayerische Staatsoper) jusqu'au 23 avril 2021

Patricia Petibon (Promenade musicale à Versailles) jusqu'au 28 avril 2021

Der Kaiser von Atlantis (Deutsche Oper Am Rhein) jusqu'au 30 avril 2021

                               Mai 2021

Prima Donna (Royal Swedish Opera) jusqu'au 05 mai 2021

Straus & Strauss & co (Gärtnerplatztheater Munich) jusqu'au 06 mai 2021

Carmen (Staatsoper Hannover) jusqu'au 10 mai 2021

Hippolyte et Aricie (Opéra Comique) jusqu'au 13 mai 2021

Concert de fête (Opéra de Prague) jusqu'au 13 mai 2021

La Traviata (Teatro Real de Madrid) jusqu'au 14 mai 2021

Winterreise (Opéra de Zurich jusqu'au 14 mai 2021

Sonya Yoncheva et Vittorio Grigolo (Arènes de Vérone) jusqu'au 14 mai 2021

Thais (Opéra de Monte Carlo) jusqu'au 24 mai 2021

Penthesilea (Philharmonie de Paris) jusqu'au 26 mai 2021

Renaud Capuçon & Friends jouent "Les Métamorphoses" (Philharmonie de Paris) jusqu'au 27 mai 2021

Kirsten Flagstad Jubilee Concert (Den Norske Opera & Ballett) jusqu'au 28 mai 2021

Elina Garanca et Juan Diego Florez (Festival de Salzburg) jusqu'au 28 mai 2021

Giotto Solo de Carolyn Carlson au Panthéon jusqu'au 30 mai 2021

Maria de Buenos Aires (Opéra national du Rhin) jusqu'au 31 mai 2021

                               Juin 2021

Don Giovanni (Gran Teatre del Liceu) jusqu'au 04 juin 2021

La Flûte enchantée (Opéra Royal de Versailles) jusqu'au 04 juin 2021

Soirée exceptionnelle "A rivedere le stelle" (La Scala de Milan) jusqu'au 08 juin 2021

Werther (Teatro Sociale di Como / Alisco) jusqu'au 13 juin 2021

La soupe Pop  (Opéra de Montpellier) jusqu'au 18 juin 2021

Casse-Noisette  (Mariinsky) jusqu'au 21 juin 2021

La Voix humaine & L'Heure espagnole (Opéra ZUID) jusqu'au 26 juin 2021

La Belle Hélène (Opéra de Lausanne) jusqu'au 27 juin 2021

Les Arts Florissants fêtent leurs 40 ans (Jardins de William Christie) jusqu'au 29 juin 2021

                               Juillet 2021

Concert du nouvel an de l'Orchestre National de France jusqu'au 04 juillet 2021

Tosca (Festival d'Aix en Provence 2019) jusqu'au 05 juillet 2021

La Flûte enchantée (Macerata Opera Festival) jusqu'au 08 juillet 2021

Tim Dup (La Boule noire) jusqu'au 14 juillet 2021

Le chant de la Terre (Festival de Saint-Denis) jusqu'au 15 juillet 2021

La Passion de Simone (Royal Swedish Opera) jusqu'au 16 juillet 2021

Chantons, faisons tapage! (Opéra Comique) jusqu'au 16 juillet 2021

Il Pirata (Novaya Opera Theater) jusqu'au 23 juillet 2021

Créer aujourd'hui (Ballet de l'Opéra national de Paris) jusqu'au 30 juillet 2021

                               Août 2021

Le Barbier de Séville (Den Norske Opera & Ballet) jusqu'au 05 août 2021

Pelléas et Mélisande (Grand Théâtre de Genève) jusqu'au 19 août 2021

Aida - Lotte de Beer et Mervyn Millar jusqu'au 20 août 2021

Aida - Jonas Kaufmann - Sondra Radvanovsky - Ludovic Tézier jusqu'au 20 août 2021

Aida (Opéra National de Paris) jusqu'au 20 août 2021

Love & Politics (Norrlandsoperan) jusqu'au 27 août 2021

                           Septembre 2021

Le vol du boli (Théâtre du Châtelet) jusqu'au 09 septembre 2021

Rachmaninov Concerto n°2 (Stanislas Kochanovsky-Orchestre de Paris) jusqu'au 09 septembre 2021

Musique en fête jusqu'au 11 septembre 2021

Carmen (Festival d'Aix-en-Provence) jusqu'au 11 septembre 2021

La Traviata (Festival d'Aix-en-Provence) jusqu'au 11 septembre 2021

                           Octobre 2021

La petite messe solennelle de Rossini (Wexford Festival Opera 2020) jusqu'au 10 octobre 2021

Turandot (Gran Teatro del Liceu) jusqu'au 12 octobre 2021

La Bohème (Opéra Royal de Wallonie) jusqu'au 13 octobre 2021

Le Barbier de Séville (Teatro La Fenice) jusqu'au 24 octobre 2021

Ottone In Villa de Vivaldi (Teatro La Fenice) jusqu'au 28 octobre 2021

                           Novembre 2021

Concert Haendel (Théâtre du Châtelet) jusqu'au 07 novembre 2021

                           Décembre 2021

9e Symphonie de Mahler (Philharmonie de Paris) jusqu'au 08 décembre 2021

La ronde de Boris Charmatz (Grand Palais) jusqu'au 11 décembre 2021

Casse-Noisette (Orchestre national de Lille) jusqu'au 21 décembre 2021

                              Janvier 2022

Ariane à Naxos (Festival d'Aix-en-Provence) jusqu'au 07 janvier 2022

Balthasar Neumann Ensemble (Festival d'Aix-en-Provence) jusqu'au 10 janvier 2022

Quinte et sens - une symphonie pour les éléments (Philharmonie) jusqu'au 16 janvier 2022

Actéon (Théâtre du Châtelet) jusqu'au 19 janvier 2022

Christoph et Julian Prégardien chantent Beethoven et Schubert (Philharmonie) jusqu'au 25 janvier 2022

                              Février 2022

Dabkeh par Mehdi Kerkouche (Palais de Tokyo) jusqu'au 18 février 2022

Pierre et le Loup (Raconté par François Morel) jusqu'au 19 février 2022

Le Carnaval des animaux (Livret de Smaïn) jusqu'au 19 février 2022

                              Avril 2022

Le Freischütz (Théâtre des Champs-Élysées) jusqu'au 04 avril 2022

                               Mai 2022

Barbara Hannigan : rêve de Hongrie jusqu'au 25 mai 2022

                           Septembre 2022

Edward Elgar : The Dream of Gerontius (Magdalena Kozena et John Relyea) jusqu'au 25 septembre 2022

                           Décembre 2023

Concert de Noël 2020 du Philharmonique de Radio France jusqu'au 17 décembre 2023

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié le 21 Février 2021

Aida (Giuseppe Verdi – 1871)
Représentation du 18 février 2021 retransmise en direct sur Concert Arte

Opéra Bastille

Il Re Soloman Howard
Amneris Ksenia Dudnikova
Aida Sondra Radvanovsky
Radames Jonas Kaufmann
Ramfis Dmitry Belosselskiy
Amonasro Ludovic Tézier
Un messaggero Alessandro Liberatore
Sacerdotessa Roberta Mantegna

Direction musicale Michele Mariotti
Mise en scène Lotte de Beer (2021)
Conception et direction des marionnettes Mervyn Millar
Artiste visuelle Virginia Chihota

Nouvelle production    

 

 

Le compte-rendu ci-dessous est celui de la diffusion sur Concert Arte de la première représentation d’Aida jouée à l’Opéra Bastille le jeudi 18 février 2021 et ne saurait donc être celui de la représentation telle qu’elle pouvait être vécue en salle.

Aida est le dernier d’une série de quatre opéras fastueux comprenant Le Bal Masqué (1859), La Force du Destin (1862) et Don Carlos (1867) composés par Verdi au cours d’une période où son goût pour les Grands Opéras s’est conjugué aux évènements qu’il avait évoqué dans nombre de ses opéras antérieurs, et qui se sont enfin accomplis.

Sur la base d’un « programme égyptien » de quatre pages que lui transmit Camille du Locle, le librettiste qui avait achevé Don Carlos composé pour l’Exposition universelle de 1867 à Paris, Giuseppe Verdi accepta ce nouveau projet qui devait être joué à l’Opéra Khédival du Caire pour célébrer l’ouverture du canal de Suez.

Sondra Radvanovsky (Aida)

Sondra Radvanovsky (Aida)

La création d’Aida va de fait se trouver au confluent de deux grands mouvements historiques majeurs, la chute du Second Empire et la prise de Rome par le Royaume d’Italie, d’une part, et l’occidentalisation de l’Égypte voulue par Ismail Pacha, d’autre part, qui ouvrira la porte à la domination britannique et à la fin de l’influence française dans la vallée du Nil.

Il sera d’ailleurs impossible de monter Aida en janvier 1871, Paris étant assiégée et les décors et costumes bloqués, et c’est seulement la veille de Noël, le 24 décembre 1871, que l’œuvre sera créée au Caire avec un succès triomphal.

Entré au répertoire de l’Opéra de Paris en 1880, Aida s’y était maintenu jusqu’en 1968, avant de disparaître pour ne revenir qu’en 2013 dans une nouvelle production d’Olivier Py, alors que de grandes maisons de répertoire comme le MET de New-York, le Royal Opera House Covent-Garden ou l’Opéra de Vienne lui ont toujours consacré, sans interruption, une place importante en lui associant des productions monumentales et dispendieuses.

Ksenia Dudnikova (Amneris)

Ksenia Dudnikova (Amneris)

Et alors que la mise en scène d’Olivier Py, à qui l’Opéra de Paris doit une somptueuse production de Mathis der Maler de Paul Hindemith, prenait le cadre de l’expansion coloniale italienne en Éthiopie à la fin du XIXe siècle, c’est ce même thème de la domination coloniale qui est exploité par Lotte de Beer - il s'agit de sa première apparition sur la scène parisienne - pour situer temporellement Aida à l’époque de la conquête de l’espace colonial français en Afrique noire sous le Second Empire de Napoléon III.

Elle n’a pas recours à de lourds et complexes décors, et choisit plutôt le dénuement d’une grande salle de musée où, dès l’ouverture magnifiquement détaillée par de chatoyants entrelacs orchestraux, une statue vivante d’art africain à la texture de pierre volcanique est entraînée de force afin d’être fixée dans une vitrine en verre. Le personnage d’Aida est incarné par une marionnette grandeur nature conçue par Mervyn Millar, dont les expressions du visage sont rendues facilement accessibles grâce à la captation et évoquent une tristesse insondable. Elle peut compter sur pas moins de trois manipulateurs qui l’accompagnent en permanence pour lui donner du mouvement.

Jonas Kaufmann (Radames), Ksenia Dudnikova (Amneris), Dmitry Belosselskiy (Ramfis)

Jonas Kaufmann (Radames), Ksenia Dudnikova (Amneris), Dmitry Belosselskiy (Ramfis)

Radamès, devenu dans ce contexte un jeune général de l’Empire, éprouve de la fascination pour elle comme pour un souvenir d’un monde lointain qu’il a auparavant aimé, et Jonas Kaufmann lui offre un superbe chant d’une chaleur douce, ombrée et d’une grande solidité dès son première air d’entrée ‘Celeste Aida’.

Mais il est issu d’une société riche et possédante, et l’entourage qui l’enserre lui laisse peu d’espace pour être lui même, à commencer par Amnéris, femme représentante de l’élite comme le volume et le luxe de sa robe mondaine le démontrent. Ksenia Dudnikova prend un malin plaisir à rendre ce personnage absolument odieux, et son beau chant d’un grain d’ébène fascinant aux accents pathétiques séduisants est d’une parfaite unité dans les instants amples et impulsifs.

Pour rester dans la symbolique du temple, la scène originelle du Temple de Vulcain se déroule dans les grandes salles du musée où la société parisienne parade nonchalamment. En procédant ainsi, Lotte de Beer ne différencie donc pas la caste des prêtres du reste du monde aristocratique, et elle éclipse donc la question du pouvoir religieux dans sa transposition, une simplification que ne faisait pas Olivier Py afin de couvrir autant que possible tous les symboles contenus dans le livret de l'ouvrage.

Cette scène comprend plusieurs thèmes malicieusement opposés, comme ces objets d’arts qui représentent de somptueux masques africains et côtoient une carriole dorée du Second Empire et un crâne blanc qui symbolisent l’arrogance et la vanité de la société impériale. Ramfis, incarné par Dmitry Belosselskiy qui lui affecte la jeunesse de sa noblesse de timbre, est le leader de ce monde hautain et feutré sous lequel couve le désir de sang.

Jonas Kaufmann (Radames)

Jonas Kaufmann (Radames)

Et lorsque l’on rejoint les appartements d’Amnéris, la toile d’un immense rideau de scène devient le décorum d’un jeu de scène où la princesse joue de façon narcissique sous les yeux de ses servantes avec des ailes de Victoire – une symbolique impériale - peu avant qu’Aida n’apparaisse à la fois sous les traits de la marionnette et de Sondra Radvanovsky. Et c’est à une véritable prouesse autant vocale qu’intellectuelle que l’artiste américaine est vouée, car elle doit interpréter un personnage qu’elle voit vivre sous yeux. Son regard est absolument émouvant par la façon dont elle arrive à exprimer de l’empathie pour ce double artistique, et la beauté de son regard réside dans sa faculté à savoir mettre en retrait sa propre individualité pour éclairer de son humanité la marionnette qui exprime un personnage souffrant et écrasé par un monde qui lui est étranger.

On peut deviner que cela n’a pas du être facile pour Sondra Radvanovsky, mais il y a quelque chose de très spirituel dans cette démarche de par la force de détachement que cela exige d’elle. Surtout qu’elle est amenée à jouer en phase avec Aida, à exprimer de la sidération pour ce qu’elle vit, et la plénitude de son chant aux éclats de métal d’une puissance phénoménale traverse le prisme médiatique pour nous toucher de ses nuances si subtilement ciselées qui résonnent encore avec les réminiscences de ses premiers rôles incarnés à l’opéra Bastille, il y a déjà vingt ans.

Et, dans nos recherches d’émotions passées, nous regarderons et réécouterons encore la sensibilité de son grand air ‘Ritorna Vincitor !’ d'ici vingt ans.

Sondra Radvanovsky (Aida)

Sondra Radvanovsky (Aida)

Par la suite, c’est dans la scène de triomphe que la scénographie de Lotte de Beer s’emballe. Nous nous retrouvons dans une salle de rituel muséal, où des actrices et des acteurs se dépêchent dans un désordre savamment orchestré à construire et déconstruire des tableaux vivants de toutes époques et de toutes origines. Se succèdent, La procession du taureau sacré à Apis - Frederick Arthur Bridgman – 1879, Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard - Jacques-Louis David - Version de Berlin – 1801, Portrait mythologique de la famille de Louis XIV - Jean Nocret – 1670, La prise du Mont Suribachi lors de la bataille d’Iwo Jiwa . 19 février 26 mars 1945 - Joe Rosenthal – 1945, Bataille d'Alexandre contre Darius - Pietro da Cortona – 1644-1655, Portrait de Michiel de Ruyter - Ferdinand Bol – 1667, La Liberté guidant le peuple - Eugène Delacroix – 1830.

Tous ces tableaux, même sans les reconnaître instantanément, évoquent intuitivement la fascination pour l’orientalisme, le désir de conquête, l’idéalisation de la vie royale, l’influence antique, l’anti-historisme, le sacrifice de la jeunesse pour libérer une nation, les guerres contre les peuples étrangers, l’esprit d’exploration et le combat pour la liberté, c’est à dire des thèmes contenus dans le texte et la musique d’Aida.

Tableau vivant de La procession du taureau sacré à Apis (Frederick Arthur Bridgman – 1879)

Tableau vivant de La procession du taureau sacré à Apis (Frederick Arthur Bridgman – 1879)

Le procédé peut à la fois sembler anti-théâtral, puisque l’action ne raconte rien en soi, mais se révéler également ludique pour qui veut bien regarder cela d’un point de vue purement symbolique. Le sens de la dérision avec lequel s’exprime, depuis le début, la directrice scénique au détriment du personnage de Radamès qui catalyse tous les travers de l’époque où fut créé Aida, atteint son apothéose avec le dernier tableau vivant, L'apothéose d'Homère - Jean-Auguste-Dominique Ingres – 1827, où l’on peut voir une Amnéris ailée cintrer d'une couronne le front de Radamès, peu avant que le Roi incarné avec solennité et haute tenue par Soloman Howard ne l’ait adoubé. Des bribes de statues africaines détruites surgissent depuis l'arrière-scène à l’arrivée des prisonniers.

Ludovic Tézier (Amonasro)

Ludovic Tézier (Amonasro)

La seconde partie du spectacle conserve sa simplicité picturale, un confortable rideau vert en textile d’ameublement pour le Palais Royal, le cadre des tableaux situé au centre du musée pour le Temple, et le drame se déroule à travers les confrontations intimes entre Amonasro et sa fille, puis la princesse et Radamès.

Le père d’Aida est, lui aussi, représenté par une marionnette flanquée de la présence de Ludovic Tézier qui lui donne une stature forte et autoritaire nimbée de nonchalance que sa virilité vocale tendre et affirmée humanise naturellement.

Et la scène où Amonasro maudit Aida atteint un summum émotionnel inouï lorsque l’orchestre, qui s’est montré de bout en bout d’une souplesse splendide au lustre de bronze dense et étincelant, se gorge d’une tension céleste et que Sondra Radvanovsky y fond d'une lente majesté mélancolique une longue plainte modulée d’une douce beauté triste extrêmement poignante qu’elle accompagne d’un léger mouvement de recul en réaction à la douleur qui s’élève dans la solitude de la salle.

Sondra Radvanovsky (Aida) et Jonas Kaufmann (Radames)

Sondra Radvanovsky (Aida) et Jonas Kaufmann (Radames)

Et le tableau final tranche avec la symbolique théâtrale des salons du Second Empire pour s’ouvrir sur les bas-fonds caverneux d’une fosse où gisent les cadavres démembrés des sculptures africaines parmi lesquels Sondra Radvanovsky et Jonas Kaufmann se retrouvent à porter un regard désemparé sur la catastrophe non pas personnelle de leur jeune couple, mais celui d’un entier peuple qui a été totalement écrasé. Ces deux grands artistes racontent avec une humilité déconcertante un chant de désespoir qui se vit comme un appel à ne plus revivre une telle catastrophe humaine, et alors que Radamès achève son souffle sur le corps inerte de la marionnette d’Aida, l’âme de cette dernière s’évade à travers une dernière belle image, celle de Sondra Radvanovsky qui quitte le lieu en marchant solennellement vers les ombres de l’arrière-scène.

L’unité de ce spectacle, que l’on souhaite pouvoir vivre en vrai dans les prochaines années, vaut autant pour l’interprétation de tous ces superbes chanteurs que pour l’énergie somptueuse de l’orchestre, la cohésion du chœur, la maîtrise d’ensemble du plateau par Michele Mariotti, et pour les images fortes et abstraites de Virginia Chihota, jeune artiste zimbabwéenne reconnue internationalement depuis quelques années, dont l’association avec Lotte de Beer rappelle l’esprit avec lequel Peter Sellars avait mis en scène The Indian Queen au Teatro Real de Madrid en s’appuyant sur les œuvres colorées du graphiste Giugio Nicandro.

Streaming d'Aida visible sur Concert Arte jusqu'au 20 août 2021 : https://www.arte.tv/fr/videos/100855-001-A/giuseppe-verdi-aida/

Voir les commentaires

Publié le 1 Février 2021

TV-Web Février 2021 Lyrique et Musique

Chaînes publiques

Mardi 02 février 2021 sur France 2 à 21h05
Le grand échiquier - avec notamment Nicolas Guiraud, Laurence Equilbey, Roberto Alagna, le danseur étoile Paul Marque, le chorégraphe Angelin Preljocaj.

Mardi 02 février 2021 sur Culturebox (canal 19) à 21h05
Carmina Burana - Chorégies d'Orange

Vendredi 05 février 2021 sur France 5 à 20h55
Mika à l'Opéra royal de Versailles

Samedi 06 février 2021 sur Culturebox (canal 19) à 21h05
Le Ballet royal de la nuit - Théâtre royal de Caen - dm Sébastien Daucé

Dimanche 07 février 2021 sur Arte à 17h30
Un requiem allemand (Brahms) - dm Noseda - Tilling, Shushakov

Lundi 08 février 2021 sur Arte à 00h25
Mozart à Prague - Rolando Villazon rencontre Don Giovanni

Lundi 08 février 2021 sur Arte à 01h20
Mozart à Paris - Concerto Jeunehomme - dm Lars Vogt

Lundi 08 février 2021 sur Arte à 03h55
Franz Lehár - L'opérette est mon royaume

Mardi 09 février 2021 sur France 3 à 02h50
Danser sa peine - Angelin Preljocaj

Mardi 09 février 2021 sur Culturebox (canal 19) à 21h05
La Dame Blanche (Boieldieu) - Opéra de Rennes - dm Simon - ms Vignaud

Dimanche 14 février 2021 sur Arte à 18h00
Carmen, Violetta, Mimi, romantiques et fatales

Dimanche 14 février 2021 sur Arte à 18h50
Sonya Yoncheva et Vittorio Grigolo aux arènes de Vérone

Lundi 15 février 2021 sur Arte à 01h05
Roméo et Juliette - Ballet de John Cranko

Mardi 16 février 2021 sur Culturebox (canal 19) à 21h05
Don Quixote (ballet)

Mardi 16 février 2021 sur Culturebox (canal 19) à 23h00
Gala Petipa - Mariinsky

Jeudi 18 février 2021 sur Concert Arte à 19h30 (Direct)
Aida (Verdi) - Opéra de Paris - dm Mariotti - ms De Beer

Radvanovsky, Kaufmann, Tézier, Dudnikova

Vendredi 19 février 2021 sur France 5 à 20h55
Pierre et le Loup (Prokofiev) -
Court métrage d'animation de Gordon Gordon, Pierre-Emmanuel Lyet, Corentin Leconte (2013)

Dimanche 21 février 2021 sur Arte à 14h00
Aida (Verdi) - Opéra de Paris - dm Mariotti - ms De Beer

Radvanovsky, Kaufmann, Tézier, Dudnikova

Lundi 22 février 2021 sur Arte à 01h15
Beethoven, Mendelssohn, Chopin - Lisiecki, piano

Mardi 23 février 2021 sur Culturebox à 21h05
Thais (Massenet) - dm Jean-Yves Ossonce - ms Jean-Louis Grinda
Ludovic Tézier, Jean-François Borras, Philippe Kahn, Marina Rebeka, Cassandre Berthon, Valentine Lemercier

Mercredi 24 février 2021 sur France 3 à 21h05
Les 28e victoires de la musique classique (avec un hommage à Ivry Gitlis)

Dimanche 28 février 2021 sur Arte à 19h00
Elina Garanca et Juan Diego Florez au Festival de Salzbourg

Lundi 01 mars 2021 sur Arte à 00h00
Simon Rattle et les Berliner Philharmoniker - une ère de musique


Mezzo et Mezzo HD

Mercredi 03 février 2021 sur Mezzo à 20h30
Valery Gergiev dirige Samson et Dalila de Saint-Saëns

Vendredi 05 février 2021 sur Mezzo HD à 21h00
'I Capuleti e i Montecchi' de Bellini à l'Opernhaus Zürich

Samedi 06 février 2021 sur Mezzo à 20h30
Mazepa de Tchaïkovski au Mariinski de Saint-Pétersbourg

Dimanche 07 février 2021 sur Mezzo HD à 21h00
'Rigoletto' de Verdi à l'Opernhaus Zürich

Lundi 08 février 2021 sur Mezzo HD à 21h00
Callas de Reinhild Hoffmann, Ballet du Grand Théâtre de Genève

Mercredi 10 février 2021 sur Mezzo à 20h30
Orphée et Eurydice de Gluck à la Scala de Milan

Vendredi 12 février 2021 sur Mezzo HD à 21h00
Ariane à Naxos de Richard Strauss au Festival d'Aix-en-Provence

Samedi 13 février 2021 sur Mezzo HD à 19h00
Der Freischütz de Weber au Staatsoper de Munich

Dimanche 14 février 2021 sur Mezzo à 20h30
La Bohème de Puccini à l'Opéra Royal de Wallonie-Liège

Mardi 16 février 2021 sur Mezzo à 21h45
Puccini chorégraphie de Julien Lestel, Opéra de Marseille

Mercredi 17 février 2021 sur Mezzo à 20h30
Don Pasquale de Donizetti à la Monnaie de Bruxelles

Vendredi 19 février 2021 sur Mezzo HD à 20h00
'La Clémence de Titus' de Mozart au Grand Théâtre de Genève

Samedi 20 février 2021 sur Mezzo à 20h30
Hamlet d'Ambroise Thomas à l'Opéra-Comique

Dimanche 21 février 2021 sur Mezzo HD à 21h00
Ariane à Naxos de Richard Strauss au Festival d'Aix-en-Provence

Mercredi 24 février 2021 sur Mezzo à 20h30
La Belle Hélène d'Offenbach à l'Opéra de Lausanne

Vendredi 26 février 2021 sur Mezzo HD à 21h00
'Rigoletto' de Verdi à l'Opernhaus Zürich

Samedi 27 février 2021 sur Mezzo à 20h30
A définir ultérieurement

Dimanche 28 février 2021 sur Mezzo HD à 21h00
A définir ultérieurement

Web : Opéras en accès libre (cliquez sur les titres pour les liens directs avec les vidéos)

Sur Operavision, Culturebox, ConcertArte etc...

                               Février 2021

Semele (Komische Oper Berlin) jusqu'au 03 février 2021

Push (La Monnaie de Bruxelles) jusqu'au 05 février 2021

Danser l'invisible (Angelin Preljocaj) jusqu'au 05 février 2021

L'héritage de Pina Bausch jusqu'au 08 février 2021

Montserrat Caballé chante Norma jusqu'au 08 février 2021

Turandot (Croatian National Theatre in Zagreb) jusqu'au 12 février 2021

Les fantômes de Versailles (Château de Versailles) jusqu'au 14 février 2021

Don Carlos (Opéra Royal de Wallonie) jusqu'au 15 février 2021

Faust (titre provisoire) (Dutch National Opera & Ballet) jusqu'au 19 février 2021

Fidelio (Birmingham Opera Company) jusqu'au 24 février 2021

La Bohème (Opéra de Monte-Carlo) jusqu'au 26 février 2021

                               Mars 2021

Nabucco (Arènes de Vérone) jusqu'au 01 mars 2021

Fidelio (Karl Böhm au Deutsche Oper) jusqu'au 04 mars 2021

Mahler live (Opéra de Vienne) jusqu'au 04 mars 2021

Requiem de Campra (Opéra de Versailles) jusqu'au 06 mars 2021

Emmanuelle Haim dirige le Requiem de Campra (Chapelle Royale de Versailles) jusqu'au 06 mars 2021

Manon (Opéra de Hambourg) jusqu'au 12 mars 2021

Symphonies n°5 & 7 "Apothéose de la danse" (Opéra de Versailles) jusqu'au 14 mars 2021

Roméo et Juliette - Cranko (Ballet de Stuttgart) jusqu'au 15 mars 2021

Le Lac des Cygnes (Opéra national d'Ukraine) jusqu'au 18 mars 2021

Récital Alexander Antonenko (Château de Riga) jusqu'au 22 mars 2021

Orchestre Baroque de Fribourg "The trumpet shall sound" jusqu'au 22 mars 2021

La vie de Galilée (Comédie française) jusqu'au 23 mars 2021

L'oratorio de Noël de Bach (Thomaskirche Leipzig) jusqu'au 24 mars 2021

Is This The End (La Monnaie) jusqu'au 25 mars 2021

Récital Marina Rebecca (Château de Rundale) jusqu'au 25 mars 2021

Casse-Noisette (National opera of Ukraine) jusqu'au 26 mars 2021

Le Palais enchanté (Opéra de Dijon) jusqu'au 29 mars 2021

Klaus Mäkelä - 7e de Chostakovitch (Opera de Frankfurt) jusqu'au 30 mars 2021

Un opéra pour un empire, récit de la construction du Palais Garnier, jusqu'au 30 mars 2021

                               Avril 2021

Les Contes d'Hoffmann - ms Warlikowski (La Monnaie) jusqu'au 02 avril 2021

Dance or Die (Documentaire sur Ahmad Joudeh) jusqu'au 02 avril 2021

Covid fan tutte (Finnish National Opera) jusqu'au 04 avril 2021

Tronfo (Staatstheater Hannover) jusqu'au 09 avril 2021

Le concert de Paris 2020 jusqu'au 14 avril 2021

L'Amour vainqueur (Festival d'Avignon) jusqu'au 16 avril 2021

Titon et l'Aurore (Opéra Comique) jusqu'au 19 avril 2021

Fidelio (Garsington) jusqu'au 22 avril 2021

Ghost Light - Neumeier (Baden Baden) jusqu'au 23 avril 2021

Der Kaiser von Atlantis (Deutsche Oper Am Rhein) jusqu'au 30 avril 2021

                               Mai 2021

Prima Donna (Royal Swedish Opera) jusqu'au 05 mai 2021

Carmen (Staatsoper Hannover) jusqu'au 10 mai 2021

Hippolyte et Aricie (Opéra Comique) jusqu'au 13 mai 2021

Concert de fête (Opéra de Prague) jusqu'au 13 mai 2021

La Traviata (Teatro Real de Madrid) jusqu'au 14 mai 2021

Winterreise (Opéra de Zurich jusqu'au 14 mai 2021

Sonya Yoncheva et Vittorio Grigolo (Arènes de Vérone) jusqu'au 14 mai 2021

Penthesilea (Philharmonie de Paris) jusqu'au 26 mai 2021

Renaud Capuçon & Friends jouent "Les Métamorphoses" (Philharmonie de Paris) jusqu'au 27 mai 2021

Kirsten Flagstad Jubilee Concert (Den Norske Opera & Ballett) jusqu'au 28 mai 2021

Giotto Solo de Carolyn Carlson au Panthéon jusqu'au 30 mai 2021

                               Juin 2021

Don Giovanni (Gran Teatre del Liceu) jusqu'au 04 juin 2021

La Flûte enchantée (Opéra Royal de Versailles) jusqu'au 04 juin 2021

Soirée exceptionnelle "A rivedere le stelle" (La Scala de Milan) jusqu'au 08 juin 2021

Werther (Teatro Sociale di Como / Alisco) jusqu'au 13 juin 2021

La soupe Pop  (Opéra de Montpellier) jusqu'au 18 juin 2021

Casse-Noisette  (Mariinsky) jusqu'au 21 juin 2021

La Belle Hélène (Opéra de Lausanne) jusqu'au 27 juin 2021

                               Juillet 2021

Concert du nouvel an de l'Orchestre National de France jusqu'au 04 juillet 2021

Tosca (Festival d'Aix en Provence 2019) jusqu'au 05 juillet 2021

La Flûte enchantée (Macerata Opera Festival) jusqu'au 08 juillet 2021

Tim Dup (La Boule noire) jusqu'au 14 juillet 2021

Le chant de la Terre (Festival de Saint-Denis) jusqu'au 15 juillet 2021

La Passion de Simone (Royal Swedish Opera) jusqu'au 16 juillet 2021

Chantons, faisons tapage! (Opéra Comique) jusqu'au 16 juillet 2021

Il Pirata (Novaya Opera Theater) jusqu'au 23 juillet 2021

Créer aujourd'hui (Ballet de l'Opéra national de Paris) jusqu'au 30 juillet 2021

                               Août 2021

Le Barbier de Séville (Den Norske Opera & Ballet) jusqu'au 05 août 2021

                           Septembre 2021

Le vol du boli (Théâtre du Châtelet) jusqu'au 09 septembre 2021

Musique en fête jusqu'au 11 septembre 2021

                           Octobre 2021

La petite messe solennelle de Rossini (Wexford Festival Opera 2020) jusqu'au 10 octobre 2021

Turandot (Gran Teatro del Liceu) jusqu'au 12 octobre 2021

La Bohème (Opéra Royal de Wallonie) jusqu'au 13 octobre 2021

Le Barbier de Séville (Teatro La Fenice) jusqu'au 24 octobre 2021

Ottone In Villa de Vivaldi (Teatro La Fenice) jusqu'au 28 octobre 2021

                           Novembre 2021

Concert Haendel (Théâtre du Châtelet) jusqu'au 07 novembre 2021

                           Décembre 2021

9e Symphonie de Mahler (Philharmonie de Paris) jusqu'au 08 décembre 2021

Casse-Noisette (Orchestre national de Lille) jusqu'au 21 décembre 2021

                              Janvier 2022

Ariane à Naxos (Festival d'Aix-en-Provence) jusqu'au 07 janvier 2022

Balthasar Neumann Ensemble (Festival d'Aix-en-Provence) jusqu'au 10 janvier 2022

Quinte et sens - une symphonie pour les éléments (Philharmonie) jusqu'au 16 janvier 2022

Actéon (Théâtre du Châtelet) jusqu'au 19 janvier 2022

Christoph et Julian Prégardien chantent Beethoven et Schubert (Philharmonie) jusqu'au 25 janvier 2022

                              Février 2022

Dabkeh par Mehdi Kerkouche (Palais de Tokyo) jusqu'au 18 février 2022

                              Avril 2022

Le Freischütz (Théâtre des Champs-Élysées) jusqu'au 04 avril 2022

                               Mai 2022

Barbara Hannigan : rêve de Hongrie jusqu'au 25 mai 2022

                           Septembre 2022

Edward Elgar : The Dream of Gerontius (Magdalena Kozena et John Relyea) jusqu'au 25 septembre 2022

                           Décembre 2023

Concert de Noël 2020 du Philharmonique de Radio France jusqu'au 17 décembre 2023

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #TV Lyrique

Publié le 14 Janvier 2021

L’Anneau du Nibelung (Richard Wagner, 1849-1876)

Version de concert du 24 novembre (Die Walküre), 26 novembre (Das Rheingold), 28 novembre 2020 (Götterdämmerung) à l’Opéra Bastille et du 06 décembre 2020 (Siegfried) à l’auditorium de Radio France, diffusée sur France Musique les 26, 28, 30 décembre 2020 et 02 janvier 2021.

L’Anneau du Nibelung (Philippe Jordan - Cycle Ring - Opéra de Paris 2020) Bastille et Auditorium de Radio France

Wotan Iain Paterson, Fricka Ekaterina Gubanova, Siegfried Andreas Schager, Mime Gerhard Siegel
Brünnhilde Martina Serafin (Die Walküre), Ricarda Merbeth (Siegfried / Götterdämmerung)
Waltraute Ricarda Merbeth (Die Walküre) / Michaela Schuster (Götterdämmerung)
Siegmund Stuart Skelton, Sieglinde Lise Davidsen, Alberich Jochen Schmeckenbecher
Loge Norbert Ernst, Hunding Günther Groissböck, Hagen Ain Anger, Froh Matthew Newlin
Fasolt Wilhelm Schwinghammer, Fafner Dimitry Ivashchenko, Gunter Johannes Martin Kränzle
Freia Anna Gabler, Gutrune Anna Gabler, Ortlinde Anna Gabler, Donner Lauri Vasar,
Erda Wiebke Lehmkuhl, Première Norme Wiebke Lehmkuhl, Woglinde Tamara Banješević
Waldwogel Tamara Banješević, Wellgunde Christina Bock, Flosshilde Claudia Huckle,
Gerhilde Sonja Šarić, Schwertleite Katharina Magiera, Helmwige Regine Hangler,
Siegrune Julia Rutigliano, Grimgerde Noa Beinart, Rossweisse Marie-Luise Dressen

Orchestre et chœur de l’Opéra national de Paris
Direction musicale Philippe Jordan.

Jean-Yves Kaced (Directeur de l'Arop), Stéphane Lissner (Directeur général de l'Opéra de Paris) et Aurélie Dupont (Directrice de la Danse à l'Opéra de Paris) - Présentation de la saison 2019/2020 de l'Opéra national de Paris du 11 mars 2019

Jean-Yves Kaced (Directeur de l'Arop), Stéphane Lissner (Directeur général de l'Opéra de Paris) et Aurélie Dupont (Directrice de la Danse à l'Opéra de Paris) - Présentation de la saison 2019/2020 de l'Opéra national de Paris du 11 mars 2019

A l’occasion des fêtes de fin d’année, la diffusion sur France Musique du Ring de Richard Wagner enregistré à l’Opéra de Paris quelques semaines auparavant fut un évènement dont même les habitués de la grande maison parisienne, et les wagnériens les plus aguerris, n’avaient peut-être pas imaginé l’importance après la série d’altérations qu’il dut subir confronté aux lames imparables générées  par la crise sanitaire mondiale de 2020

A l’origine, Stéphane Lissner avait eu comme projet de monter ce grand cycle comme il l’avait toujours fait au cours de ses précédents mandats, que ce soit au Théâtre du Châtelet en 1996 dans la mise en scène de Pierre Strosser, au Festival d’Aix en Provence de 2006 à 2009 sous le regard de Stéphane Braunschweig, ou bien à la Scala de Milan de 2010 à 2013 dans la production de Guy Cassier enrichie par la chorégraphie de Sidi Larbi Cherkaoui.

Die Walküre - ms Günter Krämer - Opéra Bastille 2010

Die Walküre - ms Günter Krämer - Opéra Bastille 2010

L’Opéra national de Paris avait bien bénéficié d’une nouvelle production de la tétralogie confiée à Günter Krämer de 2010 et 2013, mais ses références trop allemandes avaient peu convaincu la critique ainsi qu’une partie du public. Philippe Jordan trouvait cependant un vaste champ pour se mesurer une première fois à une telle construction sonore, et après une première lecture d’une très belle clarté qui recherchait le plus grand raffinement dans l’exaltation de l’écriture des lignes orchestrales, il reprit la Tétralogie au cours de la saison 2012/2013 en renforçant ses colorations et sa puissance expressive qu’il augmenta de ses réflexions et de sa première expérience au Festival de Bayreuth 2012, où il avait pu diriger l’ultime reprise de Parsifal dans la mise en scène de Stefan Herheim à travers un spectacle d’une intelligence humaine rare mêlant brillamment imaginaire et références à l’histoire du siècle précédent. Nous étions déjà trente ans après qu’Armin Jordan, le père de ce jeune wagnérien, ait dirigé la version de Parsifal filmée par Hans Jurgen Sybergerg pour le grand écran.

Susan Maclean (Kundry) et Philippe Jordan - Parsifal - Festival de Bayreuth, le 29 juillet 2012

Susan Maclean (Kundry) et Philippe Jordan - Parsifal - Festival de Bayreuth, le 29 juillet 2012

Puis, au printemps 2014, Philippe Jordan embrasa l’Opéra Bastille en offrant une prodigieuse peinture aux mille reflets de Tristan und Isolde au cours d’une série de représentations qui furent dédiées à un homme qui aimait tant cet ouvrage, Gerard Mortier, directeur hors du commun par sa passion du drame, et qui avait su écouter le metteur en scène Peter Sellars pour réaliser ce projet qui intégrait à la scénographie les splendides vidéographies de Bill Viola.

Et c’est un autre hommage que ce chef d’orchestre amoureux wagnérien eut l’honneur de conduire l’année d’après, en plein milieu du Festival ensoleillé de l’Opéra de Munich, quand le 12 juillet 2015 Waltraud Meier fit ses adieux au rôle d’Isolde. Philippe Jordan semblait un adolescent jouant avec la volubilité musicale d’un poème créé 150 ans plus tôt au cœur de cette même cité.

Discours en hommage à Waltraud Meier à la fin de la représentation de Tristan und Isolde dirigée par Philippe Jordan au Festival d'Opéra de Munich, le 12 juillet 2015

Discours en hommage à Waltraud Meier à la fin de la représentation de Tristan und Isolde dirigée par Philippe Jordan au Festival d'Opéra de Munich, le 12 juillet 2015

Vint ensuite la grande aventure des Maîtres Chanteurs de Nuremberg, d’abord à l’opéra Bastille à la fin de l’hiver 2016, quand Philippe Jordan retrouva Stefan Herheim dans une production haut-en-couleur où le chef d’orchestre insuffla un opulent courant symphonique parcouru d’une irrésistible finesse de traits, sans oublier d’adoucir le bref passage aux réminiscences du motif de Tristan und Isolde, puis au Festival de Bayreuth 2017 qui lui offrit la chance de diriger la meilleure production du festival depuis le Parsifal d’Herheim. Ainsi, associé au génie de Barrie Kosky, Philippe Jordan devient le maître des Meistersinger von Nürnberg trois ans d’affilée.

Mais entre temps, il dut également parfaire son sens de la théâtralité à travers une œuvre à la violence exacerbée, Lohengrin, qui salua sur la scène Bastille le retour sur scène de Jonas Kaufmann début 2017, chanteur qui avait du s’arrêter plusieurs mois d’affilée suite à une blessure vocale accidentelle.

Philippe Jordan - Die Meistersinger von Nürnberg - Festival de Bayreuth, le 28 juillet 2018

Philippe Jordan - Die Meistersinger von Nürnberg - Festival de Bayreuth, le 28 juillet 2018

Et après une nouvelle production de Parsifal et une dernière reprise toujours aussi musicalement fabuleuse de Tristan und Isolde en 2018, le projet d’un nouveau Ring à l’Opéra de Paris fut enfin initié, avec Calixto Bieito à la mise en scène, un créateur à qui l’opéra de Stuttgart dut un impressionnant Parsifal apocalyptique inspiré de la littérature de science fiction. Connaissant l’esthétique et la sensibilité politique d’un des hommes de théâtre qu’il apprécie énormément, Stéphane Lissner eut grand soin de lui suggérer de prendre en compte la valeur poétique du monument wagnérien. Philippe Jordan venait par ailleurs de faire ses débuts au Metropolitan Opéra de New-York au cours du printemps 2019, le prolongement d’un rêve que son père n’eut pas le temps de réaliser, pour diriger la reprise du Ring du canadien Robert Lepage.

Philippe Jordan, Martina Serafin, Andreas Schager, Ekaterina Gubanova, Matthias Goerne - Répétition générale de Tristan und Isolde du 07 septembre 2018 à l'Opéra Bastille

Philippe Jordan, Martina Serafin, Andreas Schager, Ekaterina Gubanova, Matthias Goerne - Répétition générale de Tristan und Isolde du 07 septembre 2018 à l'Opéra Bastille

Les malheurs du nouveau Ring parisien ne tardèrent pas à poindre. Les annulations de L’Or du Rhin et de La Walkyrie, en plein confinement, ne découragèrent pourtant pas Stéphane Lissner qui imagina pour un temps bousculer son planning afin de les reprogrammer en septembre 2020, avant que le projet ne paraisse plus possible. Et suite à l’accélération de son départ pour le San Carlo de Naples, à l’acceptation de sa proposition de débuter immédiatement les travaux de rénovation des scènes du Palais Garnier et de l’Opéra Bastille, et à la précipitation de l’arrivée d’Alexander Neef, son successeur à la direction de l’Opéra de Paris, deux cycles complets furent finalement programmés en version de concert, sous l’impulsion d’un Philippe Jordan qui ne pouvait imaginer quitter ainsi une maison qu’il avait tant aimé pendant onze ans, avec un premier cycle joué à Bastille fin novembre, et un second cycle interprété à l’auditorium de Radio France début décembre 2020. Le second confinement vint fatalement dissoudre l’espoir de représentation de ce cycle en public, mais pas la formidable détermination du chef d’orchestre dont l’énergie pouvait encore porter à son terme un projet qui restait possible même en absence du public, les artistes étant cette fois autorisés à répéter sous contrainte confinatoire. Le Ring serait joué à l’Opéra Bastille et diffusé en direct sur France Musique du 23 au 28 novembre 2020.

Martina Serafin (Sieglinde) et Stuart Skelton (Siegmund) - Die Walküre - dm Philippe Jordan, le 17 février 2013 à l'Opéra Bastille

Martina Serafin (Sieglinde) et Stuart Skelton (Siegmund) - Die Walküre - dm Philippe Jordan, le 17 février 2013 à l'Opéra Bastille

Mais en plein milieu du second confinement, l’un des solistes fut atteint par le covid ce qui entraîna l’interruption de toutes les répétitions pendant sept jours, mais toujours pas la pugnacité de la maison qui réussit à reprogrammer et enregistrer les quatre épisodes dans le désordre, La Walkyrie, L’Or du Rhin et Le Crépuscule des Dieux à Bastille, et Siegfried à l’auditorium de Radio France, tout en devant remplacer Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek, les deux interprètes de Siegmund et Sieglinde, par Stuart Skelton et Lise Davidsen. Et afin de respecter l’ordre chronologique de l’Anneau du Nibelung, le cycle serait finalement diffusé en différé au cours de la période de Noël, du 26 décembre 2020 au 02 janvier 2021.

Au delà de cette remarquable leçon d’organisation, d’adaptabilité et de volonté de tous les acteurs, le résultat dépassa probablement toutes les attentes, et le documentaire de Jérémie Cuvillier, Une odyssée du Ring, prépara les esprits en ouvrant une fenêtre intime sur l’univers des répétitions, en dévoilant ses aléas, et en brossant un portrait attachant des principaux chanteurs amenés à présenter de manière très naturelle chacun des personnages qu’ils incarnaient. Même l’ambiance concentrée du studio où opérait l’équipe de prise de son, l’œil à la fois sur les partitions, la scène et les ordinateurs, fut restituée. L’imaginaire pouvait à présent prendre toute sa place et laisser le visuel s’effacer pour quinze heures de musique d’affilée.

Ekaterina Gubanova (Brangäne) - dm Philippe Jordan - Tristan und Isolde, le 11 septembre 2018 à l'Opéra Bastille

Ekaterina Gubanova (Brangäne) - dm Philippe Jordan - Tristan und Isolde, le 11 septembre 2018 à l'Opéra Bastille

Le soir de la diffusion de l’Or du Rhin, c’est d’abord l’impressionnante sensation de proximité qui saisit les auditeurs, alors que le système de diffusion de France Musique tend à densifier le son issu de l’enregistrement initial qui avait pris soin en amont de détailler les instants les plus murmurés, rendant l’expérience passionnante à vivre. D’autant plus que Philippe Jordan offre une version bien différente de celle de 2010. De deux heures et trente minutes, le prologue ne dure plus que deux heures et seize minutes, et le drame se révèle retravaillé, gorgé d’influx sanguins et bardé de cuivres clairs, alors que le rendu sonore de la première version avait laissé des évocations de paysages un peu lointains. Fort impressives,  les voix des premiers artistes conviés à ce prologue se correspondent  parfaitement, du mordant un peu carnivore de Jochen Schmeckenbecher (Alberich) au Mime extraordinairement expressif et carnassier de Gerhard Siegel, deux interprètes coutumiers non sans raison des œuvres d’Alban Berg, donnant la réplique à un Wotan dont les nuances soignées par Iain Paterson ont tendance à le rajeunir et lui rendre un visage insolent. Et avec un Loge chanté par Norbert Ernst qui a la naïveté du David des Meistersinger von Nürnberg, une Fricka à la véhémence teintée de noirceur morbide par la rage aristocratique d’ Ekaterina Gubanova, et enfin une Erda dominante au langage à la fois sauvage et raffiné sous les lèvres Wiebke Lehmkuhl, l’ensemble recrée un monde profondément vivant et humain avec lequel l’auditeur n’a plus qu’à faire corps et âme en se laissant porter par l’écoute.

Günther Groissböck (Hunding) - Die Walküre - dm Philippe Jordan, le 17 février 2013 à l'Opéra Bastille

Günther Groissböck (Hunding) - Die Walküre - dm Philippe Jordan, le 17 février 2013 à l'Opéra Bastille

La Walkyrie, première journée qui est la plus célèbre et la plus attendue, bénéfice d’une présentation par Philippe Jordan qui fut diffusée quelques heures auparavant à la radio, où le grand orchestrateur de ce projet fou exhorta les auditeurs à pousser le volume à fond dès l’ouverture afin de vibrer au souffle en furie de la tempête qui s’y déploie majestueusement, quitte à devoir gérer de possibles problèmes de voisinage. Probablement, beaucoup suivirent la consigne et retrouvèrent la douceur de ce polissage parfait qui est l’un des savoir-faire du chef d’orchestre autant que la magnifique instillation des différentes strates orchestrales s’échelonnant et s’emballant dans une urgente ivresse sonore. Stuart Skelton, au timbre chaleureux et intimement bienveillant, n’a pas moins la robustesse de Siegmund, et Lise Davidsen, une poigne de fer aux tendres inflexions mâtinées d’angoisse, laisse transparaître de grands arcs de vaillance qui s’épanouiront totalement aux deux actes suivants où son caractère puissant mais introspectif rejoint pleinement celui de Sieglinde. L’époux de cette dernière, Hunding, est un homme fort et âpre dont Günther Groissböck maîtrise instinctivement les amalgames de noirceur qui en font un personnage toujours inquiétant. Il incarnait déjà ce personnage il y a sept ans, et faisait aussi partie de la distribution de 2010 où il jouait le rôle de Fafner dans L'Or du Rhin auprès de Iain Paterson qui, lui, était Fasolt .

Après une exaltante fuite orchestrale à travers de sombres forêts, la charge annonçant l’arrivée de Wotan et de sa fille préférée, Brünnhilde, porte au premier plan Martina Serafin, elle qui incarnait Sieglinde auprès de Stuart Skelton et Günther Groissböck sept ans auparavant sur la même scène. Certes, ses extrêmes aigus ne peuvent se départir d’un fort caractère naturaliste, mais son art de la déclamation des élans du cœur ne sera autant touchant que lors de ses adieux à son père au moment de rejoindre le grandiose bûcher final. Et quel déchaînement orchestral dans un tonnerre à pas de géant s’accélérant sur la monté de la colère de Wotan, comme si Philippe Jordan réveillait un dieu incontrôlable!
Cette épisode surprit aussi l’auditeur car la dynamique étrange du système de transmission de Radio France amplifiait à certains moments les effets de rapprochement et d’éloignement vis-à-vis des chanteurs, tout en créant une impression de mouvements dans la scène qui amenait parfois l’oreille de chacun au bord des lèvres des chanteurs.

Andreas Schager (Parsifal) et Anja Kampe (Kundry) - Parsifal - dm Philippe Jordan, le 13 mai 2018 à l'Opéra Bastille

Andreas Schager (Parsifal) et Anja Kampe (Kundry) - Parsifal - dm Philippe Jordan, le 13 mai 2018 à l'Opéra Bastille

La seconde journée, Siegfried, va ensuite révéler que la prise de son au sein de l’auditorium de Radio France, qui est un amphithéâtre totalement circulaire qui ne peut accueillir que 1400 personnes en temps normal, ne laisse transparaître aucun déséquilibre dans la restitution orchestrale et vocale par rapport à l’enregistrement des autres volets, bien au contraire. Andreas Schager, chanteur qui s’est fait remarqué en 2009 au Festival d’Erl lors de son interprétation du David des Meistersinger von Nürnberg, est merveilleux par la clarté poétique avec laquelle il fait vivre les images qu’évoque Siegfried, et Gerhard Siegel simule les faux sentiments d’amour que Mime lui porte avec un piqué et une précision d’inflexion extrêmement délicate. L’orchestre de l’Opéra de Paris est une merveille de limpidité et d’entrelacs excellemment contrastés tout en donnant l’impression que l’on navigue dans l’atmosphère dense et légère d’une planète gigantesque. Et il y a aussi l’espièglerie aiguë d’une très grande netteté de l’oiseau  de la forêt incarné par Tamara Banješević, le métal sensuel de Wiebke Lehmkuhl, et la présence au dernier acte d’une nouvelle Brünnhilde, Ricarda Merbeth, qui, à l’instar de Martina Serafin, fut elle aussi une vaillante Sieglinde à l’Opéra de Paris en 2010. Son timbre se reconnaît parmi tant d’autres de par ses vibrations au velours éthéré que l’on identifiait déjà à la fin de la première journée où elle chantait Waltraute.

De gauche à droite et de haut en bas : Etienne Pipard (Musicien metteur en onde à Radio France), Martina Serafin (Brünnhilde), Stuart Skelton (Siegmund), Iain Paterson (Wotan), Philippe Jordan (Directeur musical), Andreas Schager (Siegfried), Ekaterina Gubanova (Fricka), Alexander Neef (Directeur général de l'Opéra de Paris), Ricarda Merbeth (Brünnhilde)

De gauche à droite et de haut en bas : Etienne Pipard (Musicien metteur en onde à Radio France), Martina Serafin (Brünnhilde), Stuart Skelton (Siegmund), Iain Paterson (Wotan), Philippe Jordan (Directeur musical), Andreas Schager (Siegfried), Ekaterina Gubanova (Fricka), Alexander Neef (Directeur général de l'Opéra de Paris), Ricarda Merbeth (Brünnhilde)

Mais c’est bien entendu au cours de la dernière journée, Götterdämmerung, que son chant et son souffle puissant s’épanouissent à travers une tessiture claire et ouateuse, une vigueur sans le moindre durcissement métallique qui peint une figure hautement féminine à cœur battant de Brünnhilde. L’enchaînement des confrontations baigne dans un océan de lumière au moelleux d’une finesse dont on ne cesse de s’émerveiller, comme au cours des sombres avertissements de Michaela Schuster (Waltraude) envers Brunnïlde ou des ruminations de l’impressionnant Hagen de Ain Anger et de l’Alberich torturé de Jochen Schmeckenbecher, et la dernière partie du second acte offre enfin au choeur de l'Opéra de Paris l'occasion de se fondre à l'unité orchestrale. La tendresse qui émane d’Andreas Schager au dernier acte achève aussi de parfaire une attache affective à ce cycle dont beaucoup souhaitent qu’il ne soit pas perdu et fasse l’objet d’une édition discographique de référence qui serait aussi le témoignage d’une époque exceptionnelle, en attendant de découvrir la version scénique de ce cycle complet sur la scène Bastille à partir de 2023 et jusqu'en 2026, année qui célèbrera les 150 ans de la création de l'Anneau du Nibelung au Festival de Bayreuth.

Voir les commentaires

Publié le 1 Janvier 2021

TV-Web Janvier 2021 Lyrique et Musique

Chaînes publiques

Vendredi 01 janvier 2021 sur France 2 à 11h15
Concert du Nouvel An - Musikverein Vienne - dm Muti

Vendredi 01 janvier 2021 sur France 2 à 12h15
Concert du Nouvel An - Musikverein Vienne - dm Muti

Vendredi 01 janvier 2021 sur France 2 à 14h00
Escapades viennoises - Stéphane Bern

Vendredi 01 janvier 2021 sur France 2 à 15h05
Gautier Capuçon : "Un été en France"

Vendredi 01 janvier 2021 sur Arte à 18h40
Concert du Nouvel An à la Fenice de Venise - dm Harding

Samedi 02 janvier 2021 sur France 5 à 22h20
Mon premier Lac des Cygnes

Dimanche 03 janvier 2021 sur France 3 à 02h35
La Bohème (Puccini) - Opéra de Paris - ms Guth - dm Dudamel

Dimanche 03 janvier 2021 sur Arte à 10h30
Graines d'étoiles... cinq ans après (1/5)

Dimanche 03 janvier 2021 sur Arte à 18h00
Vivaldi, le génie des "Quatre saisons"

Dimanche 03 janvier 2021 sur Arte à 18h55
Carnevale 1729, un concert à Venise - avec Ann Hallenberg - dm Zefira Valova

Lundi 04 janvier 2021 sur Arte à 00h45
Les Contes d'Hoffmann - La Monnaie - dm Altinoglu - ms Warlikowski

Petibon, Cutler, Losier, Brunet-Grupposo, Bretz

Mercredi 06 janvier 2021 sur Arte à 03h30
Concerto per l'Italia - Riccardo Chailly, Maxim Vengerov

Mercredi 06 janvier 2021 sur Arte à 11h10
Vivaldi, le génie des "Quatre saisons"

Dimanche 10 janvier 2021 sur Arte à 11h20
Graines d'étoiles... cinq ans après (2/5)

Dimanche 10 janvier 2021 sur Arte à 18h55
Montserrat Caballé chante Norma

Dimanche 10 janvier 2021 sur Arte à 23h45
L'héritage de Pina Bausch

Lundi 11 janvier 2021 sur Arte à 00h40
András Schiff joue Bach, Beethoven et Schubert

Vendredi 15 janvier 2021 sur France 5 à 20h55
Chantons, faisons tapage : Laurent Campellone, Thomas Jolly et son équipe ont imaginé un concert de retrouvailles pétillant : d'Offenbach à Poulenc, en passant par Bizet, Delibes, Gounod, ou Saint-Saëns, les artistes de Fantasio reprennent à leur compte le répertoire de l'opéra-comique, avec le choeur Aedes et l'Orchestre de chambre de Paris. Au cours de ce concert exceptionnel, les téléspectateurs pourront découvrir ou redécouvrir des extraits de "Carmen", "Lakmé", "Fantasio", "La vie parisienne" ou encore de "Figure humaine" avec l'Orchestre de chambre de Paris.

Samedi 16 janvier 2021 sur Arte à 03h00
Dance or Die - le parcours d'Ahmad Joudeh, danseur syrien

Dimanche 17 janvier 2021 sur Arte à 10h45
Graines d'étoiles... cinq ans après (3/5)

Lundi 18 janvier 2021 sur Arte à 00h05
"Boléro", le refrain du monde

Lundi 18 janvier 2021 sur Arte à 01h00
Quatre chorégraphes d'aujourd'hui à l'Opéra de Paris

Thierrée / Shechter / Pérez / Pite

Lundi 18 janvier 2021 sur France 5 à 20h50
Tous les matins du monde (film d'Alain Corneau - 1991)

Mardi 19 janvier 2021 sur France 5 à 00h45
Callas, Kennedy, Onassis : deux reines pour un roi

Jeudi 21 janvier 2021 sur France 3 à 23h20
Danser sa peine - documentaire sur Angelin Preljocaj

Samedi 23 janvier 2021 sur Arte à 00h45
Franz Liszt, la première rock star

Samedi 23 janvier 2021 sur Arte à 02h50
La fresque - Angelin Preljocaj (2017)

Dimanche 24 janvier 2021 sur Arte à 10h45
Graines d'étoiles... cinq ans après (4/5)

Dimanche 24 janvier 2021 sur Arte à 18h55
Quinte et sens - Une symphonie pour les éléments - Orchestre de Paris à la Philharmonie

Dimanche 24 janvier 2021 sur Arte à 23h45
Ghost Light (John Neumeier)

Lundi 25 janvier 2021 sur Arte à 02h00
Move! - Sylvia Camarda

Mardi 26 janvier 2021 sur Arte à 13h35
L'Aigle des Mers (Film de Michael Curtiz) - Musique Erich Wolfgang Korngold

Mercredi 27 janvier 2021 sur France 3 à 01h55
Danser sa peine - documentaire sur Angelin Preljocaj

Vendredi 29 janvier 2021 sur Arte à 02h40
La fresque - Angelin Preljocaj (2017)

Vendredi 29 janvier 2021 sur France 5 à 20h55
Chorégraphes contemporains à l'Opéra de Paris

Cherkaoui, Voelker, Jalet, Kerkouche

Vendredi 29 janvier 2021 sur France 5 à 22h15
Angelin Preljocaj - danser l'invisible

Samedi 30 janvier 2021 sur Arte à 20h50
Un opéra pour un empire - récit de la construction de l'Opéra de Paris

Dimanche 31 janvier 2021 sur Arte à 10h55
Graines d'étoiles... cinq ans après (5/5)

Dimanche 31 janvier 2021 sur Arte à 19h00
Daniil Trifonov interprète Chopin

Lundi 01 février 2021 sur Arte à 00h05
La magnificence des grands Opéras

Lundi 01 février 2021 sur Arte à 01h00
Nabucco (Verdi) aux Arènes de Vérone - ms Bernard - dm Oren

 

Mezzo et Mezzo HD

Samedi 02 janvier 2021 sur Mezzo à 20h30
Falstaff de Verdi au Teatro Real de Madrid

Dimanche 03 janvier 2021 sur Mezzo HD à 21h00
La Fiancée du Tsar de Rimski-Korsakov au Bolchoï de Moscou

Mercredi 06 janvier 2021 sur Mezzo à 20h30
Aïda de Verdi au Grand Théâtre de Genève

Vendredi 08 janvier 2021 sur Mezzo HD à 21h00
Valery Gergiev dirige Samson et Dalila de Saint-Saëns

Samedi 09 janvier 2021 sur Mezzo à 20h30
La Bohème de Puccini au Metropolitan Opera

Dimanche 10 janvier 2021 sur Mezzo HD à 21h00
Fidelio de Beethoven au Theater an der Wien

Mercredi 13 janvier 2021 sur Mezzo à 20h30
Elektra de Strauss au Metropolitan Opera de New York

Vendredi 15 janvier 2021 sur Mezzo HD à 21h00
Rusalka de Dvorák au Teatro Real de Madrid

Samedi 16 janvier 2021 sur Mezzo à 20h30
Le Comte Ory de Rossini à l'Opéra Comique

Dimanche 17 janvier 2021 sur Mezzo HD à 21h00
'Werther' de Massenet au Staatsoper de Vienne

Mercredi 20 janvier 2021 sur Mezzo à 20h30
Carlo il Calvo de Porpora au Festival Baroque de Bayreuth

Vendredi 22 janvier 2021 sur Mezzo HD à 21h00
La Fiancée du Tsar de Rimski-Korsakov au Bolchoï de Moscou

Samedi 23 janvier 2021 sur Mezzo à 20h30
Mitridate de Mozart au Théâtre des Champs-Elysées

Dimanche 24 janvier 2021 sur Mezzo HD à 21h00
Mazepa de Tchaïkovski au Mariinski de Saint-Pétersbourg

Mercredi 27 janvier 2021 sur Mezzo à 20h30
La Clémence de Titus de Mozart à l'Opéra Royal de Wallonie-Liège

Vendredi 29 janvier 2021 sur Mezzo HD à 21h00
Fidelio de Beethoven au Theater an der Wien

Samedi 30 janvier 2021 sur Mezzo à 20h30
La Fiancée du Tsar de Rimski-Korsakov au Bolchoï de Moscou

Dimanche 31 janvier 2021 sur Mezzo HD à 21h00
'Werther' de Massenet à l'Opernhaus Zürich

Web : Opéras en accès libre (cliquez sur les titres pour les liens directs avec les vidéos)

Sur Operavision, Culturebox, ConcertArte etc...

                               Janvier 2021

Les Indes Galantes (Bayerische Staatsoper) jusqu'au 01 janvier 2021

Karita Mattila (Savonlinna 2020) jusqu'au 01 janvier 2021

Die tote Stadt (La Monnaie) jusqu'au 03 janvier 2021

Jenufa (La Monnaie) jusqu'au 03 janvier 2021

Don Pasquale (La Monnaie) jusqu'au 03 janvier 2021

Rachmaninov (La Monnaie) jusqu'au 03 janvier 2021

Tosca (New Zealand Opera) jusqu'au 04 janvier 2021

Madame Butterfly (Chorégies d'Orange ) jusqu'au 04 janvier 2021

Magdalena Kozena et Simon Rattle (Festival d'Aix-en-Provence) jusqu'au 05 janvier 2021

Les Noces de Figaro (Grand Théâtre de Genève) jusqu'au 06 janvier 2021

Florilège Offenbach (Philharmonie de Cologne) jusqu'au 07 janvier 2021

L'Orfeo (Nederlandse Reisopera) jusqu'au 07 janvier 2021

Jakub Jozef Orlinski et Michal Biel (Festival d'Aix-en-Provence) jusqu'au 07 janvier 2021

Christian Gerhaher et Gerold Huber (Festival d'Aix-en-Provence) jusqu'au 11 janvier 2021

Carmina Burana (Chorégies d'Orange) jusqu'au 11 janvier 2021

Sabine Devieilhe et Mathieu Pordoy (Festival d'Aix-en-Provence) jusqu'au 13 janvier 2021

Lohengrin (Staatsoper Berlin) avec Roberto Alagna jusqu'au 15 janvier 2021

Cendrillon (Opéra National de Paris) jusqu'au 17 janvier 2021

Infinite Now (Opera Ballet Vlaanderen) jusqu'au 18 janvier 2021

Le Requiem de Verdi (Chorégies d'Orange) jusqu'au 18 janvier 2021

Simon Boccanegra (Opéra de Zurich) jusqu'au 20 janvier 2021

Sabine Devieilhe (Opéra de Lyon) jusqu'au 20 janvier 2021

Cendrillon (Massenet) au Komische Oper Berlin jusqu'au 20 janvier 2021

The Opera Locos (Théâtre libre) jusqu'au 21 janvier 2021

Christmas in Vienna 2020 (Hotel Sacher - Cathédrâle Saint-Etienne) jusqu'au 22 janvier 2021

Chantons, faisons tapage (Opéra Comique) jusqu'au 22 janvier 2021

Maria Callas - Tosca Acte II  (Covent Garden) jusqu'au 23 janvier 2021

Le Barbier de Séville (Teatro de la Maestranza) jusqu'au 25 janvier 2021

L'enlèvement au Sérail (Grand Théâtre de Genève) jusqu'au 25 janvier 2021

Promenade musicale à Versailles jusqu'au 25 janvier 2021

Le pays du sourire (Opéra de Zurich) jusqu'au 25 janvier 2021

Les Contes d'Hoffmann (Komische Oper Berlin) jusqu'au 27 janvier 2021

The Flying Dutchman (Finnish National Opera & Ballet) jusqu'au 29 janvier 2021

Carnevale 1729, un concert à Venise jusqu'au 29 janvier 2021

Concert du Nouvel An à la Fenice jusqu'au 31 janvier 2021

                               Février 2021

Semele (Komische Oper Berlin) jusqu'au 03 février 2021

Push (La Monnaie de Bruxelles) jusqu'au 05 février 2021

L'héritage de Pina Bausch jusqu'au 08 février 2021

Montserrat Caballé chante Norma jusqu'au 08 février 2021

Turandot (Croatian National Theatre in Zagreb) jusqu'au 12 février 2021

Les fantômes de Versailles (Château de Versailles) jusqu'au 14 février 2021

Don Carlos (Opéra Royal de Wallonie) jusqu'au 15 février 2021

Faust (titre provisoire) (Dutch National Opera & Ballet) jusqu'au 19 février 2021

Fidelio (Birmingham Opera Company) jusqu'au 24 février 2021

La Bohème (Opéra de Monte-Carlo) jusqu'au 26 février 2021

                               Mars 2021

Fidelio (Karl Böhm au Deutsche Oper) jusqu'au 04 mars 2021

Mahler live (Opéra de Vienne) jusqu'au 04 mars 2021

Requiem de Campra (Opéra de Versailles) jusqu'au 06 mars 2021

Emmanuelle Haim dirige le Requiem de Campra (Chapelle Royale de Versailles) jusqu'au 06 mars 2021

Symphonies n°5 & 7 "Apothéose de la danse" (Opéra de Versailles) jusqu'au 14 mars 2021

Le Lac des Cygnes (Opéra national d'Ukraine) jusqu'au 18 mars 2021

Récital Alexander Antonenko (Château de Riga) jusqu'au 22 mars 2021

Orchestre Baroque de Fribourg "The trumpet shall sound" jusqu'au 22 mars 2021

La vie de Galilée (Comédie française) jusqu'au 23 mars 2021

L'oratorio de Noël de Bach (Thomaskirche Leipzig) jusqu'au 24 mars 2021

Is This The End (La Monnaie) jusqu'au 25 mars 2021

Récital Marina Rebecca (Château de Rundale) jusqu'au 25 mars 2021

Casse-Noisette (National opera of Ukraine) jusqu'au 26 mars 2021

Klaus Mäkelä - 7e de Chostakovitch (Opera de Frankfurt) jusqu'au 30 mars 2021

Un opéra pour un empire, récit de la construction du Palais Garnier, jusqu'au 30 mars 2021

                               Avril 2021

Les Contes d'Hoffmann - ms Warlikowski (La Monnaie) jusqu'au 02 avril 2021

Dance or Die (Documentaire sur Ahmad Joudeh) jusqu'au 02 avril 2021

Covid fan tutte (Finnish National Opera) jusqu'au 04 avril 2021

Tronfo (Staatstheater Hannover) jusqu'au 09 avril 2021

Le concert de Paris 2020 jusqu'au 14 avril 2021

L'Amour vainqueur (Festival d'Avignon) jusqu'au 16 avril 2021

Titon et l'Aurore (Opéra Comique) jusqu'au 19 avril 2021

Fidelio (Garsington) jusqu'au 22 avril 2021

Der Kaiser von Atlantis (Deutsche Oper Am Rhein) jusqu'au 30 avril 2021

                               Mai 2021

Prima Donna (Royal Swedish Opera) jusqu'au 05 mai 2021

Carmen (Staatsoper Hannover) jusqu'au 10 mai 2021

Hippolyte et Aricie (Opéra Comique) jusqu'au 13 mai 2021

Concert de fête (Opéra de Prague) jusqu'au 13 mai 2021

La Traviata (Teatro Real de Madrid) jusqu'au 14 mai 2021

Quatre chorégraphes contemporains (Opéra national de Paris) jusqu'au 16 mai 2021

Penthesilea (Philharmonie de Paris) jusqu'au 26 mai 2021

Renaud Capuçon & Friends jouent "Les Métamorphoses" (Philharmonie de Paris) jusqu'au 27 mai 2021

Kirsten Flagstad Jubilee Concert (Den Norske Opera & Ballett) jusqu'au 28 mai 2021

Giotto Solo de Carolyn Carlson au Panthéon jusqu'au 30 mai 2021

                               Juin 2021

Don Giovanni (Gran Teatre del Liceu) jusqu'au 04 juin 2021

La Flûte enchantée (Opéra Royal de Versailles) jusqu'au 04 juin 2021

Soirée exceptionnelle "A rivedere le stelle" (La Scala de Milan) jusqu'au 08 juin 2021

Werther (Teatro Sociale di Como / Alisco) jusqu'au 13 juin 2021

La soupe Pop  (Opéra de Montpellier) jusqu'au 18 juin 2021

Casse-Noisette  (Mariinsky) jusqu'au 21 juin 2021

La Belle Hélène (Opéra de Lausanne) jusqu'au 27 juin 2021

                               Juillet 2021

Concert du nouvel an de l'Orchestre National de France jusqu'au 04 juillet 2021

Tosca (Festival d'Aix en Provence 2019) jusqu'au 05 juillet 2021

La Flûte enchantée (Macerata Opera Festival) jusqu'au 08 juillet 2021

Tim Dup (La Boule noire) jusqu'au 14 juillet 2021

Le chant de la Terre (Festival de Saint-Denis) jusqu'au 15 juillet 2021

La Passion de Simone (Royal Swedish Opera) jusqu'au 16 juillet 2021

                           Septembre 2021

Le vol du boli (Théâtre du Châtelet) jusqu'au 09 septembre 2021

Musique en fête jusqu'au 11 septembre 2021

                           Octobre 2021

La petite messe solennelle de Rossini (Wexford Festival Opera 2020) jusqu'au 10 octobre 2021

Turandot (Gran Teatro del Liceu) jusqu'au 12 octobre 2021

La Bohème (Opéra Royal de Wallonie) jusqu'au 13 octobre 2021

Le Barbier de Séville (Teatro La Fenice) jusqu'au 24 octobre 2021

Ottone In Villa de Vivaldi (Teatro La Fenice) jusqu'au 28 octobre 2021

                           Novembre 2021

Concert Haendel (Théâtre du Châtelet) jusqu'au 07 novembre 2021

                           Décembre 2021

9e Symphonie de Mahler (Philharmonie de Paris) jusqu'au 08 décembre 2021

Casse-Noisette (Orchestre national de Lille) jusqu'au 21 décembre 2021

                              Janvier 2022

Ariane à Naxos (Festival d'Aix-en-Provence) jusqu'au 07 janvier 2022

Balthasar Neumann Ensemble (Festival d'Aix-en-Provence) jusqu'au 10 janvier 2022

Quinte et sens - une symphonie pour les éléments (Philharmonie) jusqu'au 16 janvier 2022

                               Mai 2022

Barbara Hannigan : rêve de Hongrie jusqu'au 25 mai 2022

                           Septembre 2022

Edward Elgar : The Dream of Gerontius (Magdalena Kozena et John Relyea) jusqu'au 25 septembre 2022

                           Décembre 2023

Concert de Noël 2020 du Philharmonique de Radio France jusqu'au 17 décembre 2023

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #TV Lyrique

Publié le 29 Décembre 2020

Nicolas Bertin, Phaéton sur le char du Soleil (vers 1720)

Nicolas Bertin, Phaéton sur le char du Soleil (vers 1720)

Toutefois, les informations sont fortement lacunaires jusqu’en 1749, date à laquelle le roi confia le privilège non pas à un particulier mais à un corps public, la ville de Paris. Ce répertoire est donc reconstitué partiellement grâce à Artlyriquefr.fr et Operabaroque.fr.

Mais étant donné que le nombre de représentations données pour chaque œuvre est rarement connu de façon exhaustive, il est plutôt proposé de classer les œuvres à succès par leur nombre de reprises connues à l’Académie Royale de Musique, et par la régularité de ces reprises. Ce classement est donc à prendre en considération uniquement pour les tendances qu’il dégage, et pas comme un classement ferme et définitif.

Toutes les œuvres citées ont été reprises au moins une fois, et un rappel du classement au temps de la période ramiste (1733-1764) permet de visualiser comment le répertoire lullyste va évoluer jusqu’au milieu du XVIIIe siècle.

Le répertoire de l'Opéra de Paris de 1671 à 1764. Classement des œuvres le plus souvent reprises.

Le répertoire de l'Opéra de Paris de 1671 à 1764. Classement des œuvres le plus souvent reprises.

La découverte des opéras italiens (1645 à 1662)

Sous Louis XIV, la cour du Roi de France accueillit favorablement, dans un premier temps, les splendeurs du Grand Opéra Baroque italien présentées par le Cardinal Mazarin (né Mazzarini), La Finta Pazza (1645) de Sacrati, donnée à la salle du Petit Bourbon, ou bien L’Egisto (1646) de Cavalli et L’Orfeo (1647) de Rossi représentées au théâtre du Palais Royal construit par le Cardinal Richelieu.

En février 1653, au cour du Carnaval de Paris, un jeune danseur florentin, formé en France au jeu et à la danse, participe au Ballet de la Nuit inspiré des fêtes vénitiennes et florentines et commandé par Mazarin pour la salle du Petit Bourbon. Ce danseur se prénomme Lully.

Le nozze di Peleo e Teti Ambito de Francesco Albani (1650)

Le nozze di Peleo e Teti Ambito de Francesco Albani (1650)

L’année suivante, Louis XIV danse Apollon accompagné par Lully au cours d’une comédie de Caproli, Le Nozze di Peleo e di Teti, commandée également par Mazarin pour la salle du Petit Bourbon.

Puis, en 1659, Mazarin fait construire une nouvelle salle gigantesque située dans le prolongement du Château des Tuileries, la Salle des Machines, mais meurt avant d’avoir pu assister à la création d’Ercole amante de Cavalli (1662) qui incorpore des ballets de Lully. Il a toutefois le temps de monter un autre opéra de Cavalli, Xerxe, sur une scène temporaire installée dans la Grande galerie du Louvre en 1660.

L’ajout de ballets et la substitution, dans certaines conditions, de barytons aux chanteurs castrats permettent ainsi d’adapter toutes ces œuvres au goût français.

Decorations et machines aprestées aux Nopces de Tetis, ballet royal (1654)

Decorations et machines aprestées aux Nopces de Tetis, ballet royal (1654)

Mais à la disparition de Mazarin, la scène se trouve dominée par Lully et Molière qui produiront 11 comédie-ballets  entre 1661 et 1671: Les Fâcheux, Le Mariage Forcé, La Princesse d'Elide, L'Amour Médecin, La Pastorale Comique, Le Sicilien, Georges Dandin, Monsieur de Pourceaugnac, Les Amants Magnifiques, Le Bourgeois Gentilhomme, La Comtesse d'Escarbagnas.

Lully perfectionne ainsi sa technique d’insertion d’airs chantés et dansés à un déroulé dramatique continu. Sa collaboration avec Molière aboutit à la création de Psyché, une tragédie-ballet à machines qui sera jouée à la Salle des Machines, le 17 janvier 1671, en présence du Roi.

Le répertoire de l'Opéra de Paris de 1671 à 1764. Classement des œuvres le plus souvent reprises.

Le répertoire de l'Opéra de Paris de 1671 à 1764. Classement des œuvres le plus souvent reprises.

L’avènement de la tragédie lyrique (1669 à 1690)

Le 28 juin 1669, le compositeur français Pierre Perrin obtient de Louis XIV un droit exclusif de « représenter en public des opéras et des représentations en musique et en vers français, pareilles et semblables à celles d’Italie ». Ce jour marque la naissance de l’Académie de l'Opéra.

Pierre Perrin s’associe au compositeur Robert Cambert pour créer au théâtre du jeu de paume de la Bouteille, rue Mazarine, une pastorale en cinq actes, Pomone, le 03 mars 1671.
Cette œuvre, qui sera jouée au moins 146 fois à sa création, est considérée comme le premier opéra français avec un discours dramatique entièrement mis en musique.

Mais en 1672, suite aux déboires personnels de Pierre Perrin, Lully souhaite racheter son privilège, ce que Louis XIV accepte afin de ne pas perdre un maître indispensable à ses ballets de cour. L'Académie de l'Opéra devient ainsi l'Académie Royale de Musique.

Lully est dorénavant tendu vers le déploiement de la tragédie lyrique qui confie aux récitatifs accompagnés de musique le soin de mener l’action qui enchaîne airs, chœurs et danses.

Il commence par créer, le 15 novembre 1672, au jeu de paume de Bel-Air de la rue Vaugirard, une pastorale, Les Fêtes de l’amour et Bacchus, qui est un pot-pourri de ses précédentes pièces écrites avec Molière et Quinault. Puis, six mois plus tard, Cadmus et Hermione devient la première tragédie française mise en musique. La danse s’insère naturellement dans l’action dramatique.  Le succès est immense, et suite au décès de Molière deux mois auparavant, Lully obtient de Louis XIV le Théâtre du Palais Royal comme lieu de résidence de l’Académie.

Jean Berain, Projet de costume pour le fleuve Sangar dans Atys de Lully, vers 1676. BnF

Jean Berain, Projet de costume pour le fleuve Sangar dans Atys de Lully, vers 1676. BnF

Pendant 60 ans, 14 tragédies lyriques (Cadmus et Hermione, Alceste, Thésée, Atys, Isis, Psyché – une transformation en opéra de la version de 1671 -, Bellérophon, Proserpine, Persée, Phaéton, Amadis, Roland, Armide, Achille et Proxylène) et une pastorale héroïque d’une très grande richesse, Acis et Galathée, tous inspirés de sujets mythologiques, de la tradition pastorale ou des romans de chevalerie du Moyen-Age, vont dominer le répertoire du Théâtre du Palais Royal sans qu’aucun autre compositeur ne puisse réellement dépasser ce genre bien après la mort de Lully (1687) et Quinault (1688).

C’est le règne de l’opéra courtisan où le spectacle prime sur l’action en musique.
9 de ces 15 ouvrages connaîtront au moins 6 reprises sur 70 ans, et Thésée sera même joué à l’Académie jusqu’en mars 1779, soit 104 ans après sa création.

Certains livrets de Quinault seront brillamment repris par Gluck (Armide), par Piccinni (Atys et Roland), par Berton (Amadis), mais aussi sans succès par Mondoville et Gossec (Thésée), Jean Chrétien Bach (Amadis) et Philidor (Persée).

Le répertoire de l'Opéra de Paris de 1671 à 1764. Classement des œuvres le plus souvent reprises.

Le répertoire de l'Opéra de Paris de 1671 à 1764. Classement des œuvres le plus souvent reprises.

La crise de l’après Lully (1690 à 1697)

A la disparition de Lully, son principal collaborateur, Pascal Collasse, achève Achille et Polyxène, un ouvrage qui sera peu reconnu, et compose Thétis et Pelée (1689), son seul grand succès qui restera au répertoire pendant 70 ans (cet ouvrage comporte la première tempête de l’opéra français). Sa partition d’Enée et Lavinie (1690) sera, elle, reprise au siècle suivant par Antoine d’Auvergne en 1758.

Le fils cadet de Lully, Jean-Louis, succède finalement à la tête du privilège, mais meurt un an plus tard, si bien que c’est son frère aîné, Louis, qui le remplace et achève son opéra, Zéphire et Flore, qui sera créé en 1688 et connaîtra deux reprises (1694 et 1715).

L’après Lully est cependant marqué par un grand nombre de créations qui ne trouveront pas leur public. Orphée (1690) de Louis Lully, Astrée (1692) de Collasse, Médée (1693) de Charpentier, Circé (1695) de Desmarest, Ariane et Bacchus (1696) de Marais, Aricie (1697) de La Coste et Jason (1697) de Collasse ne seront jamais repris à l’Académie.

Inspirée par Lully mais nourrie des influences de Charpentier et Du Mont, Didon d’Henry Desmarest offre toutefois à sa création en 1693 un espoir de renouvellement, tragédie qui sera reprise en 1704. Peu après, Vénus et Adonis (1697) obtient un succès d’estime, mais sera rejouée en 1717.

Le répertoire de l'Opéra de Paris du Règne de Louis XIV au Siècle des lumières (1669-1732)

Musicien ayant participé à la création d’Atys, Marin Marais s’associe à Louis Lully pour créer Alcide ou le Triomphe d’Hercule (1693), qui sera la première tragédie lyrique du jeune musicien et compositeur, avant qu’il ne signe en 1706 son chef d’œuvre absolu, Alcyone, qui restera au répertoire jusqu’en 1771.

Louis Lully et Collasse composent également le tout premier opéra-ballet, Le Ballet des saisons (1695) – homonyme du Ballet des saisons (1661) de Lully -, qui sera régulièrement repris jusqu’en 1722. Ce genre introduit le plus souvent une action différente à chaque acte et plus de divertissement, ce qui permet de maintenir l’attention du public en quête de nouveautés.

Le répertoire de l'Opéra de Paris de 1671 à 1764. Classement des œuvres le plus souvent reprises.

Le répertoire de l'Opéra de Paris de 1671 à 1764. Classement des œuvres le plus souvent reprises.

La mutation des activités lyriques avec l’opéra ballet (1697-1732)

Parmi les compositeurs qui réussirent le mieux à défendre le style français, André Campra va se révéler le plus convainquant.

Son Europe Galante (1697), suivie par Les Fêtes Vénitiennes (1710), illustre la réussite de l’Opéra Ballet comme genre qui revisite les codes de l’opéra. Des personnages ordinaires, des mondes lointains, et l’italianisme qui est de retour au versant du XVIIIe siècle, plongent ainsi le spectateur dans des univers somptueux. Ces deux ouvrages concurrencent à eux seuls les œuvres phares de Lully que sont Phaéton, Thésée, Armide et Roland à la même époque. Mais pour ses tragédies, Campra reste proche de la tradition mythologique de Lully.

Le Carnaval de Venise (1699), Hésione (1700), Aréthuse ou la Vengeance de l’Amour (1701) – qui sera révisé ultérieurement par d’Auvergne -, Tancrède (1702) – au succès éclatant -, Idoménée (1712) et Les Ages (1718) se distinguent parmi la quinzaine de tragédies lyriques et opéra-ballets qu’il compose en 20 ans, et seront pour la plupart repris jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. Il achève également l’Iphigénie en Tauride de Desmarest en 1704, tragédie qui, malgré son accueil tiède, sera régulièrement montée jusqu’en 1762.

Herminie et Tancrède -  Nicolas Poussin (1649)

Herminie et Tancrède - Nicolas Poussin (1649)

Et c’est auprès d’André Campra qu’André Cardinal Destouches apprend la composition et se voit confier l’écriture de trois airs de l’Europe Galante. Deux mois plus tard, il crée Issé, une pastorale héroïque qui impressionnera fortement Louis XIV et restera au répertoire 60 ans durant.

Ses tragédies lyriques Amadis de Grèce (1699), Omphale (1701), Callirhoé (1712), Télémaque (1714), autant que sa Comédie-ballet Le Carnaval et la Folie (1704) et son dernier opéra-ballet Les Éléments (1725) seront favorablement appréciés, mais, à l’instar des œuvres de Campra, résisteront difficilement à l’avènement de la période Ramiste.

Beaucoup de ces ouvrages vont toutefois se trouver influencés ou altérés à leur reprise par des inserts en italien, car depuis la mort de Lully, les premières polémiques sur l’esthétique française et l’esthétique italienne se sont matérialisées par des ouvrages dont deux auteurs contradictoires sont normands, l’abbé Raguenet (« Parallèle des Italiens et des Français en ce qui regarde la Musique et les Opéra » - 1702) et Le Cerf de la Viéville («Comparaison de la Musique italienne et de la Musique française » - 1705). A la présence de chœurs et de divertissements, et à la finesse des cordes des Français, sont opposées la vivacité de l’expression, la virtuosité des voix et la théâtralité des Italiens.

Le répertoire de l'Opéra de Paris du Règne de Louis XIV au Siècle des lumières (1669-1732)

En 1707, arrive à Paris un musicien avignonnais, Jean-Joseph Mouret, qui entreprend de composer pour l’Académie. Reconnu pour son art du divertissement, ce ne sont pas ses tragédies lyriques qui s’imposeront, bien que Pirithoüs (1723) sera reprise en 1734, mais son opéra-ballet Les Fêtes de Thalie (1714), et l’un des tout premiers ballets héroïques, Les Amours des Dieux (1727), qui feront partie des 10 ouvrages les plus représentés de l’Académie au coeur du Siècle des Lumières. Ils maintiendront tous deux leur présence sous forme de fragments jusqu’à la fin des années 1760.

Un autre compositeur et contre-ténor, Thomas Louis-Bourgeois, produit un opéra-ballet à succès, Les Amours déguisés (1713), qui sera repris plusieurs fois jusqu’en 1748 sous forme de fragments.

De cette période où le renouveau est porté par les opéra-ballets, émergent d’autres nouvelles tragédies lyriques.

Un joueur de Basse de Violon florentin et admirateur de Lully, Theobaldo di Gatti, se fait remarquer et offre Scylla (1701) à l’Académie Royale de Musique qui sera repris deux fois.

Philomène (1705) de La Coste, Médée et Jason (1713) de Salomon auront du succès, mais également l’Hypermnestre (1716) de Gervais dont la sophistication des harmonies annonce Rameau.

 

La suite :  le répertoire de l’Opéra de Paris de 1733 à 1794 du Siècle des Lumières à la Révolution,

Voir les commentaires

Publié le 17 Décembre 2020

A partir du jeudi 17 décembre, et jusqu’au 25 décembre 2020, jour de Noël, Saturne et Jupiter seront à moins de 1/2° d’écart angulaire dans le ciel du soir, soit un écart inférieur au diamètre apparent de la Lune.

Mais Jupiter étant 10 fois plus brillante que sa consœur, il sera difficile de les différencier à l’œil nu, et seule la plus grande planète du système solaire semblera briller de tout son éclat.

Le rapprochement de Jupiter et Saturne du 21 décembre 2020 - (c) Stellarium

Le rapprochement de Jupiter et Saturne du 21 décembre 2020 - (c) Stellarium

Il sera donc nécessaire de se munir de jumelles pour les dissocier, mais c’est à une splendeur absolue que les amateurs chanceux auront droit le lundi 21 décembre soir, une demi heure après le coucher du Soleil, car les deux planètes seront à seulement 1/10 ° d’écart angulaire apparent dans le ciel, ce qui offrira un fabuleux tableau visible même dans les champs à fort grossissement des instruments astronomiques les plus usuels : les bandes nuageuses striant Jupiter, ses quatre gros satellites bien alignés de part et autre, et les anneaux de Saturne flottant à la perpendiculaire du monde jovien.

Malheureusement, les prévisions de conditions météorologiques désastreuses pour ce jour là sur toute la France devraient rendre l’évènement difficilement observable.

Surtout que c’est uniquement sur une courte fenêtre temporelle de 17h30 à 18h45, à moins de 10° au dessus l’horizon sud-ouest, que ce rapprochement spectaculaire sera visible.

Trajectoire de Saturne par rapport à Jupiter du 18 au 24 décembre 2020 - (c) Stellarium

Trajectoire de Saturne par rapport à Jupiter du 18 au 24 décembre 2020 - (c) Stellarium

Malgré cette proximité en trompe l’œil, Jupiter se situera à 883 millions de km de la Terre, alors que  Saturne sera quasiment deux fois plus éloignée à 1616 millions de km.

Il faudra donc profiter de chaque soir de ciel dégagé, quel que soit son lieu d’observation, jusqu’à Noël, pour observer cette configuration qui ne s’était plus produite depuis le 16 juillet 1623, mais dans des conditions inobservables de par la forte proximité des deux planètes avec le Soleil ce jour là.

Car depuis les premières lunettes astronomiques construites par Galilée en 1609, jamais une telle conjonction entre les deux planètes géantes du système solaire n’avait pu être admirée.

Saturne, Jupiter et ses satellites, photographiés vendredi 18 décembre 2020 à 17h30 (Versailles)

Saturne, Jupiter et ses satellites, photographiés vendredi 18 décembre 2020 à 17h30 (Versailles)

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #Astres

Publié le 1 Décembre 2020

TV-Web Décembre 2020 Lyrique et Musique

Chaînes publiques

Vendredi 04 décembre 2020 sur France 5 à 20h50
La Flûte enchantée (Mozart) - dm Niquet - ms Roussat et Lubek

Valiquette, Vidal, Scoffoni, Mostin, Lavoie

Dimanche 06 décembre 2020 sur France 3 à 00h15
La Fontaine de Bakhtchisarai (Asafiev) - Mariinsky - dm Gergiev - Chr Zakharov

Dimanche 06 décembre 2020 sur France 3 à 02h05
Gala Petipa - Mariinsky

Dimanche 06 décembre 2020 sur Arte à 17h00
Simon Boccanegra (Verdi) - Opéra de Zurich - dm Luisi - ms Homoki

Gerhaher, Rowley, Fischesser, Jorijikia, Brownlee

Lundi 07 décembre 2020 sur Arte à 00h30
Beethoven intime - Barenboim (piano) - Quatuor Ebène

Lundi 07 décembre 2020 sur Arte à 01h25
Concerto (Beethoven) - Concertgebouw - dm Gatti

Lundi 07 décembre 2020 sur France 3 à 02h30
Simon Boccanegra (Verdi) - Opéra de Dijon - dm Rizzi Brignoli - ms Himmelmann

Vitelli, Alkema, Batinic, Terranova, Noguera, Lo Piccolo, Ferrari

Mardi 08 décembre 2020 sur France 2 à 00h30
Norma (Bellini) - La Fenice - dm Frizza - ms Walker

Devia, Remigio, Pop, Tittoto

Mercredi 09 décembre 2020 sur Arte à 00h30
Les Noces de Figaro (Mozart) - Grand Théâtre de Genève - dm Letonja - ms Richter

Mühlemann, Amereau, Bacelli, Rankin, Farina, Szabo, D'Arcangelo, Cabell, Perrenoud, Loconsolo

Vendredi 11 décembre 2020 sur France 5 à 20h55
Le vol du boli (Sissako & Albarn)- Théâtre du Châtelet 2020

Dimanche 13 décembre 2020 sur France 3 à 00h15
La Traviata (Verdi) - Capitole - dm Petrou - ms Rambert

Hartig, Hernandez, Alaimo

Dimanche 13 décembre 2020 sur Arte à 18h55
Concerto (Mendelssohn) - Vengerov (violon) - dm Chailly

Dimanche 13 décembre 2020 sur Arte à 23h00
Lohengrin (Wagner) - Staatsoper Berlin - dm Pintscher - ms Bieito

Alagna, Mikneviciute, Gubanova, Gantner, Pape, Kutny

Lundi 14 décembre 2020 sur France 3 à 01h15
La Fontaine de Bakhtchisarai (Asafiev) - Mari

Mardi 15 décembre 2020 sur France 2 à 00h30
Symphonie n°9 (Beethoven) - dm Franck

Dasch, Kolosova, Elsner, Youn

Samedi 19 décembre 2020 sur Arte à 05h25
Cendrillon (Prokofiev) - Opéra de Paris - dm Pähn - chor Noureev

Colasante, Paquette, Houette, Pagliero, Gilbert, Rétif

Samedi 19 décembre 2020 sur Arte à 13h00
Le Lac des Cygnes - Opéra d'Ukraine - dm Dyadura - chor Petipa

Matsak, Nedak, Litvinenko

Dimanche 20 décembre 2020 sur France 3 à 00h15
La Bohème (Puccini) - Opéra de Paris - dm Dudamel - ms Guth

Garifullina, Ayan, Rucinski, Arduini, Tagliavini

Dimanche 20 décembre 2020 sur Arte à 02h15
Florilège Offenbach  - dm Minkowski

Devieilhe, Hallenberg, Gay, Fritz

Dimanche 20 décembre 2020 sur Arte à 17h20
Gala de la Scala de Milan 2020 (extraits) - dm Chailly

Dimanche 20 décembre 2020 sur Arte à 18h50
Pavarotti, chanteur populaire

Lundi 21 décembre 2020 sur Arte à 01h25
Un Concert à domicile - Hope (violon)

Mardi 22 décembre 2020 sur Arte à 22h35
Bal viennois avec l'Orchestre de Paris - Cyrille Dubois et Annette Dasch

Mardi 22 décembre 2020 sur Arte à 23h20
Chilly Gonzales : A Very Chilly Christmas

Mercredi 23 décembre 2020 sur Arte à 00h35
Christmas in Vienna 2015

Jeudi 24 décembre 2020 sur Arte à 13h00
Anne-Sophie Mutter & Herbert von Karajan : le "Concerto" de Beethoven

Jeudi 24 décembre 2020 sur Arte à 17h45
"Douce nuit" : une chanson pour le monde

Jeudi 24 décembre 2020 sur Arte à 18h30
Christmas in Vienna 2020

Vendredi 25 décembre 2020 sur Arte à 13h00
Maria Callas : Tosca 1964

Dimanche 27 décembre 2020 sur Arte à 17h50
Promenade musicale à Versailles - Les Epopées - dm Fuget

Tharaud (piano) - Petibon (soprano)

Lundi 28 décembre 2020 sur Arte à 01h00
Franz Lehar : L'opérette est mon royaume

Lundi 28 décembre 2020 sur Arte à 01h55
Franz Lehar : Le pays du sourire

Lundi 28 décembre 2020 sur Arte à 03h40
Soirée baroque italienne à Versailles

Jeudi 31 décembre 2020 sur Arte à 17h30
De Falla, Rodrigo, Villa-Lobos, Rimski-Korsakov

Philharmonique de Berlin - dm Kirill Petrenko

Mezzo et Mezzo HD

Mercredi 02 décembre 2020 sur Mezzo à 20h30
Ottone in villa de Vivaldi à La Fenice de Venise

Vendredi 04 décembre 2020 sur Mezzo HD à 21h00
I Capuleti e i Montecchi de Bellini au Liceu de Barcelone

Samedi 05 décembre 2020 sur Mezzo à 20h40
I Capuleti e i Montecchi de Bellini au Liceu de Barcelone

Dimanche 06 décembre 2020 sur Mezzo HD à 21h00
La Bohème de Puccini au Metropolitan Opera

Mercredi 09 décembre 2020 sur Mezzo à 20h30
Aida de Verdi au Liceu de Barcelone

Vendredi 11 décembre 2020 sur Mezzo HD à 21h00
Elektra de Strauss au Metropolitan Opera de New York

Dimanche 13 décembre 2020 sur Mezzo HD à 21h00
Le Comte Ory de Rossini à l'Opéra Comique

Vendredi 18 décembre 2020 sur Mezzo HD à 21h00
Carlo il Calvo de Porpora au Festival Baroque de Bayreuth

Samedi 19 décembre 2020 sur Mezzo à 20h30
Fidelio de Beethoven au Theater an der Wien

Dimanche 20 décembre 2020 sur Mezzo HD à 21h00
Elektra de Strauss au Metropolitan Opera de New York

Mercredi 23 décembre 2020 sur Mezzo à 20h30
Lucio Silla de Mozart au Teatro Real de Madrid

Vendredi 25 décembre 2020 sur Mezzo HD à 21h00
La Bohème de Puccini au Metropolitan Opera

Samedi 26 décembre 2020 sur Mezzo à 20h30
Rigoletto de Verdi au Liceu de Barcelone

Dimanche 27 décembre 2020 sur Mezzo HD à 21h00
Carlo il Calvo de Porpora au Festival Baroque de Bayreuth

Mercredi 30 décembre 2020 sur Mezzo à 20h30
Daniele Gatti dirige Salome de Strauss au Dutch National Opera & Ballet Amsterdam

Jeudi 31 décembre 2020 sur Mezzo HD à 21h00
Le Comte Ory de Rossini à l'Opéra Comique

Web : Opéras en accès libre (cliquez sur les titres pour les liens directs avec les vidéos)

Sur Operavision, Culturebox, ConcertArte etc...

Concert solidaire du 14 juillet 2020 au Palais Garnier (Opéra national de Paris)

Le Barbier de Séville (Teatro de la Maestranza) à partir du 24 juillet 2020

                               Décembre 2020

Miranda (Opéra Comique) jusqu'au 01 décembre 2020

The Escapist (Alexander Ekman / Royal Swedish Opera) jusqu'au 03 décembre 2020

Orphée et Eurydice (Opéra Comique) jusqu'au 04 décembre 2020

The Skating Rink (Garsington Opera) jusqu'au 08 décembre 2020

The gambler (Lithuanian Opera) jusqu'au 10 décembre 2020

Laurence Equilbey dirige Thamos de Mozart (Seine Musicale) jusqu'au 13 décembre 2020

Prométhée, ballet de Beethoven jusqu'au 13 décembre 2020

Euryanthe (Theater an der Wien) jusqu'au 18 décembre 2020

Gala de la Scala de Milan à partir du 20 décembre 2020 à 17h10

Herbert Blomstedt - Mozart/Voříšek (Gewandhaud Leipzig) - jusqu'au 20 décembre 2020

Odyssée Baroque - Les 40 ans des Arts Florissants - jusqu'au 21 décembre 2020

A Midsummer Night's Dream (Opéra Orchestre de Montpellier) jusqu'au 22 décembre 2020

Il Trovatore (Chorégies d'Orange 2015) jusqu'au 27 décembre 2020

Le vin herbé (Welsh National Opera) jusqu'au 28 décembre 2020

Concert de la maîtrise populaire de l'Opéra Comique jusqu'au 28 décembre 2020

L'Orfeo (Opéra de Lausanne) jusqu'au 31 décembre 2020

 

                               Janvier 2021

Les Indes Galantes (Bayerische Staatsoper) jusqu'au 01 janvier 2021

Karita Mattila (Savonlinna 2020) jusqu'au 01 janvier 2021

Die tote Stadt (La Monnaie) jusqu'au 03 janvier 2021

Jenufa (La Monnaie) jusqu'au 03 janvier 2021

Don Pasquale (La Monnaie) jusqu'au 03 janvier 2021

Rachmaninov (La Monnaie) jusqu'au 03 janvier 2021

Tosca (New Zealand Opera) jusqu'au 04 janvier 2021

Madame Butterfly (Chorégies d'Orange ) jusqu'au 04 janvier 2021

Magdalena Kozena et Simon Rattle (Festival d'Aix-en-Provence) jusqu'au 05 janvier 2021

Les Noces de Figaro (Grand Théâtre de Genève) jusqu'au 06 janvier 2021

Florilège Offenbach (Philharmonie de Cologne) jusqu'au 07 janvier 2021

L'Orfeo (Nederlandse Reisopera) jusqu'au 07 janvier 2021

Jakub Jozef Orlinski et Michal Biel (Festival d'Aix-en-Provence) jusqu'au 07 janvier 2021

Christian Gerhaher et Gerold Huber (Festival d'Aix-en-Provence) jusqu'au 11 janvier 2021

Carmina Burana (Chorégies d'Orange) jusqu'au 11 janvier 2021

Sabine Devieilhe et Mathieu Pordoy (Festival d'Aix-en-Provence) jusqu'au 13 janvier 2021

Lohengrin (Staatsoper Berlin) avec Roberto Alagna jusqu'au 15 janvier 2021

Cendrillon (Opéra National de Paris) jusqu'au 17 janvier 2021

Infinite Now (Opera Ballet Vlaanderen) jusqu'au 18 janvier 2021

Le Requiem de Verdi (Chorégies d'Orange) jusqu'au 18 janvier 2021

Simon Boccanegra (Opéra de Zurich) jusqu'au 20 janvier 2021

Sabine Devieilhe (Opéra de Lyon) jusqu'au 20 janvier 2021

Cendrillon (Massenet) au Komische Oper jusqu'au 20 janvier 2021

The Opera Locos (Théâtre libre) jusqu'au 21 janvier 2021

Christmas in Vienna 2020 (Hotel Sacher - Cathédrâle Saint-Etienne) jusqu'au 22 janvier 2021

Maria Callas - Tosca Acte II  (Covent Garden) jusqu'au 23 janvier 2021

Le Barbier de Séville (Teatro de la Maestranza) jusqu'au 25 janvier 2021

L'enlèvement au Sérail (Grand Théâtre de Genève) jusqu'au 25 janvier 2021

Promenade musicale à Versailles jusqu'au 25 janvier 2021

Le pays du sourire (Opéra de Zurich) jusqu'au 25 janvier 2021

The Flying Dutchman (Finnish National Opera & Ballet) jusqu'au 29 janvier 2021

                               Février 2021

Push (La Monnaie de Bruxelles) jusqu'au 05 février 2021

Turandot (Croatian National Theatre in Zagreb) jusqu'au 12 février 2021

Les fantômes de Versailles (Château de Versailles) jusqu'au 14 février 2021

Don Carlos (Opéra Royal de Wallonie) jusqu'au 15 février 2021

Faust (titre provisoire) (Dutch National Opera & Ballet) jusqu'au 19 février 2021

Fidelio (Birmingham Opera Company) jusqu'au 24 février 2021

La Bohème (Opéra de Monte-Carlo) jusqu'au 26 février 2021

 

                               Mars 2021

Fidelio (Karl Böhm au Deutsche Oper) jusqu'au 04 mars 2021

Mahler live (Opéra de Vienne) jusqu'au 04 mars 2021

Requiem de Campra (Opéra de Versailles) jusqu'au 06 mars 2021

Emmanuelle Haim dirige le Requiem de Campra (Chapelle Royale de Versailles) jusqu'au 06 mars 2021

Symphonies n°5 & 7 "Apothéose de la danse" (Opéra de Versailles) jusqu'au 14 mars 2021

Le Lac des Cygnes (Opéra national d'Ukraine) jusqu'au 18 mars 2021

Récital Alexander Antonenko (Château de Riga) jusqu'au 22 mars 2021

Orchestre Baroque de Fribourg "The trumpet shall sound" jusqu'au 22 mars 2021

La vie de Galilée (Comédie française) jusqu'au 23 mars 2021

L'oratorio de Noël de Bach (Thomaskirche Leipzig) jusqu'au 24 mars 2021

Is This The End (La Monnaie) jusqu'au 25 mars 2021

Récital Marina Rebecca (Château de Rundale) jusqu'au 25 mars 2021

Klaus Mäkelä - 7e de Chostakovitch (Opera de Frankfurt) jusqu'au 30 mars 2021

                               Avril 2021

Les Contes d'Hoffmann - ms Warlikowski (La Monnaie) jusqu'au 02 avril 2021

Covid fan tutte (Finnish National Opera) jusqu'au 04 avril 2021

Tronfo (Staatstheater Hannover) jusqu'au 09 avril 2021

Le concert de Paris 2020 jusqu'au 14 avril 2021

L'Amour vainqueur (Festival d'Avignon) jusqu'au 16 avril 2021

Fidelio (Garsington) jusqu'au 22 avril 2021

Der Kaiser von Atlantis (Deutsche Oper Am Rhein) jusqu'au 30 avril 2021

                               Mai 2021

Prima Donna (Royal Swedish Opera) jusqu'au 05 mai 2021

Carmen (Staatsoper Hannover) jusqu'au 10 mai 2021

Hippolyte et Aricie (Opéra Comique) jusqu'au 13 mai 2021

Concert de fête (Opéra de Prague) jusqu'au 13 mai 2021

La Traviata (Teatro Real de Madrid) jusqu'au 14 mai 2021

Penthesilea (Philharmonie de Paris) jusqu'au 26 mai 2021

Renaud Capuçon & Friends jouent "Les Métamorphoses" (Philharmonie de Paris) jusqu'au 27 mai 2021

Kirsten Flagstad Jubilee Concert (Den Norske Opera & Ballett) jusqu'au 28 mai 2021

Giotto Solo de Carolyn Carlson au Panthéon jusqu'au 30 mai 2021

                               Juin 2021

Don Giovanni (Gran Teatre del Liceu) jusqu'au 04 juin 2021

La Flûte enchantée (Opéra Royal de Versailles) jusqu'au 04 juin 2021

Soirée exceptionnelle "A rivedere le stelle" (La Scala de Milan) jusqu'au 08 juin 2021

Werther (Teatro Sociale di Como / Alisco) jusqu'au 13 juin 2021

La soupe Pop  (Opéra de Montpellier) jusqu'au 18 juin 2021

Casse-Noisette  (Mariinsky) jusqu'au 21 juin 2021

                               Juillet 2021

Tosca (Festival d'Aix en Provence 2019) jusqu'au 05 juillet 2021

Le chant de la Terre (Festival de Saint-Denis) jusqu'au 15 juillet 2021

                           Septembre 2021

Musique en fête jusqu'au 11 septembre 2021

                           Octobre 2021

La petite messe solennelle de Rossini (Wexford Festival Opera 2020) jusqu'au 10 octobre 2021

Turandot (Gran Teatro del Liceu) jusqu'au 12 octobre 2021

La Bohème (Opéra Royal de Wallonie) jusqu'au 13 octobre 2021

Le Barbier de Séville (Teatro La Fenice) jusqu'au 24 octobre 2021

Ottone In Villa de Vivaldi (Teatro La Fenice) jusqu'au 28 octobre 2021

                           Novembre 2021

Concert Haendel (Théâtre du Châtelet) jusqu'au 07 novembre 2021

                           Décembre 2021

9e Symphonie de Mahler (Philharmonie de Paris) jusqu'au 08 décembre 2021

                              Janvier 2022

Ariane à Naxos (Festival d'Aix-en-Provence) jusqu'au 07 janvier 2022

Balthasar Neumann Ensemble (Festival d'Aix-en-Provence) jusqu'au 10 janvier 2022

                               Mai 2022

Barbara Hannigan : rêve de Hongrie jusqu'au 25 mai 2022

                           Septembre 2022

Edward Elgar : The Dream of Gerontius (Magdalena Kozena et John Relyea) jusqu'au 25 septembre 2022

                           Décembre 2023

Concert de Noël 2020 du Philharmonique de Radio France jusqu'au 17 décembre 2023

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #TV Lyrique

Publié le 26 Novembre 2020

Circonstances de l’éclipse totale de soleil du 14 décembre 2020 au Chili et en Argentine

Simulation de l'éclipse totale de Soleil vue depuis le Chili et l'Argentine - (c) Stellarium.com

Simulation de l'éclipse totale de Soleil vue depuis le Chili et l'Argentine - (c) Stellarium.com

Après l’éclipse annulaire du 26 février 2017 ( voir le lien Eclipse annulaire de soleil du 26 février 2017 en Patagonie Argentine) qui avait traversé les régions préhistoriques et peu peuplées de la Patagonie, puis l’éclipse totale de soleil du 02 juillet 2019 (voir le lien Eclipse totale de soleil en Argentine (San Juan) du 02 juillet 2019) qui avait parcouru, au Chili, toute la partie nord de la région de Coquimbo ainsi que l’extrême sud de l’Atacama, et, en Argentine, les régions de San Juan, La Rioja, San Luis, Cordoba, ainsi que la province de Buenos Aires, une troisième éclipse de Soleil, totale à nouveau, arrive pour émerveiller les populations de la région d’Araucanie, au Chili, et celles des régions de Neuquen et Rio Negro, en Argentine.

Alignement des planètes autour du Soleil lors de l'éclipse totale - (c) Stellarium.com

Alignement des planètes autour du Soleil lors de l'éclipse totale - (c) Stellarium.com

L’éclipse sera ainsi totale du fait de la relative proximité de la Lune à la Terre à ce moment précis (358 400 km de distance), ce qui rendra son diamètre apparent plus grand que celui du Soleil.
La durée de l’éclipse sera de 2mn 10s sur toute la zone continentale.

Trajectoire de l'éclipse totale de Soleil du 14 décembre 2020 - (c) www.Astronomy.com

Trajectoire de l'éclipse totale de Soleil du 14 décembre 2020 - (c) www.Astronomy.com

Depuis le petit village de Valcheta situé en Patagonie Argentine, le déroulement de l’éclipse comprendra quatre jalons importants, lundi 14 décembre:

1. A 11h52mn55s, heure locale, la Lune commencera à recouvrir le bord solaire, à 65° au-dessus de l’horizon Nord-Est.

2. Une heure et 25 minutes plus tard, à 13h16mn20s, à 72° au-dessus de l’horizon Nord, la Lune recouvrira entièrement le Soleil sous une spectaculaire couronne magnétique, laissant apparaître un splendide alignement de Vénus, Antarès, Mercure, le Soleil éclipsé par la Lune, et Jupiter et Saturne très proches l’une de l’autre.

La vitesse de l’ombre au sol (90 km de largeur) fuira à 2400km/h.

Tracé de l'éclipse totale de Soleil du 14 décembre 2020 au Chili et en Argentine - (c) Xavier Jubier - xjubier.free.fr

Tracé de l'éclipse totale de Soleil du 14 décembre 2020 au Chili et en Argentine - (c) Xavier Jubier - xjubier.free.fr

   3. Deux minutes et 10 secondes plus tard, à 13h18mn30s, la Lune commencera à se dégager de la surface solaire et le jour reviendra.
   4. Enfin, à 14h43mn, le Soleil sera totalement libéré de la Lune.

Grands chanceux seront ceux qui pourront l’observer, cette éclipse survient en effet dans un contexte de pandémie mondiale qui limite fortement les possibilités de voyages dans le monde.

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #Astres, #Eclipse

Publié le 14 Novembre 2020

 Les éclipses de soleil dans le monde de 2021 à 2025

Au cours de la période 2021 - 2025, 6 éclipses solaires (3 annulaires et 3 totales) vont se produire sur Terre, alors que sur la période 2016 à 2020 il y en avait eu 8 (voir Les éclipses de soleil dans le monde de 2016 à 2020).

Par ailleurs, 4 de ces éclipses ne toucheront que des régions peu peuplées, mais les États-Unis seront à l’honneur avec une éclipse annulaire en octobre 2023 et une éclipse totale en avril 2024.

L’éclipse totale d’avril 2023, qui effleurera l’Australie pour une durée d’obscurité d’une minute seulement, sera aussi à suivre.

Néanmoins, durant cette période assez pauvre en éclipses, 3 éclipses partielles seront visibles en France. A Paris, par deux fois le Soleil sera recouvert d'un quart par la Lune, et il le sera aussi une fois d'un tiers.

L’article qui suit présente brièvement les régions où ces éclipses se dérouleront ainsi que les conditions astronomiques et climatiques.

Ces éclipses sont de véritables motifs pour découvrir la vie et les paysages du monde au dessus desquels elles se dérouleront, et toute suggestion de voyage pour aller les observer est bienvenue.

Eclipse Annulaire du jeudi 10 juin 2021 (Partielle à Paris)
Canada, Groenland, durée 3mn 35, rapport Lune/Soleil 0,94 largeur 600 km, hauteur sur l’horizon 15°, Météo : 30% Soleil
Russie – Sibérie orientale, durée 3mn 35, rapport Lune/Soleil 0,94, largeur 600 km, hauteur 5°, Météo : 40% Soleil

 Les éclipses de soleil dans le monde de 2021 à 2025

Cette éclipse annulaire va traverser des contrées hostiles et peu peuplées de l’Ontario aux côtes de la Mer de Sibérie orientale et sera donc peu suivie, avec une probabilité de couverture nuageuse assez importante.

La plus grande ville du territoire du Nunavut, au Canada, Iqaluit (7800 habitants), se situera dans la bande de totalité et dispose d’un aéroport commercial.

L’éclipse sera aussi partiellement visible en France, et la couverture du Soleil par la Lune atteindra 8 % dans le Sud-est, à Marseille par exemple, jusqu’à 29 % sur la pointe nord ouest de la Bretagne (Brest) et de la Normandie (Cherbourg). A Paris, la Lune couvrira 24 % de la surface du Soleil à 12h12.

Le Nunavut - (c) Radio-Canada - Marc Godbout

Le Nunavut - (c) Radio-Canada - Marc Godbout

Eclipse Totale du samedi 04 décembre 2021
Antarctique durée 1mn 55, rapport Lune/Soleil 1,037 largeur 400 km, hauteur sur l’horizon 17°, Météo : 50% Soleil

 Les éclipses de soleil dans le monde de 2021 à 2025

Cette éclipse totale se déroulera en Antarctique, au bord de la Mer d’Amundsen et de la Mer de Weddell. Elle passera au dessus de Union Glacier Camp, un camp installé à l’intérieur du continent qui est accessible en avion depuis Punta Arenas au sud du Chili uniquement de décembre à janvier, période aux conditions plus clémentes.

Union Glacier Camp - (c) Adventure Life

Union Glacier Camp - (c) Adventure Life

Eclipse Partielle du mardi 25 octobre 2022 visible depuis Paris
Islande– Grandeur 35 %,  hauteur sur l’horizon 4°
Russie –  Grandeur 85 %,  hauteur sur l’horizon 85°
Pakistan –  Grandeur 50 %,  hauteur sur l’horizon 13°

 Les éclipses de soleil dans le monde de 2021 à 2025

Cette éclipse partielle, aux effets peu  perceptibles à l’œil nu, a pour particularité de circuler uniquement sur l’Europe dans sa globalité, si bien qu'elle sera visible sur une très longue durée partout.

A Paris, elle durera 1h40mn avec une couverture du disque soleil à 24 % au maximum, à Vienne elle durera 2h10 avec un maximum à 42 %, à Helsinki elle durera 2h20 avec un maximum à 63 %, et à Moscou elle durera 2h25 avec un maximum à 71 %.

A Tbilissi, en Géorgie, l’éclipse durera même 2h32 mn, avec un maximum de couverture du disque solaire à 67 %.

Eclipse Totale du jeudi 20 avril 2023
Australie durée 1mn 00, rapport Lune/Soleil 1,012 largeur 40 km, hauteur sur l’horizon 54°, Météo : 80% Soleil
Timor oriental durée 1mn 15, rapport Lune/Soleil 1,013 largeur 50 km, hauteur sur l’horizon 66°, Météo : 70% Soleil
Papouasie occidentale durée 1mn 10, rapport Lune/Soleil 1,013 largeur 45 km, hauteur sur l’horizon 61°, Météo : 40% Soleil

 Les éclipses de soleil dans le monde de 2021 à 2025

Cette éclipse totale de très courte durée (1 mn) traversera une faible bande de terre depuis la pointe de ouest de l’Australie à la Pouapasie.

En Australie, il sera possible de rejoindre le Cape Range National Park en suivant la nationale 1 sur 1000 km au nord de Perth. Les conditions météorologiques seront excellentes pour observer l’éclipse de 10 h du matin à 13h.

Cape Range National Park - (c) Australias Coral Coast

Cape Range National Park - (c) Australias Coral Coast

Eclipse Annulaire du samedi 14 octobre 2023
Amérique du nord – Orégon durée 4mn 35, rapport Lune/Soleil 0,942 largeur 220 km, hauteur sur l’horizon 18°, Météo : 50% Soleil
Amérique du nord – Texas durée 5mn, rapport Lune/Soleil 0,949 largeur 190 km, hauteur sur l’horizon 50°, Météo : 70% Soleil
Amérique centrale – Nicaragua, durée 5mn 15 mn, rapport Lune/Soleil 0,952, largeur 185 km, hauteur 68°, Météo : 30% Soleil
Amérique du sud – Brésil, durée 4mn 30 mn, rapport Lune/Soleil 0,943, largeur 230 km, hauteur 17°, Météo : 50 à 70% Soleil

 Les éclipses de soleil dans le monde de 2021 à 2025

Cette éclipse annulaire, dont l’anté-ombre suivra une courbe au sol qui reliera magnifiquement l’ouest nord-américain à l’est de l’Amérique du sud, sera très brillante du fait de la forte réduction du diamètre apparent de la Lune par rapport à celui du Soleil.

Il sera possible de l’observer au lever du Soleil en Orégon, au sud d’Eugene, au dessus de la mer à Corpus Christi (Texas), ou bien au coucher du Soleil dans la région du Nordeste du Brésil, et plus particulièrement dans l’État du Ceara au climat semi-aride prédominant.

Oregon - (c) Onda.org

Oregon - (c) Onda.org

Eclipse Totale du lundi 08 avril 2024
Amérique du nord – Mexique durée 4mn 27, rapport Lune/Soleil 1,057 largeur 200 km, hauteur sur l’horizon 70°, Météo : 80% Soleil
Amérique du nord – Texas durée 4mn 20, rapport Lune/Soleil 1,056 largeur 190 km, hauteur sur l’horizon 65°, Météo : 60% Soleil
Amérique du nord – Maine – Saint-Pierre-et-Miquelon durée 3mn 15, rapport Lune/Soleil 1,049 largeur 170 km, hauteur sur l’horizon 50°, Météo : 35% Soleil

 Les éclipses de soleil dans le monde de 2021 à 2025

Il s’agit de l’éclipse totale évènement de la période 2021-2025, la seule qui sera visible par des millions d’observateurs, tous situés en Amérique du Nord du Mexique à Saint-Pierre-et-Miquelon en passant par le Texas, l’Oklahoma, l’Arkansas, le Missouri, l’Illinois, le Kentucky, l’Indiana, l’Ohio, un petit bout du Michigan, la Pennsylvanie, l’État de new-York, le Vermont, le Maine, l’Ontario, le Québec et le Nouveau-Brunswick.

C’est au Mexique que les conditions météorologiques seront les meilleures, avec une durée de totalité qui approchera les 4mn30, mais les régions concernées, Durango, Coahuila, sont plutôt déconseillées hormis les grandes villes relativement sûres comme Mazatlan. Il s’agit de la réplique de l’éclipse totale qui avait traversé la Libye en mars 2006.

Une belle destination peut être également la Ouachita National Forest située en Arkansas où l’éclipse durera 4 mn 15 au dessus de paysages majestueux.

Ouachita national forest - (c) backwood.com

Ouachita national forest - (c) backwood.com

Eclipse Annulaire du mercredi 02 octobre 2024
Île de Pâques durée 6mn, rapport Lune/Soleil 0,93 largeur 260 km, hauteur sur l’horizon 67°, Météo : 70% Soleil
Chili  durée 6mn 25, rapport Lune/Soleil 0,93 largeur 290 km, hauteur sur l’horizon 27°, Météo : 25% Soleil
Argentine durée 6mn 15, rapport Lune/Soleil 0,92 largeur 300 km, hauteur sur l’horizon 21°, Météo : 50% Soleil

 Les éclipses de soleil dans le monde de 2021 à 2025

Cette éclipse annulaire sera visible que par une faible partie des terres habitées, de L’Île de Pâques jusqu’au sud du Chili et de l’Argentine.

Le diamètre apparent de la Lune ne représentera que 93 % du disque solaire ce qui rendra la baisse de luminosité sensible mais peu spectaculaire.

Mais dans un lieu aussi mystérieux que celui l’Île de Pâques, aux conditions météorologiques favorables, l’effet peut être saisissant.

L'île de Pâques - (c) www.voyage.fr

L'île de Pâques - (c) www.voyage.fr

Eclipse Partielle du samedi 29 mars 2025 visible depuis Paris
Québec Grandeur 90 %,  hauteur sur l’horizon 8°
Russie  - Terre du Nord –  Grandeur 50 %,  hauteur sur l’horizon 2°

 Les éclipses de soleil dans le monde de 2021 à 2025

Cette éclipse partielle sera visible sur le Groenland et l’ensemble de l’Europe hormis la Grèce et la Bulgarie.
A Paris, le Soleil sera recouvert à 35 % par la Lune, 21 % à Marseille et 43 % à Brest.

Voir les commentaires

Rédigé par David

Publié dans #Astres, #Eclipse